La guerre des post-it

En juin 2011, une employée d’Ubisoft, rue Armand-Carrel à Montreuil, afficha sur la fenêtre de son bureau un « Invader » réalisé grâce à des post-it. Cet acte initialement anodin et à portée décorative, déclencha en réalité un phénomène estival. En effet, les employés de bureau des immeubles ayant une vue directe sur sa fenêtre, en particulier ceux du siège de la banque BNP Paribas, décidèrent de répondre à l’appel. Ainsi, le département informatique de la banque dessina à son tour un canon, inspiré du jeu Space Invaders, qui permet dans ledit à jeu de se défendre contre les envahisseurs de l’espace. Cette riposte fut perçue comme une déclaration de guerre chez Ubisoft qui répondit à la provocation par un Mario recouvrant toute une fenêtre.

Ubisoft contre BNP Paribas. Source: https://www.gamoover.net/Forums/index.php? 

Tour à (ou par) tour, semaine après semaine, personnages et objets de licence vidéoludiques, cinématographiques et de bande-dessinées apparurent sur les façades. Ainsi s’affrontèrent des représentations de Mario, de Link, du jeu Pong, de Megaman, d’un X-Wing, d’Obélix, des Lapins Crétinsou encore de Puzzle Bubble. Contagieuse, ce que l’on surnomma « la post-it war » se répandit dans l’ensemble du quartier de la Défense, à l’image de l’œuvre de l’artiste Invader : le paysage urbain se trouva envahi.  

Les post-it occupèrent les vitres des immeubles de la Société Générale, de Merck et de GDF-Suez qui arbora fièrement sur six étages un Tintin en cosmonaute évoquant l’album Tintin, on a marché sur la Lune. Le front s’étendit sur toute l’Ile-de-France notamment à Issy-les-Moulineaux, rue Camille-Desmoulins du côté d’Eurosport, de France 24, de Coca-Cola et de Vidal. 

Cette guerre fut aussi logistique et témoigna de la capacité de ravitaillement des services de fournitures des entreprises concernées. La taille croissante et la complexification des constructions amenèrent certains à battre en retraite. Ainsi, un salarié de France 24 révéla sur Twitter les causes de la défaite de son entreprise :  la pénurie de post-it couleurs. 

La bataille des géants. Source : http://www.postitwar.com/post/9664038140/post-it-image-of-asterix-et-obélix-paris-la

            Si à première vue, cette activité peut sembler fastidieuse, elle contribua en réalité à souder les équipes qui y consacraient leurs temps de pause et d’after work. Cette guerre s’étendit aussi en province, à Lyon et à Bordeaux, où un Megaman apparut au quai de Bacalan. L’affrontement avait la vertu d’offrir un temps de décompression et de fédérer les employés qui travaillaient ensemble sans véritablement se connaître. Pour la plupart, les employeurs acceptèrent la situation, même si certains rechignèrent comme chez Renault où les fauteurs de troubles furent jetés à la poubelle. L’armistice fut signé à l’occasion de pique-niques, où se rencontrèrent les belligérants. 

            Pour conclure cet été de prouesse artistique, la Société Générale riposta au Tintin de la GDF-Suez en installant en l’espace d’1h30 9 000 post-it sur six étages pour représenter un Obélix portant le fier Astérix sur le bouclier gaulois. 

Bibliographie indicative

  • TOMBLAINE Philippe, Jeux vidéo ! Une histoire du 10ème art, Montélimar, Les moutons électriques, 2015
  • BESSON Anne, « Les Envahisseurs De L’espace Sont Parmi Nous : Vers Une Esthétique Quotidienne Du Pixel. », ReS Futurae 5, 04 May 2015. Disponible sur OpenEdition : https://journals.openedition.org/resf/634
  • WOOD Alix, Urban Street Art, New York, Gareth Stevens Publishing, Print. Wood, Alix. But Is It Art?, 2015.

