Lorsque la ville devient l’art de la révolution. Le street-art en Amérique Latine : entre mémoire et devoir

Le street-art appartient à la catégorie des « illustrations urbaines » qui existent depuis l’Antiquité et contribue à l’expression du peuple et à son émancipation : dénonciation, hommage, résistance… Se servir de la rue et la ville comme source de communication est synonyme de liberté.

Il fait son apparition à Philadelphie, aux États-Unis à la fin des années 60, avant de se répandre, dans chaque pays et dans chaque ville. Dans ce cadre, l’Amérique latine constitue une terre promise et propice à cet art. Cet aspect est encore renforcé de nos jours par l’existence d’un devoir de mémoire et la perpétuation des luttes sociales et politiques.

Dans cette histoire globale, le cas chilien se distingue dans la mesure où le mouvement street-art tire son origine d’un mouvement un peu plus ancien que celui de Philadelphie : le muralisme mexicain dans les années 1910. Ce mouvement découle de peintures, à la gloire de la révolution et des classes sociales qui lui sont associées (prolétaires, paysans), réalisées dans des lieux publics lors de la Révolution mexicaine. Il s’agissait alors de diffuser un message politique et social au plus grand nombre. 

Un exemple de muralisme mexicain
Continuer la lecture de Lorsque la ville devient l’art de la révolution. Le street-art en Amérique Latine : entre mémoire et devoir

« Des publicités photogéniques à Piccadilly Circus »

Piccadilly Circus de nuit, Londres, 1933
Source : London’s Transport Museum Archives, LTM_2002/14032, Topical Press, 3 novembre 1933
Lien : https://www.ltmuseum.co.uk/collections/collections-online/photographs/item/2002-14032

­Contexte

Située au croisement de quatre grandes artères du West End, Piccadilly Circus fut créée en 1819 par John Nash pour relier Regent Street à la grande rue commerçante Piccadilly et elle garda toujours deux caractéristiques essentielles : sa vie nocturne et son intense circulation. Toute cette animation fit de la place un emplacement privilégié pour la publicité qui participa de ce fait à la nouvelle mise en scène lumineuse de Londres. Ce n’est qu’en 1908 cependant, que la marque française Perrierinstalla la première publicité électrique sur Piccadilly Circus, au-dessus de l’entrée du Café Monico au 46, Regent Street. Cet acte fut fondateur car en défiant les objections des Westminister City et London County Councils, hostiles à la publicité, la firme installatrice ouvrait la voie à de nouvelles installations.

Piccadilly Circus s’affirma donc progressivement comme un lieu d’accueil important pour la publicité, même si avant la Première Guerre mondiale, d’autres espaces londoniens lui disputaient la première place. Un Américain en visite à Londres notait ainsi en 1912 que c’était cette situation particulière qui distinguait les cas londoniens et new-yorkais : 

« Londres possède de nombreux lieux centraux. À New York, Times Square est le cœur de tout. Ici, les cirques, comme on appelle les places, sont tous plus ou moins importants et ne peuvent être vus de l’un à l’autre. À Broadway, les enseignes peuvent être aperçues de loin. Trafalgar Square n’a pas de vie nocturne. Piccadilly Circus est trop petit ».

Quelques années plus tard, Piccadilly Circus se révélait et s’ornait de nouvelles publicités dont le nombre connut une poussée spectaculaire dans les années 1920. En 1922, Bovril, Schweppes, Old OarkneyWhiskey, les cigarettes Murattis, le porto Sandeman, les petits pots Glaxo, les pneus Pirelli, la peinture Paripan, les stylos Venus, The Evening News, les cigarettes Snake Charmer et les automobiles Overland, contribuaient déjà à son mythe.

Étude de l’œuvre

Les cartes postales prenant pour sujet Piccadilly Circus furent longtemps centrées sur le Shaftesbury Memorial, au centre de la place, érigé en 1893 en l’honneur de Lord Shaftesbury et de ses démarches politiques pour interdire le travail des enfants à la mine. Les premières publicités lumineuses n’y apparaissaient alors que furtivement, quand l’angle de vue ne laissait pas d’autre choix.

À partir du milieu des années 1910, le cadrage de ces cartes postales se décala pour se focaliser de plus en plus vers les façades animées de la place, tant du côté du site Monico que du London Pavilion, pour devenir le sujet principal de ces représentations. Cette transformation du point de vue témoigne que les publicités constituaient déjà des éléments d’attraction, renforcés par la présence du métro (1906). Il fallut cependant  attendre l’entre-deux-guerres pour que celles-ci deviennent des sujets que les prises de vue allaient mettre en valeur. La place était alors officiellement reconnue et reconnaissable pour ses signes électriques, preuve de leur diffusion, en dépit de la mobilisation des architectes pour tenter de les limiter.

La photographie ci-dessus illustre ce nouveau statut accordé à la publicité. Prise en 1933, elle met en scène la place de nuit, fortement illuminée par les publicités encadrant la place. Les dispositifs au néon créent un halo de lumière renforcé par les multiples reflets sur l’asphalte mouillé. L’éclat des lumières commerciales contraste avec la faible intensité de l’éclairage public si bien que le bobbysitué au premier plan, apparaît très clairement en dépit de son sombre uniforme, contrairement au Shaftesbury Memorial, sur la gauche, qui n’apparaît pas au premier coup d’œil et ne constitue plus qu’un élément secondaire de la place.

Bibliographie indicative : 

  • Oxford D., Piccadilly Circus, Chalford, The Archives Photographs series,1994.
  • LE GALLIC S., Lumières publicitaires, Paris, Londres New York, Paris, éditions du CTHS, 2019 (à paraître)

Du Stade Alfred Dugat au Stade du Lac : Le rôle du stade de football dans l’étalement urbain

Le Parc des Sports en 1924
Source: http://latribunedelescure.fr/inauguration-du-parc-des-sports-1924/

Le premier grand stade de football à Bordeaux s’érige en 1924 (Fig.1) sur l’emplacement actuel du Stade Chaban-Delmas, construit sur le domaine Lescure. Il fut partiellement détruit et remplacé en 1938 par le Stade Municipal, bâti pour accueillir des rencontres lors de la coupe du monde 1938, la première organisée en France. 

Continuer la lecture de Du Stade Alfred Dugat au Stade du Lac : Le rôle du stade de football dans l’étalement urbain

Habiller la ville de Las Vegas : l’intégration des énergies renouvelables dans l’espace urbain

Boulder Plaza, Las Vegas, Nevada, États-Unis
Source : bulletin local

Plus grande ville de l’État du Nevada, Las Vegas se situe à l’ouest des États-Unis dans le désert du Mojaves. Du fait de sa situation géographique, la ville jouit d’un accès limité aux ressources naturelles en particulier la ressource hydrique.

Dans l’imaginaire collectif, Las Vegas apparaît comme un lieu de divertissement et de démesure. Pourtant, la ville ne se réduit pas à cette dimension. Elle représente aussi un modèle pour le développement de pratiques écologiques et en particulier celui des énergies renouvelables.

Continuer la lecture de Habiller la ville de Las Vegas : l’intégration des énergies renouvelables dans l’espace urbain