Archives par mot-clé : Art

Entre la salle de projection et la télévision, retour sur la pratique du théâtre urbain sous la lumière des étoiles : le cinéma de plein air.

Figure 1  : Séance de cinéma en plein air au parc de la Villette à Paris (Alain Goustard, www.telerama.fr)

La pratique du cinéma en plein air, souvent représentée comme un véritable mode de consommation populaire à grande échelle dans les productions cinématographiques américaines est un lieu de partage unique en son genre qui est très largement illustré dans son imaginaire collectif par le fait de s’installer sur un parking, à l’intérieur de sa voiture afin d’assister à la projection d’un film nommé le drive-in.  Fondée au début des années 1900, cette activité connaît son apogée dans les années 50-60 avant de tomber dans la désuétude à partir des années 80. Cependant elle est de nos jours une façon d’apprécier le 7ème art qui revient sur le devant de la scène du fait de la pandémie de Covid. S’il s’agit le plus souvent de par sa nature d’une installation éphémère dans les centres villes et les banlieues en période estivale, le cinéma de plein air fait partie intégrante de l’habillage urbain à l’échelle internationale. Plongeons-nous donc dans l’histoire de ce cinéma sous les étoiles. 

Naissance et trajectoire du cinéma de plein air 

Avec l’invention du cinématographe (dont le terme de cinéma est dérivé) par les frères Lumière en 1895, il ne faut pas plus d’une quinzaine d’années pour observer l’apparition des premiers cinéma itinérants qui pratiquent le système de la projection en plein air. Le plus vieux d’entre eux se trouve en Australie occidentale dans la ville de Broome, le Sun Pictures Theater, qui ouvre ses portes en 1916.  

Figure 2 : Photographie de la cour de projection plein air du Sun Pictures Theater à Broome, Australie. (www.monnuage.fr)

En ce qui concerne la pratique du drive-in, le premier cinéma de cet acabit est fondé en 1933 à Camden dans le New-Jersey. Son inventeur, Richard Hollingshead fait le pari de combiner deux industries importantes pour les Américains de l’époque, qui sont le cinéma et l’automobile. Ce mode de consommation cinématographique connaît son apogée entre 1954 et 1965 aux États-Unis ou l’on ne dénombre pas moins de 4000 écrans (contre une centaine dans les années 30-40) sur le territoire nord-américain, ce qui représente environ 25% des recettes de l’industrie du film durant cette période. En Europe, il faut attendre 1960 pour voir l’arrivée d’un drive-in, appelé Autokinos en allemand, dans la ville de Gravenbruch à coté de Francfort. D’autres pays comme la France se lancent dans cette exploitation en 1967 avec une première expérience dans la commune de La Farlède dans le Var, suivie d’autres initiatives comme l’installation d’un drive-in aux halles de Rungis en 1970. 

Figure 3 : Parking du cinéma de plein air de Gravenbruch en Allemagne (www.yelp.com)

Nonobstant ce succès notable jusque dans les années 70, ce mode de consommation connaît un très net déclin en cette fin de XXsiècle : aux États-Unis, en 1994, le cinéma en plein air est réduit à 837 espaces de projection, soit une diminution de plus de 75% par comparaison au moment de son apogée. 

Le cinéma de plein air ou les travaux d’aménagement dédiés à la création d’un espace de projection dans un milieu naturel

Du fait de la nature propre aux cinémas de plein air qui impliquent la privatisation d’un espace naturel pour accueillir les spectateurs lors des projections, la question de l’emplacement devient très vite un enjeu majeur. En effet, la superficie moyenne d’un autotheater est comprise entre cinq à dix hectares en moyenne. Étant donné le besoin d’une surface plutôt conséquente, il est compliqué pour les centres-villes des métropoles américaines de remplir cet impératif. Il faut attendre la fin du second conflit mondial pour voir apparaître aux États-Unis une politique d’extension et de développement des banlieues à l’échelle nationale pour permettre à ces cinémas de pouvoir s’installer. Dès lors, on observe dans ces banlieues la création d’espaces dédiés nommés les theatre parks : l’écran de cinéma est monté sur des échafaudages, le lieu de projection est équipé d’une cafétaria pour permettre aux spectateurs de pouvoir se restaurer durant le film, d’un service de garderie avec des terrains de jeux sont mis à disposition pour les enfants et les plus grands d’entre eux sont équipés de laveries automatiques, de minigolfs et de piscines. 

