Skateboard et aménagement urbain : le cas de Bordeaux

Figure 1 : Projet de rénovation du skate-park des Chartrons pour 2022 (Mairie de Bordeaux)

Le skate-park des Chartrons, inauguré en 2007, est le principal lieu où les skateurs bordelais  pratiquent leur passion. Devenant vétustes et même parfois dangereuses, ces installations feront l’objet d’importants travaux de rénovation à la fin de l’année 2021, pour un coût estimé à un million d’euros. L’illustration ci-dessus représente le nouveau skate-park qui devrait voir le jour en 2022. L’ouverture d’un autre skate-park, situé place de la République, est également prévue pour 2022. Ces différents projets sont intégrés à la politique d’aménagement urbain et ont été conçus par la Mairie en consultation avec les associations de skateurs. Ils attestent ainsi de l’importance prise ces dernières années par le skate dans le paysage de la capitale girondine. Si aujourd’hui les pouvoirs publics et les skateurs bordelais travaillent en concertation, cela n’a pas toujours été aussi évident. La relation entre Bordeaux et le skate a longtemps été tumultueuse, ce que l’on retrouve aussi à l’échelle nationale. 

Une pratique longtemps associée à la rébellion et à l’illégalité

Le skateboard est un objet constitué d’une planche en bois, sous laquelle sont fixés deux trucks, maintenant les quatre roues. Dans l’usage courant, le mot « skate » est plus souvent utilisé pour désigner le skateboard. Il définit également l’activité en elle-même, forme d’expression à la fois artistique, culturelle et sportive. Le skate, sous la forme que nous lui connaissons aujourd’hui, a vu le jour en Californie (États-Unis) dans les années 1950, où il s’inscrit dans la continuité de « l’esprit glisse » des surfeurs des plages de la côte ouest américaine. Le skate naît également dans le sillage des valeurs contestataires de la Beat Generation, reposant sur la liberté, la marginalité, la transgression des normes, la primauté des sensations ou encore la recherche de l’adrénaline. De ce fait, le skate a longtemps souffert d’une image sulfureuse, assimilé à des courants de pensée anarchistes.

Le skate s’exporte en France dans les années 1960. À la fin des années 1970, le nombre de pratiquants est estimé à 1,2 million. Si l’engouement est fort chez une partie de la population, en particulier les jeunes adolescents masculins issus de classes moyennes et aisées, le skate ne fait cependant pas l’unanimité. En effet, des conflits d’usage se multiplient entre les skateurs et les riverains des centres-villes, car les skateurs représentent une importante nuisance sonore. Le bruit produit par les roulements et les claquements de la planche au sol, répétitifs et incessants, sont difficilement supportables pour les riverains. De surcroît, les skateurs sont également pointés du doigt pour la dangerosité de leur pratique qui peut occasionner des accidents corporels et les dégradations de matériels urbains. De ce fait, le skate révulse un grand nombre de non pratiquants et vient contrarier l’ordre établi dans l’espace public. Des mesures coercitives sont alors prises par les pouvoirs publics et le skate est interdit dans la plupart des centres-villes par des arrêtés. C’est notamment le cas à Bordeaux dont la municipalité devient l’une des plus répressives de France. En contre-partie, les pouvoirs publics construisent des équipements destinés à accueillir les skateurs afin de les éloigner des centres-villes. En 1991, sur 446 équipements construits par le ministère de la Jeunesse et des Sports, 11 % concernaient le skate. L’objectif de l’ouverture de ces skate-parks est de faire disparaître le skate de l’espace public. Toutefois, ce but apparaît inatteignable puisque la rue conserve ses irréductibles…

Ainsi, en raison de son caractère rebelle voire nihiliste, et des nombreux interdits municipaux, le skate souffre d’une mauvaise réputation et reste longtemps associé à la délinquance puisque sa pratique est illégale dans les centres-villes. Les skateurs se retrouvent souvent catalogués comme une  «  pathologie urbaine », au même titre que les mendiants, les SDF ou les toxicomanes. Pourtant, le skate comporte bien des aspects positifs pour la ville et ses habitants. 

Le skate apporte un regard neuf sur le fait urbain 

La pratique du skate se divise principalement en deux façons : d’une part dans des sites spécialement conçus pour accueillir les skateurs, les skate-parks, et d’autre part, la pratique en ville, appelée le « street », dans laquelle c’est la ville en elle-même qui devient le terrain de jeu. C’est cette dimension du skate qui est la plus intéressante à étudier au niveau de son impact sur le fait urbain. 

