Habiller la ville d’une architecture hostile

L’apparition d’innovations dans le mobilier urbain qui ont pour objectif d’empêcher les populations de stagner dans l’espace public se développent depuis une quinzaine d’années. Relevant simultanément d’initiatives publiques et privées : ces nouveautés technologiques et techniques agitent les consciences collectives.

Chronologie des dispositifs anti-SDF : invention des dispositifs de répulsion

Entre 1993 et 2011, de nombreuses municipalités prennent des arrêtés anti-mendicité dans le but de limiter la stagnation des populations précaires et sans domicile fixe dans les centres villes. Dans certaines communes, ces arrêtés ne passent pas l’épreuve du contrôle de légalité. Par exemple, le tribunal administratif de Montpellier annule des dispositions prises par les maires des mairies concernées. Par ailleurs, les communes sont forcées de constater que ces dispositions ne remplissent pas le but initial : limiter la propagation de ces populations dites indésirables. Elles décident donc de se tourner vers l’utilisation de dispositifs visant à transformer l’espace public en espace hostile et de fait, à contribuer à l’exclusion et à l’invisibilisation de ces populations.

En 2007, un répulsif à l’odeur nauséabonde commercialisé sous le nom de Malodore, est conçu pour chasser les SDF et lancé en France. Puis c’est un émetteur d’ultra son du nom de Mosquito qui est installé dans l’espace public gallois (2008) avant de connaître un certain succès en Belgique la même année. Cette invention, fruit du travail d’un particulier, a pour objectif de chasser les jeunes de moins de 25 ans de l’espace public en émettant des fréquences ultra aiguës que seule cette tranche d’âge peut entendre.

Ces deux dispositifs rencontrent une forte indignation collective et si Malodore a été retiré provisoirement de la vente, quelques bailleurs sociaux, des municipalités ou autres entreprises privées continuent aujourd’hui de les utiliser dans le monde, en toute discrétion.

C’est ainsi que le mobilier urbain ou l’architecture hostile fait son apparition progressive dans l’espace public.

La naissance de l’architecture hostile : une grappe d’innovations

Métro parisien : installation de plans inclinés sur les bancs traditionnels du métro qui servent de lieu de repos aux personnes sans domicile fixe. Crédit : Bruno Lévêque, MaxPPP

Le mobilier urbain hostile le plus caractéristique est celui qui empêche toute possibilité de se reposer. Les innovations ne manquent pas. Dans le métro parisien, des plans inclinés sont installés sur les bancs du métro, des chaises individuelles sont fixées sur les bancs carrelés. Dans les villes, les piques et les herses envahissent les marches ou autres pieds de porte, empêchant toute tentative de prise de repos.

Londres, pics installés pour empêcher la mendicité ou le repos. Source : twitter, 2014

Ces initiatives nuisent aux personnes sans domicile, mais aussi aux personnes vulnérables dans l’espace public : public en situation de handicap, femmes enceintes, personnes âgées.

Depuis le début du XXIème siècle, le développement de ces innovations ne s’arrête plus. Avec la création des bancs anti-sieste, il y a désormais les surfaces planes recouvertes de galets coulés dans le béton, ou aménagées avec des plantes denses et parfois même, des cactus.

Les lumières bleues sont développées et installées dans le but d’empêcher les toxicomanes de venir se droguer (elles empêchent de voir les veines) et dans un registre un peu plus léger, les lumières roses sont mises en place pour éviter que les adolescents ne se regroupent dans des parkings ou autres espaces publics, la lumière rose ayant pour effet de révéler tous les défauts de la peau et notamment l’acné.

Lumière bleue, néon « anti-junkies ». Crédit : Esparta, Flickr

L’indignation collective : des initiatives citoyennes et artistiques à la mise en place de dispositifs de lutte contre le mobilier anti-SDF

En réaction à cette transformation des équipements urbains, une multitude d’initiatives voient le jour. On peut ainsi recenser plusieurs médias qui dénoncent, photographies à l’appui, ce mobilier urbain hostile.

