Imprimer sa présence : quand les migrations s’affichent sur les murs des villes

Repérer des présences ou l’esquisse d’une géographie

Pour les géographes, la pratique du terrain constitue une étape essentielle du travail de définition de la diversité des pratiques de l’espace et des modalités d’inscription des populations au sein des espaces urbains contemporains. Cette pratique ouvre à des méthodes d’observation qui requièrent une disponibilité importante lorsqu’il s’agit d’interroger des présences discrètes, minoritaires au sein de l’espace public. En cela, l’enquête de terrain rejoint les préoccupations soulignées par Colette Pétonnet lorsqu’elle définissait son travail d’observation sous l’expression d’observation flottante :

« Elle consiste à rester en toute circonstance vacant et disponible, à ne pas mobiliser l’attention sur un objet précis, mais à la laisser « flotter » afin que les informations la pénètrent sans filtre, sans a priori, jusqu’à ce que des points de repères, des convergences, apparaissent et que l’on parvienne alors à découvrir des règles sous-jacentes ». 

Source : Pétonnet Colette, « L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, 1982, tome 22 n°4. pp. 37-47.

Dans le cadre des recherches conduites dans le champ des migrations internationales, l’étude des espaces d’installation de populations étrangères a pu focaliser toute son attention sur l’observation des pratiques de l’espace, des interactions quotidiennes entre nouveaux arrivants et populations «autochtones » au sein d’un même quartier et, du fait d’une recherche ciblée, laisser de côté des formes d’expression de ces présences, plus éparses, fugaces ou pour le moins discrètes. En se rendant disponible à ces formes d’expression de la présence, il ressort très nettement que la ville accueille en ses murs et sous une variété de formes, l’expression de ces présences nouvelles. 

Cette attention portée à ce qui peut être rapproché d’une démarche indiciaire (en référence aux travaux de l’historien Carlo Ginzburg) offre de nombreuses perspectives de recherche et se prête à différentes réflexions sur la définition de ces expressions. Ces marquages de l’espace peuvent mettre en lumière une présence affirmée telle une bannière ethnique, comme celles des devantures de l’ethnic businness, mais aussi se situer dans l’ombre des passants ordinaires et se donner à voir à ceux qui peuvent en décoder les contenus. Ainsi placée dans le registre de l’indice, la géographie a tenté, notamment dans les travaux de Vincent Veschambre, de définir un registre d’analyse structuré autour des notions de trace et de marque (cf. Figure 1).   

Figure 1 – Les différences de registre entre trace et marque
Source : Veschambre V. (2008) Traces et mémoires urbaines enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes: Presses universitaires de Rennes, p.11

 

Affichages de la migration : ethnicité exposée, revendication politique et (in)visibilité religieuse

Parmi les indices des présences étrangères sur les murs de la ville, nous pouvons distinguer plusieurs formes ou types d’affichages. Qu’il s’agisse de graffitis, d’affichages informels de publicités ou d’annonces collées sur les murs, d’enseignes commerciales de boutiques de migrants ou encore, du signalement de l’entrée d’un lieu associatif ou d’un lieu de culte, ces marques dans l’espace public n’ont pas toutes les mêmes fonctions, ni durées, ne s’adressent pas aux mêmes publics et présentent des degrés divers de visibilité (le contexte d’accueil, l’existence ou non de politiques d’intégration, jouent bien sûr une influence notable). La méthode ethnographique de l’observation fine, à des échelles « micro » (rue, pans de murs, mobilier urbain…), répétée à différents moments de l’année, de la semaine ou de la journée, ne peut être considérée comme suffisante pour saisir intégralement la manière dont les migrants recomposent la ville et ses quartiers ; cependant, elle permet une première approche, ainsi qu’une première cartographie des présences étrangères en milieu urbain.

Les graffitis contenant un message politique, comme sur les photographies ci-dessous prises dans le centre-ville de Poitiers et à Santiago du Chili, peuvent être difficiles à interpréter. En effet, l’auteur du « No Border… » ne nous est pas connu et, s’il fait référence aux politiques migratoires de l’Union européenne et de la France (et à ses effets pervers), il n’est pas forcément migrant lui-même. Il peut avoir la nationalité du pays et appartenir par exemple à une association ou à une ONG, locale ou internationale, luttant pour la défense des droits des migrants. Il peut être un militant indépendant également. Dans un registre inverse, il en va de même pour le graffiti enregistré à Santiago. Il conserve le même anonymat, mais il donne à lire la présence d’une population immigrée : les Colombiens. Pour la géographie, il conviendra dans tous les cas de s’interroger sur le contexte de production de ces graffitis autant que sur leurs temporalités :  le choix de la localisation du graffiti a pu être réfléchi, afin d’augmenter sa visibilité et son impact dans l’espace public, mais la stratégie a pu répondre à d’autres logiques, personnelles à l’auteur. Enfin, la temporalité du graffiti est éphémère : le moment où il a été réalisé ne correspond pas au moment où le chercheur l’a détecté. Il peut également être rapidement recouvert, par d’autres graffitis, affichages ou par de la peinture, sur ordre des autorités ou des services de nettoyage locaux.

