Le renouvellement des places publiques de Bayonne : une démarche politique urbaine piétonne se plaçant entre développement durable et sauvegarde culturelle

C’est en 2011 que la ville de Bayonne prit la résolution de s’engager dans une démarche de développement durable, à la fois urbain et environnemental, s’illustrant sous la forme d’un « Agenda » à suivre, l’Agenda 21. Réactualisant ses enjeux en 2016, la municipalité bayonnaise décida de lancer une grande politique de réaménagement urbain sur tout son territoire qu’il s’agisse de bâtiments, d’axes de communication, ou encore de places publiques.

Le choix de s’intéresser plus précisément au sujet de ces-dites places n’est pas anodin. Du hameau à la métropole, il a toujours existé au sein de ces territoires urbains des espaces emblématiques, accessibles au public, occupant des rôles importants, voire vitaux, et permettant un bon fonctionnement entre les habitants. En outre, lors d’un projet d’urbanistique, le terme « Agora » est utilisé afin de qualifier les espaces piétonniers, terme faisant volontairement écho à l’Agora de la Grèce Antique, soulignant l’impact de ces endroits dans la vie quotidienne des riverains. Ce sont ainsi principalement des lieux d’échanges, de spectacles et de rassemblements. 

Par conséquent, la ville de Bayonne dut faire face à un défi d’aménagement concernant la majorité de ses places publiques, cherchant à les modeler à l’image d’un nouveau style de vie, plus moderne, actuel et pratique, sans pour autant oublier le rôle important et patrimoine culturel qu’elles représentent.

La place Jacques Portes : une histoire bayonnaise racontée par les monuments et aménagements

-Photo haut : Place Jacques Porte, mai 2014, source : Google Map.
-Photo bas : Place Jacques Porte actuelle, novembre 2019, source : photo prise personnellement.

Place emblématique bayonnaise, la place Jacques Portes constitue aussi l’une des artères centrales de la ville. Commençant aux Monument aux Morts et allant jusqu’au centre historique de Bayonne, tout en offrant un chemin vers la célèbre Cathédrale Sainte-Marie, elle occupe une place économique importante par la présence de plusieurs magasins commerciaux, dont les célèbres Galeries Lafayette.

Rénovée en fin 2018, la place a désormais un caractère plus épuré, réservé désormais aux piétons. Les places de parking ont disparu, offrant un espace bien plus ajusté aux rassemblements de populations et de spectacles, surtout dans le cadre des Fêtes de Bayonne, tout en donnant une vue sur des bâtiments emblématiques du centre bayonnais, comme les Galeries Lafayette et le Château-Vieux, patrimoine local datant du Moyen-Âge et rénové par Vauban au XVIIe siècle. En outre, la municipalité voulut renforcer cet héritage historique par l’installation de pancartes et de plaques relatant l’histoire de la ville, rédigées en plusieurs langues, dont le basque.

La place de la Liberté/ de la Mairie : principal lieu d’échange entre les Bayonnais et leur maire

Photo gauche : Place de la Liberté, 2016, source : http://danielle-justes.com/portfolio/place-de-la-liberte/
-Photo droite : Place de la Liberté actuelle, novembre 2019, source : photo prise personnellement.

La place de la Liberté occupe une position phare. Positionnée devant la Mairie, du côté du balcon, elle représente symboliquement la relation entre les habitants et la municipalité qui l’écoute et dialogue lors de déclarations officielles. L’exemple le plus parlant est très certainement la cérémonie d’ouverture des Fêtes de Bayonne, c’est-à-dire le moment où le maire déclare à la foule l’ouverture officielle des réjouissances, tout en lui jetant les clefs de la ville.

Jadis composée d’une fontaine et de mosaïques représentant les armoiries de Bayonne, la place fut réaménagée, en 2019, dans une optique de renouvellement des voies de transports urbains. La place est donc devenue plus sobre, sans ornements. Suite aux travaux, les mosaïques ont disparu de la place, cette dernière assumant totalement son remodelage dans un souci mêlant urbanisation et transports en commun.

Le Carreau des Halles : un marché historique

-Photo haut : Les Halles de Bayonne actuelles, novembre 2019, source : photo prise personnellement.
-Photo bas-gauche : Photographie des Halles de Bayonne, carte postale ancienne, années 1900, source :http://www.paysbasque1900.com/2014/02/les-halles-de-bayonne_11.html
-Photo bas-droite : Les Halles de Bayonne, août 2017, source : Google Map.

