Entre la salle de projection et la télévision, retour sur la pratique du théâtre urbain sous la lumière des étoiles : le cinéma de plein air.

Figure 1  : Séance de cinéma en plein air au parc de la Villette à Paris (Alain Goustard, www.telerama.fr)

La pratique du cinéma en plein air, souvent représentée comme un véritable mode de consommation populaire à grande échelle dans les productions cinématographiques américaines est un lieu de partage unique en son genre qui est très largement illustré dans son imaginaire collectif par le fait de s’installer sur un parking, à l’intérieur de sa voiture afin d’assister à la projection d’un film nommé le drive-in.  Fondée au début des années 1900, cette activité connaît son apogée dans les années 50-60 avant de tomber dans la désuétude à partir des années 80. Cependant elle est de nos jours une façon d’apprécier le 7ème art qui revient sur le devant de la scène du fait de la pandémie de Covid. S’il s’agit le plus souvent de par sa nature d’une installation éphémère dans les centres villes et les banlieues en période estivale, le cinéma de plein air fait partie intégrante de l’habillage urbain à l’échelle internationale. Plongeons-nous donc dans l’histoire de ce cinéma sous les étoiles. 

Naissance et trajectoire du cinéma de plein air 

Avec l’invention du cinématographe (dont le terme de cinéma est dérivé) par les frères Lumière en 1895, il ne faut pas plus d’une quinzaine d’années pour observer l’apparition des premiers cinéma itinérants qui pratiquent le système de la projection en plein air. Le plus vieux d’entre eux se trouve en Australie occidentale dans la ville de Broome, le Sun Pictures Theater, qui ouvre ses portes en 1916.  

Figure 2 : Photographie de la cour de projection plein air du Sun Pictures Theater à Broome, Australie. (www.monnuage.fr)

En ce qui concerne la pratique du drive-in, le premier cinéma de cet acabit est fondé en 1933 à Camden dans le New-Jersey. Son inventeur, Richard Hollingshead fait le pari de combiner deux industries importantes pour les Américains de l’époque, qui sont le cinéma et l’automobile. Ce mode de consommation cinématographique connaît son apogée entre 1954 et 1965 aux États-Unis ou l’on ne dénombre pas moins de 4000 écrans (contre une centaine dans les années 30-40) sur le territoire nord-américain, ce qui représente environ 25% des recettes de l’industrie du film durant cette période. En Europe, il faut attendre 1960 pour voir l’arrivée d’un drive-in, appelé Autokinos en allemand, dans la ville de Gravenbruch à coté de Francfort. D’autres pays comme la France se lancent dans cette exploitation en 1967 avec une première expérience dans la commune de La Farlède dans le Var, suivie d’autres initiatives comme l’installation d’un drive-in aux halles de Rungis en 1970. 

Figure 3 : Parking du cinéma de plein air de Gravenbruch en Allemagne (www.yelp.com)

Nonobstant ce succès notable jusque dans les années 70, ce mode de consommation connaît un très net déclin en cette fin de XXsiècle : aux États-Unis, en 1994, le cinéma en plein air est réduit à 837 espaces de projection, soit une diminution de plus de 75% par comparaison au moment de son apogée. 

Le cinéma de plein air ou les travaux d’aménagement dédiés à la création d’un espace de projection dans un milieu naturel

Du fait de la nature propre aux cinémas de plein air qui impliquent la privatisation d’un espace naturel pour accueillir les spectateurs lors des projections, la question de l’emplacement devient très vite un enjeu majeur. En effet, la superficie moyenne d’un autotheater est comprise entre cinq à dix hectares en moyenne. Étant donné le besoin d’une surface plutôt conséquente, il est compliqué pour les centres-villes des métropoles américaines de remplir cet impératif. Il faut attendre la fin du second conflit mondial pour voir apparaître aux États-Unis une politique d’extension et de développement des banlieues à l’échelle nationale pour permettre à ces cinémas de pouvoir s’installer. Dès lors, on observe dans ces banlieues la création d’espaces dédiés nommés les theatre parks : l’écran de cinéma est monté sur des échafaudages, le lieu de projection est équipé d’une cafétaria pour permettre aux spectateurs de pouvoir se restaurer durant le film, d’un service de garderie avec des terrains de jeux sont mis à disposition pour les enfants et les plus grands d’entre eux sont équipés de laveries automatiques, de minigolfs et de piscines. 