 

 

 

Concernant les photographies des enseignes commerciales ci-après (« Daba afro cosmétique », « Épicerie LJ3 – Spécialités africaines » puis « Atelier Afro »)­­, les noms inscrits sur ces devantures de boutiques nous informent de la présence « africaine » dans ce quartier central de la ville de Toulouse (Saint-Cyprien) – d’autant plus que ces commerces dits « ethniques » ne sont pas les seuls de la rue, ils y sont particulièrement concentrés, notamment les salons de coiffure « afro ». Au-delà de l’analyse des couleurs, de la typographie utilisée, des signes, symboles ou dessins ajoutés ou non à côté des noms des commerces et des méthodes d’éclairage et de mise en valeur, le chercheur se doit d’être attentif également aux sous-titres et aux autres formes d’écrits sur l’ensemble des devantures (vitrines, enseignes éventuelles perpendiculaires au mur, etc.). Il arrive qu’il y ait un décalage entre l’ensemble de ces écrits (le nom de l’enseigne perpendiculaire ne correspond pas toujours au nom inscrit sur la devanture par exemple), preuve que les mises à jour ne sont pas toujours effectives, que certaines traces des commerces précédents peuvent perdurer et se superposer aux plus récentes. Les gérants de ces commerces, alimentaires et non alimentaires, ont ici choisi d’afficher leur appartenance ou affinités identitaires en rapport avec le continent africain dans son ensemble (Afrique subsaharienne mais également Afrique du nord), participant ainsi à la cosmopolitisation de la ville.

 

 

Aucune identité nationale précise n’est perceptible viaces enseignes, tandis que d’autres peuvent préciser discrètement la région d’origine du propriétaire (une épicerie de la même rue intitulée « BGM » fait par exemple référence au Bahr el-Ghazal Market, du nom de la région sud-soudanaise d’où est originaire le gérant). Les produits et services proposés semblent être destinés à une clientèle d’origine africaine (produits de beauté et de soins pour peaux noires, cheveux frisés ou crépus, aliments dits « exotiques »). Cependant, une recherche plus approfondie (observation des pratiques, entretiens avec les commerçants, questionnaire aux usagers et passants) a permis de conclure que les gérants comme les clients du quartier ne sont pas systématiquement d’origine africaine. L’épicerie « LJ3 » est tenue par des migrants originaires du Sri Lanka et les produits qui y sont vendus viennent à la fois d’Asie et d’Afrique ; les clients peuvent être d’origine maghrébine, antillaise, brésilienne, malgache, il peut en outre s’agir de couples « mixtes » ou de Français ayant vécu ou voyagé en Afrique. Ces derniers peuvent venir du quartier, de toute la ville, voire au-delà, témoignant de la capacité polarisatrice de ces lieux. Par ailleurs, les salons de coiffure de la rue visent généralement une clientèle dite « mixte » et ne sont pas « excluants », contrairement à ce que pourrait penser spontanément le passant, qui lira trop rapidement l’enseigne.

 

 

Dans le contexte français (et laïque) toujours, la présence de minorités religieuses étrangères peut être selon les périodes particulièrement médiatisée et cristalliser les tensions, du point de vue des politiques, des électeurs mais aussi des habitants. Si l’on pense spontanément à l’islam (débats autour de la construction de mosquées, des prières « de rue », des pratiques informelles…), d’autres minorités religieuses étrangères s’insèrent aujourd’hui dans les interstices des grandes villes. Le protestantisme évangélique et les Églises pentecôtistes et charismatiques sont notamment redynamisés partout dans le monde, particulièrement dans les Amériques et en Afrique. En migrant et en circulant, les populations participent à la diffusion et aux recompositions de ces mouvements religieux contemporains. Certains commerçants choisissent parfois d’afficher leur appartenance religieuse, comme sur la photographie ci-dessous (épicerie « A.B Exotique – La Gloire de Dieu », Saint-Cyprien, Toulouse). La vitrine devient le support d’affichage de flyersou de publicités annonçant tel ou tel événement ou rassemblement religieux dans la ville rose.

