« Faites les fêtes », habillage sensoriel de la ville en fête dans le Sud-Ouest français : Dax, Mont-de-Marsan, Bayonne

Chaque année aux alentours du 15 août, l’Agur vient clôturer cinq jours de férias dans la sous-préfecture des Landes. Le concert des bandas qui s’échappe de l’enceinte des arènes de Dax disperse une atmosphère lourde et chargée d’émotions. Les festivités sont terminées : parés de rouge et de blanc, les festayres vont pouvoir se reposer et se changer avec une seule pensée en tête, revenir l’année prochaine. Chaque été, à l’occasion des fêtes aussi connues sous le nom de « Férias », la ville de Dax, réputée pour son thermalisme, se pare de ses plus belles couleurs, odeurs et sonorités. Ce n’est pas un cas isolé : à des dates certes différentes, mais dans une mesure comparable en termes d’intensité du phénomène, les fêtes de Mont-de-Marsan et de Bayonne rayonnent au cœur du Sud-Ouest français. Ainsi, temporairement, l’environnement urbain de la préfecture des Landes et de la sous-préfecture des Pyrénées-Atlantiques, se trouve transformé. Ces villes revêtent leurs plus beaux habits de lumière à l’occasion de leurs fêtes. 

Les férias de ces trois grandes villes du sud-ouest français intègrent une célèbre chanson paillarde du pèlerinage du festayre : « j’irai de Pampelune jusqu’à Bayonne…. J’irai de Dax jusqu’à Mont-de-Marsan… ». Si l’auteur de cette chansonnette a réuni ce triptyque de villes en fêtes, c’est qu’elles ont des caractères communs. D’abord, ces festivités se matérialisent sous la forme d’une rythmique courte et concise dans le paysage urbain du sud-ouest. C’est même ce qui constitue l’intérêt de ces rassemblements : la ponctualité du phénomène, justifié par le lien originel entre fêtes patronales et fêtes locales ou férias. Pour définir ce phénomène festif qui se fonde en réalité sur le modèle des fêtes de Pampelune de l’autre côté des Pyrénées, on peut reprendre la définition que proposent Alexandre Fernandez et Alexandre Traimond : « ces fêtes associent en effet défilés et réjouissances diverses censées être d’origine gasconne, à un spectacle taurin, d’origine locale, ce que l’on nomme course landaise, ou, le plus souvent possible une corrida de toros ». L’hybridation de deux pratiques est à l’origine des férias du Sud-Ouest. Néanmoins, le phénomène se reproduit dans des villes et villages de toute la Gascogne. Depuis le milieu du XXème siècle, c’est l’occasion de se rassembler entre amis, dans une ville engloutie par les libations, où les mœurs usuelles perdent, elles aussi, pendant quelques jours leurs sens. 

            En période de fêtes, la ville se métamorphose. Cet espace aux fonctionnalités multiples se transforme temporairement en un espace de libération des mœurs. Les rues, les bars, les places s’animent de sonorités festives grâce aux bandas, s’embaument d’odeurs enivrantes, se colorent de rouge et de blanc (voire d’autres combinaisons de couleurs). Bayonne, Dax et Mont-de-Marsan deviennent donc en l’espace de quatre à cinq jours des nœuds d’attractions dans le territoire du Sud-Ouest français. Des centaines de milliers de festayres venus des communes limitrophes, mais aussi de plus en plus, du reste du territoire national, se pressent dans ces cités pour goûter aux plaisirs des férias. Ils sont acteurs et témoins de transformations ponctuelles de l’urbain dont au moins trois des cinq sens de l’homme sont affectés par ces modifications : la vue, l’ouïe et l’odorat. Cependant, toutes ces modifications ne contribuent pas forcément à parer la ville de ses plus beaux atouts en termes d’habillage sonore, visuel ou olfactif. 

Un habillage visuel

L’élément le plus marquant qui matérialise la ville du Sud-Ouest en fête est la présence omniprésente d’un duo de couleurs : le rouge et le blanc. Ce modèle de fête s’inspire de celles de Pampelune, où il est coutume que les festayres se parent d’un ensemble chemise ou t-shirt blanc, pantalon blanc, foulard rouge et ceinture rouge. Dax et Bayonne ont repris ces codes et il est très rare de croiser des festayres vêtus d’une tenue qui ne les respecte pas, même si Mont-de-Marsan se pare elle-même de bleu et de blanc. Car au-delà des festayres qui, par leur masse, habillent eux-mêmes la ville, les rues sont décorées avec des petits drapeaux de couleurs rouge, blanche ou bleue. De plus, les magasins au cœur de la fête protègent souvent leurs vitrines pour éviter de potentielles dégradations. Or, il n’est pas rare que les panneaux de protection soient eux aussi décorés en reprenant un code couleur qui contribue à habiller la ville. Claude Lacour dans son article « Rouge et blanc : les couleurs de l’urbanités », aborde la notion de « village global urbain » pour décrire ces grandes villes du Sud-Ouest qui organisent des « férias ». Selon lui, Dax, Bayonne, Mont-de-Marsan deviennent globales car toute la ville se laisse entraîner et décorer par et pour la fête. Même les visiteurs de passage sont happés. Dans le même temps, l’image d’une ville tournée vers la campagne permet de mettre en avant l’aspect festif et amical au sein des murs. La manière dont les gens venus faire la fête s’habillent, la façon dont la ville se pare par la même occasion, sacre une nouvelle urbanité. « La tenue vestimentaire unique », habille la ville de couleurs, porteuses de sens : valeurs, traditions, partage, amitié, relâchement des mœurs…

