Archives de catégorie : Billets

« Des publicités photogéniques à Piccadilly Circus »

Piccadilly Circus de nuit, Londres, 1933
Source : London’s Transport Museum Archives, LTM_2002/14032, Topical Press, 3 novembre 1933
Lien : https://www.ltmuseum.co.uk/collections/collections-online/photographs/item/2002-14032

­Contexte

Située au croisement de quatre grandes artères du West End, Piccadilly Circus fut créée en 1819 par John Nash pour relier Regent Street à la grande rue commerçante Piccadilly et elle garda toujours deux caractéristiques essentielles : sa vie nocturne et son intense circulation. Toute cette animation fit de la place un emplacement privilégié pour la publicité qui participa de ce fait à la nouvelle mise en scène lumineuse de Londres. Ce n’est qu’en 1908 cependant, que la marque française Perrierinstalla la première publicité électrique sur Piccadilly Circus, au-dessus de l’entrée du Café Monico au 46, Regent Street. Cet acte fut fondateur car en défiant les objections des Westminister City et London County Councils, hostiles à la publicité, la firme installatrice ouvrait la voie à de nouvelles installations.

Piccadilly Circus s’affirma donc progressivement comme un lieu d’accueil important pour la publicité, même si avant la Première Guerre mondiale, d’autres espaces londoniens lui disputaient la première place. Un Américain en visite à Londres notait ainsi en 1912 que c’était cette situation particulière qui distinguait les cas londoniens et new-yorkais : 

« Londres possède de nombreux lieux centraux. À New York, Times Square est le cœur de tout. Ici, les cirques, comme on appelle les places, sont tous plus ou moins importants et ne peuvent être vus de l’un à l’autre. À Broadway, les enseignes peuvent être aperçues de loin. Trafalgar Square n’a pas de vie nocturne. Piccadilly Circus est trop petit ».

Quelques années plus tard, Piccadilly Circus se révélait et s’ornait de nouvelles publicités dont le nombre connut une poussée spectaculaire dans les années 1920. En 1922, Bovril, Schweppes, Old OarkneyWhiskey, les cigarettes Murattis, le porto Sandeman, les petits pots Glaxo, les pneus Pirelli, la peinture Paripan, les stylos Venus, The Evening News, les cigarettes Snake Charmer et les automobiles Overland, contribuaient déjà à son mythe.

Étude de l’œuvre

Les cartes postales prenant pour sujet Piccadilly Circus furent longtemps centrées sur le Shaftesbury Memorial, au centre de la place, érigé en 1893 en l’honneur de Lord Shaftesbury et de ses démarches politiques pour interdire le travail des enfants à la mine. Les premières publicités lumineuses n’y apparaissaient alors que furtivement, quand l’angle de vue ne laissait pas d’autre choix.

À partir du milieu des années 1910, le cadrage de ces cartes postales se décala pour se focaliser de plus en plus vers les façades animées de la place, tant du côté du site Monico que du London Pavilion, pour devenir le sujet principal de ces représentations. Cette transformation du point de vue témoigne que les publicités constituaient déjà des éléments d’attraction, renforcés par la présence du métro (1906). Il fallut cependant  attendre l’entre-deux-guerres pour que celles-ci deviennent des sujets que les prises de vue allaient mettre en valeur. La place était alors officiellement reconnue et reconnaissable pour ses signes électriques, preuve de leur diffusion, en dépit de la mobilisation des architectes pour tenter de les limiter.

La photographie ci-dessus illustre ce nouveau statut accordé à la publicité. Prise en 1933, elle met en scène la place de nuit, fortement illuminée par les publicités encadrant la place. Les dispositifs au néon créent un halo de lumière renforcé par les multiples reflets sur l’asphalte mouillé. L’éclat des lumières commerciales contraste avec la faible intensité de l’éclairage public si bien que le bobbysitué au premier plan, apparaît très clairement en dépit de son sombre uniforme, contrairement au Shaftesbury Memorial, sur la gauche, qui n’apparaît pas au premier coup d’œil et ne constitue plus qu’un élément secondaire de la place.

Bibliographie indicative : 

  • Oxford D., Piccadilly Circus, Chalford, The Archives Photographs series,1994.
  • LE GALLIC S., Lumières publicitaires, Paris, Londres New York, Paris, éditions du CTHS, 2019 (à paraître)

Du Stade Alfred Dugat au Stade du Lac : Le rôle du stade de football dans l’étalement urbain

Le Parc des Sports en 1924
Source: http://latribunedelescure.fr/inauguration-du-parc-des-sports-1924/

Le premier grand stade de football à Bordeaux s’érige en 1924 (Fig.1) sur l’emplacement actuel du Stade Chaban-Delmas, construit sur le domaine Lescure. Il fut partiellement détruit et remplacé en 1938 par le Stade Municipal, bâti pour accueillir des rencontres lors de la coupe du monde 1938, la première organisée en France. 

