Jean de Selys Longchamps et l’habillage mémoriel

Une figure de la résistance belge : Jean de Selys Longchamps

À l’origine, Jean de Selys Longchamps (1912-1943) est officier dans la cavalerie de l’armée belge pendant la campagne des 18 jours, du 10 mai au 28 mai 1940. Maist il refuse la capitulation de la Belgique qui s’ensuit et rejoint Dunkerque pour continuer le combat. Il est d’abord évacué vers l’Angleterre, avant de repartir en France. Cependant, à son arrivée, le pays vient de capituler à son tour. C’est pourquoi il rejoint Marseille, prend un bateau pour Gibraltar, et arrive au Maroc où il est finalement arrêté par les autorités de Vichy qui le condamnent et l’enferment à Montpellier. Il parvient à s’évader puis à rejoindre l’Espagne, puis Londres, où il devient pilote.

Jean de Selys Longchamps devient une figure de la résistance belge, réputé pour sa combativité, mais surtout pour avoir mitraillé avec son avion, le 20 janvier 1943, le siège de la gestapo à Bruxelles, situé au 453 avenue Louise. Cette attaque, sur le plan strictement militaire, ne fait que cinq morts, mais elle est d’une grande précision. En effet, aucun autre bâtiment n’a été touché. Rétragradé par sa hiérarchie à Londres qui lui reproche cette initiative qui n’était pas prévue dans sa mission d’origine, il reçoit néanmoins la Distinguished Flying Cross pour le récompenser de ce fait d’arme exceptionnel. Sur le plan psychologique, c’est une réussite, car elle entraîna une vague de résistance dans le pays

Garder la mémoire de la résistance

« En plein jour Le 20 janvier 1943 Cet immeuble, repaire de la Gestapo Durant la guerre 1940-1945, a subi Le feu vengeur des canons de l’avion du Capitaine Baron Jean-Michel de Selys Longchamps du 1er Régiment de Guides, Flying Officer à la Royal Air Force » Plaque commémorative posée par la RAF en 1947

 

Cet exploit du pilote belge lui vaut en 1947, une plaque commémorative, offerte par la RAF, et posée sur le bâtiment qu’il a mitraillé en 1943. Puis, cinquante ans plus tard, en 1993, est posée une stèle pour lui rendre hommage en face du numéro 453 avenue Louise, à la demande d’anciens combattants belges.

Stèle commémorative posée en 1993

Cette stèle permet trois ans plus tard de conclure une enquête journalistique de la RTBF sur les différents bâtiments de la gestapo de Bruxelles et de redécouvrir les caves de ces bâtiments, utilisées pour la torture (diapositive numéro 4). À cette occasion, des graffitis inscrits dans la pierre et laissés par les prisonniers (résistants et juifs) ont d’ailleurs été décelés.

Stèle commémorative de 1993

Malheureusement, il a encore fallu attendre quinze ans (en 2011) pour que Daniel Weyssow, chargé de projet au sein de la fondation Auschwitz puisse y avoir de nouveau accès, dans le cadre d’une journée d’étude. Les informations recueillies alors ont permis la publication en 2013 de l’ouvrage intitulé Les caves de la gestapo, Reconnaissance et conservation. Pourtant, la bataille mémorielle est loin d’être gagnée, puisque les propriétaires de ces caves sont réticents à l’idée de laisser les historiens et spécialistes étudier ces témoignages. Quant aux élus politiques, ils éprouvent des difficultés à concilier d’un côté un devoir de mémoire d’intérêt public et de l’autre, le droit à la propriété privée.

Graffitis trouvés dans les caves des bâtiments de la Gestapo avenue Louise à Bruxelles

Bibliographie indicative :

  • Van den Wijngaert Mark et DujardinVincent, La Belgique sans Roi, 1940–1950, vol. 2, Bruxelles, Éd. Complexe, coll. « Nouvelle Histoire de Belgique, 1905–1950 », 2006 
  • Van DoorslaerRudi (dir.) et al., La Belgique docile, Bruxelles, CEGES-SOMA, 2007
  • Jacquemyns Guillaume et Struye Paul, La Belgique sous l’Occupation allemande : 1940–1944, Bruxelles, Éd.Complexe, 2002 
  • Baete Hubert, Les Forces belges au Royaume-Uni, 1940-1945 : Comité 44-94, Ostende, Defence, 1994

L’auteur :

Entor Nicolas est inscrit en Master 2 DIE (Développement, Innovations et Environnement) et son mémoire porte sur les innovations aéronautiques dans l’aviation de la Seconde Guerre mondiale sur le front Méditerranéen.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.