Néanmoins, au petit matin, la vue encore troublée, les festayres peuvent contempler le résultat de leur nuit. Les déchets constituent un problème que l’on ne préfèrerait pas voir. Le rassemblement de milliers de personnes dans quelques rues, associé à une effervescence sociale qui modifie les manières d’agir, favorisent la production de déchets. Jusqu’à la fin des années 2000, il n’était pas rare de marcher sur une couche épaisse de verres en plastiques. Pour régler ce problème, l’utilisation de gobelets jetables a été progressivement interdite au profit des basso-beri. Ces verres en plastique nettoyables et réutilisables crées par la société Éco-cup sont devenus la norme dans les années 2010 et ont permis de déshabiller la ville de cette couche de plastique. 


Opération de nettoyage lors des fêtes de la Madeleine, 2008

Un habillage olfactif

L’odorat est aussi stimulé lors des fêtes. La ville se parfume en certains lieux et places d’odeurs de nourriture. Souvent tenus par des associations, les estanquets sont des lieux de restauration qui favorisent le développement des festivités diurnes. Pour les fêtes de Mont-de-Marsan, on les retrouve pour la plupart autour des arènes. Pour la nourriture, ces fêtes s’inspirent aussi de Pampelune, en proposant des assiettes de tapas. Marie Pendanx, docteur en géographie humaine, rappelle néanmoins que cette tradition des tapas est revisitée « à la landaise » : il n’est pas rare de sentir des odeurs de cœurs de canards qui garnissent les assiettes des festayres affamés. 

Place des arènes, Mont de Marsan, on distingue dans le coin supérieur droit des chapiteaux qui accueillent les estanquets. 

Mais des odeurs nettement moins agréables envahissent aussi les rues. Ainsi, la question des mictions sauvages a été posée par Philippe Steiner. De ses propres yeux, il a eu l’occasion d’observer des jeunes gens uriner dans la Nives qui traverse le cœur du petit Bayonne. Cette problématique n’intéresse que très peu les organisateurs. Certes, selon un article du journal Sud-Ouest datant de 1977 qu’il a pu consulter, « les petits matins blêmes des fêtes de Bayonne ne sentent pas la Lavande ». Pour autant, il faut attendre les années 2000 pour que le sujet des mictions et de la salubrité des rares sanitaires publics entre dans l’agenda municipal. De nos jours, le problème est toujours aussi tenace, même si des urinoirs ont été implantés au cœur de la fête. Mais leur nombre reste encore insuffisant, juge P. Steiner. Ainsi, la ruelle des Basques reste une rue-urinoir, autant pour les garçons que pour les filles. D’ailleurs il y a un vrai enjeu et surtout une vraie disparité entre les équipements qui permettent les mictions masculines, plus simples à mettre en place, et les mictions féminines. Le nombre de sanitaires fermés est trop peu insuffisant. Des queues se constituent et s’allongent devant ces derniers. Malgré les interdictions, les mictions sauvages sont légion si bien que certaines rues de Dax, de Bayonne et de Mont-de-Marsan se retrouvent enveloppées par une tenace odeur d’urine. 

Écriteau rappelant l’interdiction d’uriner en dehors des espaces destinés, fêtes de Bayonne, 2017.

Un habillage auditif

Dans le cadre des férias, l’utilisation de haut-parleurs n’est pas nécessaire. Les bandas, groupes de musiques typiques du Sud-Ouest français originaires de la Chalosse, sont des groupes de musiciens de tailles variables. Considérés comme plus spontanés que les harmonies ou les cliques, tout en jouant des airs aux sonorités festives, les musiciens jouent principalement des instruments à vent ou des percussions. En déambulant dans la ville, les bandas offrent un habillage sonore composé d’un répertoire influencé encore une fois par l’Espagne toute proche. En prestations informelles ou lors de cavalcades, elles sont les garantes de l’identité festive des villes du Sud-Ouest. Leurs tenues proches de celles des festayres, varient en fonction de la banda, inspirée à l’origine par les txarangas de Pampelune. 

Cependant, il ne faut pas négliger les nuisances sonores subies par les gens qui vivent au cœur de ces fêtes et qui les poussent parfois à s’exiler et à quitter la ville le temps des festivités. 

