Le Light painting : illuminer la ville le temps d’une projection

Figure 1: Philippe Echaroux projette ses visages d’indiens dans le jardin du Quai Branly Source: France télévision  https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/street-art/les-indiens-de-philippe-echaroux-projetes-sur-les-arbres-du-musee-du-quai-branly_4135177.html

Le street art est un mouvement artistique contemporain ainsi qu’un mode d’expression visant à sublimer l’espace urbain d’une manière éphémère. Au regard du light painting, c’est un art qui s’inspire d’innovations pour créer, revendiquer et surprendre les populations.

            Utilisé par Man Ray en 1937 ou Picasso et Gjon Mili en 1949, le light painting est une technique de photographie consistant à déplacer une source lumineuse lors d’une longue exposition. En modelant la lumière dans un état temporel éphémère, le light painting vise à illuminer l’espace urbain le temps d’une projection. Cette technique particulièrement moderne est très utilisée par l’artiste marseillais Philippe Echaroux.

Figure 2 : Light Painting Pablo Picasso Source : https://www.journal-du-design.fr/art/light-drawings-de-pablo-picasso-27863/

Qui est Philippe Echaroux ?

Philippe Echaroux a un parcours assez atypique puisqu’il n’a reçu aucune formation en photographie. En 2008, lors d’un séjour sportif dans les Landes alors qu’il a 18 ans, il se découvre une passion pour les appareils photo. La même année, il est Lauréat du Concours International de la Photographie Dior et du Concours National FNAC.  Par la suite, il s’occupe de l’image d’Adidas en 2010 et de Samsung en 2013.

            Durant cette période, il gagne en notoriété en éclairant les nuits marseillaises à travers des œuvres lumineuses. L’une des projections les plus importantes de sa carrière est sûrement celle du portrait de Zinedine Zidane sur la Corniche à Marseille, puisqu’elle lui permet d’avoir une grande visibilité à travers les journaux nationaux. 

Figure 3 : Projection du portrait de Zinedine Zidane Source:  madeinmarseille https://madeinmarseille.net/874-marseille-photographe-street-art-philippe-echaroux/

En 2014, alors qu’il commence à être reconnu dans le monde du street art, Philippe Echaroux invente le concept de street art 2.0 à travers son exposition “Painting with lights” basée sur la technique du light painting : il utilise la technologie moderne au service du street art. “En fait, ma peinture, mon médium, c’est la lumière”, affirme-t-il ainsi. 

Un artiste engagé 

Depuis ces dix dernières années, Philippe Echaroux milite pour un street art qui ne laisse aucune trace derrière lui.  Ainsi, il affiche ses œuvres au mur à l’aide de Patafix ou projette des images qui disparaissent une fois le projecteur éteint. C’est une façon pour lui de ne pas dégrader l’espace urbain tout en attirant beaucoup plus l’attention des passants avec le caractère éphémère et singulier de ses œuvres. Cet artiste très engagé définit le street art comme « L’art le plus social, qui touche Monsieur Tout-le-Monde. ».  En effet, à travers son projet Dans la mémoire du Monde, il projette des visages d’Indiens Surui sur des arbres à New York ou encore à Paris. Ce projet a pour objectif de mettre la lumière sur le combat de ce peuple autochtone du Brésil contre la déforestation.  C’est un projet de grande ampleur avec une volonté de sensibiliser sur l’urgence écologique de l’Amazonie, mis en péril par l’avidité de l’homme. “En Amazonie, j’ai photographié les visages de membres de la tribu Surui pour ensuite les projeter sur les arbres de la forêt primaire. Il m’a fallu deux années pour monter ce projet qui me tenait particulièrement à cœur. Sur place, la réalisation a duré sept jours, tout compris. C’est cela le 2.0, la capacité à faire aussi rapidement quelque chose de cette envergure. » 

Figure 4 : Visage d’indien de Philippe Echaroux projeté à New-York , Source France télévision : https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/street-art/les-indiens-de-philippe-echaroux-projetes-sur-les-arbres-du-musee-du-quai-branly_4135177.html

Ces représentations de la tribu Surui dans les arbres cherchent à dégager une idée : “Quand tu abats un arbre, c’est comme si tu abattais un homme.”  Le fait de les projeter dans des villes permet de sensibiliser un maximum de personnes. Ainsi, les villes deviennent des espaces de sensibilisation et d’information pour la population.

Des lumières pour changer la société

En octobre 2017, Philippe Echaroux présente un nouveau projet dans la ville de Los Angeles : AfterTheDream. L’objectif : sensibiliser les jeunes générations au respect de l’environnement en projetant des portraits d’habitants sur des déchets récoltés dans la ville.  Ce projet est d’une assez grande ampleur puisqu’il a en parallèle ouvert un site internet où l’on peut y publier nos propres œuvres d’art grâce aux déchets récoltés. Il a choisi de faire ce projet à Los Angeles car c’est la ville des stars, c’est une ville qui fait rêver. Ainsi, il est plus facile de faire passer son message et de sensibiliser. “Quand on dit qu’on va à Los Angeles, on pense directement au soleil, à la plage, ça vend du rêve alors qu’il y a des déchets partout. Je voulais jouer sur les clichés.”

Figure 5 : Philippe Echaroux AfterTheDream Los Angeles  Source : madeinmarseille https://madeinmarseille.net/31040-philippe-echaroux-after-dream-photo/

L’utilisation de projections de lumières dans les villes permet parfois de contraster avec le côté fade et sombre de l’environnement urbain. A travers ses œuvres lumineuses, Philippe Echaroux sensibilise et interroge les passants autour d’enjeux majeurs de notre société. En ce sens, il participe même à la Biennale de la Havane en 2015. C’est un symbole de réussite pour Philippe Echaroux puisque la Biennale est l’une des plus importantes manifestations artistiques contemporaines. 

Figure 6 : Projection de Philippe Echaroux à la  Biennale de la Havane Source : https://anotherwhiskyformisterbukowski.com/2015/06/05/painting-with-lights-la-havane/

 Ainsi, la ville, sous le feu des projecteurs, devient l’espace d’un instant porteur de messages engagés et environnementaux. 

Bibliographie indicative :

L’auteur :

PRUDHOMME Mehdi est étudiant en Master 2 Développement, Innovation et Environnement à l’université Bordeaux Montaigne (2020-2021), sous la direction du Pr. Bouneau. Son sujet porte sur le rôle multiforme de l’innovation dans l’économie du rap en France depuis 1980.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.