Pour commencer, le livre Unpleasant design, dirigé par Selena Savic et Gordan Savicic en 2013 recense de manière sarcastique ces inventions et livre des analyses sociologiques de leurs impacts pour la population. La même année, sur la plateforme Tumblr, le blog Marche ou Crève est créé. On y trouve depuis 8 ans une série de photographies réalisées en ville, afin de collecter les innovations dites anti-SDF.

Devanture de la banque Société Générale, place de la Victoire à Bordeaux : un dispositif métallique type cornière est fixé sur le mur entre les deux distributeurs afin d’empêcher le public de s’assoir pour mendier . Source : Blog Marche ou Crève, Tumblr, 2013

De plus, à mi-chemin entre la réflexion sociologique et artistique, le collectif Survival Group publie dès 2007 une série de photographies alimentées en partie par l’artiste Arnaud Elfort. 

« Il [Arnaud Elfort] tente ainsi de décoder le vocabulaire formel des villes contemporaines et se penche sur la définition de l’espace public, ses limites, la manière de le partager ou pas, mais aussi sur les structures de pouvoir et de contrainte qui y sont en jeu.»

De même, les artistes Oliver Show et Sarah Ross innovent à leur tour en proposant des créations loufoques dans le but de dénoncer l’absurdité du mobilier urbain anti-SDF.
Par exemple, Oliver Show installe des bancs sur l’espace public avec des drains de chantier tandis que Sarah Ross crée des combinaisons rembourrées, les Archisuit, qui lui permettent de pouvoir s’allonger sur les plans inclinés ou de s’imbriquer sur les bancs munis d’arceaux métalliques.

L’Archisuit de Sarah Ross. Crédit : Sarah Ross

Dans un registre plus sarcastique encore, la fondation l’Abbé Pierre se mobilise via le développement d’un prix, sorte de Gérard du mobilier urbain.  Les Pics d’Or sont décernés pour la première fois en 2019. L’année précédente, la fondation avait mis à disposition Soyons Humains, une cartographie des mobiliers anti-SDF sur le territoire français. La journaliste Géraldine Houdoyer explique les différentes catégories : 

« “Fallait oser” pour le dispositif le plus décomplexé, “Le clou” pour le plus agressif, “Ni vu ni connu” pour le plus fourbe, ou encore “Faites ce que je dis, pas ce que je fais” pour le plus contradictoire. »

Enfin Design for everyone est un collectif bruxellois créé en 2017 à l’occasion de la visite de la Chancelière allemande dans la capitale belge. Leur mobilisation est innovante dans le sens où les membres du collectif proposent des solutions ni destructrices ni invasives qui réhabilitent le mobilier urbain non inclusif en le rendant accessibles et pleinement fonctionnel. Il conçoit des aménagements qui viennent s’emboîter sur les espaces pensés comme problématiques et excluants.

Une réalisation de Design for everyone, 22 mai 2021. Crédit : collectif Design For Everyone, Facebook

Vers une normalisation de l’architecture hostile comme mobilier urbain de l’espace public ?

Trente ans après la promulgation des premiers arrêtés anti-mendicité, les innovations visant à exclure les populations précaires n’ont pas manqué de se développer dans l’espace public. Si des initiatives de mobilisations citoyennes voient le jour depuis une dizaine d’années, on peut tout de même s’interroger sur la banalisation de ces installations sur nos territoires. En effet, il semblerait que la majorité des usagers ne remarquent plus ce mobilier urbain hostile. En dehors de quelques actions marginales, la population s’est adaptée à ces infrastructures qui suscitent de moins en moins de questionnements et d’indignation. 

Pour continuer de débattre sur le sujet, il est intéressant de s’interroger sur les réaménagements réalisés dans les aéroports ou les gares : les banquettes d’attentes ayant laissé leur place à des sièges individuels, empêchant les voyageurs de se reposer lors de leurs escales et incitant certainement une partie d’entre eux à réserver des chambres dans les hôtels à proximité de ces lieux de circulation. Repousser les populations indésirables, inciter à la consommation, voilà quelques-uns des nouveaux objectifs des aménagements dans les espaces publics.