Ainsi, toute une série de transformations s’opèrent à l’occasion des fêtes dans les villes du Sud-Ouest. Sur une courte période d’effervescence où les mœurs se relâchent de toutes parts, le rouge et le blanc sautent aux yeux, tout comme les odeurs appétissantes qui s’échappent des estanquets et chatouillent les narines. Les oreilles sont réveillées grâce aux airs entraînants joués par les bandas. Cependant, la ville est capable de fautes de goûts lorsqu’elle choisit sa tenue. Ce manque de style est souvent l’œuvre des festayres venus en masse. 

Bibliographie indicative :

  • DI MÉO Guy, La géographie en fête, Paris, Orphys, 2001 
  • LACOUR Claude, « Rouge et blanc : les couleurs de l’urbanité », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, 2005/3 (juillet), p. 421-432. https://www-cairn-info.ezproxy.u-bordeaux-montaigne.fr/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2005-3-page-421.htm
  • MARMANDE Francis, faites les fêtes, Paris, Éditions lignes, 2012
  • PENDANX Marie, Cultures locales et identités en pays landais, Dax, Société de Borda, 2020 (thèse de doctorat) 
  • STEINER Philippe, « Mictions impossibles. Uriner dans l’espace public aux fêtes de Bayonne », Ethnologie française, 2021/2 (Vol. 51), p. 425-440. https://www-cairn-info.ezproxy.u-bordeaux-montaigne.fr/revue-ethnologie-francaise-2021-2-page-425.htm

L’auteur :

DUPOUY Théo est un étudiant en deuxième année de Master recherche en histoire « du Développement, de l’Innovation et de l’Environnement » (DIE, 2021-2022). Il travaille sous la direction du Pr.  C. BOUNEAU sur « La trajectoire ferroviaire des Landes depuis la formation de la SNCF ».

La « réalité augmentée » en ville : Pokémon Go à la croisée du réel et du virtuel

Pokémon Go, un phénomène mondial

En 2016, un phénomène est observé dans tous les coins du globe : des joueurs, brandissant leurs portables comme s’il s’agissait d’antiques cartes au trésor, parcourent les rues à la recherche de créatures mythiques. Développé par Niantic, Pokémon Go est une application mobile sortie en juillet 2016. Le jeu attire rapidement la curiosité des consommateurs par son aspect innovant et devient même l’application la plus utilisée de l’année de sa sortie. Depuis, elle a été téléchargée plus d’un milliard de fois. En effet, basée sur le principe de géolocalisation, l’application connecte le joueur à l’espace urbain qui est par conséquent métamorphosé en espace de jeu. L’individu est ainsi poussé à se déplacer dans son environnement à la recherche de diverses créatures, les Pokémon, qu’il doit capturer. Des espaces particuliers, désignés comme les Pokéstops et les arènes, deviennent par ailleurs des lieux de rencontre et de sociabilité. Plusieurs fonctionnalités viennent agrémenter ce que l’on pourrait qualifier d’un « habillage virtuel » de la ville. Les Pokémon, à travers les écrans, s’intègrent ainsi dans le tissu urbain en se situant dans l’espace réel à l’échelle appropriée. C’est ce que l’on peut voir dans cette image (fig.1), issue d’un journal anglais (The Chronicle) et montrant un Pokémon dans le quartier de Quayside à Newcastle (UK).  

Fig 1. Un Pokémon Magicarpe à Newcastle, Angleterre. Source : https://www.chroniclelive.co.uk/news/north-east-news/rare-pokemon-go-characters-catch-11635085

L’on peut dès lors parler de « réalité augmentée ». Ce principe, il faut le noter, n’est pas nouveau : les années 2000 représentent une période d’expérimentations en ce sens. L’abbaye de Cluny propose ainsi, dès 2008, un parcours numérique à travers des bornes de réalité augmentée. Aujourd’hui, ce processus de numérisation a atteint son apogée avec ClunEtour, une application développée par la société Paztec (fig.2). Nous pouvons également citer, dans le domaine du ludique, le jeu Can You See Me Now développé en 2001 par Blast Theory et Mixed Reality Lab qui propose une expérience de « réalité mélangée », où les joueurs sont poursuivis en ville par des acteurs usant de téléphones portables pour les traquer. 

Fig 2. Visite numérique de l’abbaye de Cluny. Source: https://www.lejsl.com/culture-loisirs/2021/07/27/avec-le-numerique-l-abbaye-de-cluny-fait-voyager-dans-le-temps

La réalité augmentée comme composant essentiel de la ville hybride et de l’individu numérique

Fig 3. Avatar d’un joueur géolocalisé dans la ville. Source : ADLAKHA, D., et al. (2017). 