Continuer la lecture de Du Stade Alfred Dugat au Stade du Lac : Le rôle du stade de football dans l’étalement urbain

Habiller la ville de Las Vegas : l’intégration des énergies renouvelables dans l’espace urbain

Boulder Plaza, Las Vegas, Nevada, États-Unis
Source : bulletin local

Plus grande ville de l’État du Nevada, Las Vegas se situe à l’ouest des États-Unis dans le désert du Mojaves. Du fait de sa situation géographique, la ville jouit d’un accès limité aux ressources naturelles en particulier la ressource hydrique.

Dans l’imaginaire collectif, Las Vegas apparaît comme un lieu de divertissement et de démesure. Pourtant, la ville ne se réduit pas à cette dimension. Elle représente aussi un modèle pour le développement de pratiques écologiques et en particulier celui des énergies renouvelables.

Continuer la lecture de Habiller la ville de Las Vegas : l’intégration des énergies renouvelables dans l’espace urbain

Le Merveilleux de Noël : une mise en scène électrique (1920-1930)

Contexte :

 

Dans L’Illustration du  19 décembre 1931, on pouvait lire ces quelques lignes : 

Et c’est ainsi que nous pouvons admirer cette année un déjeuner de Gargantua, une vision de la jungle digne de Kipling, l’arrivée du Père Noël, une campagne de pêche dans les régions arctiques, et, pour que rien ne manque à ces parades, l’une d’elles nous fait entendre un véritable orchestre. Et l’on peut voir se profiler sur le ciel noir les auteurs de cette tonitruante sérénade qu’interrompt soudain, aux éclats de rire des petits et des grands, un potée d’eau lancée d’une mansarde.

Ce spectacle urbain était devenu depuis le milieu des années 1920 une tradition annuelle, multi-générationnelle, attirant la foule à la nuit tombée. Il engendra également une émulation entre les grands magasins parisiens qui cherchèrent chacun le dispositif le plus impressionnant afin de bâtir leur réputation, ou du moins leur image de marque. Cigognes apportant des jouets, Hercule ou Gulliver, furent quelques-uns de ces tableaux lumineux qui marquèrent le plus les esprits. La presse témoigne de cet engouement, dont le principal promoteur fut Fernand Jacopozzi, reconnu pour ses talents par l’octroi du titre de commandeur de la légion d’honneur en 1932. Surnommé « le Magicien de la Lumière », il s’était déjà fait remarqué à diverses reprises et est représentatif d’une génération de jeunes électriciens-publicitaires qui contribuèrent à « spectaculariser » la rue par un usage original de l’électricité. 

Étude de l’œuvre :

Dans un contexte où l’expression « architecture of the night », forgée en 1930 par l’architecte américain Raymond Hood, commençait à se diffuser, une nouvelle réflexion sur lelien entre architecture et électricité émergea en Europe, encouragée par le développement de la publicité lumineuse durant ces années. En 1927 déjà, Walter Kurt Behrendt avait évoqué les possibilités offertes par la lumière électrique en architecture et avait remarqué que son exploitation n’en était encore qu’à ses débuts. Jusque-là, seule la publicité lumineuse avait réussi à utiliser effectivement cette nouvelle liberté. Pour illustrer ses observations, il utilisait un des immeubles des Luckardt brothersà Berlin et y traitait la publicité comme un nouveau problème formel. De même, l’architecte Hugo Häring fut l’un des premiers à définir le potentiel architectural de la publicité lumineuse, dès 1927. Il prédisait notamment que dans un proche avenir, l’apparence nocturne des édifices serait plus importante que le visage diurne : « Advertising is about to replace the architecture ». Il saluait ainsi la destruction de l’architecture à travers l’avènement de la publicité lumineuse. 

            Les décorations de Noël des grands magasins s’inscrivaient architecturalement dans ce vaste mouvement, tout en s’en démarquant : alors que l’électricité commençait à se banaliser, entre leurs mains, elle prolongea encore quelques années son caractère magique et merveilleux, d’autant que Noël constituait la période la plus propice pour la célébration de ce merveilleux. Ces dispositifs nous sont bien connus aujourd’hui, tant par la presse de vulgarisation comme La Nature, concentrée sur les mécanismes d’animation, que par la presse généraliste comme L’Illustration, sensible aux mutations éphémères du paysage urbain, ou par la presse spécialisée, comme L’Affiche. Cette variété des points de vue témoigne de la curiosité suscitée par ces dispositifs dont les enjeux dépassent la simple question esthétique : les sommes engagées par les magasins pour surprendre leur public nous donnent un indice des enjeux financiers induits par l’attraction des acheteurs potentiels. Cette circulation médiatique, entretenue par des schémas et des descriptions, contribua également à la renommée des grands magasins. 

