Entre la salle de projection et la télévision, retour sur la pratique du théâtre urbain sous la lumière des étoiles : le cinéma de plein air.

Figure 1  : Séance de cinéma en plein air au parc de la Villette à Paris (Alain Goustard, www.telerama.fr)

La pratique du cinéma en plein air, souvent représentée comme un véritable mode de consommation populaire à grande échelle dans les productions cinématographiques américaines est un lieu de partage unique en son genre qui est très largement illustré dans son imaginaire collectif par le fait de s’installer sur un parking, à l’intérieur de sa voiture afin d’assister à la projection d’un film nommé le drive-in.  Fondée au début des années 1900, cette activité connaît son apogée dans les années 50-60 avant de tomber dans la désuétude à partir des années 80. Cependant elle est de nos jours une façon d’apprécier le 7ème art qui revient sur le devant de la scène du fait de la pandémie de Covid. S’il s’agit le plus souvent de par sa nature d’une installation éphémère dans les centres villes et les banlieues en période estivale, le cinéma de plein air fait partie intégrante de l’habillage urbain à l’échelle internationale. Plongeons-nous donc dans l’histoire de ce cinéma sous les étoiles. 

Naissance et trajectoire du cinéma de plein air 

Avec l’invention du cinématographe (dont le terme de cinéma est dérivé) par les frères Lumière en 1895, il ne faut pas plus d’une quinzaine d’années pour observer l’apparition des premiers cinéma itinérants qui pratiquent le système de la projection en plein air. Le plus vieux d’entre eux se trouve en Australie occidentale dans la ville de Broome, le Sun Pictures Theater, qui ouvre ses portes en 1916.  

Figure 2 : Photographie de la cour de projection plein air du Sun Pictures Theater à Broome, Australie. (www.monnuage.fr)

En ce qui concerne la pratique du drive-in, le premier cinéma de cet acabit est fondé en 1933 à Camden dans le New-Jersey. Son inventeur, Richard Hollingshead fait le pari de combiner deux industries importantes pour les Américains de l’époque, qui sont le cinéma et l’automobile. Ce mode de consommation cinématographique connaît son apogée entre 1954 et 1965 aux États-Unis ou l’on ne dénombre pas moins de 4000 écrans (contre une centaine dans les années 30-40) sur le territoire nord-américain, ce qui représente environ 25% des recettes de l’industrie du film durant cette période. En Europe, il faut attendre 1960 pour voir l’arrivée d’un drive-in, appelé Autokinos en allemand, dans la ville de Gravenbruch à coté de Francfort. D’autres pays comme la France se lancent dans cette exploitation en 1967 avec une première expérience dans la commune de La Farlède dans le Var, suivie d’autres initiatives comme l’installation d’un drive-in aux halles de Rungis en 1970. 

Figure 3 : Parking du cinéma de plein air de Gravenbruch en Allemagne (www.yelp.com)

Nonobstant ce succès notable jusque dans les années 70, ce mode de consommation connaît un très net déclin en cette fin de XXsiècle : aux États-Unis, en 1994, le cinéma en plein air est réduit à 837 espaces de projection, soit une diminution de plus de 75% par comparaison au moment de son apogée. 

Le cinéma de plein air ou les travaux d’aménagement dédiés à la création d’un espace de projection dans un milieu naturel

Du fait de la nature propre aux cinémas de plein air qui impliquent la privatisation d’un espace naturel pour accueillir les spectateurs lors des projections, la question de l’emplacement devient très vite un enjeu majeur. En effet, la superficie moyenne d’un autotheater est comprise entre cinq à dix hectares en moyenne. Étant donné le besoin d’une surface plutôt conséquente, il est compliqué pour les centres-villes des métropoles américaines de remplir cet impératif. Il faut attendre la fin du second conflit mondial pour voir apparaître aux États-Unis une politique d’extension et de développement des banlieues à l’échelle nationale pour permettre à ces cinémas de pouvoir s’installer. Dès lors, on observe dans ces banlieues la création d’espaces dédiés nommés les theatre parks : l’écran de cinéma est monté sur des échafaudages, le lieu de projection est équipé d’une cafétaria pour permettre aux spectateurs de pouvoir se restaurer durant le film, d’un service de garderie avec des terrains de jeux sont mis à disposition pour les enfants et les plus grands d’entre eux sont équipés de laveries automatiques, de minigolfs et de piscines. 

Figure 4 : Minigolf du Galaxy Drive-In Theatre Park dans la ville d’Ennis au Texas (http://golf-master-tips.blogspot.com)

Cette perspective d’habillage des banlieues par des cinémas de plein air ouvre la voie à toute une série d’innovations visant à optimiser l’espace requis par ces derniers pour pouvoir également les intégrer dans les centres villes. La plus notable d’entre elles apparaît au début des années 90 avec la création des airscreens. Ces écrans gonflables reposent sur une structure en PVC, ce qui permet à la fois une économie de la place nécessaire pour l’installation mais également une facilité pour le montage/démontage de ces derniers. La mode de ce type de cinéma connaît un succès populaire mondial et de nombreux pays à partir des années 60 intègrent au sein des projets d’urbanisme un emplacement réservé aux drive-in comme en Italie, au Danemark et en Allemagne pour l’Europe, mais également dans des pays comme le Japon par l’intermédiaire de la société Shochiku, qui a construit huit emplacements dédiés depuis les années 80, dont trois à Tokyo. Cependant, avec le déclin de cette pratique au fil du temps, les espaces consacrés à ces projections ont peu à peu fait l’objet de rachats par les promoteurs immobiliers afin de construire de nouveaux logements. 