Le skate bouleverse les normes d’usage de la ville. Le regard créatif du skateur voit au-delà des fonctions utilitaires ou architecturales de la ville. Il parvient à donner vie à pléthore de micro-espaces publics, invisibles par le commun des citoyens. Par exemple, des mobiliers urbains tels qu’une rampe, un escalier, une poubelle ou un banc, perçus comme des obstacles à éviter par les piétons ordinaires, se révèlent dans l’imaginaire du skateur comme des objets à partir desquels il peut exécuter des figures. Il redéfinit les objets qui composent l’environnement urbain en détournant les mobiliers urbains de leur fonction principale pour en faire des usages multiples, ludiques et créatifs. Dès lors, il crée une deuxième ville, la ville « skatable », superposée à la première, dans laquelle il est comme dans son jardin. Le skateur entretient donc un rapport original à la ville.

En outre, le skate peut s’avérer une plus-value pour la ville par bien d’autres aspects. Les skateurs proposent du spectacle gratuit aux passants. Ils participent à la cohésion sociale en créant des espaces animés et vivants. Ils permettent de valoriser des espaces sous-utilisés. Ils rendent des lieux plus sûrs, en rendant davantage visibles des espaces où les marginaux prospéraient. Somme toute, les skateurs renouvellent les manières de pratiquer la rue et réinventent la culture urbaine.

Bordeaux, la ville du skate ?  

Bordeaux possède certaines similarités avec la Californie, berceau du skate. La ville est proche de l’océan, marquée par la culture du surf et elle est même jumelée avec Los Angeles depuis 1964. En 2012, le journal Sud-Ouest publie l’article : « Bordeaux, nouvelle place forte du skate en Europe ». Toujours en 2012, une exposition « Bordeaux : Cité-Skate » a été installée place Pey-Berland et la marque de skate « Magenta Skate » a installé ses bureaux dans la capitale girondine.

Cependant, la municipalité de Bordeaux développe historiquement une politique résolument répressive face aux skateurs. De fortes amendes sont distribuées à ceux qui s’aventurent à faire du skate dans les quartiers où sa pratique est prohibée. Dans les années 1990 et 2000, la seule stratégie soutenue par la Mairie s’est résumée à construire des skate-parks. Néanmoins, ces dernières années, la Ville tente d’adapter son discours. Elle s’impose progressivement comme un modèle dans sa gestion du skate urbain.

Elle a ainsi créé en 2017 la plateforme « Skate(s) zen » afin de faciliter le dialogue entre riverains et pratiquants sur les sites sujets à tensions tels que la Place Pey Berland, le parvis des Droits de l’Homme ou le Square des commandos de France. Cette expérimentation a permis de faire émerger des solutions. En effet, l’usage du skate est désormais régulé et encadré sur les grandes places du centre-ville. Sa pratique y est autorisée à certaines heures exclusivement, les mercredis et les samedis de 11h à 20h. Des enquêtes ont montré que des horaires aménagés étaient bien plus efficaces que la prohibition totale de l’usage du skate.

Figure 2 : Localisation des places bénéficiant d’horaires aménagés pour la pratique du skate en centre-ville (Google Maps)

Au-delà des horaires aménagés, un travail de médiation a été mis en place. Celle-ci permet l’intégration du skateboard au développement de la ville. La logique suivie consiste à inclure le skate de manière quasi-invisible, de faire du skate-urbanisme, par exemple, en imaginant des aménagements « skatables », en amont de la réalisation des projets d’urbanisme.

Par ailleurs, un partenariat a vu le jour entre les skateurs et le centre d’architecture Arc en rêve. Il a notamment donné lieu à l’exposition « Land skating anywhere », entre juin et octobre 2017. Cet événement célèbre la pratique du skateboard et ses relations avec l’architecture et la ville de Bordeaux. De plus, la saison culturelle 2019, avec pour thème « Liberté », a consacré une partie de sa thématique à la pratique du skate.

Ainsi, grâce à cette collaboration entre la mairie et les skateurs bordelais, représentés notamment par le skateur professionnel local Léo Valls, Bordeaux est passée de la ville la plus stricte de France en matière d’interdiction à l’une des municipalités les plus innovantes en matière d’aménagement urbains dédiés aux skateurs.

Figure 3 : Skateur place Pey Berland (Sud-Ouest, Fabien Cottereau)

Bibliographie indicative :

L’auteur : 

Victor NOGUES-SZALKOWSKI est un étudiant en master 2 Développement, innovation, environnement (DIE, 2021-22). Son sujet de mémoire porte sur « Le rôle des choix technologiques dans les vicissitudes internationales du complexe nucléaire français depuis les années 1980 », sous la direction de M. Christophe Bouneau.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.