La place des monuments aux morts de la Première Guerre mondiale dans l’espace public

La Première Guerre mondiale : un traumatisme sans précédent

Devenus un élément constitutif de la majorité des communes françaises, les monuments aux morts font désormais partie intégrante des espaces publics français. Lieux de recueil, ils ont un rôle commémoratif et culturel particulièrement important. Malgré leur diversité de forme, ce sont plus précisément les cénotaphes (c’est-à-dire des monuments, statues ou stèles n’abritant pas de corps) érigés suite la Première Guerre mondiale frappent par leur nombre et leur portée sur les villes françaises. Ils cristallisent les sacrifices humains et la profonde douleur d’une nation face à la brutalité de la Grande Guerre. 

            En effet, le premier conflit mondial, de 1914 à 1918, a durablement marqué les esprits par sa violence et l’échelle de ses affrontements. Ce sont ainsi près de 10 millions de soldats et plusieurs millions de civils qui ont péri aux cours de ces quatre années. A cela se sont ajoutés près de 21 millions de blessés et d’infirmes, renforçant le sentiment d’horreur et le traumatisme qu’a inspiré cet événement à la population mondiale, et plus fortement encore, à la population européenne.

 La France est l’un des pays les plus profondément atteints : une grande partie des affrontements s’est déroulée sur son sol, entraînant d’importantes destructions et, en raison de l’occupation d’une partie de son territoire (nord-est) des populations se sont déplacées vers la région parisienne, s’éloignant ainsi des affrontements. Plus encore, c’est le nombre d’hommes mobilisés (environ 8 400 000) mais surtout le nombre de morts (1,4 millions) et de blessés (plus de 3 millions), alors que la France compte à l’époque moins de 40 millions d’habitants, qui a constitué un traumatisme pour l’ensemble des familles et de la société française. 

Construire la mémoire française de la Grande guerre : le développement des monuments aux morts dans l’immédiat après-guerre

Il convient dès lors d’ériger des monuments à la mémoire des « morts pour la France » afin de leur rendre hommage et de rendre éternellement visible et présent leur sacrifice. C’est ainsi que le 10 mai 1920, une circulaire instaure la création d’une commission dans chaque département qui favorise l’exécution artistique des monuments. Le gouvernement encourage et aide financièrement les communes en vue de créer des mémoriels dans toutes les villes et villages de France. Les années 20 voient la multiplication de créations de monuments commémoratifs dans les communes françaises et ce sont près de 35 000 monuments (pour 36 000 communes de nos jours) qui sont ainsi produits entre 1920 et 1925.

 Ces derniers sont placés dans des lieux accessibles et facilitant les rassemblements lors de commémorations (notamment le 11 novembre ou plus tard le 8 mai) ou d’évènements nationaux importants (14 juillet par exemple). Ils représentent un point de repère sûr dans l’espace public des communes dans lesquelles ils sont érigés et présentent, en fonction du budget alloué par chaque commune, une grande diversité visuelle et symbolique. 

Les formes les plus classiques sont les représentations de poilus, d’allégories féminines représentant la nation (ou) la victoire, voire la paix. Le coq symbole de la France, le casque Adrian, symbole spécifique de cette guerre, ou encore les croix de guerre et lauriers sont particulièrement utilisés par les artistes. La majorité de ces monuments apparaît comme un hommage rendu aux sacrifices mais peuvent aussi incarner des notions variées comme la glorification de la victoire, revêtant un important aspect militaire, l’expression de la douleur des populations, voire plus rarement l’expression d’un sentiment de ressentiment envers l’Allemagne. 