L’auteur :

LÉTANG Rémy est étudiant en master 2, Histoire des Mondes Modernes et Contemporains parcours « Développement Innovation Environnement » sous la direction de M. Christophe Bouneau. Ses travaux portent sur « La place de l’industrie vidéoludique en France des années 1980 à nos jours ». Conférencier à l’Université Bordeaux Montaigne pour le label Montaigne in Game, il est également doubleur de voix et chroniqueur chez Radio Campus Bordeaux 88.1 tous les mardis soir dans l’émission « Suite 881 ».

Lorsque le pixel envahit l’urbain : INVADERS

Depuis leur émergence dans les années 1970, les jeux vidéo ont suscité de nombreux débats. Considéré depuis 2006 par le ministère de la Culture comme le dixième art, ils n’hésitent pas à s’inspirer d’autres formes artistiques pour s’exprimer et s’épanouir. Ainsi dans les années 1980 et 1990, l’éditeur français Infogrames utilisa la notoriété internationale de plusieurs bandes-dessinées pour se constituer un panel de jeux allant d’Astérix à Tintin en passant par North & South. Plus récemment, le studio Quantic Dream s’est inspiré du cinéma pour dessiner des productions vidéoludiques à l’âme hautement narrative dont l’interactivité est limité. 

Le pixel, l’unité de base pour compter le nombre de points d’une image numérique a donné naissance au pixel art. Invisible ou oublié suite à l’évolution des résolutions d’images, améliorant le rendu et de l’émergence de la 3D, l’utilisation du pixel est réhabilitée par la révolution des jeux indépendants depuis une dizaine d’années. En parallèle, on le retrouve également dans le paysage urbain, sous des formes artistiques et créatives empreintes de cette pâte graphique issue du monde de la programmation informatique. C’est le cas notamment des œuvres de street-artdu Français, Franck Slama, connu sous le nom de « Invader » et qui propose depuis 1998 une réappropriation du bâti ou encore du détournement des post-it à des fins figuratives. 

Binary Self Project , 2005. 
Source : https://www.space-invaders.com 

Franck Slama se définit comme un « AVNI », autrement dit un Artiste Vivant Non Identifié. Œuvrant la nuit, en toute discrétion, et outrepassant les barrières juridiques, il « envahit » Paris à partir de 1998 sous son pseudonyme Invader afin de « libérer l’Art de ses carcans que sont les musées et les institutions. […] Libérer les Space Invadersde leurs écrans de jeux vidéo pour les amener dans notre propre réalité ». 

Formé à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, l’artiste utilise le carreau de faïence comme matériau et le bâtiment comme support. Son œuvre est compulsive : 3 926 Invaders ont ainsi été installés  dans 77 villes du monde entier, avec une nette prédominance de  l’Europe et de la France où elle est présente aussi bien dans les métropoles que sur le littoral atlantique (notamment au Cap Ferret depuis janvier 2018) et méditerranéen. 

Source : https://www.space-invaders.com/world/paris/

 Ces véritables « envahisseurs d’espace » sont généralement installés en hauteur et sont parfois l’objet de controverse de la part de leurs riverains. Comme le reconnaît l’artiste, dans 99% des cas les Invaders sont installés sans autorisation. Le dernier 1% correspond à des commandes de musées, d’institutions et d’organismes.  

Malheureusement, au fil de sa performance, l’artiste est confronté à la destruction de son œuvre, en particulier par le biais des vols. En effet, la technique utilisée induit une destruction des pièces par émiettement infligeant au bâti des altérations. Pour y remédier, des fans de l’artiste s’efforcent à leur compte de « réactiver » les mosaïques en remplaçant les carreaux manquants.

Mosaïque de mosaïques. Source : https://www.space-invaders.com  

Transcendant les générations au rythme des « vagues » (en référence au jeu vidéo dont l’auteur s’inspire) Invader n’hésite pas à revenir dans des villes déjà marquées de son sceau. Cependant, il n’emploie aucune méthodologie de travail particulière. A ce titre, Hong Kong a connu l’année dernière sa septième vague, c’est-à-dire le septième passage de l’artiste dans la mégalopole chinoise qui accumule alors 132 Invaders. Pour Paris, la vague est « permanente » puisque l’artiste laisse rarement passer une semaine sans coller de nouvelles pièces. 

