La Biennale de Venise, quand l’art contemporain se greffe au paysage urbain.

Venise n’est pas qu’un objet touristique : elle ne se réduit pas à ses palais majestueux, à ses gondoliers qui promènent les touristes au rythme de leurs chants traditionnels, ou encore à ses hôtels hors de prix. Elle est aussi mondialement célèbre pour la Biennale, qui s’y tient chaque année. Ainsi, même si le tourisme est sans conteste son pilier économique, la ville rayonne également dans le monde de la culture. Annulée l’an dernier en raison de la pandémie mondiale, l’édition 2021 a nourri de grands espoirs pour la fondation italienne d’art, qui compte en moyenne plus de 500 000 visiteurs par an. Hélas, la ville peine à retrouver ses touristes. 

Mais qu’est-ce que la Biennale ?

La Biennale di Venezia est en fait le nom d’une fondation italienne, créée en 1893, et dont la première édition s’est déroulée en 1895. Celle-ci organise des manifestations d’art contemporain depuis la fin du XIXe siècle, mais propose également, depuis les années 1930, de la musique, de la danse, du théâtre, du cinéma, et de l’architecture. Elle se retrouve dans le Giardini, l’Arsenale et le Lido où se tient le prestigieux festival de cinéma de la Mostra de Venise. En 1980, se tenait la première Exposition Internationale d’Architecture.

D’abord désignée comme l’« Exposition Internationale d’Art de la Cité de Venise », c’est à l’occasion de sa deuxième édition, en 1897, qu’elle prit le nom de Biennale

Aussi variées que soient ses manifestations, nous nous intéresserons uniquement à l’exposition d’art contemporain, et notamment à l’Esposizione internazionale d’arte di Venezia ainsi qu’à l’Exposition Internationale d’Architecture de Venise, qui ont lieu tous les deux ans, car ce sont celles qui impactent le plus le paysage urbain vénitien. 

Quand l’art contemporain prend possession de la ville 

Biennale 2014, sculpture de Heinz Mack, île de San Giorgio Maggiore. Symbolise l’importance de la colonne dans l’histoire de l’architecture. 
Source : https://www.dezeen.com/2014/06/24/the-sky-over-nine-columns-venice-installation-heinz-mack/

En se promenant dans les rues de Venise, il est possible d’être surpris en voyant apparaître sur son chemin une main géante tout droit sortie de la lagune, ou encore de se trouver nez à nez avec une sculpture géante de cheval. Cela a de quoi surprendre, et contraste fortement avec l’architecture historique de la ville, composée de vieux palais et de vieilles maisons de briques. Il se créé comme un mélange d’époques, entre l’atmosphère séculaire vénitienne et la modernité des œuvres d’art disposées un peu partout. La Biennale s’approprie la ville et la redessine à sa guise, que ce soit à l’extérieur comme à l’intérieur des palais. La Biennale peut ainsi également remplir un rôle touristique, et s’apparenter à une nouvelle façon d’arpenter la ville. 

Les œuvres d’art, qu’elles plaisent ou non, revisitent les palais en leur conférant une nouvelle dimension artistique, voire politique, lorsqu’elles font passer un message. Ce fut le cas lors de l’édition 2015, lorsque Vik Muniz dénonça la tragédie des naufrages des migrants avec son œuvre « Lampedusa » : une barque de 15 mètres de long, imitant un bateau en papier, et recouverte de l’édition du journal vénitien La nuova Venezia, paru le lendemain de la tragédie maritime d’octobre 2013, qui titrait « Migranti, centinaia di morti ». Cette barque de papier, évoquant la fragilité des embarcations utilisées par les migrants pour traverser, voulait sensibiliser l’opinion publique en voguant sur les canaux vénitiens.

Biennale 2015, barque “Lampedusa” de Vik Muniz, un exemple de Biennale politique.
Source: http://vikmuniz.net/news/lampedusa-at-the-56th-venice-biennale
 

Faire apparaître des problématiques contemporaines par le biais de l’art

Biennale 2019, sculpture “Construire des ponts”, de Lorenzo Quinn.
Source: photo personnelle de l’auteur. 

Plus qu’une simple manifestation artistique, la Biennale de Venise porte aussi un regard sur le monde actuel. Ainsi la 17eédition d’architecture s’intitulait « Comment vivrons-nous ensemble ? », faisant écho à la pandémie mondiale de 2019. Cela s’inscrit dans les problématiques actuelles tournées vers le développement durable et la conscience écologique, au cœur des préoccupations. Par exemple, par l’utilisation de matériaux durables, comme le bois, il s’agit de montrer comment d’autres communautés utilisent l’architecture et la transforment pour vivre confortablement ensemble. 

Pour l’édition de 2017, l’artiste italien Lorenzo Quinn avait réalisé une sculpture de mains géantes, s’agrippant à un bâtiment historique de Venise, afin d’alerter sur la montée des eaux, qui menace la ville un peu plus chaque année, les mains soutenant symboliquement le « Ca’ Sagredo Hotel ». Lors de l’édition suivante, en 2019, il avait également exposé une série de mains géantes liées, au dessus d’un canal de l’Arsenale, pour représenter la construction des ponts, très nombreux dans la cité des doges. Cette fois-ci, le message rendait hommage aux bâtisseurs de la ville de Venise.

