« Faites les fêtes », habillage sensoriel de la ville en fête dans le Sud-Ouest français : Dax, Mont-de-Marsan, Bayonne

Chaque année aux alentours du 15 août, l’Agur vient clôturer cinq jours de férias dans la sous-préfecture des Landes. Le concert des bandas qui s’échappe de l’enceinte des arènes de Dax disperse une atmosphère lourde et chargée d’émotions. Les festivités sont terminées : parés de rouge et de blanc, les festayres vont pouvoir se reposer et se changer avec une seule pensée en tête, revenir l’année prochaine. Chaque été, à l’occasion des fêtes aussi connues sous le nom de « Férias », la ville de Dax, réputée pour son thermalisme, se pare de ses plus belles couleurs, odeurs et sonorités. Ce n’est pas un cas isolé : à des dates certes différentes, mais dans une mesure comparable en termes d’intensité du phénomène, les fêtes de Mont-de-Marsan et de Bayonne rayonnent au cœur du Sud-Ouest français. Ainsi, temporairement, l’environnement urbain de la préfecture des Landes et de la sous-préfecture des Pyrénées-Atlantiques, se trouve transformé. Ces villes revêtent leurs plus beaux habits de lumière à l’occasion de leurs fêtes. 

Les férias de ces trois grandes villes du sud-ouest français intègrent une célèbre chanson paillarde du pèlerinage du festayre : « j’irai de Pampelune jusqu’à Bayonne…. J’irai de Dax jusqu’à Mont-de-Marsan… ». Si l’auteur de cette chansonnette a réuni ce triptyque de villes en fêtes, c’est qu’elles ont des caractères communs. D’abord, ces festivités se matérialisent sous la forme d’une rythmique courte et concise dans le paysage urbain du sud-ouest. C’est même ce qui constitue l’intérêt de ces rassemblements : la ponctualité du phénomène, justifié par le lien originel entre fêtes patronales et fêtes locales ou férias. Pour définir ce phénomène festif qui se fonde en réalité sur le modèle des fêtes de Pampelune de l’autre côté des Pyrénées, on peut reprendre la définition que proposent Alexandre Fernandez et Alexandre Traimond : « ces fêtes associent en effet défilés et réjouissances diverses censées être d’origine gasconne, à un spectacle taurin, d’origine locale, ce que l’on nomme course landaise, ou, le plus souvent possible une corrida de toros ». L’hybridation de deux pratiques est à l’origine des férias du Sud-Ouest. Néanmoins, le phénomène se reproduit dans des villes et villages de toute la Gascogne. Depuis le milieu du XXème siècle, c’est l’occasion de se rassembler entre amis, dans une ville engloutie par les libations, où les mœurs usuelles perdent, elles aussi, pendant quelques jours leurs sens. 

            En période de fêtes, la ville se métamorphose. Cet espace aux fonctionnalités multiples se transforme temporairement en un espace de libération des mœurs. Les rues, les bars, les places s’animent de sonorités festives grâce aux bandas, s’embaument d’odeurs enivrantes, se colorent de rouge et de blanc (voire d’autres combinaisons de couleurs). Bayonne, Dax et Mont-de-Marsan deviennent donc en l’espace de quatre à cinq jours des nœuds d’attractions dans le territoire du Sud-Ouest français. Des centaines de milliers de festayres venus des communes limitrophes, mais aussi de plus en plus, du reste du territoire national, se pressent dans ces cités pour goûter aux plaisirs des férias. Ils sont acteurs et témoins de transformations ponctuelles de l’urbain dont au moins trois des cinq sens de l’homme sont affectés par ces modifications : la vue, l’ouïe et l’odorat. Cependant, toutes ces modifications ne contribuent pas forcément à parer la ville de ses plus beaux atouts en termes d’habillage sonore, visuel ou olfactif. 

