Gbadolite, ou « Le Versailles de la Jungle »

Figure 1 : palais de Kawele, photo du photographe Gwenn Dumourthieu, issu de son blog : http://www.gwenn.fr/Gwenn_Dubourthoumieu_-_Photographe/LES_PALAIS.html)

À une douzaine de km de la République centrafricaine, sur une colline surplombant la forêt vierge s’élèvent les ruines de Kawele, autrefois résidence principale du « Léopard du Zaïre » Mobutu Sese Seko (1930-1965-1997), à Gbadolite, un somptueux palais de 15 000 m² surnommé « Le Versailles de la Jungle ». À son apogée, il s’agissait d’un site luxueux, symbole de la puissance économique et politique du pays, où Mobutu recevait les chefs d’État venus du monde entier (parmi les plus notables se trouvent le roi de Belgique Baudouin, F. Mitterrand, le Secrétaire Général de l’ONU Boutros Boutros Ghali, et le Pape Jean Paul II).

De prime abord, le lieu choisi surprend. Comment en effet expliquer qu’une ville moderne ait pu voir le jour dans les années 1970 au beau milieu de nulle part, jusqu’à s’ériger en tant que deuxième capitale de la République Démocratique du Congo (RDC), à plus de 1 000 km de la vraie capitale, Kinshasa, dans l’extrême nord de la province du Nord-Ubangi (c.f. carte image 2). 

Une construction urbaine politique

Gbadolite est avant tout une construction mobutiste. C’est la première ville érigée au lendemain de l’indépendance. En 1965, son site actuel ne comprenait qu’un hameau de quelques 1 700 habitants, faits de cases en terre cuite, dépourvu de toutes infrastructures politiques, économiques ou même routières. Le développement de la ville est dû à la seule volonté de Mobutu : issu de l’ethnie de Ngbandi, la principale communauté de la région, le maréchal exprime tôt après son accession au pouvoir par le coup d’État du 24 novembre 1965 la volonté d’installer une résidence parmi les siens, et lance une politique d’urbanisation accélérée et impressionnante. Dans une région peu accessible, plongée au milieu de la brousse et de la forêt équatoriale, Gbadolite sort rapidement de terre et jouit de fonds considérables pour s’ériger en ville moderne – voire en deuxième capitale du pays – avec des infrastructures de pointe dont la plupart des habitants du pays ne pouvaient alors que rêver.

En effet, la ville nouvelle profite d’un confort assez exceptionnel : éclairage nocturne permis par la construction d’un barrage et sa centrale hydroélectrique sur la rivière Ubangi (le barrage Mobayi-Mbongo, d’une puissance installée de 11,4 MW ; très significatif quand on considère que sous l’ensemble de son mandat, seules 3 centrales autre que le projet Inga ont été construites dans tout le pays) ; un réseau d’adduction d’eau potable important ; des hôpitaux, des banques et des écoles renommées (notamment le Collège Présidentiel) ; l’hôtel de luxe 5 étoiles N’Sekele construit en 1979 ; sans oublier un aéroport international (l’un des 5 aéroports internationaux du pays, avec Kinshasa, Lubumbashi, Kisangani et Goma), d’une longueur de piste de 3 200 m, qui accueille notamment à plusieurs reprises le Concorde. Il convient également de porter un regard sur les routes de la région, qui figurent toujours aujourd’hui parmi les mieux entretenues du pays : quand on s’intéresse au réseau dessiné, on remarque que dans l’ensemble de la province du Nord-Ubangi, le réseau asphalté ne compte que 43 km de routes, à savoir 25 km entre l’axe Gbadolite – Mobayi-Mbongo et 18 km entre Gbadolite et Kawele. La priorité politique de cette urbanisation est indéniable, d’autant plus que 5 km de cette route rare avaient pour seul but de conduire Mobutu depuis son palais résidentiel à la case de son ancien instituteur.

La ville croît rapidement, passant de 1 700 habitants en 1967 à plus de 30 000 au milieu des années 1980 et à presque 200 000 habitants aujourd’hui ! Ses habitants n’avaient pas de peine à trouver de l’emploi car la région possède de nombreuses exploitations agricoles (notamment le Centre de Développement Agro-Industriel qui emploie près de 4 000 personnes), des fermes industrielles, des coopératives de producteurs et plusieurs sociétés privées. La ville accueille même plusieurs industries, notamment Coca-Cola en 1988, équipée pour produire 80 000 casiers par mois (même si, en réalité, l’entreprise a dû se limiter à la moitié de sa capacité devant la faiblesse du pouvoir d’achat local). Les entreprises et leurs employés fleurissent jusqu’au renversement de Mobutu en 1997.   

Aujourd’hui, tout à Gbadolite rappelle Mobutu (le slogan devant l’hôtel de ville notamment exprime son rôle premier de « bâtisseur de la ville de Gbadolite »), et rien ne témoigne autant de ces années extravagantes que les palais du Président.

