Habiller la ville : l’affiche en guerre à Londres (1939-1942)

À l’aube de la Seconde Guerre mondiale, l’affiche apparaît comme un excellent moyen de communication, tant pour le gouvernement que pour les civils. Utilisée à des fins politiques ou de propagande, comme publicités ou support d’informations, elle habille les murs, les boutiques, les théâtres, les cinémas, voire les bus.

Contexte 

Le 3 septembre 1939, le Royaume-Uni entre en guerre contre l’Allemagne suite à l’invasion de la Pologne par l’armée allemande. Durant un an, les armées anglaises et françaises s’agglutinent le long de la ligne dit Maginot durant ce qu’on appelle la « Drôle de Guerre ». Après l’invasion des Pays-Bas, de la Belgique et enfin de la France en mai 1940, Hitler met en place une opération du nom de SeeLöwe (« le lion de mer ») afin d’envahir le Royaume-Uni, dernier obstacle à son hégémonie occidentale. Pour préparer cette invasion, Hitler a besoin d’un contrôle absolu des airs. Commence alors une campagne intensive de bombardement des infrastructures aériennes anglaises (postes de radios, aérodromes, usines, etc.). Dans la nuit du 24 août 1940, malgré la formelle interdiction de bombarder des civils, Londres est bombardée et le lendemain une expédition de représailles est lancée sur Berlin.

Comme Churchill la veille, le Führer est fou de rage. Bien que l’opération soit un désastre en soi (seuls 1/3 des bombardiers anglais reviennent de ce bombardement), elle est symboliquement forte : l’Allemagne est attaquée et sa capitale, bombardée. 
Le Blitz (« éclair ») débute alors. Il consiste en un bombardement intensif des villes du sud-ouest anglais et surtout de Londres, plus grande ville du Royaume-Uni, siège de la monarchie et du gouvernement. Cette campagne est traumatisante pour les populations et c’est à ce moment précis que l’affiche prend une importance digne d’intérêt.

L’affiche apparaît alors comme un moyen de communication praticulièrement utile pour communiquer avec la population. Elles sont souvent produites par le gouvernement et ses différents ministères. Ministères de la Santé, de l’Armée, de la R.A.F, de l’Information et même de l’Agriculture, tout est mis en œuvre pour soutenir les Londoniens et faire tourner la machine à propagande. En parallèle, paraissent des affiches d’anonymes, de citoyens et même des affiches publicitaires se servant du Blitz avec dérision pour promouvoir leur entreprise.

Les affiches « d’Etat »

Le gouvernement utilise massivement ce mode de communication et ce dont témoignent les murs de la ville. Il s’agit avant tout d’affiches de recrutement, dans le cadre du National Service (Fig. 1). Apparues dès le début du conflit, elles prennent souvent à parti le citoyen en le pointant du doigt (littéralement), en lui faisant remarquer qu’il manque à l’appel pour vaincre l’ennemi.

UNITED KINGDOM – MAY 10: World War II poster – Forces Recruitment – ATS and WAAF (Photo by The National Archives/SSPL/Getty Images)

Le recrutement, bien qu’essentiellement destiné aux hommes, est décliné pour les femmes notamment avec l’ATS (Auxiliary Territory Service) et dans l’armée de l’air les WAAF (Womens Auxiliary Air Force), des branches de volontaires féminines pour l’effort de guerre. La méthode semble efficace car on compte plus de 180.000 engagées à la fin de la guerre. (Fig. 2)

Vient ensuite l’affiche de prévention, notamment après le début du Blitz, qui indique les abris anti-aériens les plus proches (Fig. 3), bien souvent des arrêts du métro londonien, véritable lieu de survie. L’affiche de prévention touche aussi la santé, et notamment en cas d’attaque au gaz. Même si cette crainte ne s’est jamais réalisée, la peur de voir se reproduire l’horreur du gaz des tranchées de 14-18 est réelle. C’est pourquoi les APR (Air Raid Précautions) se chargeaient de l’information et de la distribution des masques à gaz. (Fig. 4)

Posters advertising various entertainments, including German symphony music, share wall w. poster (bottom R) reading LEAVE THIS TO US SONNY- YOU OUGHT TO BE OUT OF LONDON re evacuation of children from the city because of German air raid attacks. (Photo by David E. Scherman/The LIFE Picture Collection/Getty Images)

Par ailleurs, l’affiche a joué un rôle majeur lors de l’opération Pied Piper. Organisée par une branche du ministère de la Santé dédiée, elle consistait à évacuer des civils de Londres et du sud-est anglais. Ce sont 1.500.000 personnes qui ont été évacuées, dont la moitié d’enfants, d’où l’importance qui leur est accordée sur l’image. (Fig. 5).