Une pratique oubliée dans nos sociétés contemporaines ? 

De nos jours, le salut de ces lieux de projections tombés en désuétude est dû tragiquement à la pandémie mondiale du Coronavirus. Précisément, la fermeture des salles de cinéma traditionnelles à cause du confinement a poussé certains exploitants à recourir à la réutilisation du drive-in comme c’est le cas en Allemagne au parc des expositions de la ville d’Offenbourg. 

Figure 5 : Une famille allemande dans le drive-in d’Offenbourg en Allemagne en 2020 pendant le confinement (D.Meneu/France Télévisions)

En France, c’est le choix qu’a fait la commune de Quiberon dans le Morbihan en utilisant son aérodrome comme lieu de projection à ciel ouvert durant l’année 2020 en partenariat avec le cinéma local « Le Paradis » afin de trouver une alternative à la fermeture des salles de cinéma conventionnelles. 

Présentement, la place du cinéma de plein air dans les milieux urbains retrouve ses lettres de noblesse pendant les périodes estivales. L’arrivée des beaux jours encourage les initiatives autour des projections en plein air, comme le montre l’exemple de l’IBOAT situé à Bordeaux qui, en 2021, a organisé tous les mercredi soirs des séances de cinéma entre le 7 juillet et le 25 août dans lesquelles les spectateurs sont installés dans des transats. Ces propositions culturelles viennent donc s’intégrer le temps d’une courte période au sein des villes et dans les milieux urbains via l’installation d’un écran de projection qui modifie temporairement l’aménagement des centres et magnifie ces derniers en les érigeant au statut de théâtres sous la lumière des étoiles. 

Figure 6 : Projection d’un film en plein air au parc de la Villette de Paris à l’été 2021 (https://www.sortiraparis.com) 

Indications bibliographiques :

  • BORDAT, Francis (dir. ), ETCHEVERRY, Michel, Cent ans d’aller au cinéma : Le spectacle cinématographique aux  États-Unis, 1886-1995, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995. P.103 à 109. 
  • AIRSCREEN, « Histoire du cinéma de plein-air », Le monde du cinéma en plein air et du drive-in-cinéma, consulté le 14 novembre 2021, Histoire du cinéma en plein air – AIRSCREEN 
  • LAPERRUQUE, Nicolas, « Histoire du Drive-In, le cinéma en voiture », Histo-Auto, 25 mai 2020, consulté le 11 novembre 2021, https://www.histo-auto.com/fr/actualite/673/histoire-du-drive-in-le-cinema-en-voiture
  • BORDEAUX TENDANCES, « Bordeaux : cinéma en plein air tout l’été à l’IBOAT », Bordeaux Tendances, 15 juillet 2021, consulté le 14 novembre 2021, Bordeaux : cinéma en plein air tout l’été à l’IBOAT – Bordeaux Tendances
  • HOFFMANN, Jane, « Cinéma en plein air. Le drive-in très tendance à l’heure du Covid-19 », We culte ! Le Mag Culture, 26 juillet 2020, consulté le 13 novembre 2021, https://www.weculte.com/featured/cinema-en-plein-air-le-drive-in-tres-tendance-a-lheure-du-covid-19/

L’auteur :

Josselin LORITANO est étudiant en master 2 Développement, Innovation et Environnement (DIE, 2021-22). Son sujet de mémoire porte sur « La montée en expertise historique dans le domaine du jeu vidéo », sous la direction de M. Nicolas Patin. Ce projet s’articule autour de la place et du rôle des consultants historiques employés par les studios de développement de jeu vidéo afin de comprendre leurs travaux au sein des productions vidéoludiques traitant du passé. 

Les passages piétons, plus que de simples marquages au sol ?

Le XXème siècle a consacré la place centrale de la voiture dans nos vies et nos villes, reléguant peu à peu les piétons, au départ prioritaires par rapport aux véhicules, sur les trottoirs. La signalisation routière s’est alors invitée très largement dans les environnements urbains, les tapissant de panneaux directionnels, de carrefours giratoires ou encore de marquages au sol. Les passages piétons se sont multipliés et sont devenus dès lors un élément habituel des milieux urbains, habillant l’asphalte, très majoritairement de bandes zébrées blanches en France, mais parfois jaunes comme en Suisse.