Monument aux enfants de Verdun morts pour la France, Verdun, Meuse, 1928
Source : https://verdun-meuse.fr 

Le cas particulier du monument de Gentioux

Au milieu de cette production, parfois réalisée en série, il existe aussi des monuments profondément pacifistes. Ils apparaissent comme extrêmement rares au milieu des exaltations de la victoire de la France ou des sacrifiés pour la patrie. C’est le cas du monument de Gentioux (département de la Creuse) qui apparaît comme la parfaite représentation de ce mouvement en faveur de la paix, particulièrement important après la Der des Ders et le développement du pacifisme européen. Monsieur Duburg, conseiller municipal, propose en 1922 la création d’un monument particulier, s’éloignant des productions conventionnelles. Il comprend le nom des 58 soldats tués au cours de la guerre et inclut une sculpture en fonte réalisé par Jules Pollacchi. 

Si la forme d’obélisque fait partie des formes classiques de monuments commémoratifs, il est choisi d’y ajouter une phrase particulièrement marquante pointée par un enfant. Le conseiller précise son choix :

« Plutôt qu’un Poilu, j’ai voulu traduire un cri du cœur. J’ai donc dessiné un orphelin, en tenue d’écolier, montrant du doigt cette inscription gravée dans la pierre et qui était alors sur toutes les lèvres : « Maudite soit la guerre ! » »

« Maudite soit la guerre », c’est ainsi qu’est exprimée l’absurdité de la guerre, qui loin d’être glorifiée n’est perçue que comme une boucherie inutile. Cette inscription est d’autant plus marquante qu’on utilise un orphelin à la place d’une représentation plus guerrière. Elle montre ainsi, dans toute sa violence, les conséquences directes du conflit. La France compte plus de 986 000 orphelins en 1919, faisant de cette statue un puissant hommage aux familles brisées par la guerre. 

Ce monument a particulièrement soulevé les débats puisqu’il n’est reconnu initialement que par les élus locaux. Il faut attendre 1985 pour que le préfet et sa commission le reconnaissent officiellement. Son caractère antimilitariste a en effet irrité les autorités, notamment militaires, et les soldats défilants avaient ordre de détourner la tête en passant devant lui. Aujourd’hui encore, il est perçu comme un symbole de paix dans la région et apparaît comme un important lieu de rassemblement chaque 11 novembre. Il est la preuve même de la forte symbolique encore vivace que représentent ces monuments du passé.

Ainsi les monuments aux morts de la Première Guerre mondiale font véritablement partie intégrante de l’identité des communes françaises. Lieu géographique important au sein d’une ville du fait de sa place souvent symbolique, ce sont des lieux de tourisme et de recueillements importants. Ils revêtent ainsi une importante dimension culturelle et mémorielle, symbole d’événements majeurs de l’Histoire de France qu’il convient de ne jamais oublier.

Indications bibliographiques :

  • BECKER Annette, Les Monuments aux morts : patrimoine et mémoires de la grande guerre, Paris, Ed. Errance, 1988
  • DAVID Franck, Comprendre le monument aux morts, Talmont-Saint-Hilaire, Codex Éditions, 2013,
  • PASTEAU Philippe, « Honorer les morts », Inflexions, 2017/2 (N° 35), p. 123-128

L’auteur :

DIZAC-VOILLEQUE Hugo est actuellement étudiant en deuxième année de master histoire recherche à l’Université Bordeaux-Montaigne (2020-2021). Il suit le parcours Développement Innovation Environnement. Son sujet de recherche porte sur la trajectoire de l’innovation de l’uniforme, de l’armement et de l’équipement de l’infanterie française de 1914 à 1918, sous la direction de Christophe BOUNEAU.

La ville comme moyen d’expression politique : la revendication indépendantiste dans les villes du Pays basque espagnol.

L’espace public est une arme, un lieu de contestation. Son occupation permet la main mise sur l’expression d’idées et de revendications. Les révoltes et les manifestations en témoignent: occuper l’espace public, c’est permettre à ses idéaux, même s’ils ne sont pas acceptés, d’être entendus (ou imposés). L’espace public basque n’échappe pas à ce processus d’occupation. Les revendications politiques y sont toujours importantes et prennent différentes formes. La plus marquante est la revendication indépendantiste basque qui sature les murs des villes d’Euskadi. 