Figure 4 : Minigolf du Galaxy Drive-In Theatre Park dans la ville d’Ennis au Texas (http://golf-master-tips.blogspot.com)

Cette perspective d’habillage des banlieues par des cinémas de plein air ouvre la voie à toute une série d’innovations visant à optimiser l’espace requis par ces derniers pour pouvoir également les intégrer dans les centres villes. La plus notable d’entre elles apparaît au début des années 90 avec la création des airscreens. Ces écrans gonflables reposent sur une structure en PVC, ce qui permet à la fois une économie de la place nécessaire pour l’installation mais également une facilité pour le montage/démontage de ces derniers. La mode de ce type de cinéma connaît un succès populaire mondial et de nombreux pays à partir des années 60 intègrent au sein des projets d’urbanisme un emplacement réservé aux drive-in comme en Italie, au Danemark et en Allemagne pour l’Europe, mais également dans des pays comme le Japon par l’intermédiaire de la société Shochiku, qui a construit huit emplacements dédiés depuis les années 80, dont trois à Tokyo. Cependant, avec le déclin de cette pratique au fil du temps, les espaces consacrés à ces projections ont peu à peu fait l’objet de rachats par les promoteurs immobiliers afin de construire de nouveaux logements. 

Une pratique oubliée dans nos sociétés contemporaines ? 

De nos jours, le salut de ces lieux de projections tombés en désuétude est dû tragiquement à la pandémie mondiale du Coronavirus. Précisément, la fermeture des salles de cinéma traditionnelles à cause du confinement a poussé certains exploitants à recourir à la réutilisation du drive-in comme c’est le cas en Allemagne au parc des expositions de la ville d’Offenbourg. 

Figure 5 : Une famille allemande dans le drive-in d’Offenbourg en Allemagne en 2020 pendant le confinement (D.Meneu/France Télévisions)

En France, c’est le choix qu’a fait la commune de Quiberon dans le Morbihan en utilisant son aérodrome comme lieu de projection à ciel ouvert durant l’année 2020 en partenariat avec le cinéma local « Le Paradis » afin de trouver une alternative à la fermeture des salles de cinéma conventionnelles. 

Présentement, la place du cinéma de plein air dans les milieux urbains retrouve ses lettres de noblesse pendant les périodes estivales. L’arrivée des beaux jours encourage les initiatives autour des projections en plein air, comme le montre l’exemple de l’IBOAT situé à Bordeaux qui, en 2021, a organisé tous les mercredi soirs des séances de cinéma entre le 7 juillet et le 25 août dans lesquelles les spectateurs sont installés dans des transats. Ces propositions culturelles viennent donc s’intégrer le temps d’une courte période au sein des villes et dans les milieux urbains via l’installation d’un écran de projection qui modifie temporairement l’aménagement des centres et magnifie ces derniers en les érigeant au statut de théâtres sous la lumière des étoiles. 