Au-delà de la variété d’extraterrestres et de pièces empruntant à divers univers culturels, l’une de ses œuvres les plus remarquables est l’Invaderdit « Space2 », collé dans le module européen de l’International Space Station, qui traversa la stratosphère en mars 2015. Employant la mise en abyme, l’extra-terrestre virtuel fut renvoyé dans son espace natal, quarante années après son invasion à la suite de laquelle il s’est imposé comme une des représentations visuelles les plus symboliques et représentatives du jeu vidéo. 

Bibliographie : 

  • TOMBLAINE Philippe, Jeux vidéo ! Une histoire du 10ème art, Les moutons électriques, Montélimar, 2015
  • BESSON Anne, « Les Envahisseurs De L’espace Sont Parmi Nous : Vers Une Esthétique Quotidienne Du Pixel. », ReS Futurae 5, 04 May 2015. Disponible sur OpenEdition : https://journals.openedition.org/resf/634
  • KUO, M.-H. et al., Pixel2Brick:constructing brick sculptures from Pixel Art , Computer Graphics Forum, 2015, pp. 339–348. Disponible sur internet : https://purehost.bath.ac.uk/ws/portalfiles/portal/153552040/pixel2brick_pg2015.pdf
  • WOOD Alix, Urban Street Art, Gareth Stevens Publishing, Print. Wood, Alix. But Is It Art?, New York, 2015.

L’auteur : 

Rémy Létang est étudiant en master 2, Histoire des Mondes Modernes et Contemporains parcours « Développement Innovation Environnement » sous la direction de M. Christophe Bouneau. Ses travaux portent sur « La place de l’industrie vidéoludique en France des années 1980 à nos jours ». Conférencier à l’Université Bordeaux Montaigne pour le label Montaigne in Game, il est également doubleur de voix et chroniqueur chez Radio Campus Bordeaux 88.1 tous les mardis soir dans l’émission « Suite 881 ». 

Fascisme et urbanisme à Gênes

Les villes, « oubliées » du fascisme

L’Italie sort meurtrie de la Première Guerre mondiale, à l’instar des autres puissances belligérantes. Le climat de souffrance économique et sociale favorise l’émergence du mouvement fasciste, mené par un journaliste, Benito Mussolini. Celui-ci lance en 1922 la célèbre « marche sur Rome » qui lui permet de s’emparer du pouvoir par la force et d’installer progressivement un régime dictatorial. Sa politique intérieure et extérieure est parfois décrite comme une politique impériale. En effet, nostalgique de l’Empire romain, il souhaite en redessiner les frontières et redonner aux Italiens leur dignité, après les désillusions des traités de paix au cours desquels l’Italie avait vu lui échapper les terres irrédentes si convoitées. Sur le plan intérieur, Mussolini lance une politique de grands travaux sur l’ensemble du territoire qu’il justifie par des paroles « révisionnistes ».

L’élément paradoxal de cette politique intervient sur les questions urbaines. En effet, Mussolini est fondamentalement opposé au développement urbain qui contredit sa vision dichotomique de l’Italie, qui serait partagée entre Rome d’une part et les campagnes italiennes d’autre part. Ainsi, la propagande fasciste ignore la ville, alors qu’il n’est pas rare d’observer des photographies du Duce, une bêche à la main ou aux commandes d’un tracteur lors d’inaugurations de plaines asséchées. Cette image populiste prône le retour à la terre, dans l’idée que le monde rural serait plus moral. En réalité, cette volonté de donner de l’Italie une image rurale et frugale cache un mouvement d’urbanisation important encore visible aujourd’hui et dont les racines remontent au 19esiècle.

En effet, depuis l’achèvement du processus d’unification politique et territoriale de l’Italie, que l’on nomme « Risorgimento » (1848-1870) et qui s’achève par la prise de Rome le 20 septembre 1870, les villes italiennes ont connu une croissance importante qui s’explique tant par l’urbanisation que par le phénomène d’exode rural. Par ailleurs, le gouvernement lance une politique économique en faveur du développement maritime italien qui favorise l’aménagement des sites portuaires. C’est le cas de Gênes dont les vastes travaux d’agrandissement réalisés grâce aux fonds d’investissements de l’État doivent permettre de moderniser le port. L’objectif consiste à affirmer la ville comme point central du dispositif maritime de la Péninsule, d’autant que Gênes fait partie de ce que l’on appelle le « triangle d’or » de l’Italie, c’est-à-dire des villes les plus industrialisées du pays, avec Milan et Turin. 