Autre grande place commerciale bayonnaise, le Carreau des Halles est un passage incontournable, abritant le marché traditionnel de la ville. Élevées durant les années 1860, les Halles étaient composées de deux grands bâtiments, rassemblés au fil du temps, laissant un espace ouvert au public ainsi que des commodités. C’est principalement ici qu’ont lieu les rencontres entre Bayonnais, qui s’y rendent pour y acheter leurs victuailles et pour discuter de la vie quotidienne locale.

Tout comme la place Jacques Portes, le Carreau eut droit à un réaménagement complet à la fin de l’année 2018, donnant un espace plus épuré et adapté aux rassemblements publics. Ainsi, le grand parking au centre de la ville fut transformé en lieu plus propice à un afflux important de personnes, comme lors du marché hebdomadaire ou des spectacles, en particulier lors des fêtes de Bayonne.

La place Patxa : le résultat d’un travail collectif entre riverains et la municipalité bayonnaise

-Photo haut : Place Patxa, février 2018, source : https://www.sudouest.fr/2018/02/12/la-place-patxa-de-bayonne-4193572-4018.php
-Photo bas : Place Patxa, novembre 2019, source : photo prise personnellement.

L’exemple de la place Patxa se trouve être un sujet bien atypique dans la vie des riverains bayonnais. Localisée au sein de la zone résidentielle du centre-ville de Bayonne, dans la partie dite du « Petit Bayonne », elle occupe d’abord la fonction de parking. Elle a néanmoins la particularité d’avoir un passé historique important compte tenu des fresques s’y trouvant. Ces dernières rendent hommage aux militants basques du groupe « Iparretarrak », un mouvement indépendantiste. En outre, ces dessins devinrent même l’emblème du quartier, les habitants s’y attachant énormément et ne songeant pas à les voir disparaître lors d’une éventuelle rénovation de la place. D’ailleurs, plusieurs associations de riverains travaillèrent en collaboration avec la municipalité à partir de la fin 2017 afin de préserver cette identité symbolique. Leur démarche aboutit puisque la place Patxa fut rénovée et inaugurée en mai 2019, devenant ainsi une place entièrement piétonne et ayant préservé les fresques.

En somme, la municipalité de Bayonne semble tenir ses engagements d’aménagements urbains, en tentant de conserver et de mettre en avant le plus possible le patrimoine historique de la ville, tout en remodelant les places, devenues piétonnes. 

Si la place Jacques Portes et le Carreau des Halles se posent plus comme des lieux historiques, s’inscrivant à travers les âges, et façonnant l’image de Bayonne, les places de la Liberté et Patxa apparaissent plus comme le résultat d’une volonté de dialogue et coopération entre riverains et la municipalité bayonnaise.

Toutefois, même si tous les héritages historiques bayonnais ne peuvent être maintenus, il est nécessaire de reconnaître que cette politique d’aménagement a un coût, celui de sacrifier l’accès au centre-ville aux véhicules, ce qui peut avoir un impact le commerce bayonnais.

Bibliographie indicative :

  • BOUDOUX-ROUSSEAU Laurence, CARBONNIER Youri, BRAGARD PHILIPPE, La place publique urbaine du Moyen-Âge à nos jours, Arras, Artois Presse Université, 2007
  • HAURIT Benjamin, Le centre historique de Bayonne et le nouveau centre de Saint-Jean de Braye: Deux figures urbaines, deux dynamiques de centralités, mémoire de Master professionnel 2ème année, sous la direction de Jean-Marie Billa, Bordeaux, Université Bordeaux Montaigne, 2013

L’auteur :

STARTCHENKO Cyrille est étudiant à Bordeaux-Montaigne, poursuivant ses études de Master 2 d’Histoire contemporaine (2019-2020), et étant en spécialité DIE (Développement-Innovation-Environnement). Ses travaux concernant son mémoire, portent sur le sujet suivant « Étude comparative : L’image de l’Union Soviétique, à travers son aspect touristique, diffusée en Italie et en France, de 1945 à 1989 », sous la direction du Professeur Christophe Bouneau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.