Indications bibliographiques :

  • Terrolle, Daniel. « La ville dissuasive : l’envers de la solidarité avec les sdf », Espaces et sociétés, vol. 116-117, no. 1-2, 2004, pp. 143-157.
  • AFP, « Le maire d’Argenteuil chasse le SDF au répulsif », Libération, 24 août 2007.
  • « Le Malodore toujours en vente », leparisien.fr, 26 août 2008
  • Morgan MASSON, « Les précédents dispositifs anti-SDF qui ont fait polémique en France », Huffington Post, 5 octobre 2016
  • Josselin THONNELIER, « Ville rigide, ville sécuritaire : quand les bancs publics créent des exclusions », UrbanNews.fr, 6 décembre 2013 
  • Thibaut ALLEMAND, « Survival groupe : interview d’Arnaud Elfort », LM Arts et Culture, 5 avril 2010
  • Géraldine HOUDOYER, « Pour dénoncer le mobilier urbain anti-SDF, la fondation Abbé Pierre décerne ses “Pics d’or” », France Bleu, 13 février 2019
  • Léo MOUREN et Maud LESCOFFIT, « Comment les villes pratiquent la chasse aux SDF », Libération, 26 décembre 2014
  • « Ce collectif a trouvé comment hacker le mobilier anti-sdf. Une initiative géniale. », +Positivr, 16 novembre 2018

L’auteur :

Carole Moreau-Soquet, étudiante de Master 2 parcours Développement, Innovation, Environnement (2021-2022). Elle travaille sous la direction de Christophe Bouneau, en histoire américaine sur le sujet « Renaissance et économie culturelle des villes désindustrialisées aux Etats-Unis depuis les années 70 : les métamorphoses de la Rust Belt ». Le sujet du billet n’a donc pas de rapport direct avec son mémoire en cours, mais s’interroge sur la thématique de l’exclusion des populations précaires et des initiatives populaires qui tendent à lutter contre les injustices et les inégalités sociales ; finalement assez proche des difficultés que peuvent rencontrer les habitants de la Rust Belt, oubliés des plans de relances et de renaissance économique qui bénéficient à ces territoires.

Habiller les villes françaises de leur passé colonial

ABOLITION DE L’ESCLAVAGE DANS LES COLONIES FRANÇAISES / 27 AVRIL 1848 / PEINTURE DE FRANÇOIS AUGUSTE BIARD

L’Europe et la France ont bâti une grande partie de leur puissance sur leur passé colonial, en puisant des ressources à la fois en termes d’hommes, de minerais et de produits agricoles. Ce passé est aujourd’hui vivement controversé et des actions de commémoration viennent rappeler à la mémoire de chacun ce passé construit aux dépends de certains territoires et de certains peuples. Dans ce cadre, plusieurs villes françaises témoignent leur reconnaissance au travers de monuments exposés dans des lieux riches en histoire. 

Les « grandes découvertes » des XVe et XVIe siècles sont faites par les pays européens portés par une économie en pleine expansion, à commencer par le Portugal et l’Espagne, puis par la France, l’Angleterre, la Hollande et la Russie. Tous ces pays sont à la recherche de matières premières comme les épices ou l’or car l’Empire Ottoman contrôle le commerce terrestre vers les Indes. Les Occidentaux cherchent à gagner l’Inde et la Chine soit en longeant l’Afrique (expéditions portugaises), soit en traversant l’Atlantique (Espagnols, puis Anglais et Français), soit en cherchant une voie septentrionale (Hollandais). Les Russes, quant à eux, empruntent les routes sibériennes. Peu à peu, l’Europe s’enrichit et les expéditions se déplacent vers le continent outre-Atlantique tout en s’intensifiant en Afrique. Cette intensification entraîne le développement du trafic d’esclaves. C’est le début du commerce triangulaire entre les produits européens, les denrées nouvelles du continent américain et les esclaves africains. 

On dénombre entre 15 et 20 millions d’esclaves en provenance d’Afrique vers les principaux pays européens. La France, quant à elle, déclare en 1815 cette pratique illégale, même si en pratique, elle n’arrête pas de suite la traite. Finalement, le 27 avril 1848, l’abolition définitive de l’esclavage est promulguée et en 2001, le trafic d’esclaves est caractérisé comme un « crime contre l’Humanité », à l’initiative de Christine Taubira, députée d’origine guyanaise.