Figure 6 : Projection d’un film en plein air au parc de la Villette de Paris à l’été 2021 (https://www.sortiraparis.com) 

Indications bibliographiques :

  • BORDAT, Francis (dir. ), ETCHEVERRY, Michel, Cent ans d’aller au cinéma : Le spectacle cinématographique aux  États-Unis, 1886-1995, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995. P.103 à 109. 
  • AIRSCREEN, « Histoire du cinéma de plein-air », Le monde du cinéma en plein air et du drive-in-cinéma, consulté le 14 novembre 2021, Histoire du cinéma en plein air – AIRSCREEN 
  • LAPERRUQUE, Nicolas, « Histoire du Drive-In, le cinéma en voiture », Histo-Auto, 25 mai 2020, consulté le 11 novembre 2021, https://www.histo-auto.com/fr/actualite/673/histoire-du-drive-in-le-cinema-en-voiture
  • BORDEAUX TENDANCES, « Bordeaux : cinéma en plein air tout l’été à l’IBOAT », Bordeaux Tendances, 15 juillet 2021, consulté le 14 novembre 2021, Bordeaux : cinéma en plein air tout l’été à l’IBOAT – Bordeaux Tendances
  • HOFFMANN, Jane, « Cinéma en plein air. Le drive-in très tendance à l’heure du Covid-19 », We culte ! Le Mag Culture, 26 juillet 2020, consulté le 13 novembre 2021, https://www.weculte.com/featured/cinema-en-plein-air-le-drive-in-tres-tendance-a-lheure-du-covid-19/

L’auteur :

Josselin LORITANO est étudiant en master 2 Développement, Innovation et Environnement (DIE, 2021-22). Son sujet de mémoire porte sur « La montée en expertise historique dans le domaine du jeu vidéo », sous la direction de M. Nicolas Patin. Ce projet s’articule autour de la place et du rôle des consultants historiques employés par les studios de développement de jeu vidéo afin de comprendre leurs travaux au sein des productions vidéoludiques traitant du passé. 

VIGNE, VIN ET MASCARONS

Fortune locale d’un motif décoratif dans le Bordeaux du XVIIIe siècle

Quand les masques se démasquent, la pierre devient chair ! C’est au détour d’une balade en centre-ville que vous aurez le plus de chance de faire la connaissance des mascarons, ce peuple de pierre assimilé au paysage urbain bordelais. Certains en font des héritiers de l’Antiquité, époque où les visages sculptés abondaient et servaient de décor à la vie quotidienne. D’autres y voient la continuité de l’univers chimérique médiéval, de ses gargouilles et têtes grotesques aux faciès grimaçants. S’il est possible de relier l’étymologie du terme mascaron à l’arabe mascara qui signifie bouffonnerie, c’est en Italie, à la Renaissance, que la notoriété du mascaron dit mascherone commence à s’affirmer. L’apparition discrète de ces motifs décoratifs et symboliques sur la rive gauche de la Garonne au XVIe siècle tranche avec le véritable engouement qui va suivre. Aujourd’hui, Bordeaux est une des villes qui possède le plus de mascarons en France avec environ 3 000 exemplaires recensés.  

Le mascaron, une figure emblématique du Grand Siècle bordelais ?

Les mascarons définis en 1691 par Charles d’Aviler comme « une tête chargée ou ridicule, faites à fantaisie, comme une grimace, qu’on met aux portes » poussent à scruter plus attentivement les façades bordelaises. En effet, ils trouvent leur place tantôt le long d’une corniche, sur un linteau, le fronton d’une entrée ou d’une fenêtre décorant les maisons nobles ou bourgeoises ainsi que les bâtiments publics. Bordeaux est intimement lié à son arrière-pays et aux activités vitivinicoles qui y sont pratiquées. Il n’est donc pas rare de trouver des mascarons se référant au monde du vin.