Bâtir des villes à l’image du fascisme

Pour Mussolini, il faut faire table rase du passé et créer une ville à l’image du fascisme. Il lui faut pour cela réguler les flux de populations (familles, travailleurs). À ce titre, une loi est promulguée en 1939 pour que les individus ayant un travail régulier et déclaré puissent acheter une résidence dans les centres urbains de plus de 25 000 habitants. Mais pour pouvoir travailler dans une ville qui dépasse les 25 000 habitants, il faut prouver qu’on y possède un logement.

Devenir citadin devient dès lors presque impossible. De plus, cette loi complète celle du 24 décembre 1928 qui offrait la possibilité aux préfets de signer des décrets qui concernant l’exode vers les villes. L’objectif consiste bien à limiter les flux humains vers la ville, d’autant que la propagande fasciste la présente comme un lieu de déviance et de danger. Il s’agit pour le Duce de légitimer sa dictature et de créer une forme de « bonification sociale » par la gestion des flux migratoires. La répartition de la population devient dès lors un enjeu politique. Mais en réalité, la conséquence paradoxale de cet « anti-urbanisme » fasciste est qu’elle entraîne plutôt une exaltation de la ville. En effet, la cité reste la pièce maîtresse des édiles qui désirent préserver l’image de la ville comme lieu de pouvoir alors que Mussolini invoque quant à lui la résurrection de « l’urbs » c’est-à-dire le retour à la grande ville antique où le simple citoyen se démarque du peuple. Il souhaite le retour de la grande Rome rayonnante.

Or, cette valorisation de Rome entraîne dans son sillon celui d’autres villes italiennes telles que Gênes. Celles-ci connaissent également une politique de grands travaux entraînant la disparition de bâtiments anciens. C’est le cas en particulier de ceux rappelant un héritage peu glorieux de l’histoire italienne, à l’instar des bâtisses médiévales. Ainsi, les centres historiques de grandes villes comme Gênes, Palerme, Ferrare, Trieste, ou Naples sont modifiés, tandis que la monumentalité s’impose sur les espaces insalubres et provoque une réorganisation politique et sociale. Comme Mussolini souhaite donner une image très glorieuse de l’Italie, on rase des quartiers dans de nombreuses villes, pour y construire de nouveaux bâtiments. L’exemple le plus célèbre se trouve à Rome que le Duce souhaite équiper d’un complexe sportif (le Foro Italico). Ce complexe intervient dans le cadre d’une candidature aux Jeux Olympiques d’été de 1940. Le style gigantesque doit rappeler l’ancien Empire romain. Le chemin vers le complexe passe devant un obélisque de 36 mètres de haut et de 300 tonnes (le Monolithe Mussolini), construit avec du marbre de Carrare. C’est le plus grand monolithe taillé du 20esiècle. De plus, le stade, qui peut  accueillir 100 000 personnes, est entouré de 60 statues monumentales, tandis que des inscriptions célèbrent Mussolini. On peut lire par exemple : « DVCE,  LA NOSTRA GIOVINEZZA A VOI DEDICHIAMO » (Duce, nous vous donnons notre jeunesse). Enfin, sur le pont qui marque l’entrée du chemin vers le complexe, le Ponte Duca d’Aosta(200 m de long sur 30 m de large) se trouvent des bas-reliefs qui représentent des scènes de la Première Guerre mondiale.