Depuis 2006, la France organise une « journée nationale de commémoration des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition ». Tous les 10 mai en métropole – certains départements outre-mer ont choisi d’autres dates – des événements sont organisés pour se remémorer l’histoire du commerce triangulaire qu’exerça la France entre le XVe et le XIXe siècle, ce que retracent dans certaines villes des statues qui commémorent ce passé. 

Fers – Paris

C’est à Paris, le 4 avril 2009, que l’une des premières statues est installée. L’artiste Driss Sans-Arcide, célèbre plasticien surnommé le « Musée Khômbol », inaugure pour la première fois en France une sculpture en mémoire de l’esclavage, intitulée Les bracelets brisés (ou Fers), en hommage au général Thomas Alexandre Dumas (1762-1806) qui devient le premier général afro-antillais de l’armée française. 

FER / BRACELETS BRISÉS / PARIS LA DOUCE / CAROLINE HAUER

Celle-ci représente deux bracelets symbolisant chacun un moment de la vie du général : le premier, ouvert avec la chaîne ancrée au sol, représente son statut d’esclave lorsqu’il était enfant ; le second, fermé, voit les maillons de la chaîne se diriger vers le ciel, ce qui représente l’élévation sociale que connaît Alexandre Dumas en devenant Général d’armée sous Napoléon Ier

La sculpture est inaugurée le 4 avril 2009, sous le patronage de l’UNESCO et avec la présence du président américain Barack Obama. Elle mesure environ 4 mètres de hauteur et pèse près de 5 tonnes. C’est une œuvre majestueuse trônant sur la place du général Catroux, non loin du parc Monceau. Il existe deux autres œuvres honorant la mémoire des Dumas sur cette place, celle de Gustave Doré érigée en 1883 et celle de René de Saint-Marceaux datant de 1906. 

Modeste Testas – Bordeaux

Statue de Modeste Testas (1765-1870) achetee par deux freres bordelais au XVIIIe puis affranchie, Bordeaux *** Local Caption *** Bordeaux Gironde Modeste Testas architecture bourse maritime esclave espace vert femme sculpture sud-ouest urbanisme ville

L’implication de la ville de Bordeaux dans la traite d’esclaves est mise en scène au travers de la statue de Modeste Testas, inaugurée le 10 mai 2019 et façonnée dans une fonderie mérignacaise par Woodly Caymitte dit Filipo, jeune artiste tahitien.

Elle se situe quai Louis XVIII, devant la Bourse Maritime. L’emplacement est d’autant plus symbolique que ce bâtiment joua un rôle non négligeable lors des arrivées d’esclaves au port de Bordeaux. En effet, la ville a fortement participé au commerce triangulaire ce qui a contribué à l’enrichissement de cette région viticole. 

La femme représentée par cette statue s’appelle Marthe Adélaïde Modeste Testas née Al Pouessi, du nom de son propriétaire bordelais. Née en Afrique Orientale en 1765, elle passe sa vie à Saint Domingue dans une plantation sucrière. Comme elle, près de 150.000 esclaves entre le XVIIe et le XIXe siècle passent par Bordeaux avant de rejoindre les colonies.

BUSTE DE TOUSSAINT LOUVERTURE / PARC DES BERGES / SITE DE LA MAIRIE DE BORDEAUX

Une autre statue commémorant le passé esclavagiste de la ville habille les quais de Bordeaux. Il s’agit du buste de Toussaint Louverture, donné par Haïti et inauguré en 2005 dans le parc des berges de la Bastide, rive droite. Cet homme connaît un parcours hors du commun : esclave, affranchi, puis général dans l’armée française en 1791, il devient par la suite un symbole pour les mouvements d’émancipation des colonies françaises. Il est emprisonné au début du XXe siècle, après avoir joué un rôle déterminant dans la révolution haïtienne, entre 1791 et 1802. Cependant, son histoire est contestée puisqu’il semble que lui-même ait possédé des esclaves après avoir été affranchi.

Les Marrons de la Liberté – Guyane

LES MARRONS DE LA LIBERTÉ / ACADEMIE DE GUYANE / LOBIE COGNAC / MEMOIRE ESCLAVAGE DE BORDEAUX

Outre la France métropolitaine, les DOM et TOM témoignent d’une activité maritime importante, mémoire du colonialisme et de l’esclavagisme. 