La culture de la vigne, production d’abord rurale s’imprime dans le paysage urbain en se servant entre autres des mascarons comme marqueurs. Ces motifs décoratifs concourent à forger l’identité viticole et culturelle de Bordeaux tout en apportant une plus-value à la fois symbolique mais aussi matérielle. Ces témoignages du passé contribuent au charme de la ville, ils égayent les avenues tout en offrant encore de nos jours un divertissement aux passants. Au XVIIIe siècle, les visages de pierre se répandent partout. C’est une mode qui tend à s’imposer comme un ingrédient à part entière du classicisme français. Le modèle canonique du mascaron est codifié par l’architecte Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), adapté et enrichi à Bordeaux par son neveu Jacques Gabriel (1667-1742). Même si elles fleurissent en nombre depuis les rues de la vieille ville jusqu’aux quais des Chartrons, ces créatures ont aussi leurs détracteurs. L’architecte François Blondel vers 1750 les réduit à « une multitude de décors dont les hommes sans doctrine surchargent leurs productions ». Le mascaron endosse alors, peut-être malgré lui, un rôle important dans l’éternel débat autour de l’ornement qui a lieu tout au long de l’époque classique. 

Quand la vigne imprime la ville : itinéraire à la frontière entre art et terroir

D’après un mémoire du sculpteur Jacques Verbeckt (1704-1771), les mascarons doivent représenter des « testes de diverses divinités ». En effet, au sein du peuple de pierre se trouve une sur-représentation d’allégories mythologiques à l’image des portraits de Bacchus (fig. 1. Bacchus 56 rue du Mirail). Lorsqu’il s’agit de mascarons en lien avec l’univers vitivinicole, ce sont presque systématiquement des représentations du dieu du vin, de l’ivresse et de la fête qui s’offrent à nous (fig. 2. Deux Bacchus place de la Bourse à l’angle de la rue Saint-Rémi réalisés par Claude Francin). Les références mythologiques donnent leur dimension symbolique aux visages sculptés. Pareillement à n’importe quelle divinité, on prête à Bacchus toute sorte d’apparence physique selon le goût de l’artiste ou de son mécène. Par conséquent, comme le précise l’historien de l’art Jacques Sargos « la signification d’une figure ne se déchiffre qu’en rapport avec les accessoires sculptés sur son cartouche ». Ainsi, la distinction de Bacchus se fait à l’aide de la couronne de pampres de vignes qu’il arbore, parfois parsemée de grappes de raisins et dans certains cas, de cornes d’abondance ainsi que du thyrse qu’il a en main.

Doit-on pour autant considérer que la présence de mascarons représentant Bacchus et de motifs décoratifs en lien avec la vigne et le vin, signalent obligatoirement la demeure d’un négociant en vins ? Si la réponse est parfois sans équivoque (fig. 3. Maison d’un négociant 20 Rue de la Fusterie) où nous pouvons observer la représentation de barriques, d’un tastevin ainsi que des pampres, ce n’est pas une règle établie.  

Fig. 3.  Maison d’un négociant 20 Rue de la Fusterie fin XVIIIe siècle. Crédit : Franck Bourguet

Les marchands et négociants privilégient parfois d’autres motifs comme des allégories de Neptune dieu de la mer, de Mercure dieu du commerce et patron des voyageurs en y ajoutant çà et là des bourses débordant d’écus pour montrer toute l’étendue de leur réussite. 

Néanmoins, l’empreinte du vignoble bordelais en ville reste très importante et des ornements ayant une fonction purement esthétique, sans symbolique particulière mis à part le renvoi au terroir viticole sont présents. En effet, les motifs représentant des grappes de raisins sculptées sur la pierre parsèment de nombreuses façades (fig. 4. 26 Allées de Tourny). Outre le côté esthétique et les renvois à des références mythologiques, la présence de mascarons et de décors en frontispice permet une distinction sociale. L’appel à des architectes et des ouvriers spécialisés est une entreprise onéreuse qui n’est pas accessible à toutes les bourses. Si le mascaron peut évoquer la réussite et la prospérité, il semble qu’on puisse également lui imputer une dimension politique. Celle-ci est incarnée par la présence de rappels au monde vitivinicole sur les chantiers d’envergure décidés par les différents intendants qui se sont succédés. Chacun a voulu à sa manière laisser son empreinte sur la ville par des aménagements urbains. On retrouve alors des mascarons de Bacchus surmontés de grappes de raisins sur la place de la Bourse, commandée par Boucher pour accueillir une statue équestre de Louis XIV, ou sur les allées de Tourny aménagées selon les projets d’un intendant du même nom. Cela démontre, s’il en était encore besoin, la marque très importante de la vigne et du vin sur la ville outrepassant même la fonction simplement culturelle et symbolique pour tendre vers le politique.

