De la guerre totale dans l’environnement urbain : Berlin et son travail de mémoire

Berlin est une ville très riche culturellement, en particulier si l’on songe aux Street Arts qui la parsèment, à son architecture. C’est aussi un phare de l’électro : certains de ses nightclubs sont célèbres en Europe et le pays est reconnu pour son apport dans ce style de musique.

Mais c’est aussi une ville qui a engagé un énorme travail de mémoire, lié à son lourd passé historique. Le nombre de ses musées, de très grande qualité, en est un indice, mais c’est sur la rue que nous allons porter notre regard en nous appuyant sur un article de Viveberlin, un guide touristique collaboratif qui veut promouvoir d’une manière plus personnelle la ville.

Cet article, datant de 2012, s’intitule « The Scars of the war » et présente les traces persistantes de la 2ndeGuerre mondiale sur les édifices du centre-ville. Cet article peut être lu à l’adresse :https://viveberlin.wordpress.com/2012/08/06/the-scars-of-the-war


La modernisation de l’armement via l’innovation de l’automatisme à l’origine de nouvelles balafres urbaines

La ville a fait le choix de conserver les cicatrices de la bataille de Berlin dans son centre, ce qui permet de démontrer deux choses :

 

  • Pour commencer, l’artillerie n’est plus la seule à causer de gros dommages sur les immeubles, certaines armes portatives pouvant elles aussi arracher désormais des pans entiers de mur. Par ailleurs, si l’argument concernant l’antériorité des pratiques de combats urbains peut être avancé, il est vite mis à mal par le fait que des fusils à verrou (un type de fusil dont la culasse dispose d’un levier d’armement à actionner manuellement en suivant un mouvement longitudinale) ne peuvent causer des dommages semblables à une telle échelle. 
  • Ensuite, le développement des armes automatiques, en atteignant une taille drastiquement réduite, a causé une radicale hausse de la violence des combats urbains, dont la bataille de Berlin fut un traumatisme. Par conséquent, on peut subodorer la volonté de garder cette mémoire, littéralement gravée dans la roche, par la conservation des impacts de balles sur les bâtiments.

Voici la liste des principales armes automatiques utilisées à la bataille de Berlin, ainsi que leur fonctionnement :

Figure 1 : Aperçu des armes de la Bataille de Berlin responsables des sévices urbains. (source : créée par l’auteur à partir de photos disponibles sur Google image)

 On constate que les travaux du docteur Richard J. Gatling, qui voulait donner une grande puissance de feu à une seule personne, ont grandement porté leurs fruits. Complétés par ceux de sir Hiram Maxim et John M. Browning – les inventeurs des systèmes automatisés de recul et d’emprunt des gaz -, ils ont conduit à une conséquence désastreuse : n’importe qui pouvait causer un grand nombre de morts.

Or la Seconde Guerre mondiale peut être interprétée comme l’aboutissement d’un processus de nation en armes, dont la distinction du front et de l’arrière s’efface. Le Volkssturm , c’est-à-dire l’enrôlement des civils allemands dans le conflit en les dotant d’armes rassemblées à la hâte, souvent en piteux état ou obsolètes, en est la forme la plus extrême. 

Berlin comme exemple du basculement de la guerre moderne

L’Allemagne a une grande tradition militaire et manufacturière. Par conséquent, préserver dans le paysage urbain les conséquences des débordements de cette tradition peut être interprété comme un rappel à l’ordre. C’est pourquoi Berlin et d’autres villes se sont engagées dans cette voie avec le projet Stolpersteine qui s’inscrit à la fois dans le paysage et dans la façon de vivre la ville. 

En effet, ce projet est constitué de pavés dorés disposés au sol, sur lesquels on peut légèrement trébucher. L’objectif consiste à amener le promeneur à s’y arrêter pour y prêter attention. Ces pavés arborent sur leur surface le nom des familles ayant vécu dans les rues où ils sont disposés, et ayant été persécutées par le IIIeReich.

Figure 2 : Stolpersteine de Berlin (source : creative commons issu d’une photo prise par un amateur et mise sur : wikipédiahttps://commons.wikimedia.org/wiki/File:Berlin_paul-lincke-ufer-41_stolperstein_20050208_p1000301.jpg)

La production industrielle d’armes ayant un potentiel létal jusque-là jamais atteint a permis de ravager des villes. Dresde et Berlin sont presque des villes martyrs, dans la mesure où elles ont payé les exactions perpétrées par les troupes allemandes en Europe de l’Est. Par la suite, la reconstruction a effacé la plupart des sévices, mais la décision politique de garder visibles les dégâts est un moyen de s’adresser à tous, d’être un vecteur de sensibilisation. C’est de surcroît une mise en valeur du passé originale.

 Bibliographie indicative :

  • COCHET François, Armes en guerre, XIX-XXIe siècles : mythes, symboles, réalités., CNRS édition, Paris, 2011.
  • MCNAB Chris, Armes à feu, encyclopédie visuelle, Éditions de L’imprévu, 2015.
  • PEGLER Martin, The Vickers-Maxim Machine Gun, Oxford Osprey Publishing, 2013.
  • ROTTMAN Gordon L., Browning.30 caliber Machine Guns, Oxford Osprey Publishing, 2014.

L’auteur :            

Vincent Huet est étudiant en Histoire Contemporaine à l’Université Bordeaux-Montaigne où il réalise des recherches sur le développement de la mitrailleuse sous l’intitulé « Trajectoire d’innovation et compétition internationale dans le développement de la mitrailleuse du milieu xixesiècle à 1914 ». Ses travaux sont sous la direction du professeur Christophe Bouneau, dans le parcours de Master « Développement, Innovation et Environnement ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.