Habiller la ville d’une architecture hostile

L’apparition d’innovations dans le mobilier urbain qui ont pour objectif d’empêcher les populations de stagner dans l’espace public se développent depuis une quinzaine d’années. Relevant simultanément d’initiatives publiques et privées : ces nouveautés technologiques et techniques agitent les consciences collectives.

Chronologie des dispositifs anti-SDF : invention des dispositifs de répulsion

Entre 1993 et 2011, de nombreuses municipalités prennent des arrêtés anti-mendicité dans le but de limiter la stagnation des populations précaires et sans domicile fixe dans les centres villes. Dans certaines communes, ces arrêtés ne passent pas l’épreuve du contrôle de légalité. Par exemple, le tribunal administratif de Montpellier annule des dispositions prises par les maires des mairies concernées. Par ailleurs, les communes sont forcées de constater que ces dispositions ne remplissent pas le but initial : limiter la propagation de ces populations dites indésirables. Elles décident donc de se tourner vers l’utilisation de dispositifs visant à transformer l’espace public en espace hostile et de fait, à contribuer à l’exclusion et à l’invisibilisation de ces populations.

En 2007, un répulsif à l’odeur nauséabonde commercialisé sous le nom de Malodore, est conçu pour chasser les SDF et lancé en France. Puis c’est un émetteur d’ultra son du nom de Mosquito qui est installé dans l’espace public gallois (2008) avant de connaître un certain succès en Belgique la même année. Cette invention, fruit du travail d’un particulier, a pour objectif de chasser les jeunes de moins de 25 ans de l’espace public en émettant des fréquences ultra aiguës que seule cette tranche d’âge peut entendre.

Ces deux dispositifs rencontrent une forte indignation collective et si Malodore a été retiré provisoirement de la vente, quelques bailleurs sociaux, des municipalités ou autres entreprises privées continuent aujourd’hui de les utiliser dans le monde, en toute discrétion.

C’est ainsi que le mobilier urbain ou l’architecture hostile fait son apparition progressive dans l’espace public.

La naissance de l’architecture hostile : une grappe d’innovations

Métro parisien : installation de plans inclinés sur les bancs traditionnels du métro qui servent de lieu de repos aux personnes sans domicile fixe. Crédit : Bruno Lévêque, MaxPPP

Le mobilier urbain hostile le plus caractéristique est celui qui empêche toute possibilité de se reposer. Les innovations ne manquent pas. Dans le métro parisien, des plans inclinés sont installés sur les bancs du métro, des chaises individuelles sont fixées sur les bancs carrelés. Dans les villes, les piques et les herses envahissent les marches ou autres pieds de porte, empêchant toute tentative de prise de repos.

Londres, pics installés pour empêcher la mendicité ou le repos. Source : twitter, 2014

Ces initiatives nuisent aux personnes sans domicile, mais aussi aux personnes vulnérables dans l’espace public : public en situation de handicap, femmes enceintes, personnes âgées.

Depuis le début du XXIème siècle, le développement de ces innovations ne s’arrête plus. Avec la création des bancs anti-sieste, il y a désormais les surfaces planes recouvertes de galets coulés dans le béton, ou aménagées avec des plantes denses et parfois même, des cactus.

Les lumières bleues sont développées et installées dans le but d’empêcher les toxicomanes de venir se droguer (elles empêchent de voir les veines) et dans un registre un peu plus léger, les lumières roses sont mises en place pour éviter que les adolescents ne se regroupent dans des parkings ou autres espaces publics, la lumière rose ayant pour effet de révéler tous les défauts de la peau et notamment l’acné.

Lumière bleue, néon « anti-junkies ». Crédit : Esparta, Flickr

L’indignation collective : des initiatives citoyennes et artistiques à la mise en place de dispositifs de lutte contre le mobilier anti-SDF

En réaction à cette transformation des équipements urbains, une multitude d’initiatives voient le jour. On peut ainsi recenser plusieurs médias qui dénoncent, photographies à l’appui, ce mobilier urbain hostile.

