La ville en réseaux : une brève histoire de l’autoconsommation collective d’électricité en ville depuis le début du XXIème siècle

L’autoconsommation collective d’électricité représente la liaison d’un producteur et d’un ou plusieurs consommateur(s) au sein d’une même personne morale. L’autoconsommation permet de produire une électricité qui est d’abord consommée localement et ensuite injectée sur le réseau électrique en cas de surplus. Dans le milieu urbain, l’autoconsommation collective d’électricité concerne principalement les habitats collectifs (immeubles, résidences, etc.) mais également les entreprises. Ce système joue un double rôle dans la transformation de la ville : par l’installation de nouveaux objets techniques dans le paysage urbain (panneaux solaires photovoltaïques) mais aussi par le développement d’une nouvelle gouvernance des réseaux électriques urbains.

Illustration 1 : Schéma de l’autoconsommation collective d’électricité. Source : Commission de régulation de l’énergie

 A la lumière du concept d’ « urbanisme des réseaux » (G. Dupuy) qui s’intéresse à l’évolution du rôle social, économique et culturel des réseaux électriques urbains, l’autoconsommation collective redéfinit la ville en apparence, avec le déploiement de nouveaux objets techniques et transforme la gouvernance des réseaux électriques urbains.

  1. Gérer les réseaux électriques en ville : l’essor d’une expérience collective au XXIème siècle

A partir des années 2000, la tarification de l’électricité, par le biais de tarifs incitatifs ou dissuasifs en fonction de la tension du réseau électrique, représente un premier volet de la responsabilisation des consommateurs (habitants, entreprises, collectivités) pour faciliter la gestion du réseau électrique. Au cours de la décennie, les innovations technologiques et numériques successives font jouer un rôle plus important au consommateur qui passent de consommateur responsable à « acteur-réseau » (ou consommacteur). L’information de la consommation des acteurs et de la tension du réseau électrique doit faciliter sa gestion à l’échelle locale et nationale. Cette mise en intelligence du réseau électrique (smart grids) entend transformer sa gouvernance, notamment par des dynamiques d’autogestion de l’électricité. 

Aujourd’hui, le concept d’acteurs-réseaux entre dans une deuxième phase, qui dépasse le seul stade de la gestion intelligente de la consommation électrique, pour intégrer l’autoproduction et l’autoconsommation collective d’électricité en zone urbaine. Le développement de micro-unités de production d’électricité (individuel ou collectif) rend plus poreuse la frontière entre producteur et consommateur. L’acteur-réseau intègre à la dimension responsable de sa consommation électrique, la possibilité de produire lui-même, individuellement ou collectivement, tout ou partie, de sa consommation d’électricité. Justifiée par des progrès technologiques, l’évolution du cadre législatif et la volonté croissante des utilisateurs d’être des acteurs engagés dans la gestion du réseau, l’autoconsommation collective d’électricité connaît un développement particulier en France depuis plusieurs années. Le développement de système d’autoconsommation collective d’électricité « conduit […] à interroger le changement de statut de la planification énergétique dans les zones urbanisées ».

2. La naissance de l’autoconsommation collective d’électricité en ville : de la politisation à l’adoption d’un cadre législatif   

L’idée d’ « autoconsommation collective » n’est pas une nouveauté, mais relève plutôt d’un développement progressif, faisant passer la pratique d’une sous-culture à une contre-culture.

La question de la décentralisation du système de production d’électricité et de responsabilisation sociale des citoyens dans leur consommation apparaît dès les années 1970 avec l’émergence d’un courant d’écologie politique. Dès 1975, Ivan Illich, l’un des pionniers de la pensée écologique, insiste sur l’importance d’une « volonté politique de décentralisation [pour] créer les conditions d’une technique rationnelle », notamment de maîtrise de l’impact environnemental de la production et de la consommation d’énergie. Cette thèse d’une nécessaire décentralisation du système de production et de consommation d’électricité connaît un essor particulier avec l’émergence (ou la réémergence) des énergies renouvelables. Face à une filière électronucléaire hypercentralisée, les énergies renouvelables apparaissent comme des technologies de remise en cause du paradigme énergétique.