            La Biennale, grâce aux œuvres d’artistes internationaux, est un exemple fort de la transformation du paysage urbain par l’art. Son succès et sa renommée internationale ne sont plus à démontrer, et à chaque nouvelle édition, elle propose une nouvelle façon d’habiller la Sérénissime. Cette question d’habillage de la ville par l’art contemporain appelle à évoquer les paquebots de croisière, qui eux aussi modifient le paysage de Venise. En effet, depuis des années, ces immenses navires, trop gros pour le Grand-Canal, font partie du décor vénitien, au grand dam des habitants locaux, qui craignent pour la sécurité de l’écosystème de leur cité. Un mouvement, le Comitato No Grandi Navi, se bat pour bannir ces navires de Venise. Cela s’inscrit dans la lutte contre le tourisme de masse, pour protéger la ville. Cette lutte s’est réaffirmée après le déconfinement, et vise notamment, en plus d’interdire les navires de croisière dans la lagune, à maîtriser les flux touristiques en instaurant des jauges et à réguler les locations saisonnières, ce qui est paradoxal car Venise vit principalement du tourisme. Cependant, la ville voit de plus en plus sa population locale diminuer à cause du tourisme, effectivement beaucoup d’habitants partent vivre à Mestre ou sur le Lido, où la vie est plus calme et moins chère, une façon de montrer que trop de tourisme tue le tourisme.

Paquebot Queen Victoria, un exemple du problème des gros navires à Venise.
Source: photo personnelle de l’auteur, 2017. 

Bibliographie indicative :

L’auteur :

Nathan Esquié est étudiant en deuxième année de Master d’Histoire moderne et contemporaine, à l’Université Bordeaux Montaigne, dans le parcours Développement, Innovation et Environnement. Son mémoire porte sur l’économie du crime organisé à Chicago durant la prohibition à travers le film de gangsters, sous la direction du Pr. Christophe Bouneau.

L’écran numérique « intelligent », nouveau système de l’affichage urbain ?

De nouveaux écrans en ville…

On peut les apercevoir dans la rue, le long des grandes avenues sur les façades des bâtiments, ces grands écrans numériques qui ont peu à peu envahi le paysage et animent la vie urbaine. Ces nouveaux supports connaissent un succès grandissant à travers les métropoles du monde entier et ne sont désormais plus seulement localisés dans les centre-villes emblématiques, tels que Times Square à New York ou Shibuya à Tokyo. On différencie dès lors plusieurs types de supports numériques qui viennent renouveler le mobilier urbain contemporain. D’une part, on retrouve un support pour le moins futuriste, l’écran numérique interactif qui implique la participation du spectateur dans le message diffusé. La première illustration (fig.1) révèle en ce sens à travers une campagne publicitaire pour la marque de SUV, GMC, une interaction entre un passant et un écran numérique. Ce dernier étant doté de capteurs, identifie l’âge et le profil du spectateur pour adapter le contenu de son message en fonction de la personne, proposant ainsi une nouvelle forme de communication. De fait, la nature des messages diffusés n’a en soit pas fondamentalement changé à savoir, dans le cadre d’un message publicitaire faire la promotion d’un produit destiné à la consommation. Tout l’enjeu de l’innovation réside alors dans la monopolisation de l’attention du spectateur dans le but de créer un lien entre le message et le sujet. Dès lors, l’innovation technologique apporte à travers le perfectionnement de cet outil une tout autre dimension au message exposé, fondée sur l’interaction entre le consommateur et la publicité elle-même, l’échange entre le regardé et le regardant. Plus qu’une simple exposition fixe et inerte, ce nouveau mobilier urbain intègre le spectateur en acteur du message offrant une certaine proximité avec les passants qui circulent dans la rue.

Figure 1: Campagne publicitaire de la marque américaine de SUV, GMC Vertical Impression, 16 octobre 2020, Source: <file:///C:/Users/Utilisateur/Zotero/storage/Y363QGMR/7-of-the-most-impressive-examples-of-digital-out-of-home-advertising-campaigns.html>.

D’autre part, on peut identifier les écrans numériques dynamiques. Tout aussi originaux, ils proposent la diffusion d’un contenu en temps réel dans le but de captiver l’attention du spectateur. En guise d’exemple, on retrouve en 2013 à Londres au carrefour de Piccadilly Circus, lieu emblématique de l’affichage digital dans le monde, une campagne publicitaire originale de la compagnie aérienne British Airways. En effet, un panneau d’affichage dynamique révèle un enfant se déplaçant sur l’image et pointant du doigt le ciel dès qu’un avion de la compagnie prend son envol (fig.2). Étant doté d’une antenne connectant l’écran au réseau et à l’aéroport d’Heathrow, l’ensemble des données relatives au passage des avions de ligne dans la zone sont retransmises à l’écran à la surprise des passants. Ces écrans intelligents font très vite l’objet d’une vive curiosité et interrogent sur l’avenir de l’affichage en ville et de l’évolution du mobilier urbain. De plus, ces exemples mettent en lumière également une évolution historique saisissante de la publicité qui s’inscrit dans une certaine continuité de la révolution numérique initiée par Internet et les technologies sans fil dans les années 1990.