Figure 1 Une rue parisienne avec un passage piéton classique ©Vitpho

Un élément urbain à l’histoire millénaire

Les aménagements ayant pour but d’assurer la sécurité des piétons et leur permettre de traverser les rues sans danger sont apparus bien avant les automobiles, dès l’Antiquité romaine. Les passages étaient à cette époque surélevés, pour éviter aux piétons de marcher sur les pavés de la rue, et permettant de plus de faire ralentir les chars circulant dans ces villes antiques. Certains de ces plus anciens passages piétons du monde sont toujours visibles dans la célèbre ville romaine de Pompéi, figée pour l’éternité par une éruption du Vésuve en 79.

Figure 2 Passage piéton dans la ville romaine de Pompéi (Ier siècle ap.JC) ©Xerti

Ces aménagements disparaissent par la suite pendant tout le Moyen Âge, et ne reviennent dans les villes européennes qu’à partir du XVIIème siècle, notamment à Londres après le Grand incendie de 1666. Les rues parisiennes se dotent de trottoirs à partir du XVIIIème siècle, même si les piétons se déplacent encore de nombreuses années sur toute la chaussée sans distinction. Les passages piétons se répandent au début des années 1930 sous forme de passages cloutés, d’abord à Paris puis en province. Ces passages cloutés, inventés dans la Loire par François Forissier, sont constitués de gros clous plats en acier, plantés entre les pavés de la chaussée. Les premiers passages zébrés tels qu’on les connaît aujourd’hui apparaissent au début des années 1950, et supplantent complétement les passages cloutés, qui ne laissent à la postérité que l’expression « rester dans les clous ».

De simple marquage au sol à élément de décoration urbaine

Alors que les passages piétons blancs classiques sont aujourd’hui devenus omniprésents en milieu urbain, certaines villes rivalisent d’originalité pour égayer les rues et habiller l’asphalte. Ainsi certains passages piétons deviennent de véritables œuvres d’art, à la fois utiles en conservant leur fonction première, mais aussi décoratives, telles des fresques à l’horizontale. La ville de Paimboeuf (Loire-Atlantique) a par exemple des passages piétons en forme de sardines, alors que la ville de Baltimore (États-Unis) a des passages ressemblant à des fermetures éclairs. La ville japonaise d’Osaka a quant à elle décidé de décorer un passage piéton en faisant référence à la célèbre photographie des Beatles traversant un passage piéton à Abbey Road, remplaçant les quatre musiciens par des personnages de la bande-dessinée Snoopy. Le passage piéton d’Abbey Road est d’ailleurs aujourd’hui une attraction touristique à Londres.

Figure 3 Passage piéton “Snoopy sur Abbey Road”, à Osaka, Japon ©Distractify

Des passages piétons comme instruments pour améliorer la sécurité routière

D’autres villes se désintéressent du côté décoratif des passages piétons, et préfèrent s’en servir afin d’appuyer des messages de sécurité routière, et pour inciter les automobilistes à rouler moins vite, notamment près des établissements scolaires. Il existe ainsi des passages piétons avertissant les automobilistes contre les excès de vitesse avec des messages au sol sur les victimes et les peines encourues. Certaines villes, en Inde et en Europe ont fait dessiner des passages piétons donnant l’impression d’être en relief, très efficaces pour faire ralentir les voitures. C’est le cas de la petite ville islandaise de Ísafjörður, qui possède depuis 2017 des passages piétons donnant l’illusion d’être en 3D.

Figure 4 Passage piéton donnant l’illusion d’être en relief, Ísafjörður, Islande ©Gusti

Les passages piétons, nouveaux supports publicitaires 

Nos villes sont de plus en plus envahies par les supports publicitaires, les annonceurs diversifiant les supports publicitaires, et cherchant à se démarquer. Si dans l’espace urbain les murs et panneaux ont longtemps été privilégiés pour vanter les mérites de nouveaux produits, les passages piétons n’y échappent plus désormais, et pas seulement aux Etats-Unis. Dans la ville de Düsseldorf en Allemagne on peut par exemple voir un passage piéton dont une seule bande a été repeinte, ornée du logo de la marque Mr Propre. La marque de restauration Mc Donald’s a quant à elle profité de la couleur jaune des passages piétons en Suisse pour installer un passage piéton en forme de cornet de frites à Zurich.

Figure 5 Passage piéton publicitaire à Zurich, Suisse ©Distractify

Des passages piétons comme support pour des messages politiques

Les passages piétons permettent aujourd’hui non seulement de transmettre des messages publicitaires, mais aussi de soutenir des causes, et de faire passer des messages politiques. Ainsi en Amérique du Nord ou en Europe de grandes villes installent des passages piétons arc-en-ciel. Plus original, en juillet 2021 la ville de Bergerac, en Dordogne, a installé le premier passage piéton européen de France, à côté du rond-point de l’Europe. Ce passage piéton est aux couleurs bleues de L’Union européenne, avec les étoiles jaunes du drapeau, et permet de promouvoir la construction européenne.