            Le « problème basque », comme il est commun de l’appeler, surgit de l’action armée des indépendantistes d’ETA (et de leur groupuscules comme Iparretarrak en France) pour arriver à proclamer l’indépendance politique du territoire basque. Cette revendication politique provient d’un important sentiment d’appartenance à une nation basque sans Etat. La lutte armée d’ETA a débuté en 1959, en pleine dictature franquiste, et s’est officiellement arrêté le 2 mai 2018 par la dissolution de l’organisation. Mais la fin de la lutte armée ne signifie pas pour autant la fin de la lutte politique, les deux ayant toujours coexisté depuis le retour de la démocratie en Espagne. Depuis la fin des années de plomb (période allant de 1981 à 1991 et marquée par une importante recrudescence des attentats d’ETA), cette politique demandant l’indépendance du Pays basque est devenue le fer de lance de partis politiques structurés comme EH Bildu (signifiant « réunir le Pays basque »). Si le débat pour l’indépendance est institutionnalisé et délégué aux partis et aux politiciens, lui et les revendications qu’il engendre sont néanmoins visibles dans chaque rue des villes basco-espagnoles. 

Habiller la ville pour faire entendre sa voix

Le street-art est un élément central de la visibilité du message politique indépendantiste. Aux murs des villes sont peints ou accrochés nombreux slogans, symboles et revendications propres aux mouvances favorables à l’indépendance. L’appel à l’indépendance est l’un des libellés les plus courants qui orne les murs basques et le gigantisme des peintures et fresques murales permet de marquer dans la ville cette revendication comme à Pasajes, non loin de San Sebastían. 

L’un des autres slogans les plus populaires est lié à une des demandes majeures de la société civile investie dans le processus de paix au Pays basque : le transfert des prisonniers basques dans des prisons en territoire basque, pour les rapprocher de leurs familles et de leur patrie. Cette revendication qui ne cesse d’être martelée par les artisans de la paix et les groupes pro-indépendantistes ne trouve d’écho ni à Madrid ni à Paris, les deux craignant, dans leurs discours officiels, que ce rapprochement et regroupement des « terroristes » (ou des prisonniers politiques selon la sympathie politique) ne favorise qu’un contrôle des prisonniers plus important de la part des leurs anciens réseaux et cellules criminelles. Pour répondre aux refus successifs de l’Etat espagnol, les militants et sympathisants taguent sur les murs l’inscription « Euskal presoak etxera » ( signifiant « les prisonniers basques chez eux ») avec diverses variantes. Outre les graffiti, la distribution et l’achat de drapeaux par les particuliers, qui les accrochent à leurs fenêtres ou balcons, démontrent également l’investissement des habitants dans la démonstration de leur identité et de leurs convictions politiques.

Drapeau pour le retour des prisonniers basques, Zarautz, Guipuzcoa, date inconnue. Crédit : Wikipédia.

Une occupation socio-territoriale de l’espace urbain

Ce phénomène est avant tout social et territorial. L’occupation de l’espace public urbain par ces revendications politiques s’exerce bien sûr dans les espaces à forte sympathie indépendantiste : on peut le voir dans la Parte Vieja de San Sebastían qui était un fief d’ETA jusqu’en 2011 et l’annonce de l’abandon progressif de la lutte armée. C’est dans cette partie de la ville que l’on retrouve encore aujourd’hui en plus grand nombre les drapeaux et inscriptions à consonance nationaliste. Les photographies ou dessins des prisonniers basques d’ETA (les etarras) sont encore visibles sur certaines vitrines des tavernes de ce quartier historiquement pro-indépendant. Il n’est néanmoins pas étonnant que les villes basques voient cette expression politique s’accroître sur leurs murs. Depuis la fin des années noires du terrorisme et le début d’un débat démocratique pacifié, beaucoup de Basques adhèrent au nationalisme basque politique et pacifique et à ses idéaux, en témoignent les résultats des dernières élections provinciales de la Communauté autonome du Pays basque : depuis 2012, les partis nationalistes représentent plus de 50% des élus à la chambre parlementaire provinciale basque.