C’est par l’application de diverses techniques innovantes, telles que le système du positionnement par satellite (GPS, Galileo) ou la triangulation, que la « réalité augmentée » acquiert ses lettres de noblesse. En effet, celles-ci placent l’individu (et les objets) dans l’espace urbain et dans l’espace virtuel. Nous pouvons y voir une démultiplication des réalités, incombées d’un point central : l’individu, qui se déplace dans la ville hybride. Cette dernière est caractérisée par cette interaction inédite entre la technologie du virtuel et l’espace physique. De ce mariage naît ce qu’Antoine Picon qualifie d’« individu numérique », dont les comportements et les habitudes s’adaptent à cette nouvelle couche de la réalité. Les applications mobiles influenceraient la façon d’appréhender l’espace, et par conséquent d’interagir avec. C’est ainsi désormais que se perçoit le joueur (fig.3), représenté par un avatar qui se place dans l’espace de la ville. Le jeu le pousse à redécouvrir ce même espace en lui présentant des points et des lieux d’intérêt. Richard Hu évoque le concept « smart work », une façon unique de travailler propre à l’âge smart ; nous évoquons ici le concept de « smart living », défini par une façon inédite d’appréhender et de redécouvrir la ville dont l’enveloppe se métamorphose virtuellement, et non physiquement. Les controverses liées aux accidents de la route causés par ce jeu rejoignent cette notion, également : l’on vit la ville différemment, et cela peut être aussi bien positif que négatif.   La ville, par ailleurs, n’est pas seulement habillée de pixels qui dicteraient les habitudes et interactions entre ces individus, mais est également enrichie « de nouvelles fonctionnalités et significations ». L’on peut même parler d’une « valeur ajoutée au monde réel » (Picon, 2013). 

La réinterprétation des espaces urbains 

Si l’espace physique, lui, reste inchangé, il n’en est pas moins que la ville se métamorphose sous les yeux des passants dotés d’écrans. Plus insidieusement, le phénomène Pokémon Go pourrait bien approfondir les inégalités géographiques, et donc renforcer les fractures sociales, en privilégiant certains espaces comme lieux de sociabilité. Ainsi, se voient privilégiés les quartiers patrimoniaux, souvent habités par des populations aisées (fig.4).

Fig 4. Nombre de pokéstops pour 100 habitants à Paris. Source :  TUAL, Morgane, et al. (2016)

Le fossé entre la ville et la campagne est d’autant plus marqué, par ailleurs. Les espaces urbains se voient également dotés de nouvelles fonctions, contribuant à ce que Picon appelle la « ludification » de la société, c’est-à-dire une « généralisation de la culture du jeu ».  Ainsi, en juillet 2016, le Musée National Auschwitz-Birkenau ainsi que l’Holocaust Memorial Museum ont fait appel à Niantic pour enlever leurs sites de l’application, jugeant cela inapproprié pour la mémoire des victimes. L’acquisition d’une fonction ludique, dans ce cas, amène en quelque sorte à l’effacement de la fonction mémorielle de ces espaces. L’habit virtuel sert ici de grille de lecture pour réinterpréter les espaces urbains et même en déformer leur fonction. La ville change aussi bien que l’individu. 

Conclusion

Habiller la ville…mais de quelle manière ? L‘ère du digital amène des nouvelles formes d’« habit » qui affecte non pas la structure formelle de la ville, mais joue sur notre perception de celle-ci. Nos interactions et nos habitudes sont par conséquent transformées. Mais dans le futur, peut-on s‘attendre à des transformations formelles liées à cette nouvelle façon d‘appréhender l‘espace urbain ?

Bibliographie indicative :

ADLAKHA D. et al., “Pokémon Go or Pokémon Gone : How can cities respond to trends in technology linking people and space?”, Cities and Health, 1, 2017, pp. 89-94.

AKHTAR, A., “Holocaust Museum, Auschwitz want Pokémon Go hunts out”, USA Today, Mclean (Virginie), 12 juillet 2016.

GOULLIAUD, P.-F., Pokémon Go, interactions entre les joueurs et la ville, ENSA Nantes, 2020.

GRATIAN, P., “Le jeu Pokémon Go aurait causé de nombreux accidents de la route et coûté des milliards”, Ouest France, Rennes, 21 janvier 2021.

HU, R., Smart design : disruption, crisis and the reshaping of urban spaces, Londres, Routledge, 2021.

PICON, A., Smart cities, Paris, éditions B2, 2013.

TUAL, M. et al., “Pokémon Go : les multiples facteurs des inégalités géographiques”, Le Monde, 3 août 2016.

L’auteur :

VON KÄNEL Stéphanie est étudiante en Master 2 Développement, Innovation et Environnement à l’université Bordeaux Montaigne (2021-2022). Sous la direction du Pr. Christophe Bouneau, elle travaille sur les trajectoires et enjeux des métaux stratégiques dans l’économie des énergies renouvelables (et le stockage énergétique) dans l’Union Européenne depuis les années 1990. Ce sujet rejoint une problématique plus générale qui est celle des ressources qui l’intéresse tout particulièrement. Avant son Master, elle a réalisé deux licences (en Histoire de l’art et en Histoire-Géographie) ainsi qu’un Erasmus à Gießen, Allemagne. 