Figure 6 Passage piéton aux couleurs du drapeau européen, Bergerac ©Alexis Cécilia-Joseph

Au-delà de leur fonction primaire de marquage au sol permettant de traverser la rue, les passages piétons ont acquis de nouveaux usages. De nombreuses villes tout autour du monde ont décidé de les utiliser de manières diverses, pour faire passer des messages en faveur de la sécurité routière ou de causes politiques, mais aussi pour créer des publicités originales, ou encore pour décorer les rues, dans l’espoir d’en faire de petits points d’attraction touristique, à l’image du célèbre passage piéton londonien d’Abbey Road. Les passages piétons ne sont ainsi plus seulement des marquages au sol parmi les autres, ils sont devenus des éléments urbains permettant d’habiller la ville.

Bibliographie indicative :

L’auteur :

Roman CLEMENCEAU est un étudiant en master d’histoire contemporaine, parcours Développement, innovation en environnement du XVIème au XXIème siècle (2021-2022). Ses recherches, encadrées par le Pr. Christophe Bouneau, portent sur l’histoire du mont Everest et la trajectoire de conquête du toit du monde, du début des années 1920 jusqu’à nos jours.

La réhabilitation des anciens bâtiments hospitaliers de la métropole de Bordeaux

La création des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) en 1959 avec la loi Debré a engendré une profonde restructuration des établissements hospitaliers de France, les regroupant sous la direction d’un même corps administratif. Cependant cette nouvelle loi ne fait qu’accompagner une mutation déjà existante dans le pays qui est le recours aux soins et aux consultations à l’hôpital et non plus exclusivement à domicile ou dans les nombreux dispensaires. L’hôpital devient alors un lieu de soins pour tous et non plus aux indigents et aux désespérés.

Face à l’augmentation de la population de Bordeaux au 19e siècle, l’hôpital Saint-André, vétuste, ne peut plus faire face. Quant aux hospices, autres structures d’accueil des populations, ils souffrent d’une réputation de mouroirs éparpillés aux alentours de la place d’Aquitaine (aujourd’hui place de la Victoire).

Intégrer une grande Faculté de Médecine et de Pharmacie en plein cœur de Bordeaux

Le premier grand changement opéré par la municipalité de Bordeaux consiste à regrouper plusieurs hospices en un même lieu : le nouvel hôpital de Pellegrin, inauguré en 1876. Si l’hospice Saint-Jean, situé aujourd’hui 22 cours de la Marne perpétue sa fonction médicale, l’hospice des Incurables et celui de la Maternité sont choisis pour être le siège de la nouvelle Faculté de Médecine et de Pharmacie qui vise à accueillir les étudiants du quart sud-ouest du pays. Le lieu n’est pas choisi au hasard puisque les étudiants en médecine se forment à l’hôpital Saint-André et sont logés à la Caserne Saint-Raphaël, situés à quelques centaines de mètres. Outre les contraintes budgétaires, ce sont celles du terrain qui posent problèmes : la forme trapézoïdale bordée des rues Bigot au nord (aujourd’hui rue Broca), et des Incurables au sud (aujourd’hui rue Élie Gintrac) et de maisons particulières à l’est ne permet pas une grande liberté de construction à l’architecte Jean-Louis Pascal. Celui-ci doit, en plus s’adapter aux contraintes du ministère de l’Instruction Publique que sont l’obligation de lumière, d’aération et d’espace permettant d’accueillir les enseignements de médecine et de pharmacie ainsi que des laboratoires, une bibliothèque, un musée, un jardin et les logements de fonction du personnel. De nouvelles coupes budgétaires excluent définitivement les enseignements de pharmacie qui se retrouvent transportés à la caserne Saint-Raphaël. Les travaux de la nouvelle Faculté de Médecine débutent en 1880 et son inauguration a lieu le 28 avril 1888 en présence du Président de la République Sadi Carnot. Ce grand édifice de plus de 9000 m² est caractéristique des bâtiments de la fin du 19e siècle qui sont construits selon la théorie hygiéniste : une cour centrale bordée de bâtiments longitudinaux d’au moins un étage, composés de grandes fenêtres pour en augmenter la luminosité.  La Faculté est finalement étendue à partir de 1908 après le rachat des maisons particulières situées à l’est et permet ainsi d’accueillir les enseignements de pharmacie.

Fig 1 : Plan proposé par Jean-Louis PASCAL, architecte de la faculté de Médecine de Bordeaux
Photo de Claude LAROCHE
Source : LAROCHE Claude, « Pro Scientia Urbe et Patria : l’architecture de la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876-1888 et 1902-1922 » In: In Situ [En ligne], 17, 2011. Consulté le 14 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/insitu/1126

Quand un nouveau site impulse la création d’un autre

Les anciens bâtiments hospitaliers de Bordeaux, rénovés selon les normes hygiénistes du 19e siècle, constituent donc des opportunités pour apporter à la ville des établissements éducatifs. La création de la nouvelle faculté de Médecine en 1888 donne d’ailleurs une impulsion à la création d’une école de santé navale, car Bordeaux malgré son statut de ville portuaire, n’en possède pas. Ce projet, porté par le médecin Albert Pitres, aboutit en 1890 et Bordeaux devient le siège de l’École Principale du Service de Santé des Armées (EPSSM), dont les locaux sont finalement installés dans l’ancien hospice des Aliénés situés cours Saint-Jean à côté du petit séminaire (aujourd’hui lycée Gustave Eiffel). Si l’école s’est dotée de nouveaux locaux dès 1893, la cour intérieure est conservée puisque idéale pour les parades militaires. De plus, comme c’est le cas pour les étudiants de la Faculté de Médecine et de Pharmacie, les médecins militaires sont formés à l’hôpital Saint-André.