La Guyane célèbre l’abolition de l’esclavage tous les 10 juin, en mémoire de la date de la signature de l’arrêté qui promulgue l’abolition de l’esclavage. En 2008, les Marrons de la liberté sont inaugurés sur le rond-point Adélaïde Tablon à Rémire-Montjoly, du nom d’une femme incarnant la lutte pour la liberté et l’égalité des peuples. En effet, à la suite d’une révolution en 1890, elle est faite prisonnière, et décide de se rendre à Cayenne pour son procès, nue en refusant les vêtements proposés par le gouverneur. 

La statue nommée Fiiman en bushi-tongo, signifie « Homme Libre » dans la langue des Bushinengues, descendants d’esclaves africains déportés au Suriname, pays frontalier de la Guyane. Elle représente un couple dans une tenue d’abattis, autrement dit d’esclaves, plus précisément d’éleveur de bétail et de cultivateur. On y aperçoit un homme les bras en l’air comme un signe de victoire brisant ses chaînes et une femme, un pagne autour de la taille, libérant un oiseau, symbole de liberté. Cette œuvre de l’artiste guyanais Lobie Cognac mesure plus de 5 mètres de hauteur. 

On surnomme aussi cette statue « Les Marrons de la Liberté » pour évoquer le marronnage, c’est-à-dire le fait pour un Guyanais de s’échapper d’une plantation pour rejoindre la forêt et ainsi fonder de petites communautés de personnes libres, composées d’ex-esclaves. Le plus souvent, ces marrons se réfugiaient autour de la rivière qui fait aujourd’hui office de frontière entre le Suriname et la Guyane, le Maroni. 

En somme, les monuments en mémoire de l’esclavage sont de plus en plus présents dans les villes portuaires métropolitaines et dans les anciens comptoirs, devenus départements. Cependant, l’histoire resurgit et fait entrevoir les personnages historiques français ayant joué un rôle dans l’esclavagisme, à l’image de Colbert, auteur du Code Noir, trônant devant l’assemblée nationale, et dont la question de son déboulonnage est récurrente. 

Depuis le 26 septembre 2020, une nouvelle statue a fait son apparition dans la capitale. Il s’agit d’une statue déjà présente aux Abymes en Guadeloupe depuis 1999, qui se trouve désormais dans le 17ème arrondissement parisien dans le jardin du même nom, « la Mulâtresse Solitude ». Née Rosalie, elle transforme son prénom et devient Solitude lorsqu’elle décide d’intégrer les rebelles de la résistance. Lors du rétablissement de l’esclavage par Napoléon en 1802, elle est engagée au sein de la lutte guadeloupéenne. Elle subit un sort tragique car elle est pendue le lendemain de son accouchement. 

Bibliographie indicative :

  • DUBY Georges, « Atlas historique Duby », Larousse, 2016, p. 152-157 & 178-179
  • HAUER Caroline, « Paris : Fers brisés, hommage au général Thomas Alexandre Dumas, une œuvre signée Musée Khômbol alias Driss Sans-Arcidet – XVIIème », Paris La Douce, 15/08/2019
  • LE MAO Caroline (dir), AUGERON Mickaël, BONIN Hubert, CAUDRON Olivier « Mémoire noire – Histoire de l’esclavage : Bordeaux, La Rochelle, Rochefort, Bayonne », Bordeaux, Mollat, 311 pages, 08/10/2020
  • THESEE Françoise, FOUCHARD Jean, « Les Marrons de la liberté », Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 61, n°222, 1er trimestre 1974. pp. 178-181
  • VENAYRE Sylvain, « abolition de l’esclavage dans les colonies françaises », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2021 ; http://www.universalis-edu.com.ezproxy.u-bordeaux-montaigne.fr/encyclopedie/abolition-de-l-esclavage-dans-les-colonies-francaises/

L’auteur :

TOUCHARD Maxime est étudiant en Master 2 Développement, Innovation et Environnement à l’université Bordeaux Montaigne (2021-2022). Son sujet de master porte sur les « Trajectoires d’innovation dans l’équipement du golf depuis le milieu du XVIII° siècle » sous la direction du Pr. Christophe Bouneau. 

Habiller la ville afin de la dévoiler ?