Un habillage visuel

L’élément le plus marquant qui matérialise la ville du Sud-Ouest en fête est la présence omniprésente d’un duo de couleurs : le rouge et le blanc. Ce modèle de fête s’inspire de celles de Pampelune, où il est coutume que les festayres se parent d’un ensemble chemise ou t-shirt blanc, pantalon blanc, foulard rouge et ceinture rouge. Dax et Bayonne ont repris ces codes et il est très rare de croiser des festayres vêtus d’une tenue qui ne les respecte pas, même si Mont-de-Marsan se pare elle-même de bleu et de blanc. Car au-delà des festayres qui, par leur masse, habillent eux-mêmes la ville, les rues sont décorées avec des petits drapeaux de couleurs rouge, blanche ou bleue. De plus, les magasins au cœur de la fête protègent souvent leurs vitrines pour éviter de potentielles dégradations. Or, il n’est pas rare que les panneaux de protection soient eux aussi décorés en reprenant un code couleur qui contribue à habiller la ville. Claude Lacour dans son article « Rouge et blanc : les couleurs de l’urbanités », aborde la notion de « village global urbain » pour décrire ces grandes villes du Sud-Ouest qui organisent des « férias ». Selon lui, Dax, Bayonne, Mont-de-Marsan deviennent globales car toute la ville se laisse entraîner et décorer par et pour la fête. Même les visiteurs de passage sont happés. Dans le même temps, l’image d’une ville tournée vers la campagne permet de mettre en avant l’aspect festif et amical au sein des murs. La manière dont les gens venus faire la fête s’habillent, la façon dont la ville se pare par la même occasion, sacre une nouvelle urbanité. « La tenue vestimentaire unique », habille la ville de couleurs, porteuses de sens : valeurs, traditions, partage, amitié, relâchement des mœurs…

Néanmoins, au petit matin, la vue encore troublée, les festayres peuvent contempler le résultat de leur nuit. Les déchets constituent un problème que l’on ne préfèrerait pas voir. Le rassemblement de milliers de personnes dans quelques rues, associé à une effervescence sociale qui modifie les manières d’agir, favorisent la production de déchets. Jusqu’à la fin des années 2000, il n’était pas rare de marcher sur une couche épaisse de verres en plastiques. Pour régler ce problème, l’utilisation de gobelets jetables a été progressivement interdite au profit des basso-beri. Ces verres en plastique nettoyables et réutilisables crées par la société Éco-cup sont devenus la norme dans les années 2010 et ont permis de déshabiller la ville de cette couche de plastique. 


Opération de nettoyage lors des fêtes de la Madeleine, 2008

Un habillage olfactif

L’odorat est aussi stimulé lors des fêtes. La ville se parfume en certains lieux et places d’odeurs de nourriture. Souvent tenus par des associations, les estanquets sont des lieux de restauration qui favorisent le développement des festivités diurnes. Pour les fêtes de Mont-de-Marsan, on les retrouve pour la plupart autour des arènes. Pour la nourriture, ces fêtes s’inspirent aussi de Pampelune, en proposant des assiettes de tapas. Marie Pendanx, docteur en géographie humaine, rappelle néanmoins que cette tradition des tapas est revisitée « à la landaise » : il n’est pas rare de sentir des odeurs de cœurs de canards qui garnissent les assiettes des festayres affamés. 

Place des arènes, Mont de Marsan, on distingue dans le coin supérieur droit des chapiteaux qui accueillent les estanquets. 