La Faculté de Médecine et l’école de Santé Navale font partie de ces sites dont les bâtiments ont été détruits puis reconstruits pour satisfaire aux normes hygiénistes en vigueur à ce moment là ainsi que pour pallier à la vétusté des lieux.

Garder les anciens bâtiments pour leurs nouvelles fonctions

En revanche, certains anciens bâtiments hospitaliers n’ont pas eu à subir le même sort et ont conservé tout ou partie des bâtiments déjà existants. C’est le cas de l’ancien hôpital des Enfants situé 168 cours de l’Argonne qui, après sa fermeture en 1992, a conservé sa façade principale et les galeries situées autour du jardin intérieur qui sont transformées en Maison internationale ayant pour but d’accueillir des étudiants du monde entier. La façade opposée a, elle, été détruite pour permettre de désenclaver le site et l’ouvrir sur les rues adjacentes, facilitant ainsi l’accès à la ligne de tramways, alors en construction, qui dessert les universités de Bordeaux. Aujourd’hui, en plus des logements étudiants, certains commerces sont aussi installés dans les bâtiments, profitant ainsi du bon emplacement qu’offrent les lieux, non loin du centre-ville et très bien desservi par les transports en commun.

Fig. 2 : De l’hôpital des enfants… à la maison Internationale.

L’hôpital Xavier Arnozan de Pessac, anciennement sanatorium des Feuillas, est lui aussi doté d’anciens bâtiments hospitaliers ayant une fonction totalement différente. En effet, ce sont des bâtisses construites plus récemment qui assurent l’offre hospitalière, les anciens bâtiments ne répondant plus aux normes de prise en charge actuelles. Au lieu d’être laissées à l’abandon comme c’est aujourd’hui le cas pour le pavillon III (ancien pavillon des enfants), le CHU a décidé de tirer parti des grandes salles et des grandes fenêtres du bâtiment pour y installer le centre de culture et de loisirs du CHU de Bordeaux. De grandes salles de sports y sont donc aménagées ainsi qu’un espace photographique dédié au lieu. Le comité local des œuvres sociales du CHU de Bordeaux y a aussi élu domicile pour permettre la pratique de plusieurs activités artistiques comme la peinture, la couture ou le théâtre.

La réhabilitation des anciens bâtiments hospitaliers connaît une réelle impulsion depuis la construction du site de Pellegrin en 1876. Que ce soit pour devenir établissement d’éducation, à vocation sociale ou bien résidence particulière, ces bâtiments sont la plupart du temps améliorés pour qu’ils puissent durer dans le temps face aux mutations du système de soins français.

Si ces quelques cas concernent des réhabilitations effectuées au 19e et 20e siècles, il est intéressant de s’interroger sur le sort de l’hôpital Saint-André, le plus ancien de Bordeaux avec ses 931 ans de service en 2021. En effet, déclaré vétuste, mouroir, ne pouvant faire face à l’afflux de patients il est menacé de destruction depuis déjà presque cent ans. Même s’il est toujours en activité aujourd’hui, tous les services de chirurgie ont été fermés et des services ont été regroupés pour faire face au manque de personnel. La réhabilitation de ce grand bâtiment dont la plus grande partie entoure un jardin à la française fait débat depuis des décennies. Tantôt projeté comme hôpital de jour ou même comme hôtel, il serait intéressant de savoir ce que la municipalité Bordeaux pourrait faire pour transformer ce site faisant partie intégrante du patrimoine de la ville.

Bibliographie indicative :

  • BATTIN Jacques, « La glorieuse histoire de l’école de Santé navale à Bordeaux de 1890 à sa fermeture en 2011 » In : Histoire des sciences médicales,tome LII, n°4, 2018, pp 489-491.
  • LAROCHE Claude, « Pro Scientia Urbe et Patria : l’architecture de la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876-1888 et 1902-1922 » In: In Situ [En ligne], 17, 2011. Consulté le 14 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/insitu/1126
  • RICHARD-BAZIRE Anne, « La faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux par Jean-Louis Pascal (1876-1888 et 1902-1922) » In: Livraisons d’histoire de l’architecture, [en ligne] n°13, 2007, pp. 105-120. Consulté le 14 novembre 2021. URL : https://www.persee.fr/doc/lha_1627-4970_2007_num_13_1_1072

L’auteur :

Après deux années d’études paramédicales dans le supérieur, Claire BORDELAIS s’oriente finalement dans des études supérieures en histoire. Aujourd’hui étudiante en Master 2 Développement Innovation Environnement à l’Université de Bordeaux Montaigne (2021-2022), son sujet de master s’oriente vers la pratique médicale de l’ère post-Pasteur et s’intitule « Accoucher aux hospices civils de Bordeaux dans la première moitié du 20e s : institutions, innovations et prise en charge des nourrissons et des parturientes (1902-1952) » sous la direction de Mme Carole CARRIBON.