Figure 2 : Campagne publicitaire de la compagnie aérienne British Airways (Londres), 1min30, Novembre 2015, Source: <https://www.1min30.com/brand-marketing/comment-les-marques-utilisent-le-digital-out-of-home-dooh-au-sein-de-leurs-campagnes-marketing-28542>.

Mutations de l’affichage urbain : transition d’un « support d’information » à un « support de communication » (Stéphanie Le Gallic).

La multiplication de ces nouveaux canaux d’information soulève de nombreuses questions relatives à l’évolution des stratégies de communication, certes dans le cadre du monde publicitaire mais également à travers la communication culturelle et artistique. Les nombreuses campagnes de prévention illustrées par exemple par la crise du Covid-19 s’inscrivent également dans cette dynamique. En effet, on pouvait observer pendant la crise et encore aujourd’hui des messages de remerciement adressés aux travailleurs qui assuraient les services indispensables au bon fonctionnement de la société malgré la pandémie (fig.3). La diffusion sur les panneaux numériques de ce genre de messages personnels révèle une évolution des stratégies de communication orientée vers une forme plus inclusive et représentative de l’affichage urbain.

Dès lors, on observe un changement de paradigme propre au système d’affichage. En effet, les écrans et leur contenu ne sont plus donnés simplement à voir comme des supports d’une information brute et sans vie mais au contraire, comme des supports qui suscitent l’engagement et la participation des passants. Ces derniers peuvent en ce sens à une échelle individuelle modifier leur environnement et influencer le paysage urbain. Ainsi, l’essor des écrans dynamiques contribue à voir émerger le concept de « ville-spectacle » allant jusqu’à dissimuler des bâtiments par des animations vidéo au point de modifier notre rapport au milieu urbain. En somme, déambuler dans la rue deviendrait une nouvelle forme de divertissement qui n’est pas sans rappeler les représentations de villes entièrement technologiques présentes dans le cinéma de science-fiction.

Figure 3 : Campagne de sensibilisation pour la crise sanitaire (États-Unis), the tkink tank, avril 2020. Source: <https://www.thinktank.org.uk/blog/3245-good-job.php>.

La smart-city comme projet de ville « idéale »

Le concept de « ville intelligente » ou smart city repose sur l’usage intensif des technologies d’information parmi lesquelles le système d’affichage digital s’intègre parfaitement. Dès lors, ce phénomène de numérisation du paysage urbain met en perspective le développement des réseaux urbains, véritable maillage d’interconnexions. En effet, les écrans numériques interactifs et dynamiques incarnent pour le mieux cette volonté d’orienter le paysage urbain vers un modèle plus intelligent et intégré aux réseaux de communication. Ainsi, ces nouveaux outils participent à l’idée d’une construction d’une ville « sensible » comme le suggère la quatrième illustration affichant un message publicitaire pour la chaîne de fast-food McDonald’s à Manchester (Fig.4). Le contenu affiché s’adapte à la température ambiante de l’air à l’aide de capteurs mettant en avant une boisson rafraîchissante lors d’une journée de forte chaleur afin de susciter l’envie du spectateur. Le développement de l’intelligence artificielle permet à l’écran avec la détection et l’enregistrement d’un large éventail de données comme les températures voire les niveaux de pollution pour appréhender l’environnement proche et optimiser l’information.

En somme, les écrans numériques intelligents, nous fournissent des exemples pertinents de l’aboutissement historique du développement des réseaux dans le milieu urbain. En effet, ils s’inscrivent dans la continuité des pratiques d’affichage depuis les premiers kiosques à journaux inaugurés sur les grands boulevards parisiens sous le Second Empire.

Figure 4: « Campagne publicitaire de l’entreprise McDonald’s, (Manchester)June 4, 2019. Source: <https://grandvisual.com/mcdonalds-weather-reactive-dooh-summer/>.

Cependant, nous pouvons interroger les différentes trajectoires de l’innovation contemporaine qui nous confrontent à l’écueil d’une forme de déterminisme technologique. En effet, ce phénomène urbain ne constituerait qu’un simple transfert, voire une extension des technologies héritées des réseaux sociaux au milieu urbain et sur la voie publique. Ainsi, le soi-disant « progrès » de l’innovation peut être remis en cause à travers les différentes utilisations de ces nouveaux outils numériques.

La multiplication des écrans est-elle révélatrice d’une « crise de la représentation » (Daniel Bougnoux) ?

