Gbadolite, ou « Le Versailles de la Jungle »

Figure 1 : palais de Kawele, photo du photographe Gwenn Dumourthieu, issu de son blog : http://www.gwenn.fr/Gwenn_Dubourthoumieu_-_Photographe/LES_PALAIS.html)

À une douzaine de km de la République centrafricaine, sur une colline surplombant la forêt vierge s’élèvent les ruines de Kawele, autrefois résidence principale du « Léopard du Zaïre » Mobutu Sese Seko (1930-1965-1997), à Gbadolite, un somptueux palais de 15 000 m² surnommé « Le Versailles de la Jungle ». À son apogée, il s’agissait d’un site luxueux, symbole de la puissance économique et politique du pays, où Mobutu recevait les chefs d’État venus du monde entier (parmi les plus notables se trouvent le roi de Belgique Baudouin, F. Mitterrand, le Secrétaire Général de l’ONU Boutros Boutros Ghali, et le Pape Jean Paul II).

De prime abord, le lieu choisi surprend. Comment en effet expliquer qu’une ville moderne ait pu voir le jour dans les années 1970 au beau milieu de nulle part, jusqu’à s’ériger en tant que deuxième capitale de la République Démocratique du Congo (RDC), à plus de 1 000 km de la vraie capitale, Kinshasa, dans l’extrême nord de la province du Nord-Ubangi (c.f. carte image 2). 

Continuer la lecture de Gbadolite, ou « Le Versailles de la Jungle »

Les smarts cities : Gardens by the bay à Singapour

­

Qu’est-ce qu’une « smart city » ?

Le concept anglo-saxon de « smart city » a été conçu pour faire face à la concentration croissante des personnes dans les métropoles. En effet, aujourd’hui 50 % de la population mondiale vit dans des villes, alors que celles-ci n’occupent que 2 % du territoire tout en produisant 80 % des gaz à effet de serre. Il s’agit donc de préserver et d’optimiser les ressources ainsi que l’organisation des villes. Il existe donc un enjeu sociétal, environnemental et politique à la mise en place de smart cities. Dans ce cadre, les mégalopoles asiatiques telles que Hong-Kong et Singapour sont pionnières. 

La smart cityutilise les technologies avancées pour optimiser les coûts et l’organisation urbaine, tout en améliorant le bien-être de ses habitants. Cette ville intelligenteutilise à cette fin différents capteurs de collecte de données électroniques pour fournir en temps réel des informations permettant de gérer efficacement les ressources et les actifs. Les données collectées auprès des citoyens sont traitées et analysées pour surveiller et gérer les systèmes de circulation et de transport, les centrales électriques, les réseaux d’approvisionnement en eau, la gestion des déchets, les systèmes d’information, les écoles, les bibliothèques ou encore les hôpitaux. Autrement dit, la gestion intelligente de la ville englobe tout à la fois l’économie, la mobilité et l’environnement. Ainsi, la ville intelligente est celle qui se construit autour des besoins de ses habitants tout en préservant les ressources. Ceux-ci ne sont plus considérés comme des consommateurs de services mais comme des partenaires et des parties prenantes de son développement grâce à la démocratisation des moyens d’information permettant plus de participation.

Continuer la lecture de Les smarts cities : Gardens by the bay à Singapour

Nouvelle lisibilité de l’urbain. L’affiche à Paris au 18e siècle

Les imprimés affichés du 18esiècle doivent être replacés dans le contexte de la métropole parisienne au 18esiècle, société urbaine à «alphabétisation limitée ». Tout le monde ne sait pas nécessairement lire, mais les citadins savent à quoi sert le document écrit et peuvent soit le déchiffrer, soit solliciter l’aide d’un autre.

Une estampe qui représente la célèbre banqueroute de Law en 1720 met en avant l’importance des éphémères circulant alors dans les rues. L’image permet également de souligner la profusion d’écritures exposées ; parmi elles les enseignes, les plaques de rues, et les affiches.

A. Humblot, Rue Quicampoix en l’année 1720, estampe. Source : Gallica
Continuer la lecture de Nouvelle lisibilité de l’urbain. L’affiche à Paris au 18e siècle