VIGNE, VIN ET MASCARONS

Fortune locale d’un motif décoratif dans le Bordeaux du XVIIIe siècle

Quand les masques se démasquent, la pierre devient chair ! C’est au détour d’une balade en centre-ville que vous aurez le plus de chance de faire la connaissance des mascarons, ce peuple de pierre assimilé au paysage urbain bordelais. Certains en font des héritiers de l’Antiquité, époque où les visages sculptés abondaient et servaient de décor à la vie quotidienne. D’autres y voient la continuité de l’univers chimérique médiéval, de ses gargouilles et têtes grotesques aux faciès grimaçants. S’il est possible de relier l’étymologie du terme mascaron à l’arabe mascara qui signifie bouffonnerie, c’est en Italie, à la Renaissance, que la notoriété du mascaron dit mascherone commence à s’affirmer. L’apparition discrète de ces motifs décoratifs et symboliques sur la rive gauche de la Garonne au XVIe siècle tranche avec le véritable engouement qui va suivre. Aujourd’hui, Bordeaux est une des villes qui possède le plus de mascarons en France avec environ 3 000 exemplaires recensés.  

Le mascaron, une figure emblématique du Grand Siècle bordelais ?

Les mascarons définis en 1691 par Charles d’Aviler comme « une tête chargée ou ridicule, faites à fantaisie, comme une grimace, qu’on met aux portes » poussent à scruter plus attentivement les façades bordelaises. En effet, ils trouvent leur place tantôt le long d’une corniche, sur un linteau, le fronton d’une entrée ou d’une fenêtre décorant les maisons nobles ou bourgeoises ainsi que les bâtiments publics. Bordeaux est intimement lié à son arrière-pays et aux activités vitivinicoles qui y sont pratiquées. Il n’est donc pas rare de trouver des mascarons se référant au monde du vin.

La culture de la vigne, production d’abord rurale s’imprime dans le paysage urbain en se servant entre autres des mascarons comme marqueurs. Ces motifs décoratifs concourent à forger l’identité viticole et culturelle de Bordeaux tout en apportant une plus-value à la fois symbolique mais aussi matérielle. Ces témoignages du passé contribuent au charme de la ville, ils égayent les avenues tout en offrant encore de nos jours un divertissement aux passants. Au XVIIIe siècle, les visages de pierre se répandent partout. C’est une mode qui tend à s’imposer comme un ingrédient à part entière du classicisme français. Le modèle canonique du mascaron est codifié par l’architecte Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), adapté et enrichi à Bordeaux par son neveu Jacques Gabriel (1667-1742). Même si elles fleurissent en nombre depuis les rues de la vieille ville jusqu’aux quais des Chartrons, ces créatures ont aussi leurs détracteurs. L’architecte François Blondel vers 1750 les réduit à « une multitude de décors dont les hommes sans doctrine surchargent leurs productions ». Le mascaron endosse alors, peut-être malgré lui, un rôle important dans l’éternel débat autour de l’ornement qui a lieu tout au long de l’époque classique. 

Quand la vigne imprime la ville : itinéraire à la frontière entre art et terroir

D’après un mémoire du sculpteur Jacques Verbeckt (1704-1771), les mascarons doivent représenter des « testes de diverses divinités ». En effet, au sein du peuple de pierre se trouve une sur-représentation d’allégories mythologiques à l’image des portraits de Bacchus (fig. 1. Bacchus 56 rue du Mirail). Lorsqu’il s’agit de mascarons en lien avec l’univers vitivinicole, ce sont presque systématiquement des représentations du dieu du vin, de l’ivresse et de la fête qui s’offrent à nous (fig. 2. Deux Bacchus place de la Bourse à l’angle de la rue Saint-Rémi réalisés par Claude Francin). Les références mythologiques donnent leur dimension symbolique aux visages sculptés. Pareillement à n’importe quelle divinité, on prête à Bacchus toute sorte d’apparence physique selon le goût de l’artiste ou de son mécène. Par conséquent, comme le précise l’historien de l’art Jacques Sargos « la signification d’une figure ne se déchiffre qu’en rapport avec les accessoires sculptés sur son cartouche ». Ainsi, la distinction de Bacchus se fait à l’aide de la couronne de pampres de vignes qu’il arbore, parfois parsemée de grappes de raisins et dans certains cas, de cornes d’abondance ainsi que du thyrse qu’il a en main.

Doit-on pour autant considérer que la présence de mascarons représentant Bacchus et de motifs décoratifs en lien avec la vigne et le vin, signalent obligatoirement la demeure d’un négociant en vins ? Si la réponse est parfois sans équivoque (fig. 3. Maison d’un négociant 20 Rue de la Fusterie) où nous pouvons observer la représentation de barriques, d’un tastevin ainsi que des pampres, ce n’est pas une règle établie.  

