Lorsque la ville devient l’art de la révolution. Le street-art en Amérique Latine : entre mémoire et devoir

Le street-art appartient à la catégorie des « illustrations urbaines » qui existent depuis l’Antiquité et contribue à l’expression du peuple et à son émancipation : dénonciation, hommage, résistance… Se servir de la rue et la ville comme source de communication est synonyme de liberté.

Il fait son apparition à Philadelphie, aux États-Unis à la fin des années 60, avant de se répandre, dans chaque pays et dans chaque ville. Dans ce cadre, l’Amérique latine constitue une terre promise et propice à cet art. Cet aspect est encore renforcé de nos jours par l’existence d’un devoir de mémoire et la perpétuation des luttes sociales et politiques.

Dans cette histoire globale, le cas chilien se distingue dans la mesure où le mouvement street-art tire son origine d’un mouvement un peu plus ancien que celui de Philadelphie : le muralisme mexicain dans les années 1910. Ce mouvement découle de peintures, à la gloire de la révolution et des classes sociales qui lui sont associées (prolétaires, paysans), réalisées dans des lieux publics lors de la Révolution mexicaine. Il s’agissait alors de diffuser un message politique et social au plus grand nombre. 

Un exemple de muralisme mexicain

Le street-art au Chili durant la dictature de Pinochet

Le mouvement street-art chilien découle de la mort de Salvador Allende et de la dictature de Pinochet. Pour comprendre les origines de ce mouvement, il faut revenir au début des années 60, quand les partisans d’Allende utilisaient les murs de Valparaíso et d’autres villes du pays afin de soutenir le politicien. Celui-ci n’accède à la présidence qu’en 1970, mais les brigades socialistes qui peinturent les villes chiliennes ont déjà un impact certain et puissant sur la ville de Valparaiso.

Allende à Valparaiso

Le symbole que représente Allende continue par la suite d’inspirer l’habillage révolutionnaire urbain du pays. En effet, le 11 septembre 1973, un coup d’État militaire met fin à l’exception chilienne quand les chars encerclent le Palais présidentiel de la Moneda, acculant Salvador Allende au suicide. Au-delà de l’homme, c’est l’idée même d’un gouvernement d’unité populaire qui disparaît.

Quand Augusto Pinochet prend la tête du Chili en 1973, Valparaíso vit des heures sombres. L’armée recouvre alors les murs de la ville afin d’effacer toute trace de contestation. Ce n’est qu’au départ du dictateur en 1990 que Valparaíso renaît de ses cendres : les peintures murales réapparaissent massivement et, les traces de l’héritage d’Allende restent encore bien visibles sur les murs de la ville.

La ville aujourd’hui :

Aujourd’hui la ville perpétue la mémoire et son devoir historique auprès des jeunes populations, afin de leur rappeler que la liberté n’est pas acquise, qu’elle se paye et se gagne. 

Colorée et émancipée, la ville a décidé de célébrer l’art quand d’autres préféraient un chemin plus consensuel, comme un hymne à ceux qui se sont battus pour la liberté.

Elle témoigne ainsi du dynamisme de ceux qui en font leur terrain de jeu artistique. 

Depuis plusieurs années, la métropole a canalisé son énergie créative avec des investissements importants, légitimant par ce biais l’existence de l’art urbain sur son territoire. Le Museo a cielo abierto propose une galerie à ciel ouvert incluant une vingtaine d’œuvres murales dont l’histoire remonte aux années 60, et le Parque Cultural de Valparaíso, une ancienne prison, s’est transformé en centre culturel multidisciplinaire. Utilisant toutes les surfaces à leur disposition, des muralistes de renommée internationale ont apposé leur griffe sur la ville. Plusieurs Chiliens y ont également laissé leur trace, comme INTI, UKD et Teo Doro. Dans ce dédale de couleurs, le regard peut autant se poser sur du graffiti classique, que sur du fauvisme à la Matisse ou que sur des fresques historiques faisant écho au bruit des balles qui recouvraient jadis ces murs. Mais le dynamisme de Valparaíso ne se limite pas au mural : les galeries et les ateliers se sont multipliés depuis que la ville a repris de l’importance et qu’une importante communauté d’artistes et d’intellectuels s’est établie. Il s’agit d’ailleurs d’une ancienne tradition urbaine puisqu’elle inspira aussi le célèbre poète chilien Pablo Neruda, qui possédait une maison dans le cerro Florida. Dans l’une de ses œuvres, le défunt écrivain s’adresse à la belle Valpo  en lui disant : « Tu n’as jamais eu le temps de t’habiller et la vie t’a toujours prise par surprise. »

L’habillage urbain de cette ville est donc un devoir de mémoire, mais aussi un devoir de société. Le Chili qui a connu comme toute l’Amérique latine les dictatures, s’exprime et raconte son passé par l’illustration urbaine son expression urbaine. « Un mur est une très grosse arme. C’est l’une des choses les plus désagréables avec laquelle donner une claque à quelqu’un. » Banksy

Bibliographie indicative :

  • Pujas S., Street art-poésie urbaine, Paris, Tana 2015
  • Pujas S., Street Art- jeux éphémères, Paris, Tana 2016

L’auteur :

TEYCHON Baptiste est étudiant en deuxième année de master recherche en histoire « du développement, de l’innovation et de l’environnement ». Il travaille, sous la direction du Pr. C. Bouneau , sur le développement de l’Amérique Latine, plus précisément sur le rôle des dynamiques géopolitiques et géoéconomiques dans le développement et la transformation du continent de 1950 à 2015.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.