En parallèle, Gênes connaît une importante croissance démographique qui oblige le régime fasciste à construire des logements. Or, les plans de construction ne s’insèrent pas toujours dans les lignes urbanistiques légales si bien que de nos jours, les legs de cette période entraînent encore des problèmes de gestion des agrégats urbains rendant difficile leur réhabilitation. En réalité, on cherche à construire rapidement sans regarder les normes sur la construction et la salubrité. Ainsi, en dépit des mesures fascistes contre le développement urbain, la ville de Gênes s’agrandit, notamment en direction du site portuaire, qui est agrandi et doté d’arsenaux pour mener à bien la politique navale de Mussolini. L’importance du port est confirmée par les voiesde communication comme la voie ferrée et l’avenue monumentale dirigées vers le terminal du port. Ce bâtiment, par son architecture massive et sa rangée de colonnades, se rapproche de la vision fasciste. 

La ville de Gênes : le terminal du port 

Ainsi, l’évolution de l’urbanisme sous la dictature fasciste touche l’ensemble des grandes cités italiennes. La ville doit devenir un outil de propagande. La vision fasciste sur l’espace urbain se concentre autour de trois zones spécifiques qui sont la zone de commandement, la zone de résidence et la zone de production. La monumentalité s’impose sur les espaces insalubres et provoque une réorganisation politique et sociale. Cette architecture est conçue comme une mise en scène où l’objectif est de dé-densifier et de favoriser une distribution spatiale en faveur des édifices de la « grandeur mussolinienne ». L’architecture est ainsi la vitrine de la nouvelle Italie impériale.

Bibliographie indicative :

  • BERSTEIN Serge, MILZA Pierre, « Le Fascisme italien ( 1919-1945)», Histoire, Paris, 1980.
  • BERSTIEN Serge, MILZA Pierre, « L’Italie Contemporaine : Du Risorgimento à la chute du fascisme », Armand Colin, Paris, 1995.
  • VALLAT, Colette, « Villes neuves de l’Italie fasciste : usage et limites d’un outil de propagande », Histoire urbaine, 2001/2 (n° 4), p. 161-182.

L’auteur : 

GINESTIE Mathieu est étudiant en histoire contemporaine à l’Université Bordeaux-Montaigne. Mon mémoire de master s’intitule : « Les trajectoires d’innovation de la marine italienne (1870-1940) sous la direction du Professeur Christophe Bouneau.

Imprimer sa présence : quand les migrations s’affichent sur les murs des villes

Repérer des présences ou l’esquisse d’une géographie

Pour les géographes, la pratique du terrain constitue une étape essentielle du travail de définition de la diversité des pratiques de l’espace et des modalités d’inscription des populations au sein des espaces urbains contemporains. Cette pratique ouvre à des méthodes d’observation qui requièrent une disponibilité importante lorsqu’il s’agit d’interroger des présences discrètes, minoritaires au sein de l’espace public. En cela, l’enquête de terrain rejoint les préoccupations soulignées par Colette Pétonnet lorsqu’elle définissait son travail d’observation sous l’expression d’observation flottante :

« Elle consiste à rester en toute circonstance vacant et disponible, à ne pas mobiliser l’attention sur un objet précis, mais à la laisser « flotter » afin que les informations la pénètrent sans filtre, sans a priori, jusqu’à ce que des points de repères, des convergences, apparaissent et que l’on parvienne alors à découvrir des règles sous-jacentes ». 

Source : Pétonnet Colette, « L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, 1982, tome 22 n°4. pp. 37-47.

Dans le cadre des recherches conduites dans le champ des migrations internationales, l’étude des espaces d’installation de populations étrangères a pu focaliser toute son attention sur l’observation des pratiques de l’espace, des interactions quotidiennes entre nouveaux arrivants et populations «autochtones » au sein d’un même quartier et, du fait d’une recherche ciblée, laisser de côté des formes d’expression de ces présences, plus éparses, fugaces ou pour le moins discrètes. En se rendant disponible à ces formes d’expression de la présence, il ressort très nettement que la ville accueille en ses murs et sous une variété de formes, l’expression de ces présences nouvelles. 

Cette attention portée à ce qui peut être rapproché d’une démarche indiciaire (en référence aux travaux de l’historien Carlo Ginzburg) offre de nombreuses perspectives de recherche et se prête à différentes réflexions sur la définition de ces expressions. Ces marquages de l’espace peuvent mettre en lumière une présence affirmée telle une bannière ethnique, comme celles des devantures de l’ethnic businness, mais aussi se situer dans l’ombre des passants ordinaires et se donner à voir à ceux qui peuvent en décoder les contenus. Ainsi placée dans le registre de l’indice, la géographie a tenté, notamment dans les travaux de Vincent Veschambre, de définir un registre d’analyse structuré autour des notions de trace et de marque (cf. Figure 1).   