 

 

La question des lieux de culte minoritaire dans la ville est plus sensible ; en effet, ces Églises, qui peuvent rassembler plusieurs dizaines de personnes, n’organisent pas leurs séances de culte dans des églises protestantes traditionnelles. Comme ailleurs dans le monde, elles négocient de vastes espaces originaux (salles de cinéma, stades, salles de réception, hangars, locaux au sein de zones d’activités tertiaires…), ces espaces n’ayant pas de vocation religieuse à la base mais devenant dès lors, multifonctionnels, temporairement occupés par des groupes religieux évangéliques. Leur inscription urbaine est donc parfois temporaire et souvent plus discrète. Depuis l’espace public, depuis la rue, il devient difficile de  soupçonner la présence d’une Église ou d’une salle de prière, du fait de l’absence d’affichage, d’enseigne ou de plaque à l’entrée. Ce sont d’autres types d’affichages (Cf. photographie ci-dessous, panneau d’affichage localisé à la sortie de la station de métro « Mirail Université »), les affichages virtuels (pages/groupes Facebook) ainsi que des entretiens croisés menés avec des migrants, des fidèles ou des responsables religieux, qui permettent de repérer ce genre de lieux de culte minoritaires (souvent situés en périphérie urbaine), d’en connaître les coordonnées précises (adresse postale, site Internet, numéro de téléphone…), ainsi que les acteurs et formes d’organisation.

 

 

Conclusion

L’ensemble de ces éléments renvoie plus globalement à une géographie sensible de l’espace, à la création de mondes migratoires qui se laissent voir, deviner, ou bien encore nous être totalement inconnus (mais qui recomposent et influencent à leur manière les sociétés et les espaces hôtes). L’observation de la ville dans un cadre théorique qui peut-être celui de « l’ambiance » urbaine, nous rapproche des propos de Philippe Artières :

« il faut s’enfoncer dans l’épaisseur de la ville, se perdre dans l’infini de ces minuscules détails, des petits signes éparpillés, de ceux énormes qui couvrent l’entrée de nos cités, de ceux modestes que l’on oublie de regarder : une étiquette arrachée, un autocollant effacé, des mots gravés à la va-vite sur une vitre… (…) Être attentif à ce dialogue continu des signes qui ne sont pas seulement beaux, mais qui font histoire. Car ce monde sensible de la ville est toujours contemporain, ni la patrimonialisation ni aucun règlement ne parviennent à le neutraliser, il résiste, il échappe à tout mode de gouvernement. C’est la force de la ville. Elle est un réservoir incontrôlable d’imagination ». 

Source : Philippe Artières, La ville écrite, Éditions du Centre Pompidou, Paris, 2012, p. 13).

Bibliographie indicative :

  • Berthomière, W. « Les espaces de l’hospitalité, fonction-miroir de sociétés se pensant assiégées » Science And Video, MMSH (Aix-en-Provence), 2017, http://scienceandvideo.mmsh.univ-aix.fr/Varia/Pages/berthomiere.aspx
  • Bordes-Benayoun, C., « De la rue ethnique au vaste monde », in Brody, J. (dir.), La rue, PUM, Toulouse, 2005, 281-293.
  • Chabrol M., Dubucs H., Endelstein L., « Centralités marchandes, de l’entrepreneuriat ethnique à la diversité urbaine », in Hily, M.H., Ma Mung, E., Scioldo-Zürcher, Y. (dir.),Étudier les migrations internationales, Presses Universitaires de Tours, 2019 (à paraître).
  • Endelstein L., « La rue commerçante casher et la globalisation du religieux », Géographie et Cultures, n°71, 2009, pp. 41-56.
  • Picard J., « Du lieu de passage au territoire d’ancrage : les Églises et les migrants africains chrétiens du Caire », Les Cahiers d’Outre-Mer, n°274/vol. 69, 2018, pp. 133-160.
  • Raulin A., Conord S., Berthomière W., Ebilitigué I., Färber A., Ma Mung G. et Veiga Gomes H., « Migrations et métropoles : visées photographiques », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 – n°3 et 4,  http://journals.openedition.org/remi/8188

Les auteurs : 

  • BERTHOMIERE William est géographe, directeur de recherche au CNRS et membre du laboratoire Passages (UMR 5319 – Maison des Suds Pessac). Appuyées sur la notion de migrant−acteur, ses recherches mettent en lumière des modes d’ancrages et des modalités d’appartenances révélatrices de manière de faire société dans un monde inscrit dans le processus de globalisation. Dans une perspective plus phénoménologique, ces travaux interrogent les dimensions spatiales de la présence. Une large part de son activité scientifique est également consacrée à une réflexion méthodologique sur l’usage et la place de l’image (fixe ou animée) dans la recherche en SHS.

 

  • PICARD Julie est maître de conférences en géographie à l’Université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et membre du laboratoire Passages (UMR 5319 – Maison des Suds Pessac). Ses recherches portent sur les processus de reterritorialisation urbaine des migrants subsahariens (Le Caire, Toulouse), observés au prisme du religieux et/ou du commerce, et à l’origine de recompositions discrètes des villes et des sociétés d’accueil. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.