Lumières sur la ville : L’éclairage public urbain et la lutte contre la pollution lumineuse dans le Parc naturel régional des Landes de Gascogne

Le 14 octobre 2017, le Parc naturel régional des Landes de Gascogne organisait la neuvième édition de l’événement national annuel « le Jour de la Nuit » à Sore, l’occasion de présenter les efforts de la commune en matière d’amélioration de l’éclairage public. Pour autant, cette photographie représentant la mairie de la commune lors de cette soirée met en avant le caractère éblouissant de ce mobilier urbain, la luminosité des bâtiments tranchant avec l’arrière-plan nocturne. Ce contraste témoigne du chantier que constitue la lutte contre la pollution lumineuse, et le rôle de l’éclairage public urbain dans cette lutte, à la fois poison et remède. L’état de cette luminosité à la période de cette prise de vue peut ainsi permettre de constater l’évolution et les progrès réalisés en la matière depuis lors.

De l’éclairage public à la pollution lumineuse

L’éclairage public fait partie intégrante du paysage urbain mais aussi de l’identité urbaine. Discret le jour, ce mobilier se révèle à la nuit tombée, habillant la ville de lumière. Pour autant, il éclipse par là tout autre habillage. Concentrant et focalisant la lumière, il voile autant qu’il dévoile. En effet, la ville est un espace en trois dimensions, qui ne se borne pas à son périmètre communal. Sans limites en hauteur, le ciel qui la surplombe fait partie intégrante de sa composition, constituant une sorte de plafond intangible exprimant également une forme d’habillage, une décoration illustrée par le ciel étoilé. Mais celui-ci tend à disparaître, la luminosité naturelle de la ville cédant le pas à sa luminosité artificielle.

Figure 2 : Les habits de lumière de la ville
Source : Réalisation personnelle

Fleurissant en milieu urbain à partir du XVIIe siècle, l’éclairage public avait comme fonction originelle d’assurer la sécurité et le confort des citadins. Mais la lumière était aussi un synonyme de progrès, de rayonnement et donc de prestige pour la ville. Elle symbolisait le recul des ténèbres, de l’obscurantisme, repoussant l’inconnu au-delà des frontières du visible. La ville devint ainsi le théâtre d’une succession d’innovations incrémentales tendant à perfectionner cet éclairage, des lanternes aux réverbères, du gaz à l’électricité. Ce mobilier urbain est rejoint finalement par d’autres sources lumineuses, des enseignes publicitaires aux dispositifs d’éclairage des boutiques en période nocturne. Mais à partir des années 1970, les astronomes ont commencé à s’inquiéter de l’impact de l’éclairage artificiel, en particulier en milieu urbain, sur la qualité du ciel étoilé, en lien de façon plus globale avec l’essor des préoccupations autour de la protection de l’environnement. En luttant contre la pollution lumineuse, il ne s’agit dès lors plus d’en finir avec la nuit, mais de la sauver.

            La pollution lumineuse désigne l’ensemble des impacts négatifs liés à l’éclairage extérieur public et privé artificiel. Cette luminosité artificielle détériore le ciel étoilé en engendrant un phénomène de halo lumineux, mais là n’est pas sa seule conséquence sur l’environnement. En effet, elle dégrade également la biodiversité et ses habitats, en perturbant le rythme nycthéméral de certaines espèces. Celles qui sont lucifuges modifient leur cycle de vie tandis que d’autres se retrouvent piégées par la lumière, un lampadaire pouvant attirer des insectes à plus de 700 mètres, soit même au-delà de la ville. Mais l’espèce humaine est également affectée, en raison de la lumière bleue émanant des dispositifs d’éclairage, qui entraîne une diminution de la production de la mélatonine, l’hormone du sommeil, et donc nuit à la santé des populations. Enfin, elle induit une forte consommation d’énergie, 40 % de la facture d’électricité des communes étant dédiés à l’éclairage public. Les arguments économiques et écologiques finissent ainsi par se rejoindre, la production d’énergie étant également responsable de la dégradation de l’environnement.

L’émergence de la protection de l’environnement nocturne dans la politique du Parc naturel régional des Landes de Gascogne

La réponse à cette problématique peut dès lors s’effectuer au niveau des communes elles-mêmes, responsables de leur éclairage public, comme au sein du Parc naturel régional (PNR) des Landes de Gascogne. Ce territoire, créé en 1970, cherche à proposer depuis maintenant plus de 50 ans une formule politique permettant de trouver un équilibre entre la protection de l’environnement et l’animation territoriale, à travers une Charte, approuvée par les collectivités membres, qui fixe les orientations que se donne le Parc. La dernière en date, approuvée en 2014, ne mentionne cependant pas la protection de l’environnement nocturne parmi ses objectifs. Ce nouveau champ d’investigation écologique a donc été pris en charge récemment par ce PNR. A ce titre, c’est l’année 2015 qui constitue un véritable pivot. En répondant à l’appel à initiatives du ministère de l’Environnement intitulé « Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte » (TEPCV), le Parc naturel régional des Landes de Gascogne redouble d’ambitions en faveur de la mise en œuvre de la transition énergétique sur son territoire. C’est donc par cet angle qu’il initie sa politique de protection de l’environnement nocturne, élaborant alors un programme de 14 mesures dont l’une vise à « Développer des programmes d’éclairage public durable ».