Figure 4 : Minigolf du Galaxy Drive-In Theatre Park dans la ville d’Ennis au Texas (http://golf-master-tips.blogspot.com)

Cette perspective d’habillage des banlieues par des cinémas de plein air ouvre la voie à toute une série d’innovations visant à optimiser l’espace requis par ces derniers pour pouvoir également les intégrer dans les centres villes. La plus notable d’entre elles apparaît au début des années 90 avec la création des airscreens. Ces écrans gonflables reposent sur une structure en PVC, ce qui permet à la fois une économie de la place nécessaire pour l’installation mais également une facilité pour le montage/démontage de ces derniers. La mode de ce type de cinéma connaît un succès populaire mondial et de nombreux pays à partir des années 60 intègrent au sein des projets d’urbanisme un emplacement réservé aux drive-in comme en Italie, au Danemark et en Allemagne pour l’Europe, mais également dans des pays comme le Japon par l’intermédiaire de la société Shochiku, qui a construit huit emplacements dédiés depuis les années 80, dont trois à Tokyo. Cependant, avec le déclin de cette pratique au fil du temps, les espaces consacrés à ces projections ont peu à peu fait l’objet de rachats par les promoteurs immobiliers afin de construire de nouveaux logements. 

Une pratique oubliée dans nos sociétés contemporaines ? 

De nos jours, le salut de ces lieux de projections tombés en désuétude est dû tragiquement à la pandémie mondiale du Coronavirus. Précisément, la fermeture des salles de cinéma traditionnelles à cause du confinement a poussé certains exploitants à recourir à la réutilisation du drive-in comme c’est le cas en Allemagne au parc des expositions de la ville d’Offenbourg. 

Figure 5 : Une famille allemande dans le drive-in d’Offenbourg en Allemagne en 2020 pendant le confinement (D.Meneu/France Télévisions)

En France, c’est le choix qu’a fait la commune de Quiberon dans le Morbihan en utilisant son aérodrome comme lieu de projection à ciel ouvert durant l’année 2020 en partenariat avec le cinéma local « Le Paradis » afin de trouver une alternative à la fermeture des salles de cinéma conventionnelles. 

Présentement, la place du cinéma de plein air dans les milieux urbains retrouve ses lettres de noblesse pendant les périodes estivales. L’arrivée des beaux jours encourage les initiatives autour des projections en plein air, comme le montre l’exemple de l’IBOAT situé à Bordeaux qui, en 2021, a organisé tous les mercredi soirs des séances de cinéma entre le 7 juillet et le 25 août dans lesquelles les spectateurs sont installés dans des transats. Ces propositions culturelles viennent donc s’intégrer le temps d’une courte période au sein des villes et dans les milieux urbains via l’installation d’un écran de projection qui modifie temporairement l’aménagement des centres et magnifie ces derniers en les érigeant au statut de théâtres sous la lumière des étoiles. 

Figure 6 : Projection d’un film en plein air au parc de la Villette de Paris à l’été 2021 (https://www.sortiraparis.com) 

Indications bibliographiques :

  • BORDAT, Francis (dir. ), ETCHEVERRY, Michel, Cent ans d’aller au cinéma : Le spectacle cinématographique aux  États-Unis, 1886-1995, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995. P.103 à 109. 
  • AIRSCREEN, « Histoire du cinéma de plein-air », Le monde du cinéma en plein air et du drive-in-cinéma, consulté le 14 novembre 2021, Histoire du cinéma en plein air – AIRSCREEN 
  • LAPERRUQUE, Nicolas, « Histoire du Drive-In, le cinéma en voiture », Histo-Auto, 25 mai 2020, consulté le 11 novembre 2021, https://www.histo-auto.com/fr/actualite/673/histoire-du-drive-in-le-cinema-en-voiture
  • BORDEAUX TENDANCES, « Bordeaux : cinéma en plein air tout l’été à l’IBOAT », Bordeaux Tendances, 15 juillet 2021, consulté le 14 novembre 2021, Bordeaux : cinéma en plein air tout l’été à l’IBOAT – Bordeaux Tendances
  • HOFFMANN, Jane, « Cinéma en plein air. Le drive-in très tendance à l’heure du Covid-19 », We culte ! Le Mag Culture, 26 juillet 2020, consulté le 13 novembre 2021, https://www.weculte.com/featured/cinema-en-plein-air-le-drive-in-tres-tendance-a-lheure-du-covid-19/

L’auteur :

Josselin LORITANO est étudiant en master 2 Développement, Innovation et Environnement (DIE, 2021-22). Son sujet de mémoire porte sur « La montée en expertise historique dans le domaine du jeu vidéo », sous la direction de M. Nicolas Patin. Ce projet s’articule autour de la place et du rôle des consultants historiques employés par les studios de développement de jeu vidéo afin de comprendre leurs travaux au sein des productions vidéoludiques traitant du passé. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.