Mais des odeurs nettement moins agréables envahissent aussi les rues. Ainsi, la question des mictions sauvages a été posée par Philippe Steiner. De ses propres yeux, il a eu l’occasion d’observer des jeunes gens uriner dans la Nives qui traverse le cœur du petit Bayonne. Cette problématique n’intéresse que très peu les organisateurs. Certes, selon un article du journal Sud-Ouest datant de 1977 qu’il a pu consulter, « les petits matins blêmes des fêtes de Bayonne ne sentent pas la Lavande ». Pour autant, il faut attendre les années 2000 pour que le sujet des mictions et de la salubrité des rares sanitaires publics entre dans l’agenda municipal. De nos jours, le problème est toujours aussi tenace, même si des urinoirs ont été implantés au cœur de la fête. Mais leur nombre reste encore insuffisant, juge P. Steiner. Ainsi, la ruelle des Basques reste une rue-urinoir, autant pour les garçons que pour les filles. D’ailleurs il y a un vrai enjeu et surtout une vraie disparité entre les équipements qui permettent les mictions masculines, plus simples à mettre en place, et les mictions féminines. Le nombre de sanitaires fermés est trop peu insuffisant. Des queues se constituent et s’allongent devant ces derniers. Malgré les interdictions, les mictions sauvages sont légion si bien que certaines rues de Dax, de Bayonne et de Mont-de-Marsan se retrouvent enveloppées par une tenace odeur d’urine. 

Écriteau rappelant l’interdiction d’uriner en dehors des espaces destinés, fêtes de Bayonne, 2017.

Un habillage auditif

Dans le cadre des férias, l’utilisation de haut-parleurs n’est pas nécessaire. Les bandas, groupes de musiques typiques du Sud-Ouest français originaires de la Chalosse, sont des groupes de musiciens de tailles variables. Considérés comme plus spontanés que les harmonies ou les cliques, tout en jouant des airs aux sonorités festives, les musiciens jouent principalement des instruments à vent ou des percussions. En déambulant dans la ville, les bandas offrent un habillage sonore composé d’un répertoire influencé encore une fois par l’Espagne toute proche. En prestations informelles ou lors de cavalcades, elles sont les garantes de l’identité festive des villes du Sud-Ouest. Leurs tenues proches de celles des festayres, varient en fonction de la banda, inspirée à l’origine par les txarangas de Pampelune. 

Cependant, il ne faut pas négliger les nuisances sonores subies par les gens qui vivent au cœur de ces fêtes et qui les poussent parfois à s’exiler et à quitter la ville le temps des festivités. 

Ainsi, toute une série de transformations s’opèrent à l’occasion des fêtes dans les villes du Sud-Ouest. Sur une courte période d’effervescence où les mœurs se relâchent de toutes parts, le rouge et le blanc sautent aux yeux, tout comme les odeurs appétissantes qui s’échappent des estanquets et chatouillent les narines. Les oreilles sont réveillées grâce aux airs entraînants joués par les bandas. Cependant, la ville est capable de fautes de goûts lorsqu’elle choisit sa tenue. Ce manque de style est souvent l’œuvre des festayres venus en masse. 

Bibliographie indicative :

  • DI MÉO Guy, La géographie en fête, Paris, Orphys, 2001 
  • LACOUR Claude, « Rouge et blanc : les couleurs de l’urbanité », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 2005/3 (juillet), p. 421-432. https://www-cairn-info.ezproxy.u-bordeaux-montaigne.fr/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2005-3-page-421.htm
  • MARMANDE Francis, faites les fêtes, Paris, Éditions lignes, 2012
  • PENDANX Marie, Cultures locales et identités en pays landais, Dax, Société de Borda, 2020 (thèse de doctorat) 
  • STEINER Philippe, « Mictions impossibles. Uriner dans l’espace public aux fêtes de Bayonne », Ethnologie française, 2021/2 (Vol. 51), p. 425-440. https://www-cairn-info.ezproxy.u-bordeaux-montaigne.fr/revue-ethnologie-francaise-2021-2-page-425.htm

L’auteur :

DUPOUY Théo est un étudiant en deuxième année de Master recherche en histoire « du Développement, de l’Innovation et de l’Environnement » (DIE, 2021-2022). Il travaille sous la direction du Pr.  C. BOUNEAU sur « La trajectoire ferroviaire des Landes depuis la formation de la SNCF ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.