VIGNE, VIN ET MASCARONS

Fortune locale d’un motif décoratif dans le Bordeaux du XVIIIe siècle

Quand les masques se démasquent, la pierre devient chair ! C’est au détour d’une balade en centre-ville que vous aurez le plus de chance de faire la connaissance des mascarons, ce peuple de pierre assimilé au paysage urbain bordelais. Certains en font des héritiers de l’Antiquité, époque où les visages sculptés abondaient et servaient de décor à la vie quotidienne. D’autres y voient la continuité de l’univers chimérique médiéval, de ses gargouilles et têtes grotesques aux faciès grimaçants. S’il est possible de relier l’étymologie du terme mascaron à l’arabe mascara qui signifie bouffonnerie, c’est en Italie, à la Renaissance, que la notoriété du mascaron dit mascherone commence à s’affirmer. L’apparition discrète de ces motifs décoratifs et symboliques sur la rive gauche de la Garonne au XVIe siècle tranche avec le véritable engouement qui va suivre. Aujourd’hui, Bordeaux est une des villes qui possède le plus de mascarons en France avec environ 3 000 exemplaires recensés.  

Le mascaron, une figure emblématique du Grand Siècle bordelais ?

Les mascarons définis en 1691 par Charles d’Aviler comme « une tête chargée ou ridicule, faites à fantaisie, comme une grimace, qu’on met aux portes » poussent à scruter plus attentivement les façades bordelaises. En effet, ils trouvent leur place tantôt le long d’une corniche, sur un linteau, le fronton d’une entrée ou d’une fenêtre décorant les maisons nobles ou bourgeoises ainsi que les bâtiments publics. Bordeaux est intimement lié à son arrière-pays et aux activités vitivinicoles qui y sont pratiquées. Il n’est donc pas rare de trouver des mascarons se référant au monde du vin.

La culture de la vigne, production d’abord rurale s’imprime dans le paysage urbain en se servant entre autres des mascarons comme marqueurs. Ces motifs décoratifs concourent à forger l’identité viticole et culturelle de Bordeaux tout en apportant une plus-value à la fois symbolique mais aussi matérielle. Ces témoignages du passé contribuent au charme de la ville, ils égayent les avenues tout en offrant encore de nos jours un divertissement aux passants. Au XVIIIe siècle, les visages de pierre se répandent partout. C’est une mode qui tend à s’imposer comme un ingrédient à part entière du classicisme français. Le modèle canonique du mascaron est codifié par l’architecte Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), adapté et enrichi à Bordeaux par son neveu Jacques Gabriel (1667-1742). Même si elles fleurissent en nombre depuis les rues de la vieille ville jusqu’aux quais des Chartrons, ces créatures ont aussi leurs détracteurs. L’architecte François Blondel vers 1750 les réduit à « une multitude de décors dont les hommes sans doctrine surchargent leurs productions ». Le mascaron endosse alors, peut-être malgré lui, un rôle important dans l’éternel débat autour de l’ornement qui a lieu tout au long de l’époque classique. 

Quand la vigne imprime la ville : itinéraire à la frontière entre art et terroir

D’après un mémoire du sculpteur Jacques Verbeckt (1704-1771), les mascarons doivent représenter des « testes de diverses divinités ». En effet, au sein du peuple de pierre se trouve une sur-représentation d’allégories mythologiques à l’image des portraits de Bacchus (fig. 1. Bacchus 56 rue du Mirail). Lorsqu’il s’agit de mascarons en lien avec l’univers vitivinicole, ce sont presque systématiquement des représentations du dieu du vin, de l’ivresse et de la fête qui s’offrent à nous (fig. 2. Deux Bacchus place de la Bourse à l’angle de la rue Saint-Rémi réalisés par Claude Francin). Les références mythologiques donnent leur dimension symbolique aux visages sculptés. Pareillement à n’importe quelle divinité, on prête à Bacchus toute sorte d’apparence physique selon le goût de l’artiste ou de son mécène. Par conséquent, comme le précise l’historien de l’art Jacques Sargos « la signification d’une figure ne se déchiffre qu’en rapport avec les accessoires sculptés sur son cartouche ». Ainsi, la distinction de Bacchus se fait à l’aide de la couronne de pampres de vignes qu’il arbore, parfois parsemée de grappes de raisins et dans certains cas, de cornes d’abondance ainsi que du thyrse qu’il a en main.

Doit-on pour autant considérer que la présence de mascarons représentant Bacchus et de motifs décoratifs en lien avec la vigne et le vin, signalent obligatoirement la demeure d’un négociant en vins ? Si la réponse est parfois sans équivoque (fig. 3. Maison d’un négociant 20 Rue de la Fusterie) où nous pouvons observer la représentation de barriques, d’un tastevin ainsi que des pampres, ce n’est pas une règle établie.  