Les problématiques du tourisme de masse en Euskadi

Ces revendications trouvent un second souffle dans l’opposition au tourisme de masse et à ce qui est considéré par les Basques comme l’« ignorance des touristes étrangers sur l’histoire basque ». Le problème est que pour beaucoup de Basques habitant dans des zones touristiques comme Bilbao ou San Sebastían, les touristes étrangers viennent dans ses villes pour passer des vacances en Espagne, ce que les habitants indépendantistes ne peuvent accepter d’entendre : pour eux la Communauté autonome du Pays basque est une entité politique à part, leur territoire est basque et non espagnol. Le sentiment d’être réduit à un simple folklorisme exacerbe les tensions entre locaux et vacanciers. Ainsi, on voit très souvent apparaître des messages sur les murs, toujours sous forme de drapeaux ou d’inscriptions, indiquant le plus souvent « This is not Spain ».

Drapeau « this is not Spain or France », Saint Sébastien, Guipuzcoa, date inconnue. Crédit : article de Laurent Perpigna Iban, « Le Pays Basque espagnol excédé par les touristes français », Vice, 31 août 2018.

Ces inscriptions proviennent souvent de militants mais les édiles municipaux réagissent également à la polémique en essaimant dans la ville, comme à San Sebastían, des drapeaux « You are in the Basque Country » à destination des touristes.

Drapeau « You are in the Basque Country », Saint Sébastien, Guipuzcoa, date inconnue. Crédit : article de Laurent Perpigna Iban, « Le Pays Basque espagnol excédé par les touristes français », Vice, 31 août 2018.

Ainsi, la ville basque devient le portrait et la toile de fond d’une appartenance nationale, de revendications politiques spécifiques et propres à des territoires urbains en quête d’identité et de la reconnaissance de cette dernière. Avec cette démonstration politique, il n’est pas rare de trouver dans les villes basques espagnoles des expressions de solidarité comme avec le déploiement de drapeaux catalans pour symboliser un soutien et des liens de solidarité entre des hommes et des territoires similaires. C’est l’expression d’une volonté d’autodétermination wilsonienne qui s’inscrit au cœur de l’espace public basque. Mais l’expression de cette identité basque dans l’espace public ne revient-il pas, paradoxalement, à reconnaître la fragilité de cette identité qu’il faut défendre ?

Indications bibliographiques :

  • Castells L., Cajal A., La autonomia vasca en la España contemporánea (1808-2008), Madrid, Marcial Pons, Historia, 2009.
  • Loyer B., « Conflit et représentations du conflit au Pays basque : la fin de l’ETA », Hérodote, vol. 158, n°. 3, 2015, pp. 16-38.
  • Hunza, « Le Pays basque et sa quête d’identité : fresques murales et autres symboles nationalistes », Le blog d’Hunza : mon carnet de voyage, publié le 6 janvier 2017, consultable sur http://www.hunza.pro/2017/01/le-pays-basque-et-sa-quete-d-identite-fresques-murales-et-autres-symboles-nationalistes.html.

L’auteur :

IRACHILO Erwan est étudiant en deuxième année de master recherche en histoire du développement, de l’innovation et de l’environnement (2020-2021) sous la direction du Pr. A. Fernandez. Il étudie le développement économique de la Biscaye entre 1914 et 1923 au travers l’analyse du capitalisme et du lobbyisme industriel biscayen, plus précisément grâce à l’étude de son influence sur Madrid et sur la politique économique de l’Espagne de la Restauration.

