Nouvelle lisibilité de l’urbain. L’affiche à Paris au 18e siècle

Les imprimés affichés du 18esiècle doivent être replacés dans le contexte de la métropole parisienne au 18esiècle, société urbaine à «alphabétisation limitée ». Tout le monde ne sait pas nécessairement lire, mais les citadins savent à quoi sert le document écrit et peuvent soit le déchiffrer, soit solliciter l’aide d’un autre.

Une estampe qui représente la célèbre banqueroute de Law en 1720 met en avant l’importance des éphémères circulant alors dans les rues. L’image permet également de souligner la profusion d’écritures exposées ; parmi elles les enseignes, les plaques de rues, et les affiches.

A. Humblot, Rue Quicampoix en l’année 1720, estampe. Source : Gallica

Louis-Sébastien Mercier fait état d’une conscience toute particulière de cette nouvelle « lisibilité de l’urbain » liée aux affiches. Une œuvre reconnue de ses contemporains, L’An 2440, publiée en 1771 s’ouvre sur ces quelques lignes :

« En sortant de chez moi je vis une place publique qui m’était inconnue. On venait d’y dresser une colonne pyramidale qui attirait les regards des curieux. J’avance, et je lis très-distinctement : l’an de grâce 2440. Ces caractères étaient gravés sur le marbre en lettres d’or.
D’abord je m’imaginai que c’était une erreur de mes yeux, ou plutôt une faute de l’artiste, et je m’apprêtais à en faire la remarque, lorsque ma surprise devint plus grande en jetant la vue sur deux ou trois édits du souverain attachés aux murailles. J’ai toujours été curieux lecteur des affiches de Paris. Je vis la même date 2440 fidèlement empreinte sur tous les papiers publics. Eh, quoi ! Dis-je en moi-même, je suis donc devenu bien vieux sans m’en apercevoir : quoi, j’ai dormi six cent soixante-douze années ! »

Louis-Sébastien Mercier, L’An deux mille quatre cent quarante, 1776, p. 2

Dans cet extrait, Mercier identifie le regard sur l’affiche à un quasi-réflexe citadin, faisant entrevoir une pratique citadine nouvelle pour s’orienter et s’informer dans l’espace urbain. On voit également la coexistence de deux types d’écritures exposées : l’inscription épigraphique et l’affiche.  Notons d’ailleurs une hiérarchisation sous la plume de Mercier de ces derniers : s’il regarde d’abord l’inscription, il croit à une « faute de l’artiste » et vérifie par l’affiche.

D’un point de vue matériel : la main de l’artiste sur la pierre est donc considérée comme davantage sujette à erreur par contraste l’esprit de l’imprimeur composant l’éphémère apparaît plus fiable. Placé dans un contexte métropolitain, cette anecdote semble alors renvoyer à une nouvelle manière de s’informer et d’habiter le territoire urbain.

L’illustration de ce quasi réflexe citadin fait alors apparaître deux pratiques de lecture : entre lecture collective et lecture silencieuse et individuelle. De plus elle met en évidence une mutation dans la manière d’habiter la ville dans un territoire urbain de moins en moins caractérisé par les rapports de voisinage et l’interconnaissance des habitants.

Bibliographie indicative :

  • Bonnet Jean-Claude (éd.), Louis Sébastien Mercier, un hérétique en littérature, Paris, Mercure de France, 1995, 512 p.
  • Mazeau Guillaume, Dupuy Pascal, Guichard Charlotte, Taws Richard et Griener Pascal, « Cultures visuelles et révolutions : enjeux et nouvelles problématiques », Annales historiques de la Révolution française, 1 juin 2013, no 372, pp. 143‑160.
  • Roche Daniel, Le peuple de Paris : essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, [Paris], Fayard, 1998, 380 p.

L’auteur :

Laurent Cuvelier est doctorant au Centre d’histoire de Sciences-po (CHSP). Sa thèse en cours est dirigée par Stéphane Van Damme (EUI) et Antoine Lilti (EHESS) et s’intitule “Capitale de l’écrit. Inscriptions affichées et culture visuelle dans le Paris des Lumières”. Il est actuellement ATER à l’université de Caen-Normandie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.