Fig. 3.  Maison d’un négociant 20 Rue de la Fusterie fin XVIIIe siècle. Crédit : Franck Bourguet

Les marchands et négociants privilégient parfois d’autres motifs comme des allégories de Neptune dieu de la mer, de Mercure dieu du commerce et patron des voyageurs en y ajoutant çà et là des bourses débordant d’écus pour montrer toute l’étendue de leur réussite. 

Néanmoins, l’empreinte du vignoble bordelais en ville reste très importante et des ornements ayant une fonction purement esthétique, sans symbolique particulière mis à part le renvoi au terroir viticole sont présents. En effet, les motifs représentant des grappes de raisins sculptées sur la pierre parsèment de nombreuses façades (fig. 4. 26 Allées de Tourny). Outre le côté esthétique et les renvois à des références mythologiques, la présence de mascarons et de décors en frontispice permet une distinction sociale. L’appel à des architectes et des ouvriers spécialisés est une entreprise onéreuse qui n’est pas accessible à toutes les bourses. Si le mascaron peut évoquer la réussite et la prospérité, il semble qu’on puisse également lui imputer une dimension politique. Celle-ci est incarnée par la présence de rappels au monde vitivinicole sur les chantiers d’envergure décidés par les différents intendants qui se sont succédés. Chacun a voulu à sa manière laisser son empreinte sur la ville par des aménagements urbains. On retrouve alors des mascarons de Bacchus surmontés de grappes de raisins sur la place de la Bourse, commandée par Boucher pour accueillir une statue équestre de Louis XIV, ou sur les allées de Tourny aménagées selon les projets d’un intendant du même nom. Cela démontre, s’il en était encore besoin, la marque très importante de la vigne et du vin sur la ville outrepassant même la fonction simplement culturelle et symbolique pour tendre vers le politique.

De la profusion à la préservation, le peuple de pierre face à sa postérité

Bordeaux regorge d’un riche patrimoine au sein duquel les références à la vigne et au vin, mises en exergue par les travaux de l’historien de l’art Jacques Zacharie, sont nombreuses et les mascarons y figurent en bonne place : « ouvrez les yeux, le vin se voit ».  Ces représentations sont le socle vivant de témoignages du passé arrachés à la pierre et incorporés à la vie quotidienne. Gardons toutefois à l’esprit que les mascarons n’ont d’humain que l’apparence, ils savent aussi mourir. Le calcaire poreux, support tendre souvent plébiscité par les outils du sculpteur, subit de plein fouet les stigmates du temps se posant ainsi en ennemi de la pérennité. Hormis d’anonymes dégradations, certains visages ont été absorbés, dissous par la ville et ses métamorphoses incessantes. Au sortir du XVIIIe siècle, la rigueur néoclassique ostracise peu à peu ce peuple de pierre sous prétexte qu’il ne ne répond pas aux canons artistiques du courant dominant. Malgré une résurrection dans la seconde moitié du XIXe siècle, à la faveur d’une bourgeoisie marchande nostalgique du siècle d’or bordelais, (fig. 5 Château Descas 3 Quai de la Paludate) la « folie du mascaron » fut définitivement emportée, à l’ombre des édifices de béton, par la modernité.  

Bibliographie indicative :

  • DAMESTOY Jean, Mascarons. Bordeaux du XVIe au XVIIIe siècle. Bordeaux, Mollat,1997.
  • FIGEAC-MONTHUS Marguerite, LACHAUD Stéphanie. Ville & Vin en France et en Europe du XVe siècle à nos jours. La Crèche, La Geste, 2021.
  • ROSENBERG Jean-Louis, Mascarons de Bordeaux. Les veilleurs de pierres. Pau, Édition Cairn, 2008.
  • SARGOS Jacques, Bordeaux, Chef-d’œuvre classique. Bordeaux, L’horizon chimérique, 2009.

L’auteur :

BOURGUET Franck est fils de viticulteur, étudiant à l’université Bordeaux Montaigne en Master 2 d’Histoire moderne et contemporaine, parcours Développement, Innovation et Environnement (2021 – 2022). Sous la direction de Stéphanie LACHAUD, il réalise actuellement un mémoire sur « Le Clairacais viticole au XVIIIe siècle ». État des lieux de ses recherches en cours dans le Carnet Hypothèse LIQUOREUX D’AQUITAINE. Développement, patrimoine et réputation des vins blancs doux et liquoreux : « À la recherche des vins blancs doux disparus de Clairac en Agenais ». https://liquoreux.hypotheses.org/354.   


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.