La ville et le feu : l’empreinte de l’incendie dans le milieu urbain

Les incendies sont définis par l’historien Pierre Grapin comme « le feu non maîtrisé, le feu sauvage, dévastateur, l’incendie, qui a de tout temps causé une légitime frayeur » dans son ouvrage Les incendies. Ce sont des événements brutaux et traumatisants qui marquent les esprits et qui peuvent laisser des traces visibles dans le paysage urbain. Notre étude est inspirée par les travaux de Valérie November, directrice de recherche au CNRS, qui écrit à ce sujet l’article « L’incendie créateur de quartier ou comment le risque dynamise le territoire » paru dans Cahiers de Géographie du Québec en 2004. Elle y développe l’exemple de Saint-Sauveur à Québec et déclare qu’il provoque « la création de nouvelles unités urbaines ». Elle fait de la reconstruction des bâtiments un enjeu majeur en affirmant qu’elle peut être envisagée selon deux perspectives différentes : la première a pour but « d’effacer efficacement les traces de la catastrophe » alors que la seconde repose sur « la menace permanente » qui pèse sur les villes. Nous allons nous reposer sur cette analyse pour développer plusieurs exemples et étudier les différentes réponses qui peuvent être apportées à ces questions. 

Le Grand incendie de Londres 

L’incendie de Londres de 1666 est l’un des événements les plus marquant que l’Europe ait connu par son ampleur sans précédent. Il naît le 2 septembre dans une boulangerie de Pudding Lane, un quartier situé au nord de la Tamise et embrase le centre historique de la ville pendant environ 3 jours. Près d’un tiers de la ville est alors détruite, soit plus de 13 000 habitations et 90 églises, dont la cathédrale Saint-Paul. L’importance des flammes devient si grande que le roi Charles II ordonne la destruction de plusieurs maisons par explosion pour maîtriser le feu. En effet, son expansion est favorisée par un des maisons principalement en bois organisées en rues étroites. 

« La Cité de Londres en 1666 », source Wikipédia

Cet événement tragique causa 8 décès et laissa près de 100 000 sans-abris. Il reste encore aujourd’hui dans les mémoires et pour rendre hommage aux sinistrés, le Monument au Grand Incendie de Londres est érigé au début des années 1670. Situé dans la Cité de Londres, il est devenu un lieu touristique à part entière. On se demande alors l’impact de cet événement sur le paysage urbain londonien. La reconstruction est entreprise très rapidement et s’étend sur près de quarante ans. Au-delà de cette reconstruction globale, l’incendie permet une transformation de la ville marquée par d’autres monuments comme la cathédrale Saint-Paul. Elle est entièrement détruite en 1666 et sa reconstruction fut confiée à l’architecte Christopher Wren. Les travaux du nouvel édifice débutèrent en 1675 pour créer une cathédrale plus imposante et majestueuse. 

Chicago : une renaissance de la ville par les cendres 

Le fort attrait pour Chicago et sa région favorise sa rapide expansion dès les années 1830. En effet, sa position géographique sur les rives du lac Michigan fait de la ville une passerelle entre la côte Atlantique et l’Ouest. Elle attire de nombreux immigrants européens qui font de cet espace une « ville champignon », où la croissance démographique et économique augmente fortement dès le milieu du XIXème siècle. Pour répondre aux besoins de cette population nouvelle, on construit rapidement des habitations, des bureaux, des commerces et mêmes des trottoirs en bois.

Carte des quartiers détruits par l’incendie de Chicago, source USA Decouverte

Dans la nuit du 8 octobre 1871, le feu se déclare dans une grange du quartier actuel de Little Italy. Pendant près de 30 heures, l’incendie se propage vers le quartier nord, traversant la Chicago River à deux reprises. On compte près de 300 victimes et 100 000 sans-abris dans un incendie qui détruit près d’un tiers de la ville. Face à l’ampleur du sinistre et au nombre de victimes, la reconstruction devient un enjeu capital pour la ville. On note que cet événement a eu un impact direct sur la conception de l’espace urbain aux Etats-Unis. L’entière reconstruction de Chicago est amorcée dans la volonté de prévenir les incendies : on développe des plans avec des rues larges et en utilisant des matériaux plus sûrs tels que les métaux. Ces innovations engendrent un nouveau modèle urbain qui est par la suite reproduit dans le pays. 