La multiplication des écrans dans notre espace domestique et depuis peu dans l’espace urbain public révèle certaines dérives notamment autour de la médiatisation abusive et la surcharge informationnelle présente dans notre société. Si la dynamique de développement des réseaux fait directement écho aux valeurs démocratiques, à savoir le partage de l’information ou la proximité, force est de constater comme le démontre Daniel Bougnoux que « notre crise de la représentation peut se lire comme une avancée ou une poussée de la participation ». En clair, à l’heure où les différentes formes de médias et de représentations ne cessent de croître et connaissent un succès général, on observe paradoxalement un certain malaise lié à l’abondance de l’information et à la surcharge publicitaire. Ainsi, l’intégration de ces écrans d’affichage certes dynamiques ou interactifs apparaîtraient selon Julia Bonaccorsi « comme des agrandissements des écrans personnels ». Les nouvelles technologies ne proposeraient donc en réalité qu’une extension dans la rue de notre activité individuelle sur les smartphones. Pourtant, paradoxalement, un article des Échos publié en juin 2019 tend à démontrer le manque d’efficacité de la publicité numérique, révélant que les taux d’attention et de mémorisation demeurent plus faibles que sur les autres médias en raison de la masse d’information diffusée. Malgré l’avènement des écrans interactifs et intelligents qui tentent de pallier ce déficit en proposant un format différent, c’est un véritable combat qui se joue pour capter l’attention du spectateur et le pousser à la consommation. Par conséquent, ce phénomène serait-il le signe d’un passage à un « âge post-représentatif » voyant le recul de notre intérêt pour la contemplation, entraînant de fait, un effacement progressif de la culture et de nos références communes ?

En somme, la multiplication des écrans numériques d’un genre nouveau en ville met en perspective l’évolution des formes d’affichage sur la voie publique en tant que symbole de la « ville intelligente ». Néanmoins, ce mobilier urbain innovant révèle une certaine obstination dans la poursuite du « tout technologique » propre à nos sociétés contemporaines demeurant un sujet d’interrogations.

Bibliographie indicative :

  • BONACCORSI, Julia. « Le sens collectif de l’écran dans la ville ». Interfaces numériques, 5 (1), 2016. <https://doi.org/10.25965/interfaces-numeriques.2942>.
  • BOUGNOUX, Daniel. « Chapitre 10 : La transition numérique : tous en scènes ? », La crise de la représentation, La Découverte, 2019, pp. 189-209.
  • LE GALLIC, Stéphanie. « Le bâtiment, support d’informations, XXe-XXIe siècles », Flux, vol. 111-112, no. 1-2, 2018, pp. 32-43.
  • LLOVERIA, Vivien. Susan PerryL’illusion pixel. Pourquoi le numérique ne changera pas le monde, Lemieux Éditeur, 2015. Interfaces numériques, 5 (1), 2016. <https://www.unilim.fr/interfaces-numeriques/2972>.
  • PICON, Antoine. « L’avènement de la ville intelligente », Sociétés, vol. 132, no. 2, 2016, pp. 9-24.
  • RICHEBOIS Veronique. “La Publicité Numérique Est-elle Vraiment Efficace ?” Échos, Paris, 24 juin 2019. <https://nouveau-europresse-com.ezproxy.u-bordeaux-montaigne.fr/Search/ResultMobile/183>.

L’auteur :

RILIEVO Louis est étudiant en Master 2 Développement, Innovation et Environnement à l’université Bordeaux Montaigne (2021-2022), son sujet de mémoire porte sur l’étude de l’émergence des systèmes inhabités en tant qu’outil de défense à partir d’un cadre géographique bien précis, le Moyen-Orient qui constitue un laboratoire aux innovations technologiques. Il s’intéresse autant au processus d’innovation de cet outil émergent depuis les années 1990 qu’à la guerre géoéconomique qui sévit sur le marché de la défense de même que les débats de société que soulèvent le développement des systèmes inhabités dans nos sociétés contemporaines. Après avoir effectué deux années en classe préparatoire littéraire au lycée Bertran de Born à Périgueux, il a eu ensuite l’opportunité de participer à un échange d’une année en Angleterre à l’université de Chester dans le cadre du programme Erasmus afin de valider sa troisième année de Licence.

L’âge d’or des pignonistes

« Dubo, Dubon, Dubonnet ». Sans doute êtes-vous trop jeune pour que ce slogan répétitif ait sur vous l’effet de la madeleine de Proust ? Seuls quelques témoignages subsistent, souvent au plus profond de nos régions rurales, de ce qui fut au milieu du XXe siècle un élément incontournable du paysage urbain. Les publicités peintes jalonnaient alors les itinéraires routiers. En ville, elles étaient aussi placées à des endroits assurant une visibilité maximale. Elles étaient alors un support privilégié par les fabricants pour développer la notoriété et la consommation de leurs produits. Désormais désuètes et devenues rares, elles constituent de riches sujets d’histoire.

Illustration 1. Publicité murale pour Dubonnet (Trizac, Cantal) en bordure de la route départementale D678 (photographie de l’auteur).