De la profusion à la préservation, le peuple de pierre face à sa postérité

Bordeaux regorge d’un riche patrimoine au sein duquel les références à la vigne et au vin, mises en exergue par les travaux de l’historien de l’art Jacques Zacharie, sont nombreuses et les mascarons y figurent en bonne place : « ouvrez les yeux, le vin se voit ».  Ces représentations sont le socle vivant de témoignages du passé arrachés à la pierre et incorporés à la vie quotidienne. Gardons toutefois à l’esprit que les mascarons n’ont d’humain que l’apparence, ils savent aussi mourir. Le calcaire poreux, support tendre souvent plébiscité par les outils du sculpteur, subit de plein fouet les stigmates du temps se posant ainsi en ennemi de la pérennité. Hormis d’anonymes dégradations, certains visages ont été absorbés, dissous par la ville et ses métamorphoses incessantes. Au sortir du XVIIIe siècle, la rigueur néoclassique ostracise peu à peu ce peuple de pierre sous prétexte qu’il ne ne répond pas aux canons artistiques du courant dominant. Malgré une résurrection dans la seconde moitié du XIXe siècle, à la faveur d’une bourgeoisie marchande nostalgique du siècle d’or bordelais, (fig. 5 Château Descas 3 Quai de la Paludate) la « folie du mascaron » fut définitivement emportée, à l’ombre des édifices de béton, par la modernité.  

Bibliographie indicative :

  • DAMESTOY Jean, Mascarons. Bordeaux du XVIe au XVIIIe siècle. Bordeaux, Mollat,1997.
  • FIGEAC-MONTHUS Marguerite, LACHAUD Stéphanie. Ville & Vin en France et en Europe du XVe siècle à nos jours. La Crèche, La Geste, 2021.
  • ROSENBERG Jean-Louis, Mascarons de Bordeaux. Les veilleurs de pierres. Pau, Édition Cairn, 2008.
  • SARGOS Jacques, Bordeaux, Chef-d’œuvre classique. Bordeaux, L’horizon chimérique, 2009.

L’auteur :

BOURGUET Franck est fils de viticulteur, étudiant à l’université Bordeaux Montaigne en Master 2 d’Histoire moderne et contemporaine, parcours Développement, Innovation et Environnement (2021 – 2022). Sous la direction de Stéphanie LACHAUD, il réalise actuellement un mémoire sur « Le Clairacais viticole au XVIIIe siècle ». État des lieux de ses recherches en cours dans le Carnet Hypothèse LIQUOREUX D’AQUITAINE. Développement, patrimoine et réputation des vins blancs doux et liquoreux : « À la recherche des vins blancs doux disparus de Clairac en Agenais ». https://liquoreux.hypotheses.org/354.   

La Biennale de Venise, quand l’art contemporain se greffe au paysage urbain.

Venise n’est pas qu’un objet touristique : elle ne se réduit pas à ses palais majestueux, à ses gondoliers qui promènent les touristes au rythme de leurs chants traditionnels, ou encore à ses hôtels hors de prix. Elle est aussi mondialement célèbre pour la Biennale, qui s’y tient chaque année. Ainsi, même si le tourisme est sans conteste son pilier économique, la ville rayonne également dans le monde de la culture. Annulée l’an dernier en raison de la pandémie mondiale, l’édition 2021 a nourri de grands espoirs pour la fondation italienne d’art, qui compte en moyenne plus de 500 000 visiteurs par an. Hélas, la ville peine à retrouver ses touristes. 

Mais qu’est-ce que la Biennale ?

