Afficher les revendications féministes sur les murs des villes

Le cas des “collages anti-féminicides”

Bâtiments publics, stations de transport en commun, façades de bâtiment, monuments constituent les multiples supports d’affichage utilisés pour la campagne féministe lancée en 2019. Celle-ci repose sur des collages dénonçant les féminicides et s’est implantée dans la plupart des grandes villes françaises, et présente des messages allant du slogan (« On ne veut plus compter nos mortes. », « Elle le quitte, il la tue. ») à une courte description des circonstances de certains des féminicides en particulier (« Céline, défenestrée par son mari, 19e féminicide »). Le mouvement, initié par Marguerite Stern, membre des Femen, a pour but de briser le silence et le tabou autour des féminicides, 115 au moment de la rédaction de cet article au début du mois novembre depuis le début de l’année 2019. 

Les collectifs et anonymes participant à ces collages utilisent l’espace public et les murs des villes pour mettre en évidence une situation souvent minorée par les médias traditionnels comme la presse écrite ou télévisée. Désormais, le relais médiatique est pris par la ville et ses murs, avec cette particularité de forcer le regard du passant. En effet, ce mode de communication permet de délivrer un message qui s’impose à l’observateur qui se trouve placé dans l’impossibilité de détourner le regard, c’est-à-dire de choisir de lire ou non le message : l’œil est capté par ce qui s’affiche sur les façades de l’espace public. 

Ces collages dénoncent le manque de réaction des acteurs concernés, qu’il s’agisse des forces de l’ordre, de la Justice ou plus généralement de l’État, face aux féminicides et compensent un écho jugé trop faible à chacun de ces décès. Une telle démarche d’alerte, de revendication et de dénonciation n’est pas nouvelle, et a été précédée d’actions plus classiques comme des marches ou des manifestations à l’initiative de collectifs féministes pour la sécurité des femmes, mais également des actions jugées polémiques (en particulier celles des Femen). Mais alors, pourquoi décider d’habiller les murs des villes de ces collages, au risque de recevoir une amende ?

 

Le rapport des femmes à l’espace public

Pour le comprendre, il faut se pencher sur la place des femmes dans les villes et l’espace public, et ce sur un temps long. La question de l’insécurité n’est pas nouvelle et l’on peut observer, dès le XIXe siècle dans des manuels de savoir-vivre destinés aux jeunes filles, que des recommandations sont données quant à leur attitude à adopter vis-à-vis de l’espace public : la prudence est de mise, ainsi que la discrétion, et dans l’idéal, la compagnie d’un homme. Les sorties nocturnes ou le fait de regarder un homme directement dans les yeux sont, au contraire, à prohiber. Les femmes doivent donc appréhender la ville sous l’angle du risque et de la modération (tant concernant la plage horaire que leur liberté ou la fréquence de leurs sorties). 

De plus, l’historienne Michelle Perrot remarque la différence de sens du terme « public » dès lors qu’il est associé à un homme ou une femme. Un « homme public » est un homme de renom, quand une « femme publique » a une connotation péjorative liée à la prostitution. Cependant, cette dissymétrie est largement antérieure au XIXe siècle, et s’appuie sur l’organisation sociétale antique, où l’espace de l’homme est l’agora, l’espace public de débat et d’expression, et celui de la femme l’oikos, espace privé et domestique. Ce schéma est par ailleurs consacré par les Lumières et Rousseau dans son Contrat social, où il exclue les femmes qu’il considère comme des mères plutôt que des citoyennes. 

La ville et ses usages se sont donc construits alors que les femmes n’en étaient pas actrices et depuis leur émancipation au tournant du XIXe et du XXe siècles, elles doivent composer avec des espaces au mieux neutres, au pire hostiles. Par ailleurs, des auteurs comme Guy di Méo en 2011 ou Coutras en 2003 pointent « des mécanismes toujours à l’œuvre qui font des villes […] des espaces profondément inégalitaires. […] » et dénoncent  « les politiques publiques […] pour leur tendance à privilégier les besoins des hommes face à ceux des femmes ». Ainsi, l’insécurité persiste dans les milieux urbains (64 % des femmes résidant à Paris et dans sa proche banlieue déclarent ressentir un sentiment d’insécurité en 2017) et se rapproche de la thématique plus générale des violences faites aux femmes. Finalement, le féminicide n’en représente que le cas extrême. Cela dit, les collages font état de violences domestiques, et non de violences perpétrées dans l’espace public, et c’est ce qui apporte une autre dimension à cette démarche. En effet, les violences faites aux femmes dans la sphère privée s’affichent dans un espace où il possible de rendre public le débat. Si les espaces domestiques sont difficilement contrôlés par les pouvoirs publics, les rues le sont davantage. Dès lors, voir ces collages pose la question de la frontière et du rapport entre les domaines privé et public concernant les violences faites aux femmes. Au-delà d’une simple question domestique, il s’agit d’un véritablement sujet de société qui doit transcender les distinctions spatiales.. 

L’absence des femmes en tant qu’actrices de l’espace public

Si les femmes semblent s’être émancipées depuis les dernières décennies, il persiste une invisibilisation de la gent dans l’espace public, venant appuyer l’idée qu’elles n’en sont pas encore actrices et qu’il ne leur appartient pas. À titre d’illustration, seules 2 % des rues françaises sont nommées d’après des femmes. La ville célèbre les « grands hommes » de la République sur ses murs, comme reflet d’une histoire et d’un roman national « androcentrique » (Bourdieu). Pour répondre à cette problématique, le collectif féministe Nous Toutes a entrepris le 8 mars 2019, à l’occasion de la Journée Internationale du Droit des Femmes, d’apposer des affiches imitant les plaques de nom de rue, cette-fois ci féminisées, comme alternative à cette dominance masculine dans l’espace public et, par extension notre histoire. 

Affiche « Rue George Sand », Marie Rouge pour Libération, 8 mars 2019

Face à une ville potentiellement violente et qui nie la présence des femmes (dans la vie publique comme dans l’Histoire), l’affichage des violences faites aux femmes prend tout son sens et rappelle que l’égalité proclamée dans la devise française est encore loin d’être atteinte. 

Les répercussions de cette campagne peuvent difficilement être évaluées à ce jour. Cependant, il est certain que le message délivré entraîne des réactions, parfois de soutien (non-signalement aux services de propreté, partage sur les réseaux sociaux…), parfois hostiles (amendes, nettoyage immédiat, arrachage…). Ces affiches, clivantes, ne sont pas nécessairement une solution au problème des féminicides, mais ont néanmoins le mérite d’ouvrir le débat et de mettre en lumière une question encore taboue. 

Tweets de soutien aux affiches anti-féminicides, Service de la propreté de Paris (@Proprete2Paris), 25 novembre 2019

Affiche du collectif NousToutes déchirée, Rue de Rennes à Paris,
14 novembre 2019, Stéphanie Le Gallic

Bibliographie indicative :

L’auteur :

PEIFER Melissa est étudiante en Master 2 (2019-2020) en histoire contemporaine, parcours Développement, Innovation et Environnement. Elle travaille sur l’agriculture française dans la mondialisation à travers ses représentations audiovisuelles, de 1947 à nos jours, sous la direction du Pr Corinne Marache.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.