Bibliographie indicative

  • Cabantous Alain, Walter François, Noël, une si longue histoire…, Paris, Payot, 2016
  • Neumann Dietrich, Architecture of the Night. The illuminated building, Munich, Prestel, 2002.
  • Sabatés Fabien, Jacopozzi, le Magicien de la lumière, Frédéric Douin éditions, 2017.

De la guerre totale dans l’environnement urbain : Berlin et son travail de mémoire

Berlin est une ville très riche culturellement, en particulier si l’on songe aux Street Arts qui la parsèment, à son architecture. C’est aussi un phare de l’électro : certains de ses nightclubs sont célèbres en Europe et le pays est reconnu pour son apport dans ce style de musique.

Mais c’est aussi une ville qui a engagé un énorme travail de mémoire, lié à son lourd passé historique. Le nombre de ses musées, de très grande qualité, en est un indice, mais c’est sur la rue que nous allons porter notre regard en nous appuyant sur un article de Viveberlin, un guide touristique collaboratif qui veut promouvoir d’une manière plus personnelle la ville.

Cet article, datant de 2012, s’intitule « The Scars of the war » et présente les traces persistantes de la 2ndeGuerre mondiale sur les édifices du centre-ville. Cet article peut être lu à l’adresse :https://viveberlin.wordpress.com/2012/08/06/the-scars-of-the-war


La modernisation de l’armement via l’innovation de l’automatisme à l’origine de nouvelles balafres urbaines

La ville a fait le choix de conserver les cicatrices de la bataille de Berlin dans son centre, ce qui permet de démontrer deux choses :

 

  • Pour commencer, l’artillerie n’est plus la seule à causer de gros dommages sur les immeubles, certaines armes portatives pouvant elles aussi arracher désormais des pans entiers de mur. Par ailleurs, si l’argument concernant l’antériorité des pratiques de combats urbains peut être avancé, il est vite mis à mal par le fait que des fusils à verrou (un type de fusil dont la culasse dispose d’un levier d’armement à actionner manuellement en suivant un mouvement longitudinale) ne peuvent causer des dommages semblables à une telle échelle. 
  • Ensuite, le développement des armes automatiques, en atteignant une taille drastiquement réduite, a causé une radicale hausse de la violence des combats urbains, dont la bataille de Berlin fut un traumatisme. Par conséquent, on peut subodorer la volonté de garder cette mémoire, littéralement gravée dans la roche, par la conservation des impacts de balles sur les bâtiments.

Voici la liste des principales armes automatiques utilisées à la bataille de Berlin, ainsi que leur fonctionnement :

Figure 1 : Aperçu des armes de la Bataille de Berlin responsables des sévices urbains. (source : créée par l’auteur à partir de photos disponibles sur Google image)

 On constate que les travaux du docteur Richard J. Gatling, qui voulait donner une grande puissance de feu à une seule personne, ont grandement porté leurs fruits. Complétés par ceux de sir Hiram Maxim et John M. Browning – les inventeurs des systèmes automatisés de recul et d’emprunt des gaz -, ils ont conduit à une conséquence désastreuse : n’importe qui pouvait causer un grand nombre de morts.

Or la Seconde Guerre mondiale peut être interprétée comme l’aboutissement d’un processus de nation en armes, dont la distinction du front et de l’arrière s’efface. Le Volkssturm , c’est-à-dire l’enrôlement des civils allemands dans le conflit en les dotant d’armes rassemblées à la hâte, souvent en piteux état ou obsolètes, en est la forme la plus extrême. 

Berlin comme exemple du basculement de la guerre moderne

L’Allemagne a une grande tradition militaire et manufacturière. Par conséquent, préserver dans le paysage urbain les conséquences des débordements de cette tradition peut être interprété comme un rappel à l’ordre. C’est pourquoi Berlin et d’autres villes se sont engagées dans cette voie avec le projet Stolpersteine qui s’inscrit à la fois dans le paysage et dans la façon de vivre la ville. 

En effet, ce projet est constitué de pavés dorés disposés au sol, sur lesquels on peut légèrement trébucher. L’objectif consiste à amener le promeneur à s’y arrêter pour y prêter attention. Ces pavés arborent sur leur surface le nom des familles ayant vécu dans les rues où ils sont disposés, et ayant été persécutées par le IIIeReich.