La rencontre d’un produit, d’un slogan et d’un support

Les peintures murales en extérieur sont étudiées depuis longtemps, qu’il s’agisse du Mission District de San Francisco, des murales mexicains ou encore des murs de Belfast témoignant de la fracture entre communautés. Au-delà de l’histoire de l’art, ce sont par exemple des sources incontournables en histoire sociale et des mentalités (De Orellana et al, 2009). Les murs peints publicitaires n’ont pas (encore ?) le même statut.  Ils se sont multipliés pendant les années folles, période d’un large développement de la réclame (nom que portait la publicité). Marcel Bleustein-Blanchet innove alors avec la société Publicis, l’utilisation de la TSF et l’invention de slogans, souvent chantés, sur sa propre station, Radio-Cité. Créateur de publicités marquantes, il disait que « la répétition fait la réputation ». « André, le chausseur sachant chausser » en 1932, combinant allitérations et assonances, est une de ses plus fameuses créations.

L’auteur du slogan Dubonnet est Adolphe Mouron, graphiste et affichiste plus connu sous le pseudonyme de Cassandre. Influencé par le Bauhaus et les futuristes italiens, il est l’un des premiers à utiliser les lettres comme éléments graphiques propres. Le Musée d’art moderne de New-York lui consacre une exposition dès 1936.

La boisson à base de quinquina créée en 1846 par le pharmacien Joseph Dubonnet pour lutter contre le paludisme (et utilisé à cette fin par les troupes coloniales), s’est adaptée à une demande de consommation croissante sous forme d’apéritif. Cassandre invente un slogan qui joue sur la répétition des sons et des affiches et s’appuie sur celle des formes et des couleurs. Pour Cassandre, « l’affiche n’est pas un tableau. C’est avant toute chose un mot. C’est le mot qui commande, qui conditionne et anime toute la scène publicitaire. Ce mot autour duquel tous les éléments graphiques s’ordonnent ». Le personnage de l’affiche d’abord pâle, gagne progressivement en couleurs au fur et à mesure que la boisson répand ses bienfaits. Les relations entre affichage, slogan et art sont multiples, comme en témoignent le travail plus ancien de Sonia Delaunay ou la peinture des bâtiments industriels de Lancaster par Charles Demuth, en 1930.

L’omniprésence urbaine de la réclame et les murs peints

Slogans et affiches sont déclinés sous de multiples variantes de couleurs, de formats et de support, assurant une large notoriété à la marque. L’efficacité de la publicité repose sur une forte visibilité, privilégiant les pignons de grande surface et les perspectives urbaines, comme en témoigne cette photographie du boulevard Poniatowski près de la Porte de Charenton, au début des années 1930. Des pignons plus éloignés portent les publicités de la boisson Byrrh et de l’huile pour moteurs Kervoline. Cette forme de publicité marque de son empreinte le paysage urbain des années 1930 à 1950 à Paris mais aussi en province, ou à l’étranger (Belgique, Grande-Bretagne, Etats-Unis…). La Chine elle-même y succombe, comme l’a montré le travail de Cécile Armand (Armand, 2018).

Illustration 5. Photographie du Boulevard Poniatowski, Paris (anonyme, Fonds Combier du musée Niépce de Chalon sur Saône), http://conpermursreclames.uniterre.com/292987/Dubonnet+de+Cassandre.html

L’espace souterrain est, lui aussi, profondément marqué par les messages publicitaires martelés aux usagers captifs du métro parisien. Des millions de parisiens peuvent lire ad nauseam le slogan « Dubo, Dubon, Dubonnet » répétés sous formes de peintures et d’affiches, y compris dans les tunnels entre les stations (Fresnault-Deruelle, 2004). Le romancier Jean-Jacques Reboux s’en inspire, qui écrit « la réclame se répétait tous les cent mètres, tout au long du tunnel, comme autant de lucioles magiques échappées à l’obscurité. Jules Bénuchot – et combien d’autres enfants de ces générations avec lui ? – s’amusera à « prendre le dubonnet », au lieu de « prendre le métro » ».

Les pignonistes, artistes d’un temps ?

La multiplication des peintures murales voit naître le métier de pignoniste, peintre en publicité murale. Roger Donniou, ancien pignoniste, témoigne d’une « époque où l’on n’apercevait pas furtivement une « réclame » sur un prospectus, ni trois fois en traversant une zone commerciale. Mais plutôt cinq à dix mille fois en faisant le même trajet pendant vingt ans ». Les agences de publicité louaient les murs aux propriétaires pour des baux de longue durée, privilégiant les pignons les plus visibles. Les marques fournissaient les poudres, comme par exemple le rouge du chocolat Poulain. Les pignonistes passaient une couche de blanc, puis la peinture d’après modèle, utilisant un siccatif pour accélérer le séchage et la protéger des intempéries. Certains, à l’instar des copistes médiévaux, pratiquaient même le palimpseste pour effacer une peinture ancienne avant de peindre la nouvelle.

Le déclin après un âge d’or

Les années 1950 sont considérées comme la période culminante de la publicité peinte murale. Sa place se réduit ensuite sous l’effet de plusieurs facteurs. Le premier est sans doute le développement de nouvelles formes de publicité : lumineuse, panneaux des zones commerciales, recours croissant à la télévision… En dépit du recours aux publicités radiophoniques et d’un essai avec l’acteur Fernandel pour la télévision, la marque Dubonnet peine à s’adapter à ces mutations. Après sa reprise en 1976 par le groupe Pernod, elle délaisse la publicité de masse, au profit d’une stratégie commerciale de niche (s’affichant par exemple en 2009 comme la boisson préférée de la reine Elizabeth II). De plus, les marques d’alcool, qui occupaient l’essentiel de l’espace publicitaire peint, ont dû se conformer aux restrictions de la loi Evin après 1991.