Source : The Guardian, février 2015, « Where Concorde once flew : the story of President Mobutu’s “African Versailles”, https://www.theguardian.com/cities/2015/feb/10/where-concorde-once-flew-the-story-of-president-mobutus-african-versailles)

Les palais, l’énorme, le splendide, le paraître – reflet de la mégalomanie de Mobutu

À sa mort en 1997, sa fortune personnelle est estimée par « Transparency International » entre 5 et 6 milliards de dollars (alors que la dette publique du pays est de 12,5 milliards), une fortune qui se traduit par des propriétés en France, en Belgique, en Suisse, en Italie, en Espagne, au Portugal, et dans divers pays d’Afrique. 

D’emblée, Mobutu veut doter Gbadolite d’une image de richesse, exprimant clairement le désir de concurrencer avec le Versailles du Roi Soleil. 

Source : The Independent, 11 décembre 2017, « Inside ‘Africa’s Versailles’ : Mobutu’s palace estate lies in ruin 20 years after his death », https://www.independent.co.uk/news/world/africa/congo-africa-versailles-palace-mobutu-sese-seko-estate-20-years-death-drc-democratic-republic-a8097951.html)

Pour réaliser cet exploit, il fait construire 3 palais : tout d’abord, le « Palais des Bambous », à l’intérieur même de la ville, conçu par l’architecte Cacoub, destiné à la tenue de conférences politiques.  Deux autres palais, l’un de forte inspiration chinoise, l’autre plus moderne, sont élevés sur la colline de Kawele, à 7 km de Gbadolite, destinés à accueillir la famille de Mobutu et à divertir ses invités. 

Rien ne peut être trop exubérant. Le palais de Kawele est entièrement façonné de marbre de Carrare ; toutes les pièces et couloirs sont couverts de peintures et de sculptures d’artistes réputés et sont pourvus de lustres en cristal ;  les deux piscines sont éclairées tout au long de la nuit et des enceintes y entonnent des chants grégoriens et de la musique classique. La chambre de Mobutu a la modeste surface de 60 m², avec un lit télécommandé capable de s’élever pour admirer la vue sur son jardin, et sa salle de bain comporte, entre autres, deux jacuzzis. Mobutu importe même un nombre important d’animaux exotiques qu’on ne trouve pas sur le sol congolais pour peupler son parc royal. L’ensemble du projet aurait coûté 400 millions de dollars, et la rémunération du personnel (estimé à 700 employés et 300 soldats) ainsi que le fonctionnement de l’ensemble de l’équipement impliquent 120 millions de dollars supplémentaires par an. 

Source : reportage de RTBFréalisé en 1988, « Les Palais de Mobutu », https://www.youtube.com/watch?v=8Y8tKjA1OIU

Une urbanisation politique qui n’a pas échappé aux aléas politiques de la fin des années 1990.

Aujourd’hui, peu subsite de la splendeur passée des lieux et des palais. Quand, après de nombreuses années de guerre, l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo (AFDL), prend le pouvoir à  Kinshasa en mai 1997, renversant alors effectivement l’homme qui tenait les rênes du pays pendant plus de 30 ans, les troupes ont tôt fait de diriger leur colère sur la ville, ses habitants et ses palais. Aujourd’hui, presque rien ne demeure des infrastructures, notamment électriques et technologiques, et les somptueuses résidences du maréchal ont été lourdement pillées. Seul le palais chinois repose encore sur ses fondements solides, mais perd petit à petit la bataille contre une nature de plus en plus envahissante.

Source :  The Guardian, février 2015, « Where Concorde once flew : the story of President Mobutu’s “African Versailles”»

L’histoire de Gbadolite, autant sa construction que son déclin actuel, est ainsi intimement liée au politique. La ville n’a en outre jamais perdu son enjeu symbolique : quand, en 1998, le Mouvement de Libération du Congo (MLC), soutenu par l’Ouganda et dirigé par Jean-Pierre Bemba, se déclare opposant au régime de Kabila, une de ses premières actions consiste à prendre Gbadolite des mains du gouvernement et à en faire le quartier général du groupe pendant plusieurs années. Ainsi, le « Versailles de la Jungle » constitue aujourd’hui encore un lieu emblématique du pouvoir même quand celui-ci y est absent depuis plus de 20 ans.

Bibliographie Indicative : 

  • JANSSEN Pierre.À la cour de Mobutu, Paris, éd. M. Lafon, 1997. 
  • VAN REYBROUCK David Grégoire. Congo : une histoire, Arles, éd. Actes sud, 2012
  • VELLUT Jean-Luc. Villes d’Afrique : explorations en histoire urbaine, Tervuren (Belgique), éd. Koninklijk Museum voor Midden-Afrika, 2007.

L’auteur :

DECEUNINCK Rens est étudiant en Master 2 « Développement Innovation Environnement » ; il réalise son mémoire sous la direction du Pr. C. Bouneau, sur le sujet « La trajectoire de l’électrification du Congo (actuelle République Démocratique du Congo) depuis les années 1920 : enjeux rétrospectifs et prospectifs ».



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.