Pour commencer, le livre Unpleasant design, dirigé par Selena Savic et Gordan Savicic en 2013 recense de manière sarcastique ces inventions et livre des analyses sociologiques de leurs impacts pour la population. La même année, sur la plateforme Tumblr, le blog Marche ou Crève est créé. On y trouve depuis 8 ans une série de photographies réalisées en ville, afin de collecter les innovations dites anti-SDF.

Devanture de la banque Société Générale, place de la Victoire à Bordeaux : un dispositif métallique type cornière est fixé sur le mur entre les deux distributeurs afin d’empêcher le public de s’assoir pour mendier . Source : Blog Marche ou Crève, Tumblr, 2013

De plus, à mi-chemin entre la réflexion sociologique et artistique, le collectif Survival Group publie dès 2007 une série de photographies alimentées en partie par l’artiste Arnaud Elfort. 

« Il [Arnaud Elfort] tente ainsi de décoder le vocabulaire formel des villes contemporaines et se penche sur la définition de l’espace public, ses limites, la manière de le partager ou pas, mais aussi sur les structures de pouvoir et de contrainte qui y sont en jeu.»

De même, les artistes Oliver Show et Sarah Ross innovent à leur tour en proposant des créations loufoques dans le but de dénoncer l’absurdité du mobilier urbain anti-SDF.
Par exemple, Oliver Show installe des bancs sur l’espace public avec des drains de chantier tandis que Sarah Ross crée des combinaisons rembourrées, les Archisuit, qui lui permettent de pouvoir s’allonger sur les plans inclinés ou de s’imbriquer sur les bancs munis d’arceaux métalliques.

L’Archisuit de Sarah Ross. Crédit : Sarah Ross

Dans un registre plus sarcastique encore, la fondation l’Abbé Pierre se mobilise via le développement d’un prix, sorte de Gérard du mobilier urbain.  Les Pics d’Or sont décernés pour la première fois en 2019. L’année précédente, la fondation avait mis à disposition Soyons Humains, une cartographie des mobiliers anti-SDF sur le territoire français. La journaliste Géraldine Houdoyer explique les différentes catégories : 

« “Fallait oser” pour le dispositif le plus décomplexé, “Le clou” pour le plus agressif, “Ni vu ni connu” pour le plus fourbe, ou encore “Faites ce que je dis, pas ce que je fais” pour le plus contradictoire. »

Enfin Design for everyone est un collectif bruxellois créé en 2017 à l’occasion de la visite de la Chancelière allemande dans la capitale belge. Leur mobilisation est innovante dans le sens où les membres du collectif proposent des solutions ni destructrices ni invasives qui réhabilitent le mobilier urbain non inclusif en le rendant accessibles et pleinement fonctionnel. Il conçoit des aménagements qui viennent s’emboîter sur les espaces pensés comme problématiques et excluants.

Une réalisation de Design for everyone, 22 mai 2021. Crédit : collectif Design For Everyone, Facebook

Vers une normalisation de l’architecture hostile comme mobilier urbain de l’espace public ?

Trente ans après la promulgation des premiers arrêtés anti-mendicité, les innovations visant à exclure les populations précaires n’ont pas manqué de se développer dans l’espace public. Si des initiatives de mobilisations citoyennes voient le jour depuis une dizaine d’années, on peut tout de même s’interroger sur la banalisation de ces installations sur nos territoires. En effet, il semblerait que la majorité des usagers ne remarquent plus ce mobilier urbain hostile. En dehors de quelques actions marginales, la population s’est adaptée à ces infrastructures qui suscitent de moins en moins de questionnements et d’indignation. 

