La sécurisation des Blockhaus de la plage de Tarnos

Pour Christelle Neveux diplômée des Beaux-Arts du Mans et titulaire d’une maîtrise d’Arts Plastiques dont le sujet  de mémoire publié en 2000 est : « Le Mur de l’Atlantique : vers une valorisation patrimoniale ? »  les fortifications du Mur de l’Atlantique représentent un « patrimoine déconsidéré ».

Contexte d’élaboration du document 

LADEPECHE.fr, « Quand les blockhaus essayaient de se fondre dans le paysage », 17/05/2015

Le paysage de la plage de Tarnos porte des vestiges de l’histoire de la ville. En marchant sur la plage du Métro jusqu’à la plage de la Digue à Tarnos, on peut observer des constructions en béton armé, laissées à l’abandon sur le sable et sur la dune. Parfois recouverts de tags, ces édifices sont parfaitement intégrés à leur environnement.

Contexte de construction 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne nazie occupe une grande partie du territoire français. Ainsi, tout le littoral français (le Mur de l’Atlantique et le Mur de la Méditerranée) est fortifié à travers la construction de blockhaus. C’est dans ce contexte que la ville de Tarnos est occupée dès l’année 1940. 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la construction du Mur de l’Atlantique en France n’a pas débuté dès l’Armistice. En effet, l’Allemagne a, au départ, une attitude offensive envers cette façade et prévoit des assauts vers la Grande-Bretagne et une occupation de l’espace maritime. Cependant, face à l’extrême résistance de la Royal Air Force, l’Allemagne abandonne ses projets à l’ouest et se tourne vers l’URSS de Staline. De plus, l’entrée en guerre des Etats-Unis à partir de l’année 1941 oblige l’Allemagne à consolider ses positions à l’ouest en cas de débarquement allié : c’est alors une guerre sur deux fronts qui se met en place. En effet, c’est à partir de 1942 qu’Hitler ordonne la fortification du littoral atlantique pour se prémunir d’éventuels assauts alliés. Des Pyrénées à la mer du Nord, ce sont 8 000 bunkers qui sont construits en deux ans le long de 4 000 km de plages. Cet immense chantier est mené par l’ingénieur Fritz Todt. Ces édifices se sont fortement dégradés au cours du temps, ils n’ont jamais été restaurés et sont exposés aux conditions océaniques parfois peu clémentes.

Les blockhaus après la guerre 

Au lendemain de la Guerre, les blockhaus sont pillés, notamment par des ferrailleurs. Entre les années 1950 et 1970, la population tente d’oublier l’épisode douloureux de la Seconde Guerre mondiale. Les blockhaus sont donc laissés à l’abandon ou dissimulés, recouverts par des monticules de terre et de gravats. C’est ainsi que leur conservation s’est détériorée et qu’ils se sont progressivement transformés en lieux de squat et de dépotoirs. Ce n’est que quelques décennies plus tard que l’on leur porta un regain d’intérêt. 

Après la guerre, les blockhaus sont également utilisés pour des opérations, des essais militaires et des entraînements tels que le déminage. Aujourd’hui, ils ne sont plus utilisés et demeurent pour la plupart à l’abandon. Cependant, certains ont été vendus par l’armée à des particuliers ou à des collectivités et ont été rénovés. La dune de la plage de Tarnos est fortement marquée par ce passé guerrier puisque c’est encore à cet endroit que se déroulent les opérations militaires du régiment de Bayonne, le 1er RPIMA (régiment de parachutiste et d’infanterie de marine).

L’adaptation de ces édifices à leur nouvel environnement 

Comme nous pouvons le voir sur cette photographie prise au champ de tir à Tarnos, les blockhaus s’intègrent au paysage lunaire de la dune. Ils sont recouverts de végétation et la faune endémique en a fait son lieu de vie. C’est aussi un moyen d’expression artistique puisque la ville fait intervenir des grapheurs pour les décorer. 

Photofraphie issue du journal de Tarnos, Tarnos Contact, n°188, octobre 2019, p.16

C’est aussi un lieu où les jeunes aiment se retrouver. Il est possible de monter sur les blockhaus et d’admirer l’océan et les montagnes en prenant un peu de hauteur. C’est par ailleurs un lieu où passent beaucoup de cyclistes, de coureurs ou encore de marcheurs. 

Cependant, ces constructions militaires ne font pas l’unanimité. Bien qu’ils témoignent des événements historiques du siècle précédent et du Génie militaire de l’armée allemande, certains critiquent leur présence pour diverses raisons, et notamment car ce sont des édifices anciens et constituant un danger permanent, lié à leur détérioration, pour les personnes qui les approchent. 

L’enjeu de la sécurisation des blockhaus 

Les blockhaus ne sont pas sans danger. En effet, ces bâtiments ont environ 80 ans ,n’ont pas toujours été restaurés depuis leur construction et sont exposés aux conditions climatiques océaniques. Ils ont été construits en béton armé – béton agrémenté de grandes barres de métal pour rendre l’édifice plus résistant – si bien qu’aujourd’hui, dans la plupart des cas, les blockhaus sont fortement détériorés et les morceaux de ferrailles à ciel ouvert, ce qui représente un risque important pour les usagers. De plus, des morceaux de béton sont décollés des édifices et menacent en permanence de s’effondrer. Sur la photographie, nous pouvons aussi voir un trou béant. En résumé, les dangers de cette zone sont multiples et il faut y remédier rapidement pour pouvoir tirer profit de cet endroit chargé d’histoire.

Dès lors, conjointement, le Conservatoire du littoral, la commune de Tarnos et l’Office National des Forêts (ONF) ont décidé de restaurer ce site historique pour le sécuriser d’une part, et d’autre part pour l’inclure dans le plan d’aménagement de la ville à long terme. La zone des blockhaus, c’est-à-dire la dune, est classée en périmètre Natura 2000, ce qui implique que les travaux doivent respecter des critères précis pour préserver cet environnement fragile avec une faune et une flore fragile. La ville annonce que les travaux devraient durer dix mois. 

Par ailleurs, certaines villes optent pour la destruction de ces édifices historiques. En effet, la commune voisine de Tarnos, Ondres, a estimé en 2014 que les blockhaus présents sur la plage accéléraient l’érosion de la dune. 

Bibliographie indicative :

  • DESQUESNES, Rémy, Le mur de l’Atlantique en France, Rennes, Editions Ouest-France, 2015
  • NEVEUX, Christelle, Le mur de l’Atlantique : vers une valorisation patrimoniale ?, Paris, L’Harmattan, Collection : Patrimoines et Sociétés, 2003

L’auteur :

Mosnier Adrian est actuellement en deuxième année de master recherche intitulé : Développement Innovation et Environnement sous la direction de Monsieur le Professeur Christophe Bouneau (2019-2020).  Son sujet de recherche est le suivant : « Les médias européens et les campagnes électorales européennes depuis 1979 : le cas d’Euronews ». Le sujet de son billet de recherche présenté dans le cadre du cours dispensé par Madame C. Le Mao est : « La sécurisation des blockhaus de la plage de Tarnos ». 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.