            Pour mener à bien cet objectif, le Parc naturel régional lance une étude en 2019 visant à établir un diagnostic de la pollution lumineuse sur son territoire et à définir des stratégies pour améliorer l’éclairage public. Même si 4000 étoiles peuvent être observées à l’œil nu dans le territoire du Parc, le diagnostic a révélé que toutes les communes sont concernées par le problème de la pollution lumineuse, en lien avec le développement urbain général. Pour autant, de forts contrastes apparaissent sur ce même territoire, les communes les moins urbanisées présentant un ciel de meilleure qualité. Cela permet de mettre en exergue le lien intrinsèque qui unit ville et pollution lumineuse.

Figure 3 : La qualité de la nuit sur le territoire du Parc naturel régional (2020)
Source : Parc naturel régional des Landes de Gascogne

Mais à l’état des lieux doit succéder l’analyse des sources, de diverses natures, de cette pollution lumineuse et la prise en compte des leviers disponibles et utilisables pour améliorer l’éclairage public. C’est d’abord la quantité de lumière émise, la puissance lumineuse quantifiée en lumens (lm), à l’origine de l’éblouissement, qui est à considérer, ainsi que sa température, mesurée en kelvin (K). En effet, c’est la température thermodynamique qui définit la « couleur » de la lumière, la lumière « bleue » correspondant à une partie du spectre visible de haute température. Il est ainsi possible de diminuer la température des ampoules en en choisissant qui ont une température inférieure à 2400 K, palier en dessous duquel elles n’émettent plus de lumière bleue. Mais plus simplement, la localisation des sources de lumière peut également jouer un rôle, selon qu’elles soient concentrées dans un même espace ou bien déconcentrées, conduisant à une fragmentation des habitats et à une irruption de la luminosité dans les milieux naturels. Il s’agit également de changer l’orientation de l’éclairage, afin qu’il n’éclaire que le sol. Une grande partie de la lumière est en effet perdue en raison de la luminosité qui part vers le ciel, inutile pour les citadins et néfaste pour l’environnement nocturne. Enfin, la temporalité de l’éclairage est également à prendre en compte, l’impact n’étant pas le même selon la période d’éclairage. Il est donc possible de proposer des périodes d’extinction de l’éclairage nocturne, avec des heures d’éclairage liées aux besoins réels des habitants. La lutte contre la pollution lumineuse s’inscrit donc à la fois dans une politique d’efficience et de sobriété énergétiques.

Des labels nationaux et internationaux pour la préservation du ciel étoilé

Pour accompagner les communes de son territoire dans cette transition, le Parc naturel régional les encourage depuis 2015 à candidater à un label national : le label « Villes et Villages étoilés ». Créé en 2009 par l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ANPCEN), il vise à récompenser les efforts menés par les communes pour la préservation de la qualité du ciel étoilé, et à les encourager à poursuivre leur démarche. L’amélioration de l’éclairage public fait ainsi partie des critères pouvant aboutir à l’obtention du label. Un concours est organisé chaque année par l’association qui le décerne aux communes, selon un système de notation par étoiles allant de 1 à 5, suivant un gradient croissant de qualité. Suite à la dernière édition de 2021, 12 villes et villages du Parc en sont pourvus.

Figure 4 : La communes du Parc naturel régional des Landes de Gascogne labellisées “Villes et Villages étoilés” (2021). Réalisation personnelle d’après les données de l’ANPCEN

Le label vient ainsi distinguer l’habillage de lumière de ces communes, où la luminosité artificielle cède le pas à la luminosité naturelle. L’obtention du sésame permet également l’affichage d’un panneau spécifique à l’entrée des villes, signalisation témoignant de l’entrée dans un territoire d’exception. A l’instar des « Villes et villages fleuris », il vise à mettre en avant les spécificités de la commune, et donc à en faire un critère de distinction. Les paysages d’entrée de ville, souffrant de la banalisation comme de la standardisation, peuvent ainsi se démarquer par l’apposition d’une image de marque.

Figure 5 : Le label « Villes et Villages étoilés » de la commune de Sore (Landes)
Source : Louis Voisin, 4 novembre 2021

Améliorer l’éclairage public dans les villes ne constitue cependant qu’un point de départ pour le Parc naturel régional. En effet, à partir de 2018, il s’est lancé dans une procédure pour candidater au label « Réserve Internationale de Ciel Étoilé » (RICE). Créé et décerné par l’International Dark-Sky Association, il récompense des territoires ayant mis en place une politique de lutte contre la pollution lumineuse et où la qualité de la nuit est exceptionnelle. Il s’agit donc d’une labellisation de plus grande échelle, à la fois car elle concerne l’ensemble d’un territoire et plus seulement une commune, mais également parce qu’elle engendre une reconnaissance mondiale. Ce label valoriserait et encouragerait ainsi les actions des communes en leur donnant une dimension et une portée internationales.