Figure 1 – Les différences de registre entre trace et marque
Source : Veschambre V. (2008) Traces et mémoires urbaines enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes: Presses universitaires de Rennes, p.11

 

Affichages de la migration : ethnicité exposée, revendication politique et (in)visibilité religieuse

Parmi les indices des présences étrangères sur les murs de la ville, nous pouvons distinguer plusieurs formes ou types d’affichages. Qu’il s’agisse de graffitis, d’affichages informels de publicités ou d’annonces collées sur les murs, d’enseignes commerciales de boutiques de migrants ou encore, du signalement de l’entrée d’un lieu associatif ou d’un lieu de culte, ces marques dans l’espace public n’ont pas toutes les mêmes fonctions, ni durées, ne s’adressent pas aux mêmes publics et présentent des degrés divers de visibilité (le contexte d’accueil, l’existence ou non de politiques d’intégration, jouent bien sûr une influence notable). La méthode ethnographique de l’observation fine, à des échelles « micro » (rue, pans de murs, mobilier urbain…), répétée à différents moments de l’année, de la semaine ou de la journée, ne peut être considérée comme suffisante pour saisir intégralement la manière dont les migrants recomposent la ville et ses quartiers ; cependant, elle permet une première approche, ainsi qu’une première cartographie des présences étrangères en milieu urbain.

Les graffitis contenant un message politique, comme sur les photographies ci-dessous prises dans le centre-ville de Poitiers et à Santiago du Chili, peuvent être difficiles à interpréter. En effet, l’auteur du « No Border… » ne nous est pas connu et, s’il fait référence aux politiques migratoires de l’Union européenne et de la France (et à ses effets pervers), il n’est pas forcément migrant lui-même. Il peut avoir la nationalité du pays et appartenir par exemple à une association ou à une ONG, locale ou internationale, luttant pour la défense des droits des migrants. Il peut être un militant indépendant également. Dans un registre inverse, il en va de même pour le graffiti enregistré à Santiago. Il conserve le même anonymat, mais il donne à lire la présence d’une population immigrée : les Colombiens. Pour la géographie, il conviendra dans tous les cas de s’interroger sur le contexte de production de ces graffitis autant que sur leurs temporalités :  le choix de la localisation du graffiti a pu être réfléchi, afin d’augmenter sa visibilité et son impact dans l’espace public, mais la stratégie a pu répondre à d’autres logiques, personnelles à l’auteur. Enfin, la temporalité du graffiti est éphémère : le moment où il a été réalisé ne correspond pas au moment où le chercheur l’a détecté. Il peut également être rapidement recouvert, par d’autres graffitis, affichages ou par de la peinture, sur ordre des autorités ou des services de nettoyage locaux.

 

 

 

Concernant les photographies des enseignes commerciales ci-après (« Daba afro cosmétique », « Épicerie LJ3 – Spécialités africaines » puis « Atelier Afro »)­­, les noms inscrits sur ces devantures de boutiques nous informent de la présence « africaine » dans ce quartier central de la ville de Toulouse (Saint-Cyprien) – d’autant plus que ces commerces dits « ethniques » ne sont pas les seuls de la rue, ils y sont particulièrement concentrés, notamment les salons de coiffure « afro ». Au-delà de l’analyse des couleurs, de la typographie utilisée, des signes, symboles ou dessins ajoutés ou non à côté des noms des commerces et des méthodes d’éclairage et de mise en valeur, le chercheur se doit d’être attentif également aux sous-titres et aux autres formes d’écrits sur l’ensemble des devantures (vitrines, enseignes éventuelles perpendiculaires au mur, etc.). Il arrive qu’il y ait un décalage entre l’ensemble de ces écrits (le nom de l’enseigne perpendiculaire ne correspond pas toujours au nom inscrit sur la devanture par exemple), preuve que les mises à jour ne sont pas toujours effectives, que certaines traces des commerces précédents peuvent perdurer et se superposer aux plus récentes. Les gérants de ces commerces, alimentaires et non alimentaires, ont ici choisi d’afficher leur appartenance ou affinités identitaires en rapport avec le continent africain dans son ensemble (Afrique subsaharienne mais également Afrique du nord), participant ainsi à la cosmopolitisation de la ville.