Fig. 3.  Maison d’un négociant 20 Rue de la Fusterie fin XVIIIe siècle. Crédit : Franck Bourguet

Les marchands et négociants privilégient parfois d’autres motifs comme des allégories de Neptune dieu de la mer, de Mercure dieu du commerce et patron des voyageurs en y ajoutant çà et là des bourses débordant d’écus pour montrer toute l’étendue de leur réussite. 

Néanmoins, l’empreinte du vignoble bordelais en ville reste très importante et des ornements ayant une fonction purement esthétique, sans symbolique particulière mis à part le renvoi au terroir viticole sont présents. En effet, les motifs représentant des grappes de raisins sculptées sur la pierre parsèment de nombreuses façades (fig. 4. 26 Allées de Tourny). Outre le côté esthétique et les renvois à des références mythologiques, la présence de mascarons et de décors en frontispice permet une distinction sociale. L’appel à des architectes et des ouvriers spécialisés est une entreprise onéreuse qui n’est pas accessible à toutes les bourses. Si le mascaron peut évoquer la réussite et la prospérité, il semble qu’on puisse également lui imputer une dimension politique. Celle-ci est incarnée par la présence de rappels au monde vitivinicole sur les chantiers d’envergure décidés par les différents intendants qui se sont succédés. Chacun a voulu à sa manière laisser son empreinte sur la ville par des aménagements urbains. On retrouve alors des mascarons de Bacchus surmontés de grappes de raisins sur la place de la Bourse, commandée par Boucher pour accueillir une statue équestre de Louis XIV, ou sur les allées de Tourny aménagées selon les projets d’un intendant du même nom. Cela démontre, s’il en était encore besoin, la marque très importante de la vigne et du vin sur la ville outrepassant même la fonction simplement culturelle et symbolique pour tendre vers le politique.

De la profusion à la préservation, le peuple de pierre face à sa postérité

Bordeaux regorge d’un riche patrimoine au sein duquel les références à la vigne et au vin, mises en exergue par les travaux de l’historien de l’art Jacques Zacharie, sont nombreuses et les mascarons y figurent en bonne place : « ouvrez les yeux, le vin se voit ».  Ces représentations sont le socle vivant de témoignages du passé arrachés à la pierre et incorporés à la vie quotidienne. Gardons toutefois à l’esprit que les mascarons n’ont d’humain que l’apparence, ils savent aussi mourir. Le calcaire poreux, support tendre souvent plébiscité par les outils du sculpteur, subit de plein fouet les stigmates du temps se posant ainsi en ennemi de la pérennité. Hormis d’anonymes dégradations, certains visages ont été absorbés, dissous par la ville et ses métamorphoses incessantes. Au sortir du XVIIIe siècle, la rigueur néoclassique ostracise peu à peu ce peuple de pierre sous prétexte qu’il ne ne répond pas aux canons artistiques du courant dominant. Malgré une résurrection dans la seconde moitié du XIXe siècle, à la faveur d’une bourgeoisie marchande nostalgique du siècle d’or bordelais, (fig. 5 Château Descas 3 Quai de la Paludate) la « folie du mascaron » fut définitivement emportée, à l’ombre des édifices de béton, par la modernité.  

Bibliographie indicative :

  • DAMESTOY Jean, Mascarons. Bordeaux du XVIe au XVIIIe siècle. Bordeaux, Mollat,1997.
  • FIGEAC-MONTHUS Marguerite, LACHAUD Stéphanie. Ville & Vin en France et en Europe du XVe siècle à nos jours. La Crèche, La Geste, 2021.
  • ROSENBERG Jean-Louis, Mascarons de Bordeaux. Les veilleurs de pierres. Pau, Édition Cairn, 2008.
  • SARGOS Jacques, Bordeaux, Chef-d’œuvre classique. Bordeaux, L’horizon chimérique, 2009.

L’auteur :

BOURGUET Franck est fils de viticulteur, étudiant à l’université Bordeaux Montaigne en Master 2 d’Histoire moderne et contemporaine, parcours Développement, Innovation et Environnement (2021 – 2022). Sous la direction de Stéphanie LACHAUD, il réalise actuellement un mémoire sur « Le Clairacais viticole au XVIIIe siècle ». État des lieux de ses recherches en cours dans le Carnet Hypothèse LIQUOREUX D’AQUITAINE. Développement, patrimoine et réputation des vins blancs doux et liquoreux : « À la recherche des vins blancs doux disparus de Clairac en Agenais ». https://liquoreux.hypotheses.org/354.   

Habiller la ville, signalétique et emblème : la carotte de tabac

La carotte de tabac, son origine 

La carotte de tabac est, aujourd’hui, le symbole commun à tout débit de tabac situé sur le territoire français. En effet, si l’obligation, pour les buralistes, d’exposer cette signalétique date de 1906 ; cette carotte, elle, trouve son origine plus en amont dans le temps. 

Rappelons alors que le tabac, cette plante entrée petit à petit dans l’habitude de consommation des Français, est vendue, au XVIe siècle, sous forme de feuilles ficelées les unes aux autres. Pour les consommer (qu’il s’agisse de les fumer ou de les mastiquer), il fallait les rapper, leur donnant alors une apparence s’approchant d’une carotte. 