Figure 2 : Stolpersteine de Berlin (source : creative commons issu d’une photo prise par un amateur et mise sur : wikipédiahttps://commons.wikimedia.org/wiki/File:Berlin_paul-lincke-ufer-41_stolperstein_20050208_p1000301.jpg)

La production industrielle d’armes ayant un potentiel létal jusque-là jamais atteint a permis de ravager des villes. Dresde et Berlin sont presque des villes martyrs, dans la mesure où elles ont payé les exactions perpétrées par les troupes allemandes en Europe de l’Est. Par la suite, la reconstruction a effacé la plupart des sévices, mais la décision politique de garder visibles les dégâts est un moyen de s’adresser à tous, d’être un vecteur de sensibilisation. C’est de surcroît une mise en valeur du passé originale.

 Bibliographie indicative :

  • COCHET François, Armes en guerre, XIX-XXIe siècles : mythes, symboles, réalités., CNRS édition, Paris, 2011.
  • MCNAB Chris, Armes à feu, encyclopédie visuelle, Éditions de L’imprévu, 2015.
  • PEGLER Martin, The Vickers-Maxim Machine Gun, Oxford Osprey Publishing, 2013.
  • ROTTMAN Gordon L., Browning.30 caliber Machine Guns, Oxford Osprey Publishing, 2014.

L’auteur :            

Vincent Huet est étudiant en Histoire Contemporaine à l’Université Bordeaux-Montaigne où il réalise des recherches sur le développement de la mitrailleuse sous l’intitulé « Trajectoire d’innovation et compétition internationale dans le développement de la mitrailleuse du milieu xixesiècle à 1914 ». Ses travaux sont sous la direction du professeur Christophe Bouneau, dans le parcours de Master « Développement, Innovation et Environnement ».

Pour une politique européenne rationnelle de l’énergie dans le secteur du bâtiment, 1984

Le 9 novembre 1984, François-Xavier Ortoli et Étienne Davignon, tous les deux commissaires européens de la Commission Thorn (1981-1985), remettent une note aux « Membres de la Commission européenne », dont l’objet est l’ « utilisation  rationnelle de l’énergie dans le secteur du bâtiment ». Cette note, disponible en libre accès sur le site des archives historiques de la Commission, dans la section « COM » vise à exposer le travail des commissaires sur les réductions de la consommation d’énergie envisageables dans la Communauté européenne.

Continuer la lecture de Pour une politique européenne rationnelle de l’énergie dans le secteur du bâtiment, 1984

« Un écran dans la ville : le Défirama, Paris, 1987 »

Défirama, Paris, 1987
Source : archives privées, G. Deodato, Enghien les bains

Contexte

En décembre 2000, à l’occasion du lancement de la revue de recherche Crossing, Paul Virilio employa pour la première fois l’expression « média-building » pour qualifier les immeubles avec écrans, devenus depuis la norme à Times Square à New York ou à Shibuya à Tokyo. Cette expression décrivait une nouvelle réalité urbaine, la fusion du bâtiment et de l’écran et témoignait d’une transition médiatique en cours de réalisation, voire en voie d’achèvement. D’ailleurs, depuis une quinzaine d’années, les expérimentations mêlant l’architecture au numérique se multiplient, comme en témoignent les pratiques de projection sur les façades, ou encore le projet « Blinkenlights », réalisé en 2001 par le Chaos Computer Club (CCC), une organisation de hackers, à l’occasion de la célébration de son vingtième anniversaire. 

Continuer la lecture de « Un écran dans la ville : le Défirama, Paris, 1987 »

Habiller la ville

Le carnet « Habiller la ville » vise à rassembler du matériel historique (sources commentées, analyse de l’actualité, entretiens avec des chercheurs, veille bibliographique) permettant de dresser un tableau de l’évolution du paysage urbain (France, Europe, monde) depuis l’époque moderne.
La fabrique de la ville et de son paysage s’inscrit dans le temps long même si en réalité, on le sait, les rythmes urbains se superposent les uns aux autres plus qu’ils ne se succèdent. La ville se construit et se reconstruit en permanence, tissant ses réseaux, assumant de nouvelles fonctions, renouvelant son image, ses bâtiments, ses façades, son mobilier urbain. Ce renouvellement est encore plus patent à l’échelle de la rue, du bâtiment, voire du mur lui-même qui subit les assauts du temps, des affiches, ou des tags…
Ses contributeurs sont des chercheurs (principalement des historiens), mais aussi des étudiants en master intéressés par la recherche historique.