Enfin, le ministère de l’Agriculture profite aussi de la rue pour promouvoir les « Jardins de la victoire », c’est-à-dire des parcelles cultivées dans des jardins privés et dans des parcs publics destinés à combler la pénurie alimentaire. « Dig for Victory » apparaît comme un motto facile à retenir et fut utilisé dans beaucoup d’affiches publiques. (Fig. 6/7/8) comme ici au Tower of London.

Néanmoins, les affiches probablement les plus diffusées au Royaume-Uni à l’époque sont celles comportant l’inscription « Keep Calm », imprimées à 400.000 exemplaires pour la première version, près de 800.000 pour la seconde. La 3eet dernière version, sûrement la plus connue, a, quant à elle, été imprimée à 2.5 millions d’exemplaires même si elle fut peu diffusée à cause des critiques quant aux coûts de production et au message arrogant qui était diffusé. (Fig. 9/10)

Les affiches « civiles »

Les Londoniens se sont également servis de l’affiche pour faire passer des messages, souvent dans une démarche de dénonciation. L’affiche ci-dessus fait par exemple référence au bombardement de Berlin suite à celui effectué sur Londres le 24 août 1940. Le message diffusé invite aux représailles, même si ce genre d’opération n’est pas prévue par la R.A.F. qui profite du bombardement incessant de Londres pour se relever de deux mois de batailles difficiles pour son aviation. (Fig. 11/12). 

De plus, la guerre n’a pas mis fin aux activités économiques, si bien que les affiches publicitaires continuèrent d’être utilisées à des fins commerciales. Dans l’exemple ci-dessus, l’entreprise du London Costal Coaches, basé à Victoria Station, est une entreprise de voyage en bus qui tourne en dérision les événements. En effet, la gare routière a perdu beaucoup de clients à cause de la guerre, mais elle s’adresse directement aux clients en leur indiquant : « Peu importe si Hitler a ruiné nos vacances, réservez ici ». (Fig. 13). 

L’affiche s’inscrit donc dans une politique urbaine de diffusion du message. Le gouvernement en est le principal commanditaire, même si les civils se la sont aussi appropriée, dans un contexte difficile où ils avaient peu de moyen pour diffuser leurs idées. Il serait intéressant d’analyser l’impact de ces affiches sur la population. En effet, même si beaucoup ont marqué les esprits, certaines ne sont devenues des symboles qu’a posteriori, comme le « Keep Calm and Carry On ». Mal acceptée à l’époque, elle est devenue aujourd’hui un vrai symbole marketing. 

Bibliographie indicative

  • BARRY Stéphane et LE BLAY Éric, Propagande ! Les affiches temps de guerre 1914-1918 / 1939-1945, Bordeaux, Mémoring, 2015
  • MOORE Kate, The Battle of Britain, IWM, Oxford, Osprey Publishing, 2010
  • PASSERA Françoise, Les affiches de propagande, 1939-1945, Caen, , Editions du Mémorial de Caen, 2007

L’auteur

GASSIARINI Remy est étudiant en master recherche d’Histoire Développement Innovation et Environnement. Il écrit actuellement son mémoire sur les trajectoires d’innovation de la Royal Air Force et de la Luftwaffe entre 1935 et 1941. L’idée d’écrire un billet sur les affiches de propagande et d’informations lors du Blitz sur l’Angleterre lui est venu en se rappelant de la double exposition au Musée d’Aquitaine et Jean Moulin de Bordeaux sur les affiches en temps de guerre. Elle colle d’ailleurs à son sujet car il se sert de certaines de ces affiches notamment sur la propagande de recrutement de la RAF et s’inscrit aussi sur l’histoire de l’urbain et comment l’utilisation de ces affiches l’affecte. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.