Christo et Jeanne-Claude, deux artistes pour un même projet

Christo Vladimirov Javacheff et Jeanne-Claude Denat de Guillebon sont nés le 13 juin 1935, le premier en Bulgarie à Gabrovo, la seconde au Maroc à Casablanca. 

Photographie du couple. Source : Site internet de France Inter

Christo réalise entre 1953 et 1956 des études aux Beaux-Arts de Sofia et après s’être essayé quelques fois en tant que jeune diplômé d’art, il décide de rejoindre un des noyaux emblématiques du domaine artistique, la ville de Paris en 1958. Cette même année, Jeanne-Claude, présente aussi à Paris, découvre son travail et leur collaboration artistique prend vie. L’année 1958 marque ainsi le début de l’ère artistique de « Christo et Jeanne-Claude ». C’est en 1959 que leur idylle est officialisée après la séparation de Jeanne-Claude avec son premier mari. 

Leurs œuvres se caractérisent par plusieurs aspects. Pour commencer, ils pratiquent l’empaquetage car ils « voilent pour dévoiler ». En outre, leurs œuvres prennent vie dans l’espace public. Et enfin, elles se caractérisent par leur caractère éphémère. Après avoir signé toutes leurs œuvres du nom unique de Christo, ils décident en 1994 d’ajouter le prénom de Jeanne-Claude afin de bien figurer que l’ensemble de leurs œuvres est le fruit d’une co-création, d’une collaboration artistique. 

On leur doit de nombreuses réalisations comme la Wrapped Coast en Australie, recouvrant 92 000 m2 de la côte australienne en 1968 et 1969. En 1983, ce sont onze îles de Floride qui sont entourées de tissu flottant rose. On pense aussi à The Floating Piersen, en Italie qui permit aux visiteurs de marcher sur l’eau pendant deux ans grâce au tissu flottant ou plus récemment en 2016 à cette œuvre sur la Tamise à Londres comprenant 7 506 barils empilés sur une plate-forme flottante. 

Du Rideau de fer à l’Arc de Triomphe en passant par le Reichstag : œuvrer au cœur de l’espace public

Trois œuvres sont emblématiques de l’œuvre artistique du couple Christo et Jeanne-Claude.

Le Rideau de fer. Source : Google Images

La première à occuper l’espace public fut celle du Rideau de fer en 1962. Elle prit place rue Visconti à Paris pendant huit heures. Elle regroupe des dizaines de barils empilés visant à représenter dans Paris la sensation de ce Rideau de fer coupant en deux une ville au lendemain de la construction du Mur de Berlin (13 août 1961). Cette œuvre, bien qu’artistique, laisse transparaître un message politique, que l’on retrouve dans nombre de leurs autres réalisations. En effet, Christo et Jeanne-Claude relèvent à chaque fois divers défis, qu’ils soient politiques, techniques, esthétiques ou financiers. Dans le cas du Rideau de fer, les défis politiques, techniques et esthétiques furent ceux où l’accent a été mis.

Le Reichstag de Berlin recouvert 1971-95. Source : Site internet Le Monde

Ensuite, l’œuvre majeure de leur carrière fut celle de l’Empaquetage du Reichstag de Berlin entre le 24 juin et le 7 juillet 1995. Elle fut un immense succès populaire puisqu’elle a été vue par 5 millions de personnes. Le couple avait cette idée d’empaqueter le Reichstag de Berlin depuis 1971, mais la réalisation de leur œuvre se situe entre la chute du Mur de Berlin la nuit du 9 au 10 novembre 1989, la réunification de l’Allemagne en 1990 et l’inauguration de la rénovation du bâtiment du Parlement allemand en 1999. Ce Reichstag fut créé en 1894 par Otto Von Bismarck avant d’être victime d’un incendie le 27 février 1933, au lendemain de l’arrivée au pouvoir d’Hitler. Il fut aussi divisé en deux durant toute la période du Mur de Berlin. L’œuvre Empaquetage du Reichstag releva différents défis et pour commencer un défi politique, et ce, dès la demande d’accord pour sa réalisation, comme le rappelle Nicolas Patin :

« Le 25 février 1994, la question fut débattue au Bundestag, à Bonn. Christo assistait à la séance, depuis les balcons des spectateurs, et chacun était bien conscient que ce débat inédit – le Parlement discutait d’art ! – faisait déjà partie de l’œuvre en elle-même. » 

Par cette interprétation de l’œuvre de Christo et Jeanne-Claude, leurs mots résonnent davantage, puisque selon eux, « L’œuvre d’art, ce n’est pas le projet, mais le processus »Ils montrent d’autant plus d’intérêt aux défis menant à la réalisation de l’œuvre qu’à la réalisation finale en tant que telle. Une fois arrivés au premier jour où l’œuvre est exposée, le défi selon eux est abouti. 