La question de la reconstruction : les débats autour de Notre-Dame de Paris 

Les incendies sont des sinistres particulièrement destructeurs qui laissent derrière eux la problématique de la reconstruction. Dans les cas de Londres et de Chicago, plusieurs propositions ont été présentées et témoignent d’une volonté d’amélioration ou de nouveauté dans le paysage urbain. Ces discussions tournent alors autour de la question : comment reconstruire ? 

Notre-Dame de Paris en feu, source Sud-Ouest 

Nous pouvons prendre l’exemple plus récent de Notre-Dame de Paris pour comprendre les enjeux contemporains de cette question. Survenu dans la soirée du 15 avril 2019, l’incendie a sous le regard du monde entier détruit une grande partie de l’édifice. Le feu s’est propagé de la charpente vers la flèche de Viollet-le-Duc construite au XIXème siècle. Les débats s’animent alors : faut-il reconstruire à l’identique ou adopter un projet nouveau ? Des propositions innovantes ont déjà par le passé été adoptées comme la pyramide du Louvre initiée par le président Mitterrand qui bouleverse le paysage architectural du musée. Un concours d’architectes est alors organisé par le gouvernement afin de sélectionner les projets qui pourraient selon Emmanuel Macron apporter « un geste architectural contemporain ». Cette annonce provoque un engouement sur les réseaux sociaux avec des propositions plus ou moins extravagante et montre l’intérêt des Français pour cette question partagé entre une volonté d’innovation et le respect du patrimoine culturel. 

En somme, ces exemples nous permettent d’affirmer que les incendies peuvent devenir des événements moteurs pour le renouvellement du paysage urbain. La reconstruction modifie en effet profondément et durablement la ville dans sa structure ou ses symboles.  

Indications bibliographiques :

L’auteur :

Pauline JANICOT est étudiante en Master 2 de recherche en Histoire, dans le parcours Développement, Innovation, Environnement à l’université Bordeaux Montaigne (2020-2021). Son mémoire porte sur les catastrophes dans le Bâtiment, plus précisément sur le cas des incendies de Bordeaux et de sa région des années 1860 aux années 1920, sous la direction de Dominique Pinsolle. 

La ville en réseaux : une brève histoire de l’autoconsommation collective d’électricité en ville depuis le début du XXIème siècle

L’autoconsommation collective d’électricité représente la liaison d’un producteur et d’un ou plusieurs consommateur(s) au sein d’une même personne morale. L’autoconsommation permet de produire une électricité qui est d’abord consommée localement et ensuite injectée sur le réseau électrique en cas de surplus. Dans le milieu urbain, l’autoconsommation collective d’électricité concerne principalement les habitats collectifs (immeubles, résidences, etc.) mais également les entreprises. Ce système joue un double rôle dans la transformation de la ville : par l’installation de nouveaux objets techniques dans le paysage urbain (panneaux solaires photovoltaïques) mais aussi par le développement d’une nouvelle gouvernance des réseaux électriques urbains.

Illustration 1 : Schéma de l’autoconsommation collective d’électricité. Source : Commission de régulation de l’énergie

 A la lumière du concept d’ « urbanisme des réseaux » (G. Dupuy) qui s’intéresse à l’évolution du rôle social, économique et culturel des réseaux électriques urbains, l’autoconsommation collective redéfinit la ville en apparence, avec le déploiement de nouveaux objets techniques et transforme la gouvernance des réseaux électriques urbains.