 

 

Aucune identité nationale précise n’est perceptible viaces enseignes, tandis que d’autres peuvent préciser discrètement la région d’origine du propriétaire (une épicerie de la même rue intitulée « BGM » fait par exemple référence au Bahr el-Ghazal Market, du nom de la région sud-soudanaise d’où est originaire le gérant). Les produits et services proposés semblent être destinés à une clientèle d’origine africaine (produits de beauté et de soins pour peaux noires, cheveux frisés ou crépus, aliments dits « exotiques »). Cependant, une recherche plus approfondie (observation des pratiques, entretiens avec les commerçants, questionnaire aux usagers et passants) a permis de conclure que les gérants comme les clients du quartier ne sont pas systématiquement d’origine africaine. L’épicerie « LJ3 » est tenue par des migrants originaires du Sri Lanka et les produits qui y sont vendus viennent à la fois d’Asie et d’Afrique ; les clients peuvent être d’origine maghrébine, antillaise, brésilienne, malgache, il peut en outre s’agir de couples « mixtes » ou de Français ayant vécu ou voyagé en Afrique. Ces derniers peuvent venir du quartier, de toute la ville, voire au-delà, témoignant de la capacité polarisatrice de ces lieux. Par ailleurs, les salons de coiffure de la rue visent généralement une clientèle dite « mixte » et ne sont pas « excluants », contrairement à ce que pourrait penser spontanément le passant, qui lira trop rapidement l’enseigne.

 

 

Dans le contexte français (et laïque) toujours, la présence de minorités religieuses étrangères peut être selon les périodes particulièrement médiatisée et cristalliser les tensions, du point de vue des politiques, des électeurs mais aussi des habitants. Si l’on pense spontanément à l’islam (débats autour de la construction de mosquées, des prières « de rue », des pratiques informelles…), d’autres minorités religieuses étrangères s’insèrent aujourd’hui dans les interstices des grandes villes. Le protestantisme évangélique et les Églises pentecôtistes et charismatiques sont notamment redynamisés partout dans le monde, particulièrement dans les Amériques et en Afrique. En migrant et en circulant, les populations participent à la diffusion et aux recompositions de ces mouvements religieux contemporains. Certains commerçants choisissent parfois d’afficher leur appartenance religieuse, comme sur la photographie ci-dessous (épicerie « A.B Exotique – La Gloire de Dieu », Saint-Cyprien, Toulouse). La vitrine devient le support d’affichage de flyersou de publicités annonçant tel ou tel événement ou rassemblement religieux dans la ville rose.

 

 

La question des lieux de culte minoritaire dans la ville est plus sensible ; en effet, ces Églises, qui peuvent rassembler plusieurs dizaines de personnes, n’organisent pas leurs séances de culte dans des églises protestantes traditionnelles. Comme ailleurs dans le monde, elles négocient de vastes espaces originaux (salles de cinéma, stades, salles de réception, hangars, locaux au sein de zones d’activités tertiaires…), ces espaces n’ayant pas de vocation religieuse à la base mais devenant dès lors, multifonctionnels, temporairement occupés par des groupes religieux évangéliques. Leur inscription urbaine est donc parfois temporaire et souvent plus discrète. Depuis l’espace public, depuis la rue, il devient difficile de  soupçonner la présence d’une Église ou d’une salle de prière, du fait de l’absence d’affichage, d’enseigne ou de plaque à l’entrée. Ce sont d’autres types d’affichages (Cf. photographie ci-dessous, panneau d’affichage localisé à la sortie de la station de métro « Mirail Université »), les affichages virtuels (pages/groupes Facebook) ainsi que des entretiens croisés menés avec des migrants, des fidèles ou des responsables religieux, qui permettent de repérer ce genre de lieux de culte minoritaires (souvent situés en périphérie urbaine), d’en connaître les coordonnées précises (adresse postale, site Internet, numéro de téléphone…), ainsi que les acteurs et formes d’organisation.

