Habiller la ville de Las Vegas : l’intégration des énergies renouvelables dans l’espace urbain

Boulder Plaza, Las Vegas, Nevada, États-Unis
Source : bulletin local

Plus grande ville de l’État du Nevada, Las Vegas se situe à l’ouest des États-Unis dans le désert du Mojaves. Du fait de sa situation géographique, la ville jouit d’un accès limité aux ressources naturelles en particulier la ressource hydrique.

Dans l’imaginaire collectif, Las Vegas apparaît comme un lieu de divertissement et de démesure. Pourtant, la ville ne se réduit pas à cette dimension. Elle représente aussi un modèle pour le développement de pratiques écologiques et en particulier celui des énergies renouvelables.

L’essor de Las Vegas, depuis les années 1930

Au début des années 1930, la ville connaît un essor démographique sans précédent, ce qui s’explique par deux événements majeurs :

  • d’une part, la construction du barrage Hoover situé sur le fleuve Colorado et inauguré en 1935 par Franklin Delano Roosevelt, à l’occasion de laquelle Las Vegas devient le centre de gestion de la construction du barrage, ce qui constitue un vecteur important de son développement économique.
  • d’autre part, la légalisation des jeux d’argent en 1931, qui attire de nouvelles populations qui participent elles-mêmes à la construction des premiers casinos. Les jeux d’argent deviennent rapidement une source essentielle de développement économique pour la ville, même s’ils s’accompagnent d’un essor de la criminalité qui connaît son apogée dans les années 1970.

Dans les années 1980 et surtout durant la décennie 1990, Las Vegas se tourne vers le tourisme de masse. Cette transformation de la trajectoire économique de la ville se traduit par une diversification des activités liées au tourisme. La ville devient une destination pour le tourisme familial et connaît des taux de croissance exceptionnels d’environ 5% par an dans les années 1990 et jusqu’à la crise économique du début des années 2000.

De ce fait, Las Vegas doit faire face à des problèmes environnementaux de plus en plus importants à cause de l’intense activité urbaine, en particulier des problèmes liés à l’approvisionnement en eau. Le gaspillage énergétique devient un enjeu de mobilisation des pouvoirs publics qui doivent œuvrer dans un environnement original aux ressources limitées. La fragilité de l’équilibre environnemental révélée au début des années 2000 est un facteur de prise de conscience des enjeux énergétiques inhérents à la ville. 

L’énergie : un nouvel enjeu pour la ville

À partir des années 2000, Las Vegas prend conscience des enjeux énergétiques. Cette prise de conscience s’articule autour de deux événements majeurs. Le premier est le Sommet de la Terre de Johannesburg en 2002 auquel prennent part les États-Unis. Le second, qui est sans doute le plus important, est le Sommet national sur l’énergie propre qui se tient à Las Vegas en 2008.

Cet événement marque un véritable tournant pour l’orientation de la politique énergétique de la ville qui s’inscrit dès 2008 dans une démarche de développement des sources renouvelables d’énergie en s’engageant à être alimentée à 100% par des sources renouvelables d’énergie.

Les efforts de la municipalité pour intégrer les énergies renouvelables au réseau urbain s’illustrent notamment par la construction de la centrale solaire Boulder Solar qui est la troisième plus grande centrale solaire du monde. Celle-ci alimente le réseau électrique de la ville. En 2016, Las Vegas peut se targuer d’être l’une des rares villes du monde dans laquelle le réseau public d’électricité est uniquement alimenté par les énergies renouvelables.

Un projet original : le Smart Street Light

Schéma du fonctionnement de la dalle cinétique et du panneau solaire 

Dans cette perspective de développement des énergies renouvelables, la ville de Las Vegas met en place en novembre 2016 le projet Smart Street Lightconçu par la start-up EnGoPlanet et qui consiste à créer un système énergétique localisé et 100% renouvelable au cœur de l’espace urbain. Le projet est mis en place sur la Boulder Plaza, une des places les plus fréquentées du centre-ville de Las Vegas. Il s’agit d’une part, d’installer des panneaux solaires au-dessus des lampadaires qui éclairent la place durant la nuit et d’autre part, de poser des dalles cinétiques au sol, perpendiculaires à ces mêmes lampadaires. Ainsi, les lampadaires sont rechargés du fait de la transformation de l’énergie solaire en énergie électrique sous l’action des panneaux solaires au cours de la journée et du fait de la pression exercée par les pas des piétions marchant sur les dalles, transformant l’énergie cinétique en énergie électrique. Le fonctionnement des lampadaires est donc assuré par ces deux sources de production énergétique.

Le système Smart Street Light correspond à un réseau énergétique local et fiable auquel participent pleinement les usagers qui sont à la fois des producteurs et des consommateurs d’énergie électrique. Ce projet comporte une importante dimension symbolique. Il représente en effet un élément d’amélioration de la perception des énergies renouvelables car il permet une réelle prise de conscience de ce à quoi correspondent le réseau électrique et son fonctionnement. Il place les piétons dans la situation d’acteur du fonctionnement du réseau électrique. C’est pourquoi il constitue un élément de sensibilisation des publics aux questions énergétiques et environnementales. Le projet a une forte dimension sociale et représente un facteur de transformation des perceptions des énergies renouvelables.

Le projet s’inscrit dans la continuité de la politique énergétique mise en place par la ville depuis 2008. Il souligne une volonté d’innovation accrue et une importante capacité d’adaptation de la ville de Las Vegas face aux enjeux de la transition énergétique. Il met la ville en position de modèle de développement des énergies renouvelables et de transformation de leur perception au sein de l’espace urbain. La mise en place du projet Smart Street Lightconstitue un exemple d’habillage urbain qui fait intervenir l’utilisation des énergies renouvelables et redéfinit leur place dans le fonctionnement des réseaux électriques.

Bibliographie indicative :

  • ACKET C. et VAILLANT J., Les Énergies renouvelables  : état des lieux et perspectives, TECHNIP, 2011.

  • BOUNEAU C., « Les territoires de la transition énergétique en France : une perspective historique (XIXe-XXIe siècles) », Revue Politique et Parlementaire, n° 1073-1074, octobre 2014-mars 2015, pp. 189- 201.

L’auteur :

COHEN Ludovic est étudiant en Master Recherche d’histoire contemporaine dans le parcours « Développement, innovation et environnement ». Il réalise son mémoire intitulé  :  «  La perception des énergies renouvelables (EnR) par les Aquitains depuis les années 1980  » sous la direction de Monsieur Christophe BOUNEAU. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.