Pour continuer de débattre sur le sujet, il est intéressant de s’interroger sur les réaménagements réalisés dans les aéroports ou les gares : les banquettes d’attentes ayant laissé leur place à des sièges individuels, empêchant les voyageurs de se reposer lors de leurs escales et incitant certainement une partie d’entre eux à réserver des chambres dans les hôtels à proximité de ces lieux de circulation. Repousser les populations indésirables, inciter à la consommation, voilà quelques-uns des nouveaux objectifs des aménagements dans les espaces publics.

Indications bibliographiques :

  • Terrolle, Daniel. « La ville dissuasive : l’envers de la solidarité avec les sdf », Espaces et sociétés, vol. 116-117, no. 1-2, 2004, pp. 143-157.
  • AFP, « Le maire d’Argenteuil chasse le SDF au répulsif », Libération, 24 août 2007.
  • « Le Malodore toujours en vente », leparisien.fr, 26 août 2008
  • Morgan MASSON, « Les précédents dispositifs anti-SDF qui ont fait polémique en France », Huffington Post, 5 octobre 2016
  • Josselin THONNELIER, « Ville rigide, ville sécuritaire : quand les bancs publics créent des exclusions », UrbanNews.fr, 6 décembre 2013 
  • Thibaut ALLEMAND, « Survival groupe : interview d’Arnaud Elfort », LM Arts et Culture, 5 avril 2010
  • Géraldine HOUDOYER, « Pour dénoncer le mobilier urbain anti-SDF, la fondation Abbé Pierre décerne ses “Pics d’or” », France Bleu, 13 février 2019
  • Léo MOUREN et Maud LESCOFFIT, « Comment les villes pratiquent la chasse aux SDF », Libération, 26 décembre 2014
  • « Ce collectif a trouvé comment hacker le mobilier anti-sdf. Une initiative géniale. », +Positivr, 16 novembre 2018

L’auteur :

Carole Moreau-Soquet, étudiante de Master 2 parcours Développement, Innovation, Environnement (2021-2022). Elle travaille sous la direction de Christophe Bouneau, en histoire américaine sur le sujet « Renaissance et économie culturelle des villes désindustrialisées aux Etats-Unis depuis les années 70 : les métamorphoses de la Rust Belt ». Le sujet du billet n’a donc pas de rapport direct avec son mémoire en cours, mais s’interroge sur la thématique de l’exclusion des populations précaires et des initiatives populaires qui tendent à lutter contre les injustices et les inégalités sociales ; finalement assez proche des difficultés que peuvent rencontrer les habitants de la Rust Belt, oubliés des plans de relances et de renaissance économique qui bénéficient à ces territoires.


2 réflexions sur « Habiller la ville d’une architecture hostile »

  1. J’ai lu avec grand intérêt cet article et je l’ai trouvé du moins intéressant mais aussi et surtout d’une violence extrême!

    Rejeter de l’espace urbain ces gens en rupture dite sociale en les empêchant d’avoir accès à un confort somme toute dérisoire n’honore pas ceux qui aménagent le domaine urbain.
    Leurs conditions de vie sont à cent mille lieues de celles de ces pauvres gens.
    Non seulement ils sont démunis mais en plus on leur enlève le “très peu” d’aménagement leur permettant de se poser, de se reposer trouvant là un “très peu d’humanité” qu’ils pouvaient trouver sur un banc…
    Les couloirs du métro parisien offrait un pseudo confort à l’abri du froid hivernal… Au lieu de cela ilms vont mourrir de fropid…

    Liberté Egalité Fraternité…Que c’est beau! Mais pour les plus démunis….

    Bravo madame Moreau! Et bien cordialement

  2. Voici un sujet très délicat sur lequel beaucoup de questions sont à se poser quant à faire évoluer le paysage urbain contre les SDF. Toutes les municipalités devraient plutôt se poser la question quant aux logements de ces personnes pour leur permettre de l’essai d’insertion dans notre société.
    Les centres d’accueil devraient être plus nombreux leur permettant de se sentir des êtres comme tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.