La guerre des post-it

En juin 2011, une employée d’Ubisoft, rue Armand-Carrel à Montreuil, afficha sur la fenêtre de son bureau un « Invader » réalisé grâce à des post-it. Cet acte initialement anodin et à portée décorative, déclencha en réalité un phénomène estival. En effet, les employés de bureau des immeubles ayant une vue directe sur sa fenêtre, en particulier ceux du siège de la banque BNP Paribas, décidèrent de répondre à l’appel. Ainsi, le département informatique de la banque dessina à son tour un canon, inspiré du jeu Space Invaders, qui permet dans ledit à jeu de se défendre contre les envahisseurs de l’espace. Cette riposte fut perçue comme une déclaration de guerre chez Ubisoft qui répondit à la provocation par un Mario recouvrant toute une fenêtre.

Ubisoft contre BNP Paribas. Source: https://www.gamoover.net/Forums/index.php? 

Tour à (ou par) tour, semaine après semaine, personnages et objets de licence vidéoludiques, cinématographiques et de bande-dessinées apparurent sur les façades. Ainsi s’affrontèrent des représentations de Mario, de Link, du jeu Pong, de Megaman, d’un X-Wing, d’Obélix, des Lapins Crétinsou encore de Puzzle Bubble. Contagieuse, ce que l’on surnomma « la post-it war » se répandit dans l’ensemble du quartier de la Défense, à l’image de l’œuvre de l’artiste Invader : le paysage urbain se trouva envahi.  

Les post-it occupèrent les vitres des immeubles de la Société Générale, de Merck et de GDF-Suez qui arbora fièrement sur six étages un Tintin en cosmonaute évoquant l’album Tintin, on a marché sur la Lune. Le front s’étendit sur toute l’Ile-de-France notamment à Issy-les-Moulineaux, rue Camille-Desmoulins du côté d’Eurosport, de France 24, de Coca-Cola et de Vidal. 

Cette guerre fut aussi logistique et témoigna de la capacité de ravitaillement des services de fournitures des entreprises concernées. La taille croissante et la complexification des constructions amenèrent certains à battre en retraite. Ainsi, un salarié de France 24 révéla sur Twitter les causes de la défaite de son entreprise :  la pénurie de post-it couleurs. 

La bataille des géants. Source : http://www.postitwar.com/post/9664038140/post-it-image-of-asterix-et-obélix-paris-la

            Si à première vue, cette activité peut sembler fastidieuse, elle contribua en réalité à souder les équipes qui y consacraient leurs temps de pause et d’after work. Cette guerre s’étendit aussi en province, à Lyon et à Bordeaux, où un Megaman apparut au quai de Bacalan. L’affrontement avait la vertu d’offrir un temps de décompression et de fédérer les employés qui travaillaient ensemble sans véritablement se connaître. Pour la plupart, les employeurs acceptèrent la situation, même si certains rechignèrent comme chez Renault où les fauteurs de troubles furent jetés à la poubelle. L’armistice fut signé à l’occasion de pique-niques, où se rencontrèrent les belligérants. 

            Pour conclure cet été de prouesse artistique, la Société Générale riposta au Tintin de la GDF-Suez en installant en l’espace d’1h30 9 000 post-it sur six étages pour représenter un Obélix portant le fier Astérix sur le bouclier gaulois. 

Bibliographie indicative

  • TOMBLAINE Philippe, Jeux vidéo ! Une histoire du 10ème art, Montélimar, Les moutons électriques, 2015
  • BESSON Anne, “Les Envahisseurs De L’espace Sont Parmi Nous : Vers Une Esthétique Quotidienne Du Pixel. », ReS Futurae 5, 04 May 2015. Disponible sur OpenEdition : https://journals.openedition.org/resf/634
  • WOOD Alix, Urban Street Art, New York, Gareth Stevens Publishing, Print. Wood, Alix. But Is It Art?, 2015.

L’auteur :

LÉTANG Rémy est étudiant en master 2, Histoire des Mondes Modernes et Contemporains parcours « Développement Innovation Environnement » sous la direction de M. Christophe Bouneau. Ses travaux portent sur « La place de l’industrie vidéoludique en France des années 1980 à nos jours ». Conférencier à l’Université Bordeaux Montaigne pour le label Montaigne in Game, il est également doubleur de voix et chroniqueur chez Radio Campus Bordeaux 88.1 tous les mardis soir dans l’émission « Suite 881 ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.