Verrues ou éléments du patrimoine ?

Le renouvellement permanent du paysage urbain a contribué à l’effacement progressif des peintures publicitaires. Seuls quelques vestiges subsistent, souvent dans des aires urbaines promises à de prochains programmes de rénovation. Les peintures peuvent alors susciter un nouvel intérêt, comme ce fut le cas à Rennes en juin 2014. Le « mur Dubonnet », un des plus grands murs de publicités peintes de France, était l’emblème de la place Sainte-Anne, associé à l’esprit festif du centre-ville.  Une soirée festive rassemblant un millier de personnes a été organisée avant sa démolition pour l’extension du métro. Le collectif La Sophiste a réalisé une scénographie lumineuse, en hommage à un « monument […] trace d’un temps révolu, conservée dans toute sa décrépitude… […] « ruine commune », et [élément] de la mémoire collective du quartier ». Certains habitants se désolaient de la démolition : « Ça va ressembler à République, ce sera triste. Ça habillait quand même la place… ».

Si l’intérêt pour les peintures murales publicitaires peut relever de la nostalgie pour un temps révolu, il témoigne aussi du souci de préserver des traces devenues rares mais symboliques d’une période. Des actions isolées se développent pour considérer un élément du « patrimoine mineur », comparable aux fontaines rurales, aux bâtiments industriels ou aux monuments aux morts. Le premier mouvement est celui d’un recensement. Par exemple, en Belgique, la ville de Charleroi a comptabilisé environ 300 peintures, sans cependant savoir que faire d’objets soumis à l’évolution urbaine et aux aléas du climat (Collet et al, 2010). En France, le « Conservatoire des Publicités Extérieures et Routières » (CONPER), animé par Marc Combier, contribue à recenser et à faire connaître les lieux où subsistent ces peintures publicitaires (Combier, 2006). La firme Poulain a récemment procédé à un inventaire des vestiges de ses peintures pour un film publicitaire témoignant de la longue inscription de la marque dans le paysage national.

Pendant que des amateurs procèdent à des inventaires photographiques, quelques passionnés occupent leur temps libre à restaurer, à l’identique, les peintures. Le choix de la rénovation a par exemple été fait par la petite ville de Lapalisse (Allier) pour une publicité Vichy Célestins, dont les couleurs ont été rehaussées en 2019. Mais le problème est plus complexe quand les murs vantent les mérites de boissons alcoolisées.

A Paris, peu de peintures subsistent. Rue des Martyrs, un mur peint par les pignonistes Defoly et Vavasseur a été inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques en 2012. En décembre 2020, la Mairie du 9ème a affirmé vouloir sécuriser les peintures et les rendre visibles. A la base du mur, la publicité pour la liqueur Bénédictine est recouverte de graffs beaucoup plus récents… témoignage du renouvellement permanent du paysage urbain.

Des vestiges voués à la disparition ?

Les publicités peintes s’inscrivent pleinement dans l’histoire de la ville et de ses mutations. Les amateurs du petit patrimoine peuvent les retrouver lors de pérégrinations urbaines. Sont-elles cependant vouées à une disparition inéluctable, ne laissant de traces que dans les archives photographiques. Si certains les qualifient d’art mourant, il ne faudrait pas limiter le regard aux pays occidentaux, alors que leur usage reste massif en Inde ou dans de nombreux pays africains, où ils participent pleinement de l’image des villes.

Quant au mur Dubonnet de Trizac, le contexte de sa fabrication demeure incertain. Des recherches locales ont révélé la présence dans le Cantal dès 1932 du peintre décorateur Giuseppe Tribus, émigré du Trentin, et domicilié à Trizac en 1935-1936. Plusieurs de ses œuvres ont été identifiées dans les environs, où il a décoré des façades commerciales et peint des fresques dans les intérieurs de familles aisées. Il pourrait avoir peint cette publicité murale pour compléter ses revenus, mais la piste reste à confirmer.

Bibliographie indicative :

  • ARMAND Cécile, « Sonder les vestiges photographiques : une archéologie de la publicité urbaine à Shanghai (début du XXe siècle) », Etudes de communication, 51, p. 115-148, 2018.
  • COLLET Emmanuel, JOOSTEN Christian, PAQUET Denis, PARMENTIER Isabelle, VINCKE Vincent, De la pub plein les murs : peintures murales et enseignes commerciales : un autre regard sur le paysage urbain, Bruxelles, Ed. Racine, 2010.
  • COMBIER Marc, Anciennes publicités murales. Quand les murs peints murmurent, Ed. Ouest-France, 2006.
  • DE ORELLANA Margarita et al., « Sign painting : the other muralism », Artes de MexicoEl otro muralismo: rotulos comerciales, p. 65-80, sept. 2009.
  • FRESNAULT-DERUELLE Pierre, « Dubonnet par Cassandre ou comment gagner des couleurs », Communication & langages, n° 139, p. 53-62, avril 2004.