Ill. 1 : Carotte de tabac. Source : Musée de Nouvelle-Calédonie

C’est sous Louis XIV et son célèbre ministre Colbert que la vente du tabac devint monopole royal, puis monopole d’État, une spécificité française en Europe. Cette vente reste encore aujourd’hui très encadrée, contrairement aux pays voisins et notamment l’Allemagne, qui autorise la vente aussi bien dans des superettes que dans des distributeurs automatisés.

La systématisation d’un symbole

À partir du moment où la carotte de tabac devint l’emblème des bureaux de tabac en 1906, il fallut l’exposer en dehors du bureau, visible et reconnaissable. Ainsi, elle se normalise et se standardise pour créer un repère visuel commun. Au même titre que d’autres symboles urbains (croix verte des pharmacies, poteau du barbier), cette carotte vise à créer dans un espace défini, un repère reconnaissable et identifiable. Obligation et monopole d’État (via les Douanes) rendent ce mobilier urbain uniquement lié à une sorte de commerce, la vente de tabac. 

A ce titre, sont définies des formes, tailles et couleurs qui garantissent l’unité et la standardisation de cette signalétique, même si plusieurs évolutions sont apparues au cours du temps. Par exemple, la carotte, à l’origine, marron, est devenue rouge ; de même si le mot « tabac » n’était pas visible dans les premiers temps, son inscription sur la carotte est aujourd’hui obligatoire.  

Ill. 2 : Carotte de buraliste, fin 19e siècle. Source : Musée de Normandie
Ill. 3 : Carotte de tabac avec éclairage néon. Source : Le monde du tabac

Enfin, la carotte connaît sa dernière modification (arrêté du 13 février 2020) bien plus récemment, avec une obligation d’éclairage. Elle entre alors dans le cadre d’un mobilier urbain nocturne et plus seulement diurne. Par ailleurs, comme la carotte en elle-même ne suffit pas toujours, elle peut, outre sa forme losange et sa couleur rouge, être adaptée aux couleurs bleues, blanc et rouge.

Ill. 4 : Nouvelle carotte de tabac tricolore. Source : Le monde du tabac

Enfin, si un modèle unique d’enseigne n’existe pas en tant que tel, un choix restreint de carotte est approuvé. Ce catalogue doit correspondre aux modèles et marques déposés auprès de l’INPI (Institut National de la Propriété Intellectuelle) et/ou par l’organisation professionnelle représentant les buralistes. Ce symbole, véritable repère pour les consommateurs, comme pour les non-consommateurs du tabac, est aujourd’hui définitivement ancré dans l’espace urbain puisqu’il existe environ 24 000 bureaux/débits de tabac. Plus encore, il fait partie d’un imaginaire commun, spécifiquement français. 

Les Reflets, Franck Scurti, mobilier urbain et représentation artistique 

Franck Scurti est un artiste lyonnais né en 1965. Plasticien de formation, il reprend les codes des enseignes communes à la ville et les déforme, les édite et les interprète à sa manière. En 2013, dans le cadre des Pléiades, auxquelles participe la gare de Toulouse-Matabiau, Franck Scurti reprend les symboles de la carotte de tabac, mais aussi de l’opticien ou encore de la pharmacie.  

Cette création garde, dans les grandes lignes, le symbolisme de ces enseignes, en particulier celle de la carotte de tabac : le rouge, le losange, ici déformé telle une flaque d’eau, le mot « tabac », et l’éclairage. Mais, l’artiste en a délibérément rendu les contours abstraits. Il s’agit justement de détourner une forme de rigidité, de standard, et de transformer, ici, un objet du quotidien. 

Ill. 5 : “Les Reflets”, à la gare de Toulouse-Matabiau. Source : Les Abattoirs – Musée – Frac Occitanie Toulouse

“Incorporer des symboles commerciaux dans le code visuel d’un édifice qui n’en comporte pas a priori est aussi une façon onirique de commenter l’environnement commercial et notre usage de l’espace urbain. Un “Reflet” vu de loin, par exemple de la route, s’intègre à l’échelle de la rue et aux codes commerciaux. {…} Les enseignes peuvent être montrées groupées dans un même espace ou alors être disséminées sur plusieurs lieux, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, sur les murs d’un musée ou sur ceux de la ville”. Franck Scurti. 

La carotte de tabac devient alors le centre d’une attraction artistique, ce qui renforce l’intérêt de cette création. La refonte du symbolisme de la carotte permet aussi au public (piéton, automobiliste, et autre usager de la ville) de se questionner sur ce mobilier du quotidien. 

L’artiste met face-à-face une réalité urbaine, mais aussi un imaginaire collectif de ce qu’est la ville et ses symboles. 

Bibliographie indicative :

L’auteur :

BOULLIN Luc est étudiant en seconde année de Master Développement Innovation et Environnement (2021-2022) à l’université Bordeaux Montaigne. Son mémoire, sous la direction du Pr. Christophe BOUNEAU, porte sur « Le Greenwashing dans les élections de la métropole bordelaise (2014-2020).