Illustration 2 : Exposition/Energies nouvelles. Source : Les Amis de la Terre (1979)

 S’inscrivant dans la politique de promotion d’électricité issue d’énergies renouvelables, l’encadrement de l’autoconsommation collective connaît un processus législatif relativement classique et rapide. Entre 2013 et 2014, la constitution d’un groupe de travail au sein du ministère de l’Écologie et du Développement durable entraîne la parution d’un premier rapport en faveur de l’autoconsommation et l’autoproduction d’électricité issue d’énergies renouvelables. Les conclusions du rapport sont reprises au sein de la loi relative à la Transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) du 17 août 2015 qui autorise la mise en place de mesures nécessaires au « développement maîtrisé et sécurisé des installations ». Dans ce cadre, l’ordonnance relative à l’autoconsommation d’électricité du 27 juillet 2016 permet un premier encadrement du statut de l’autoconsommation individuelle et collective. Ratifiée par la loi du 24 février 2017 et complétée par le décret d’application du 28 avril 2017, l’autoconsommation dispose aujourd’hui d’un cadre légal complet.

3. Expérimentation de l’autoconsommation collective d’électricité à Bordeaux : une nouveauté urbaine pour un nouveau paradigme énergétique

Près de la Gare St Jean à Bordeaux, l’inauguration de la résidence « Les Souffleurs » constitue la première expérimentation d’autoconsommation collective dans la métropole girondine. L’installation de 36 kWc de panneaux solaires sur le toit de cet immeuble et le raccordement à six compteurs communicants permet de faire bénéficier aux 60 logements de l’immeuble d’une électricité produite localement et d’une réduction de la facture d’électricité. Dans une ville en situation de tensions foncières et immobilières, la mise à disposition des toitures pour la production et la consommation locale d’électricité représente une pratique que souhaitent encourager certains bailleurs sociaux et le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité Enedis. C’est également un choix important de la part de la ville et des collectivités locales qui sont souvent prescriptrices dans le cadre d’aménagements urbains, notamment d’écoquartiers.

Illustration 3 : La résidence Les Souffleurs de Gironde Habitat, accueille 60 logements sociaux. Source : Alban Gilbert – Bordeaux

 

Le développement de cette pratique invite à s’interroger sur la place que les panneaux solaires photovoltaïques sont amenés occuper dans le paysage urbain. Objets techniques nouvellement urbains, leur place revêt d’une fonction productive (production d’électricité), parfois utilitaire (ombrières sur les parkings) ou esthétique (habillement des toitures). La volonté de faire jouer à ces nouveaux objets urbains une dimension plus large que la simple production d’électricité va influencer leur intégration dans le paysage de la ville. D’une utilisation purement fonctionnelle, les panneaux solaires photovoltaïques peuvent devenir des objets techniques pleinement inscrits dans le décor de la ville. 

Selon Enedis, principale entreprise chargée du réseau de distribution d’électricité, environ 40% des demandes de raccordement pour les foyers s’équipant de panneaux solaires photovoltaïques sont concernés par l’autoconsommation en 2016. La Commission de régulation de l’énergie (CRE), autorité en charge du fonctionnement du marché de l’électricité, estime que le secteur de l’autoconsommation est dans une dynamique de croissance particulièrement importante pour les années à venir.

            Véritable « nœud socio-énergétique » en tant que système de production et de distribution d’énergie entre un acteur décisionnel en interaction avec des acteurs locaux, l’autoconsommation collective d’électricité revêt d’une transformation du paysage urbain avec le déploiement de nouveaux objets techniques. En outre, derrière l’expérience sociale, l’intérêt économique et la résilience énergétique, c’est bien un changement de paradigme pour le système électrique français qui est à l’œuvre. D’une conception centralisée et industrielle de la production de l’électricité, l’autoconsommation promeut une réappropriation collective et décentralisée des unités de production d’électricité au sein de l’espace urbain.

Indications bibliographiques :

  • DUPUY Gabriel, L’urbanisme des réseaux, théories et méthodes, Paris, Armand Colin, 1991.
  • TABOURDEAU Antoine, DEBIZET Gilles, « Concilier ressources in situ et grands réseaux : une lecture des proximités par la notion de nœud socio-énergétique », Flux, 2017/3 (N° 109-110), pp. 87-101.
  • SERRE Damien, « Les réseaux techniques urbains : des infrastructures essentielles pour la mise en place de stratégies de résilience », Sécurité et stratégie, 2015/1 (18), pp. 28-35.
  • DUPUY Gabriel, « Fracture et dépendance : l’enfer des réseaux ? », Flux, 2011/1 (n° 83), pp. 6-23.

L’auteur :

Félix BERTE est étudiant en Master 2 d’Histoire moderne et contemporaine, parcours Développement, innovation et environnement (2020-2021) ainsi qu’en Master 2 de Géoéconomie appliquée à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux. Sous la direction de Christophe BOUNEAU, il réalise un mémoire de recherche sur « Les enjeux et débats de l’intégration des énergies renouvelables sur le marché de l’électricité en France depuis le début du XXIème siècle ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.