L’auteur :

Denis BREYSSE, agrégé et Professeur d’Université en Génie Civil. Il a entre autres co-dirigé le GIS Sol Urbain avec des historiens de la ville, des médiévistes et des urbanistes (C. LEYVAL et al., Le sol urbain, Ed. Economica, 1999). Il a travaillé sur de nombreux objets urbains, en particulier sur la prospection des sols, la gestion patrimoniale des réseaux de fluides et le vieillissement des matériaux de construction. Aujourd’hui retraité, il est étudiant en Master d’Histoire à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses recherches, co-encadrées par Corinne Marache et Stéphanie Lachaud, portent sur une communauté villageoise de Haute-Auvergne (Trizac) aux XVIIIe et XIXsiècles, sa structuration interne, ses évolutions et les relations qu’elle entretient avec l’extérieur.

Skateboard et aménagement urbain : le cas de Bordeaux

Figure 1 : Projet de rénovation du skate-park des Chartrons pour 2022 (Mairie de Bordeaux)

Le skate-park des Chartrons, inauguré en 2007, est le principal lieu où les skateurs bordelais  pratiquent leur passion. Devenant vétustes et même parfois dangereuses, ces installations feront l’objet d’importants travaux de rénovation à la fin de l’année 2021, pour un coût estimé à un million d’euros. L’illustration ci-dessus représente le nouveau skate-park qui devrait voir le jour en 2022. L’ouverture d’un autre skate-park, situé place de la République, est également prévue pour 2022. Ces différents projets sont intégrés à la politique d’aménagement urbain et ont été conçus par la Mairie en consultation avec les associations de skateurs. Ils attestent ainsi de l’importance prise ces dernières années par le skate dans le paysage de la capitale girondine. Si aujourd’hui les pouvoirs publics et les skateurs bordelais travaillent en concertation, cela n’a pas toujours été aussi évident. La relation entre Bordeaux et le skate a longtemps été tumultueuse, ce que l’on retrouve aussi à l’échelle nationale. 

Une pratique longtemps associée à la rébellion et à l’illégalité

Le skateboard est un objet constitué d’une planche en bois, sous laquelle sont fixés deux trucks, maintenant les quatre roues. Dans l’usage courant, le mot « skate » est plus souvent utilisé pour désigner le skateboard. Il définit également l’activité en elle-même, forme d’expression à la fois artistique, culturelle et sportive. Le skate, sous la forme que nous lui connaissons aujourd’hui, a vu le jour en Californie (États-Unis) dans les années 1950, où il s’inscrit dans la continuité de « l’esprit glisse » des surfeurs des plages de la côte ouest américaine. Le skate naît également dans le sillage des valeurs contestataires de la Beat Generation, reposant sur la liberté, la marginalité, la transgression des normes, la primauté des sensations ou encore la recherche de l’adrénaline. De ce fait, le skate a longtemps souffert d’une image sulfureuse, assimilé à des courants de pensée anarchistes.

Le skate s’exporte en France dans les années 1960. À la fin des années 1970, le nombre de pratiquants est estimé à 1,2 million. Si l’engouement est fort chez une partie de la population, en particulier les jeunes adolescents masculins issus de classes moyennes et aisées, le skate ne fait cependant pas l’unanimité. En effet, des conflits d’usage se multiplient entre les skateurs et les riverains des centres-villes, car les skateurs représentent une importante nuisance sonore. Le bruit produit par les roulements et les claquements de la planche au sol, répétitifs et incessants, sont difficilement supportables pour les riverains. De surcroît, les skateurs sont également pointés du doigt pour la dangerosité de leur pratique qui peut occasionner des accidents corporels et les dégradations de matériels urbains. De ce fait, le skate révulse un grand nombre de non pratiquants et vient contrarier l’ordre établi dans l’espace public. Des mesures coercitives sont alors prises par les pouvoirs publics et le skate est interdit dans la plupart des centres-villes par des arrêtés. C’est notamment le cas à Bordeaux dont la municipalité devient l’une des plus répressives de France. En contre-partie, les pouvoirs publics construisent des équipements destinés à accueillir les skateurs afin de les éloigner des centres-villes. En 1991, sur 446 équipements construits par le ministère de la Jeunesse et des Sports, 11 % concernaient le skate. L’objectif de l’ouverture de ces skate-parks est de faire disparaître le skate de l’espace public. Toutefois, ce but apparaît inatteignable puisque la rue conserve ses irréductibles…

Ainsi, en raison de son caractère rebelle voire nihiliste, et des nombreux interdits municipaux, le skate souffre d’une mauvaise réputation et reste longtemps associé à la délinquance puisque sa pratique est illégale dans les centres-villes. Les skateurs se retrouvent souvent catalogués comme une  «  pathologie urbaine », au même titre que les mendiants, les SDF ou les toxicomanes. Pourtant, le skate comporte bien des aspects positifs pour la ville et ses habitants. 

