Les passages piétons, plus que de simples marquages au sol ?

Le XXème siècle a consacré la place centrale de la voiture dans nos vies et nos villes, reléguant peu à peu les piétons, au départ prioritaires par rapport aux véhicules, sur les trottoirs. La signalisation routière s’est alors invitée très largement dans les environnements urbains, les tapissant de panneaux directionnels, de carrefours giratoires ou encore de marquages au sol. Les passages piétons se sont multipliés et sont devenus dès lors un élément habituel des milieux urbains, habillant l’asphalte, très majoritairement de bandes zébrées blanches en France, mais parfois jaunes comme en Suisse.

Figure 1 Une rue parisienne avec un passage piéton classique ©Vitpho

Un élément urbain à l’histoire millénaire

Les aménagements ayant pour but d’assurer la sécurité des piétons et leur permettre de traverser les rues sans danger sont apparus bien avant les automobiles, dès l’Antiquité romaine. Les passages étaient à cette époque surélevés, pour éviter aux piétons de marcher sur les pavés de la rue, et permettant de plus de faire ralentir les chars circulant dans ces villes antiques. Certains de ces plus anciens passages piétons du monde sont toujours visibles dans la célèbre ville romaine de Pompéi, figée pour l’éternité par une éruption du Vésuve en 79.

Figure 2 Passage piéton dans la ville romaine de Pompéi (Ier siècle ap.JC) ©Xerti

Ces aménagements disparaissent par la suite pendant tout le Moyen Âge, et ne reviennent dans les villes européennes qu’à partir du XVIIème siècle, notamment à Londres après le Grand incendie de 1666. Les rues parisiennes se dotent de trottoirs à partir du XVIIIème siècle, même si les piétons se déplacent encore de nombreuses années sur toute la chaussée sans distinction. Les passages piétons se répandent au début des années 1930 sous forme de passages cloutés, d’abord à Paris puis en province. Ces passages cloutés, inventés dans la Loire par François Forissier, sont constitués de gros clous plats en acier, plantés entre les pavés de la chaussée. Les premiers passages zébrés tels qu’on les connaît aujourd’hui apparaissent au début des années 1950, et supplantent complétement les passages cloutés, qui ne laissent à la postérité que l’expression « rester dans les clous ».

De simple marquage au sol à élément de décoration urbaine

Alors que les passages piétons blancs classiques sont aujourd’hui devenus omniprésents en milieu urbain, certaines villes rivalisent d’originalité pour égayer les rues et habiller l’asphalte. Ainsi certains passages piétons deviennent de véritables œuvres d’art, à la fois utiles en conservant leur fonction première, mais aussi décoratives, telles des fresques à l’horizontale. La ville de Paimboeuf (Loire-Atlantique) a par exemple des passages piétons en forme de sardines, alors que la ville de Baltimore (États-Unis) a des passages ressemblant à des fermetures éclairs. La ville japonaise d’Osaka a quant à elle décidé de décorer un passage piéton en faisant référence à la célèbre photographie des Beatles traversant un passage piéton à Abbey Road, remplaçant les quatre musiciens par des personnages de la bande-dessinée Snoopy. Le passage piéton d’Abbey Road est d’ailleurs aujourd’hui une attraction touristique à Londres.

Figure 3 Passage piéton “Snoopy sur Abbey Road”, à Osaka, Japon ©Distractify

Des passages piétons comme instruments pour améliorer la sécurité routière

D’autres villes se désintéressent du côté décoratif des passages piétons, et préfèrent s’en servir afin d’appuyer des messages de sécurité routière, et pour inciter les automobilistes à rouler moins vite, notamment près des établissements scolaires. Il existe ainsi des passages piétons avertissant les automobilistes contre les excès de vitesse avec des messages au sol sur les victimes et les peines encourues. Certaines villes, en Inde et en Europe ont fait dessiner des passages piétons donnant l’impression d’être en relief, très efficaces pour faire ralentir les voitures. C’est le cas de la petite ville islandaise de Ísafjörður, qui possède depuis 2017 des passages piétons donnant l’illusion d’être en 3D.

Figure 4 Passage piéton donnant l’illusion d’être en relief, Ísafjörður, Islande ©Gusti

Les passages piétons, nouveaux supports publicitaires 

Nos villes sont de plus en plus envahies par les supports publicitaires, les annonceurs diversifiant les supports publicitaires, et cherchant à se démarquer. Si dans l’espace urbain les murs et panneaux ont longtemps été privilégiés pour vanter les mérites de nouveaux produits, les passages piétons n’y échappent plus désormais, et pas seulement aux Etats-Unis. Dans la ville de Düsseldorf en Allemagne on peut par exemple voir un passage piéton dont une seule bande a été repeinte, ornée du logo de la marque Mr Propre. La marque de restauration Mc Donald’s a quant à elle profité de la couleur jaune des passages piétons en Suisse pour installer un passage piéton en forme de cornet de frites à Zurich.

Figure 5 Passage piéton publicitaire à Zurich, Suisse ©Distractify

Des passages piétons comme support pour des messages politiques

Les passages piétons permettent aujourd’hui non seulement de transmettre des messages publicitaires, mais aussi de soutenir des causes, et de faire passer des messages politiques. Ainsi en Amérique du Nord ou en Europe de grandes villes installent des passages piétons arc-en-ciel. Plus original, en juillet 2021 la ville de Bergerac, en Dordogne, a installé le premier passage piéton européen de France, à côté du rond-point de l’Europe. Ce passage piéton est aux couleurs bleues de L’Union européenne, avec les étoiles jaunes du drapeau, et permet de promouvoir la construction européenne.

Figure 6 Passage piéton aux couleurs du drapeau européen, Bergerac ©Alexis Cécilia-Joseph

Au-delà de leur fonction primaire de marquage au sol permettant de traverser la rue, les passages piétons ont acquis de nouveaux usages. De nombreuses villes tout autour du monde ont décidé de les utiliser de manières diverses, pour faire passer des messages en faveur de la sécurité routière ou de causes politiques, mais aussi pour créer des publicités originales, ou encore pour décorer les rues, dans l’espoir d’en faire de petits points d’attraction touristique, à l’image du célèbre passage piéton londonien d’Abbey Road. Les passages piétons ne sont ainsi plus seulement des marquages au sol parmi les autres, ils sont devenus des éléments urbains permettant d’habiller la ville.

Bibliographie indicative :

L’auteur :

Roman CLEMENCEAU est un étudiant en master d’histoire contemporaine, parcours Développement, innovation en environnement du XVIème au XXIème siècle (2021-2022). Ses recherches, encadrées par le Pr. Christophe Bouneau, portent sur l’histoire du mont Everest et la trajectoire de conquête du toit du monde, du début des années 1920 jusqu’à nos jours.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.