Figure 6 : Le projet de Réserve Internationale de Ciel Étoilé (RICE) dans le Parc naturel régional des Landes de Gascogne (2020)
Source : Bureau d’études RESTAURELANuit – Nicolas Bessolaz

Mais pour obtenir une labellisation aussi prestigieuse, les communes du territoire du Parc doivent mettre en œuvre une politique ambitieuse d’amélioration de leur éclairage public. C’est dans cette optique que des élus du PNR se sont rendus à la fin de l’année 2020 dans la métropole bordelaise, afin de découvrir les dispositifs qui y sont mis en œuvre pour lutter contre la pollution lumineuse. De grandes aires urbaines peuvent ainsi également partager leur expérience dans ce domaine, et inspirer des communes plus modestes, montrant que cette dynamique ne concerne pas que les villes les moins urbanisées.            La lutte contre la pollution lumineuse n’est cependant pas exempte de controverses, notamment en raison des questions que laisse planer l’extinction de l’éclairage public sur la sécurité. L’aménagement urbain est le fruit d’un compromis entre des injonctions parfois contradictoires, mais également le résultat des discussions et des échanges sur ces sujets de société. Instrument de protection de l’environnement d’échelle infra-régionale, le Parc naturel régional des Landes de Gascogne peut alors accompagner les communes de son territoire, qu’elles soient des villes ou des villages, afin de les aider à trouver un équilibre dans leur habillage d’ombres et de lumières.

Bibliographie indicative :

  • BOURGEOIS Nicolas, CHARLIER Bruno, « « Half the park is after dark » – Les parcs et réserves de ciel étoilé : nouveaux concepts et outils de patrimonialisation de la nature », L’Espace géographique, n° 42, 2013/3, pp. 200-212.
  • BOVET-PAVY Agnès, Lumières sur la ville – Une histoire de l’éclairage public urbain, Strasbourg : Arte Éditions, 2018.
  • CHALLEAT Samuel, Sauver la nuit – Comment l’obscurité disparaît, ce que sa disparition fait au vivant, et comment la reconquérir, Paris : Premier Parallèle, 2019.
  • DELEUIL Jean-Michel (dir.), Éclairer la ville autrement – Innovations et expérimentations en éclairage public, Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009.
  • MILIAN Johan, « Du ciel étoilé à l’environnement nocturne, l’émergence d’un nouveau front de protection de la nature », CADORET Anne, LASLAZ Lionel (dir.), MILIAN Johan, Atlas des espaces protégés en France – Des territoires en partage ?, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 2020, pp. 96-97.
  • MOSSER Sophie, « Éclairage et sécurité en ville : l’état des savoirs », Déviance et Société, n° 31,  2007/1, pp. 77-100.
  • Voir aussi le site du Parc naturel régional des Landes de Gascogne : https://www.parc-landes-de-gascogne.fr/.

L’auteur :

VOISIN Louis est étudiant en deuxième année du Master Histoire des Mondes Modernes et Contemporains (HMMC), au sein du parcours Développement, Innovation, Environnement (DIE) (2021-2022). Il réalise un mémoire de recherche intitulé « La trajectoire et le rôle du Parc naturel régional des Landes de Gascogne dans les politiques de protection de l’environnement depuis la fin des années 1960 », sous la direction de Christophe Bouneau. Il cherche ainsi à analyser la manière dont ce Parc a progressivement intégré les questions environnementales dans ses actions, s’appuyant sur son ancrage local pour mener une politique de proximité sur son territoire avec ses habitants.

Le Light painting : illuminer la ville le temps d’une projection

Figure 1: Philippe Echaroux projette ses visages d’indiens dans le jardin du Quai Branly Source: France télévision  https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/street-art/les-indiens-de-philippe-echaroux-projetes-sur-les-arbres-du-musee-du-quai-branly_4135177.html

Le street art est un mouvement artistique contemporain ainsi qu’un mode d’expression visant à sublimer l’espace urbain d’une manière éphémère. Au regard du light painting, c’est un art qui s’inspire d’innovations pour créer, revendiquer et surprendre les populations.

            Utilisé par Man Ray en 1937 ou Picasso et Gjon Mili en 1949, le light painting est une technique de photographie consistant à déplacer une source lumineuse lors d’une longue exposition. En modelant la lumière dans un état temporel éphémère, le light painting vise à illuminer l’espace urbain le temps d’une projection. Cette technique particulièrement moderne est très utilisée par l’artiste marseillais Philippe Echaroux.

Figure 2 : Light Painting Pablo Picasso Source : https://www.journal-du-design.fr/art/light-drawings-de-pablo-picasso-27863/

Qui est Philippe Echaroux ?

Philippe Echaroux a un parcours assez atypique puisqu’il n’a reçu aucune formation en photographie. En 2008, lors d’un séjour sportif dans les Landes alors qu’il a 18 ans, il se découvre une passion pour les appareils photo. La même année, il est Lauréat du Concours International de la Photographie Dior et du Concours National FNAC.  Par la suite, il s’occupe de l’image d’Adidas en 2010 et de Samsung en 2013.