Le skate apporte un regard neuf sur le fait urbain 

La pratique du skate se divise principalement en deux façons : d’une part dans des sites spécialement conçus pour accueillir les skateurs, les skate-parks, et d’autre part, la pratique en ville, appelée le « street », dans laquelle c’est la ville en elle-même qui devient le terrain de jeu. C’est cette dimension du skate qui est la plus intéressante à étudier au niveau de son impact sur le fait urbain. 

Le skate bouleverse les normes d’usage de la ville. Le regard créatif du skateur voit au-delà des fonctions utilitaires ou architecturales de la ville. Il parvient à donner vie à pléthore de micro-espaces publics, invisibles par le commun des citoyens. Par exemple, des mobiliers urbains tels qu’une rampe, un escalier, une poubelle ou un banc, perçus comme des obstacles à éviter par les piétons ordinaires, se révèlent dans l’imaginaire du skateur comme des objets à partir desquels il peut exécuter des figures. Il redéfinit les objets qui composent l’environnement urbain en détournant les mobiliers urbains de leur fonction principale pour en faire des usages multiples, ludiques et créatifs. Dès lors, il crée une deuxième ville, la ville « skatable », superposée à la première, dans laquelle il est comme dans son jardin. Le skateur entretient donc un rapport original à la ville.

En outre, le skate peut s’avérer une plus-value pour la ville par bien d’autres aspects. Les skateurs proposent du spectacle gratuit aux passants. Ils participent à la cohésion sociale en créant des espaces animés et vivants. Ils permettent de valoriser des espaces sous-utilisés. Ils rendent des lieux plus sûrs, en rendant davantage visibles des espaces où les marginaux prospéraient. Somme toute, les skateurs renouvellent les manières de pratiquer la rue et réinventent la culture urbaine.

Bordeaux, la ville du skate ?  

Bordeaux possède certaines similarités avec la Californie, berceau du skate. La ville est proche de l’océan, marquée par la culture du surf et elle est même jumelée avec Los Angeles depuis 1964. En 2012, le journal Sud-Ouest publie l’article : « Bordeaux, nouvelle place forte du skate en Europe ». Toujours en 2012, une exposition « Bordeaux : Cité-Skate » a été installée place Pey-Berland et la marque de skate « Magenta Skate » a installé ses bureaux dans la capitale girondine.

Cependant, la municipalité de Bordeaux développe historiquement une politique résolument répressive face aux skateurs. De fortes amendes sont distribuées à ceux qui s’aventurent à faire du skate dans les quartiers où sa pratique est prohibée. Dans les années 1990 et 2000, la seule stratégie soutenue par la Mairie s’est résumée à construire des skate-parks. Néanmoins, ces dernières années, la Ville tente d’adapter son discours. Elle s’impose progressivement comme un modèle dans sa gestion du skate urbain.

Elle a ainsi créé en 2017 la plateforme « Skate(s) zen » afin de faciliter le dialogue entre riverains et pratiquants sur les sites sujets à tensions tels que la Place Pey Berland, le parvis des Droits de l’Homme ou le Square des commandos de France. Cette expérimentation a permis de faire émerger des solutions. En effet, l’usage du skate est désormais régulé et encadré sur les grandes places du centre-ville. Sa pratique y est autorisée à certaines heures exclusivement, les mercredis et les samedis de 11h à 20h. Des enquêtes ont montré que des horaires aménagés étaient bien plus efficaces que la prohibition totale de l’usage du skate.

Figure 2 : Localisation des places bénéficiant d’horaires aménagés pour la pratique du skate en centre-ville (Google Maps)

Au-delà des horaires aménagés, un travail de médiation a été mis en place. Celle-ci permet l’intégration du skateboard au développement de la ville. La logique suivie consiste à inclure le skate de manière quasi-invisible, de faire du skate-urbanisme, par exemple, en imaginant des aménagements « skatables », en amont de la réalisation des projets d’urbanisme.

Par ailleurs, un partenariat a vu le jour entre les skateurs et le centre d’architecture Arc en rêve. Il a notamment donné lieu à l’exposition « Land skating anywhere », entre juin et octobre 2017. Cet événement célèbre la pratique du skateboard et ses relations avec l’architecture et la ville de Bordeaux. De plus, la saison culturelle 2019, avec pour thème « Liberté », a consacré une partie de sa thématique à la pratique du skate.

Ainsi, grâce à cette collaboration entre la mairie et les skateurs bordelais, représentés notamment par le skateur professionnel local Léo Valls, Bordeaux est passée de la ville la plus stricte de France en matière d’interdiction à l’une des municipalités les plus innovantes en matière d’aménagement urbains dédiés aux skateurs.

Figure 3 : Skateur place Pey Berland (Sud-Ouest, Fabien Cottereau)

Bibliographie indicative :

L’auteur : 

Victor NOGUES-SZALKOWSKI est un étudiant en master 2 Développement, innovation, environnement (DIE, 2021-22). Son sujet de mémoire porte sur « Le rôle des choix technologiques dans les vicissitudes internationales du complexe nucléaire français depuis les années 1980 », sous la direction de M. Christophe Bouneau.