Ce sont les 15 km de corde et 100 000 m2 de tissus en polypropylène recouvert d’aluminium nécessaires à sa réalisation qui résument le mieux les défis techniques et esthétiques de l’Empaquetage du Reichstag, même si la réalisation de l’échafaudage pour protéger l’édifice n’est pas en reste. Quant au défi financier, il provient du financement lui-même puisque, à l’instar de la majorité de leurs œuvres, il procède essentiellement de leurs propres fonds.

Enfin, la troisième œuvre et la plus récente est édifiée à titre posthume, l’Empaquetage de l’Arc de Triomphe. Pensée par eux, mais réalisée sans eux, elle a pris place dans l’environnement parisien entre le 18 septembre et le 3 octobre 2021. Cette œuvre représente 3000 mètres de corde et 25 000 m2 de tissus. Christo et Jeanne-Claude habillent encore la ville après leur passage. Le couple avait déjà œuvré dans Paris en 1985 en empaquetant le pont Neuf afin de dénoncer la politique d’architecture royale d’embellissement de la ville de Paris sous la monarchie absolue du XVIe siècle sous Henri III. 

Une œuvre urbaine à impact visuel : le rôle de l’œuvre éphémère

En partant du principe que ce qui est temporaire est précieux, chacune de leurs interventions dans l’espace public ne durait que deux semaines tout au plus. Il s’agissait d’un moment festif, parce que ponctuel : « le temps court de la fête » rend l’œuvre spéciale et inédite. Ce qui reste de l’œuvre éphémère, au-delà des souvenirs dans la mémoire collective, ce sont des morceaux de la toile offerts aux visiteurs, tandis que la photographie conserve l’instant sur le temps long. 

Considérant que ce qui nous entoure finit par perdre notre attention, que nous voyons sans regarder et encore moins observer, ces œuvres, qui peuvent à première vue paraître étranges, font passer des messages importants. Ils appellent ce procédé : l’« Opération de dévoilement par le recouvrement »Autrement dit, il s’agit d’habiller la ville pour mieux la regarder !

On peut se demander quelle résonnance une œuvre d’une telle ampleur, en 2021, peut avoir dans l’opinion publique vis-à-vis de l’écologie. En effet, lors de son dévoilement sur l’Arc de Triomphe, de nombreuses réactions dans la presse et dans l’espace public au sujet de l’impact environnemental du tissu ont jailli. Cette œuvre fut aussi critiquée pour la représentation de la société de consommation car elle est constituée d’un tissu créé spécialement pour une œuvre éphémère. En effet, bien que le tissu de l’œuvre ait trouvé une solution pour une seconde vie dans l’usine allemande qui l’a produit, sa production même a un impact écologique. Enfin, les réactions sur les réseaux sociaux sont divergentes. Pour certains, il s’agit d’art absurde, masquant la beauté originale du monument. Pour d’autres, le message diffusé par les artistes est entendu car ils constatent que cette œuvre éphémère permet de poser à nouveau le regard sur le monument.

Quelques avis divergents sur Twitter avec dans la barre de recherche « Arc de Triomphe » et « Christo » au sujet de la perception de l’œuvre dans l’opinion publique.

Bibliographie indicative :

L’auteur :

ROMARY Pauline est étudiante en seconde année de Master Développement Innovation et Environnement (2021-2022) à l’université Bordeaux Montaigne. Son mémoire, sous la codirection de Corinne Marache et de Charles-François Mathis, porte sur « Les pratiques écologiques dans la métropole Bordelaise des années 1980 aux élections municipales de 2020 : la question de la Nature en ville ».