Les smarts cities : Gardens by the bay à Singapour

­

Qu’est-ce qu’une « smart city » ?

Le concept anglo-saxon de « smart city » a été conçu pour faire face à la concentration croissante des personnes dans les métropoles. En effet, aujourd’hui 50 % de la population mondiale vit dans des villes, alors que celles-ci n’occupent que 2 % du territoire tout en produisant 80 % des gaz à effet de serre. Il s’agit donc de préserver et d’optimiser les ressources ainsi que l’organisation des villes. Il existe donc un enjeu sociétal, environnemental et politique à la mise en place de smart cities. Dans ce cadre, les mégalopoles asiatiques telles que Hong-Kong et Singapour sont pionnières. 

La smart cityutilise les technologies avancées pour optimiser les coûts et l’organisation urbaine, tout en améliorant le bien-être de ses habitants. Cette ville intelligenteutilise à cette fin différents capteurs de collecte de données électroniques pour fournir en temps réel des informations permettant de gérer efficacement les ressources et les actifs. Les données collectées auprès des citoyens sont traitées et analysées pour surveiller et gérer les systèmes de circulation et de transport, les centrales électriques, les réseaux d’approvisionnement en eau, la gestion des déchets, les systèmes d’information, les écoles, les bibliothèques ou encore les hôpitaux. Autrement dit, la gestion intelligente de la ville englobe tout à la fois l’économie, la mobilité et l’environnement. Ainsi, la ville intelligente est celle qui se construit autour des besoins de ses habitants tout en préservant les ressources. Ceux-ci ne sont plus considérés comme des consommateurs de services mais comme des partenaires et des parties prenantes de son développement grâce à la démocratisation des moyens d’information permettant plus de participation.

Un exemple de smart city : Singapour

Singapour symbolise la ville futuriste et s’est intéressée à ce concept dès les années 1980.  Une organisation indépendante, « Gardens by the Bay », composée d’une équipe pluridisciplinaire de professionnels a mis en place un nouveau système de jardin avec pour objectif d’associer développements urbain et durable. Elle dispose d’une équipe interne d’architectes-paysagistes, d’horticulteurs, d’arboristes, d’ingénieurs, d’experts en santé des plantes, en gestion des jardins et des gazons, ainsi que de professionnels de la recherche sur les plantes et de la sélection des orchidées.

Figure 1 : Plan du parc Gardens By the Bay
Source :  http://www.gardensbythebay.com.sg/en/attractions/bay-east-garden.html

Ces jardins sont divisés en trois parties pour une superficie totale de 101 hectares : une partie Sud, une partie Est et une partie centrale (photo 01). La partie sud des jardins, inaugurée en 2012 est caractérisée par l’implantation des « supertrees ». L’initiative de ce projet revient au National parks board de Singapour qui lance en janvier 2006 un concours international de conception de plans directeurs afin de rechercher des idées de conception de classe mondiale. Plus de 70 candidatures ont été présentées par 170 entreprises de plus de 24 pays, dont 35 de Singapour. Le jury, composé de 11 membres, comprenant des experts locaux et internationaux, a distingué les projets de deux lauréats, Grant Associates pour la baie Sud et Gustafson Porter pour la baie Est.

Figure 2 : Vue des principaux supertrees du parc 
Source : https://detours.canal.fr/250-000-plantes-rares/

Les travaux pour la baie Sud ont commencé en novembre 2007, pour un coût total de 400 millions d’euros et comprennent 18 supertrees dont 11, construits avec des panneaux photovoltaïques. Créés par l’architecte Andrew Grant et conçus par les ingénieurs de l’Atelier One, ces supertrees,hauts de 20 à 50 m pour le plus grand (photo 02), sont constitués par une structure métallique et un pylône central en béton, recouverts de 163 000 plantes. Les cimes des arbres sont recouvertes de panneaux solaires et évidées par endroits pour collecter l’eau de pluie qui sert à arroser le jardin. Le soir, ils s’éclairent et s’animent pour un spectacle de sons et de lumières (photo 03).

Ces supertrees sont étroitement liés par leur fonctionnement au Cloud Forest, la plus grande serre du monde. Celle-ci héberge dans une atmosphère rafraîchie et humide les plantes d’une forêt pluvieuse normalement situées à 2000 mètres d’altitude. Le dôme de verre abrite une montagne de 35 mètres de haut, recouverte de végétation luxuriante et depuis laquelle se jette la plus haute cascade intérieure du monde (photo 04). De plus, une centrale à biomasse utilise les déchets d’horticulture du parc nord afin de produire de la chaleur et de l’énergie. Cette chaleur est capturée afin de déshumidifier l’air et de le refroidir pour la climatisation des dômes. Les ramifications aériennes des supertrees servent de système d’évaporation qui permet de réguler la température des deux serres voisines. Ces arbres sont considérés par les chercheurs comme des marqueurs symboliques de l’intégration des technologies vertes dans le paysage (photo 05). L’architecte Andrew Grants a voulu faire de la baie Sud, la destination du XXIe siècle en mêlant nature, technologie et imagination dans ce projet. Ce parc est un endroit de détente pour toutes les personnes qui le visitent, une faune et une flore très variées provoquent un émerveillement aux visiteurs. Il est devenu une des attractions principales de Singapour avec plus d’un million de visiteurs par an.

Figure 5 : Vue d’ensemble de la baie Sud
Source :  https://www.panentour.com/admissions/gardens-by-the-bay/

Webographie :

L’auteur :

GUILLEM Geoffrey est actuellement étudiant en Master 2 de recherche en histoire contemporaine dans l’option « Développement, innovation et environnement », à l’université Bordeaux-Montaigne. Son projet de recherche s’intitule « La cybersécurité, un enjeu essentiel du XXI° siècle. La trajectoire politique et d’innovation de la France. » et est réalisé sous la direction du professeur Christophe Bouneau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.