            Durant cette période, il gagne en notoriété en éclairant les nuits marseillaises à travers des œuvres lumineuses. L’une des projections les plus importantes de sa carrière est sûrement celle du portrait de Zinedine Zidane sur la Corniche à Marseille, puisqu’elle lui permet d’avoir une grande visibilité à travers les journaux nationaux. 

Figure 3 : Projection du portrait de Zinedine Zidane Source:  madeinmarseille https://madeinmarseille.net/874-marseille-photographe-street-art-philippe-echaroux/

En 2014, alors qu’il commence à être reconnu dans le monde du street art, Philippe Echaroux invente le concept de street art 2.0 à travers son exposition “Painting with lights” basée sur la technique du light painting : il utilise la technologie moderne au service du street art. “En fait, ma peinture, mon médium, c’est la lumière”, affirme-t-il ainsi. 

Un artiste engagé 

Depuis ces dix dernières années, Philippe Echaroux milite pour un street art qui ne laisse aucune trace derrière lui.  Ainsi, il affiche ses œuvres au mur à l’aide de Patafix ou projette des images qui disparaissent une fois le projecteur éteint. C’est une façon pour lui de ne pas dégrader l’espace urbain tout en attirant beaucoup plus l’attention des passants avec le caractère éphémère et singulier de ses œuvres. Cet artiste très engagé définit le street art comme « L’art le plus social, qui touche Monsieur Tout-le-Monde. ».  En effet, à travers son projet Dans la mémoire du Monde, il projette des visages d’Indiens Surui sur des arbres à New York ou encore à Paris. Ce projet a pour objectif de mettre la lumière sur le combat de ce peuple autochtone du Brésil contre la déforestation.  C’est un projet de grande ampleur avec une volonté de sensibiliser sur l’urgence écologique de l’Amazonie, mis en péril par l’avidité de l’homme. “En Amazonie, j’ai photographié les visages de membres de la tribu Surui pour ensuite les projeter sur les arbres de la forêt primaire. Il m’a fallu deux années pour monter ce projet qui me tenait particulièrement à cœur. Sur place, la réalisation a duré sept jours, tout compris. C’est cela le 2.0, la capacité à faire aussi rapidement quelque chose de cette envergure. » 

Figure 4 : Visage d’indien de Philippe Echaroux projeté à New-York , Source France télévision : https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/street-art/les-indiens-de-philippe-echaroux-projetes-sur-les-arbres-du-musee-du-quai-branly_4135177.html

Ces représentations de la tribu Surui dans les arbres cherchent à dégager une idée : “Quand tu abats un arbre, c’est comme si tu abattais un homme.”  Le fait de les projeter dans des villes permet de sensibiliser un maximum de personnes. Ainsi, les villes deviennent des espaces de sensibilisation et d’information pour la population.

Des lumières pour changer la société

En octobre 2017, Philippe Echaroux présente un nouveau projet dans la ville de Los Angeles : AfterTheDream. L’objectif : sensibiliser les jeunes générations au respect de l’environnement en projetant des portraits d’habitants sur des déchets récoltés dans la ville.  Ce projet est d’une assez grande ampleur puisqu’il a en parallèle ouvert un site internet où l’on peut y publier nos propres œuvres d’art grâce aux déchets récoltés. Il a choisi de faire ce projet à Los Angeles car c’est la ville des stars, c’est une ville qui fait rêver. Ainsi, il est plus facile de faire passer son message et de sensibiliser. “Quand on dit qu’on va à Los Angeles, on pense directement au soleil, à la plage, ça vend du rêve alors qu’il y a des déchets partout. Je voulais jouer sur les clichés.”

Figure 5 : Philippe Echaroux AfterTheDream Los Angeles  Source : madeinmarseille https://madeinmarseille.net/31040-philippe-echaroux-after-dream-photo/

L’utilisation de projections de lumières dans les villes permet parfois de contraster avec le côté fade et sombre de l’environnement urbain. A travers ses œuvres lumineuses, Philippe Echaroux sensibilise et interroge les passants autour d’enjeux majeurs de notre société. En ce sens, il participe même à la Biennale de la Havane en 2015. C’est un symbole de réussite pour Philippe Echaroux puisque la Biennale est l’une des plus importantes manifestations artistiques contemporaines. 

Figure 6 : Projection de Philippe Echaroux à la  Biennale de la Havane Source : https://anotherwhiskyformisterbukowski.com/2015/06/05/painting-with-lights-la-havane/

 Ainsi, la ville, sous le feu des projecteurs, devient l’espace d’un instant porteur de messages engagés et environnementaux. 

Bibliographie indicative :

L’auteur :

PRUDHOMME Mehdi est étudiant en Master 2 Développement, Innovation et Environnement à l’université Bordeaux Montaigne (2020-2021), sous la direction du Pr. Bouneau. Son sujet porte sur le rôle multiforme de l’innovation dans l’économie du rap en France depuis 1980.