Une controverse artistique urbaine : ‘‘Les deux plateaux’’ de Daniel Buren

Colonnes de Buren. Source : http://www.vupasvu.com/agenda/les-colonnes-de-buren-au-palais-royal

Une commande d’Etat

En 1985, le ministre de la Culture Jack Lang passe commande à l’artiste Daniel Buren d’une œuvre pour magnifier les 3000 m2 de la cour d’honneur du Palais-Royal, jusque-là occupée par un parking. Le lieu n’est pas anodin : haut-lieu de culture, il abrite en son sein le ministère de la Culture, mais aussi le théâtre de la Comédie Française.

La commande est osée : à cette époque, Daniel Buren est connu et reconnu par son utilisation de bandes blanches et de couleurs alternées verticalement. Mais il est aussi réputé pour être un provocateur et pour remettre en cause le pouvoir des institutions artistiques, notamment celui des conservateurs ou des commissaires d’exposition. Par cette commande, Jack Lang entend prouver que l’Etat ne craint pas l’art subversif. 

L’œuvre qu’il propose se veut résolument moderne par ses colonnes de hauteurs différents qui créent visuellement un rythme qui contraste avec le classicisme de la colonnade du Palais-Royal. Elle est une invitation au public à investir l’espace, à circuler entre ses colonnes, à s’y asseoir, à les grimper. Mais elle est aussi éminemment classique, à plus d’un titre : ses 260 colonnes rigoureusement alignées évoquent d’abord l’architecture antique. Ensuite, elles sont réalisées avec des matériaux nobles, en adéquation avec la culture du site : du marbre blanc de Carrare et du marbre noir des Pyrénées.

Une réception controversée

Dès janvier 1986, alors que l’œuvre n’est pas encore construite, elle provoque un tollé général dans un climat de campagne électorale. Des pétitions circulent. On reproche à Buren de vouloir défigurer les lieux alors que l’œuvre avait au contraire été pensée in situ par l’artiste.

Grâce à une violente campagne de dénonciation, le journal Le Figaro et des riverains du Palais Royal obtiennent par décision judiciaire, l’arrêt provisoire des travaux. Une douzaine d’articles paraissent entre août 1985 et mai 1986. Comme le rappelle David Cascaro, le journal passe du rôle de tribune publique de dénonciation au rôle de dénonciateur lui-même. L’Académie des Beaux-Arts et quelques personnalités apportent leur légitimité à la cause. Des manifestations sont organisées. L’opinion s’exprime aussi sur les palissades qui entourent le chantier. Le débat se déplace des journaux sur ces planches : slogan, prises de position et graffiti s’étalent à la vue de tous. De son côté, la mobilisation en faveur de l’œuvre de Buren s’organise à l’initiative du magazine Globe, soutenu par plusieurs artistes et intellectuels.

Finalement, le nouveau ministre de la Culture, François Léotard, décide de l’achèvement de l’œuvre en raison du droit moral de l’article. L’installation est terminée le 30 juin 1986 et Daniel Buren obtient un Lion d’or à la biennale de Venise la même année. 

Une œuvre devenue « conformiste » ?

En 2018, le ministère de la Culture organise une exposition destinée à mettre en valeur l’art urbain. Parmi les œuvres choisies se trouve Le Module de Zeer, installé sur sept colonnes d’une des galeries longeant la cour du Palais Royal. Sur les colonnes, les impressions de modules composent des rayures horizontales qui dialoguent avec les colonnes Des deux plateaux qui lui font face. 

Cependant, dans une lettre adressée au Ministère, Daniel Buren fait valoir son droit moral et regrette de ne pas avoir été prévenu de l’installation éphémère. Celle-ci doit finalement être retirée afin de ne pas dénaturer l’œuvre originale, autrefois scandaleuse, désormais conformiste.

Bibliographie indicative :

  • Cascaro David, « Les ‘‘colonnes’’ de Buren, une crise politico-artistique », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°59, juillet-septembre 1998, pp. 120-128

Une réflexion sur « Une controverse artistique urbaine : ‘‘Les deux plateaux’’ de Daniel Buren »

  1. Que c’est laid et pire : ennuyeux. Le caca nerveux de Buren à propos du Module de Zeer ne fait que renforcer l’idée que j’ai de « l’artiste », un vieux c*n prétentieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.