  1. Gérer les réseaux électriques en ville : l’essor d’une expérience collective au XXIème siècle

A partir des années 2000, la tarification de l’électricité, par le biais de tarifs incitatifs ou dissuasifs en fonction de la tension du réseau électrique, représente un premier volet de la responsabilisation des consommateurs (habitants, entreprises, collectivités) pour faciliter la gestion du réseau électrique. Au cours de la décennie, les innovations technologiques et numériques successives font jouer un rôle plus important au consommateur qui passent de consommateur responsable à « acteur-réseau » (ou consommacteur). L’information de la consommation des acteurs et de la tension du réseau électrique doit faciliter sa gestion à l’échelle locale et nationale. Cette mise en intelligence du réseau électrique (smart grids) entend transformer sa gouvernance, notamment par des dynamiques d’autogestion de l’électricité. 

Aujourd’hui, le concept d’acteurs-réseaux entre dans une deuxième phase, qui dépasse le seul stade de la gestion intelligente de la consommation électrique, pour intégrer l’autoproduction et l’autoconsommation collective d’électricité en zone urbaine. Le développement de micro-unités de production d’électricité (individuel ou collectif) rend plus poreuse la frontière entre producteur et consommateur. L’acteur-réseau intègre à la dimension responsable de sa consommation électrique, la possibilité de produire lui-même, individuellement ou collectivement, tout ou partie, de sa consommation d’électricité. Justifiée par des progrès technologiques, l’évolution du cadre législatif et la volonté croissante des utilisateurs d’être des acteurs engagés dans la gestion du réseau, l’autoconsommation collective d’électricité connaît un développement particulier en France depuis plusieurs années. Le développement de système d’autoconsommation collective d’électricité « conduit […] à interroger le changement de statut de la planification énergétique dans les zones urbanisées ».

2. La naissance de l’autoconsommation collective d’électricité en ville : de la politisation à l’adoption d’un cadre législatif   

L’idée d’ « autoconsommation collective » n’est pas une nouveauté, mais relève plutôt d’un développement progressif, faisant passer la pratique d’une sous-culture à une contre-culture.

La question de la décentralisation du système de production d’électricité et de responsabilisation sociale des citoyens dans leur consommation apparaît dès les années 1970 avec l’émergence d’un courant d’écologie politique. Dès 1975, Ivan Illich, l’un des pionniers de la pensée écologique, insiste sur l’importance d’une « volonté politique de décentralisation [pour] créer les conditions d’une technique rationnelle », notamment de maîtrise de l’impact environnemental de la production et de la consommation d’énergie. Cette thèse d’une nécessaire décentralisation du système de production et de consommation d’électricité connaît un essor particulier avec l’émergence (ou la réémergence) des énergies renouvelables. Face à une filière électronucléaire hypercentralisée, les énergies renouvelables apparaissent comme des technologies de remise en cause du paradigme énergétique.

Illustration 2 : Exposition/Energies nouvelles. Source : Les Amis de la Terre (1979)

 S’inscrivant dans la politique de promotion d’électricité issue d’énergies renouvelables, l’encadrement de l’autoconsommation collective connaît un processus législatif relativement classique et rapide. Entre 2013 et 2014, la constitution d’un groupe de travail au sein du ministère de l’Écologie et du Développement durable entraîne la parution d’un premier rapport en faveur de l’autoconsommation et l’autoproduction d’électricité issue d’énergies renouvelables. Les conclusions du rapport sont reprises au sein de la loi relative à la Transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) du 17 août 2015 qui autorise la mise en place de mesures nécessaires au « développement maîtrisé et sécurisé des installations ». Dans ce cadre, l’ordonnance relative à l’autoconsommation d’électricité du 27 juillet 2016 permet un premier encadrement du statut de l’autoconsommation individuelle et collective. Ratifiée par la loi du 24 février 2017 et complétée par le décret d’application du 28 avril 2017, l’autoconsommation dispose aujourd’hui d’un cadre légal complet.