 

 

Conclusion

L’ensemble de ces éléments renvoie plus globalement à une géographie sensible de l’espace, à la création de mondes migratoires qui se laissent voir, deviner, ou bien encore nous être totalement inconnus (mais qui recomposent et influencent à leur manière les sociétés et les espaces hôtes). L’observation de la ville dans un cadre théorique qui peut-être celui de « l’ambiance » urbaine, nous rapproche des propos de Philippe Artières :

« il faut s’enfoncer dans l’épaisseur de la ville, se perdre dans l’infini de ces minuscules détails, des petits signes éparpillés, de ceux énormes qui couvrent l’entrée de nos cités, de ceux modestes que l’on oublie de regarder : une étiquette arrachée, un autocollant effacé, des mots gravés à la va-vite sur une vitre… (…) Être attentif à ce dialogue continu des signes qui ne sont pas seulement beaux, mais qui font histoire. Car ce monde sensible de la ville est toujours contemporain, ni la patrimonialisation ni aucun règlement ne parviennent à le neutraliser, il résiste, il échappe à tout mode de gouvernement. C’est la force de la ville. Elle est un réservoir incontrôlable d’imagination ». 

Source : Philippe Artières, La ville écrite, Éditions du Centre Pompidou, Paris, 2012, p. 13).

Bibliographie indicative :

  • Berthomière, W. « Les espaces de l’hospitalité, fonction-miroir de sociétés se pensant assiégées » Science And Video, MMSH (Aix-en-Provence), 2017, http://scienceandvideo.mmsh.univ-aix.fr/Varia/Pages/berthomiere.aspx
  • Bordes-Benayoun, C., « De la rue ethnique au vaste monde », in Brody, J. (dir.), La rue, PUM, Toulouse, 2005, 281-293.
  • Chabrol M., Dubucs H., Endelstein L., « Centralités marchandes, de l’entrepreneuriat ethnique à la diversité urbaine », in Hily, M.H., Ma Mung, E., Scioldo-Zürcher, Y. (dir.),Étudier les migrations internationales, Presses Universitaires de Tours, 2019 (à paraître).
  • Endelstein L., « La rue commerçante casher et la globalisation du religieux », Géographie et Cultures, n°71, 2009, pp. 41-56.
  • Picard J., « Du lieu de passage au territoire d’ancrage : les Églises et les migrants africains chrétiens du Caire », Les Cahiers d’Outre-Mer, n°274/vol. 69, 2018, pp. 133-160.
  • Raulin A., Conord S., Berthomière W., Ebilitigué I., Färber A., Ma Mung G. et Veiga Gomes H., « Migrations et métropoles : visées photographiques », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 32 – n°3 et 4,  http://journals.openedition.org/remi/8188

Les auteurs : 

  • BERTHOMIERE William est géographe, directeur de recherche au CNRS et membre du laboratoire Passages (UMR 5319 – Maison des Suds Pessac). Appuyées sur la notion de migrant−acteur, ses recherches mettent en lumière des modes d’ancrages et des modalités d’appartenances révélatrices de manière de faire société dans un monde inscrit dans le processus de globalisation. Dans une perspective plus phénoménologique, ces travaux interrogent les dimensions spatiales de la présence. Une large part de son activité scientifique est également consacrée à une réflexion méthodologique sur l’usage et la place de l’image (fixe ou animée) dans la recherche en SHS.

 

  • PICARD Julie est maître de conférences en géographie à l’Université de Bordeaux (ESPE d’Aquitaine) et membre du laboratoire Passages (UMR 5319 – Maison des Suds Pessac). Ses recherches portent sur les processus de reterritorialisation urbaine des migrants subsahariens (Le Caire, Toulouse), observés au prisme du religieux et/ou du commerce, et à l’origine de recompositions discrètes des villes et des sociétés d’accueil.