3. Expérimentation de l’autoconsommation collective d’électricité à Bordeaux : une nouveauté urbaine pour un nouveau paradigme énergétique

Près de la Gare St Jean à Bordeaux, l’inauguration de la résidence « Les Souffleurs » constitue la première expérimentation d’autoconsommation collective dans la métropole girondine. L’installation de 36 kWc de panneaux solaires sur le toit de cet immeuble et le raccordement à six compteurs communicants permet de faire bénéficier aux 60 logements de l’immeuble d’une électricité produite localement et d’une réduction de la facture d’électricité. Dans une ville en situation de tensions foncières et immobilières, la mise à disposition des toitures pour la production et la consommation locale d’électricité représente une pratique que souhaitent encourager certains bailleurs sociaux et le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité Enedis. C’est également un choix important de la part de la ville et des collectivités locales qui sont souvent prescriptrices dans le cadre d’aménagements urbains, notamment d’écoquartiers.

Illustration 3 : La résidence Les Souffleurs de Gironde Habitat, accueille 60 logements sociaux. Source : Alban Gilbert – Bordeaux

 

Le développement de cette pratique invite à s’interroger sur la place que les panneaux solaires photovoltaïques sont amenés occuper dans le paysage urbain. Objets techniques nouvellement urbains, leur place revêt d’une fonction productive (production d’électricité), parfois utilitaire (ombrières sur les parkings) ou esthétique (habillement des toitures). La volonté de faire jouer à ces nouveaux objets urbains une dimension plus large que la simple production d’électricité va influencer leur intégration dans le paysage de la ville. D’une utilisation purement fonctionnelle, les panneaux solaires photovoltaïques peuvent devenir des objets techniques pleinement inscrits dans le décor de la ville. 

Selon Enedis, principale entreprise chargée du réseau de distribution d’électricité, environ 40% des demandes de raccordement pour les foyers s’équipant de panneaux solaires photovoltaïques sont concernés par l’autoconsommation en 2016. La Commission de régulation de l’énergie (CRE), autorité en charge du fonctionnement du marché de l’électricité, estime que le secteur de l’autoconsommation est dans une dynamique de croissance particulièrement importante pour les années à venir.

            Véritable « nœud socio-énergétique » en tant que système de production et de distribution d’énergie entre un acteur décisionnel en interaction avec des acteurs locaux, l’autoconsommation collective d’électricité revêt d’une transformation du paysage urbain avec le déploiement de nouveaux objets techniques. En outre, derrière l’expérience sociale, l’intérêt économique et la résilience énergétique, c’est bien un changement de paradigme pour le système électrique français qui est à l’œuvre. D’une conception centralisée et industrielle de la production de l’électricité, l’autoconsommation promeut une réappropriation collective et décentralisée des unités de production d’électricité au sein de l’espace urbain.

Indications bibliographiques :

  • DUPUY Gabriel, L’urbanisme des réseaux, théories et méthodes, Paris, Armand Colin, 1991.
  • TABOURDEAU Antoine, DEBIZET Gilles, « Concilier ressources in situ et grands réseaux : une lecture des proximités par la notion de nœud socio-énergétique », Flux, 2017/3 (N° 109-110), pp. 87-101.
  • SERRE Damien, « Les réseaux techniques urbains : des infrastructures essentielles pour la mise en place de stratégies de résilience », Sécurité et stratégie, 2015/1 (18), pp. 28-35.
  • DUPUY Gabriel, « Fracture et dépendance : l’enfer des réseaux ? », Flux, 2011/1 (n° 83), pp. 6-23.

L’auteur :

Félix BERTE est étudiant en Master 2 d’Histoire moderne et contemporaine, parcours Développement, innovation et environnement (2020-2021) ainsi qu’en Master 2 de Géoéconomie appliquée à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux. Sous la direction de Christophe BOUNEAU, il réalise un mémoire de recherche sur « Les enjeux et débats de l’intégration des énergies renouvelables sur le marché de l’électricité en France depuis le début du XXIème siècle ».