La Biennale di Venezia est en fait le nom d’une fondation italienne, créée en 1893, et dont la première édition s’est déroulée en 1895. Celle-ci organise des manifestations d’art contemporain depuis la fin du XIXe siècle, mais propose également, depuis les années 1930, de la musique, de la danse, du théâtre, du cinéma, et de l’architecture. Elle se retrouve dans le Giardini, l’Arsenale et le Lido où se tient le prestigieux festival de cinéma de la Mostra de Venise. En 1980, se tenait la première Exposition Internationale d’Architecture.

D’abord désignée comme l’« Exposition Internationale d’Art de la Cité de Venise », c’est à l’occasion de sa deuxième édition, en 1897, qu’elle prit le nom de Biennale

Aussi variées que soient ses manifestations, nous nous intéresserons uniquement à l’exposition d’art contemporain, et notamment à l’Esposizione internazionale d’arte di Venezia ainsi qu’à l’Exposition Internationale d’Architecture de Venise, qui ont lieu tous les deux ans, car ce sont celles qui impactent le plus le paysage urbain vénitien. 

Quand l’art contemporain prend possession de la ville 

Biennale 2014, sculpture de Heinz Mack, île de San Giorgio Maggiore. Symbolise l’importance de la colonne dans l’histoire de l’architecture. 
Source : https://www.dezeen.com/2014/06/24/the-sky-over-nine-columns-venice-installation-heinz-mack/

En se promenant dans les rues de Venise, il est possible d’être surpris en voyant apparaître sur son chemin une main géante tout droit sortie de la lagune, ou encore de se trouver nez à nez avec une sculpture géante de cheval. Cela a de quoi surprendre, et contraste fortement avec l’architecture historique de la ville, composée de vieux palais et de vieilles maisons de briques. Il se créé comme un mélange d’époques, entre l’atmosphère séculaire vénitienne et la modernité des œuvres d’art disposées un peu partout. La Biennale s’approprie la ville et la redessine à sa guise, que ce soit à l’extérieur comme à l’intérieur des palais. La Biennale peut ainsi également remplir un rôle touristique, et s’apparenter à une nouvelle façon d’arpenter la ville. 

Les œuvres d’art, qu’elles plaisent ou non, revisitent les palais en leur conférant une nouvelle dimension artistique, voire politique, lorsqu’elles font passer un message. Ce fut le cas lors de l’édition 2015, lorsque Vik Muniz dénonça la tragédie des naufrages des migrants avec son œuvre « Lampedusa » : une barque de 15 mètres de long, imitant un bateau en papier, et recouverte de l’édition du journal vénitien La nuova Venezia, paru le lendemain de la tragédie maritime d’octobre 2013, qui titrait « Migranti, centinaia di morti ». Cette barque de papier, évoquant la fragilité des embarcations utilisées par les migrants pour traverser, voulait sensibiliser l’opinion publique en voguant sur les canaux vénitiens.

Biennale 2015, barque “Lampedusa” de Vik Muniz, un exemple de Biennale politique.
Source: http://vikmuniz.net/news/lampedusa-at-the-56th-venice-biennale
 

Faire apparaître des problématiques contemporaines par le biais de l’art

Biennale 2019, sculpture “Construire des ponts”, de Lorenzo Quinn.
Source: photo personnelle de l’auteur. 

Plus qu’une simple manifestation artistique, la Biennale de Venise porte aussi un regard sur le monde actuel. Ainsi la 17eédition d’architecture s’intitulait « Comment vivrons-nous ensemble ? », faisant écho à la pandémie mondiale de 2019. Cela s’inscrit dans les problématiques actuelles tournées vers le développement durable et la conscience écologique, au cœur des préoccupations. Par exemple, par l’utilisation de matériaux durables, comme le bois, il s’agit de montrer comment d’autres communautés utilisent l’architecture et la transforment pour vivre confortablement ensemble. 

Pour l’édition de 2017, l’artiste italien Lorenzo Quinn avait réalisé une sculpture de mains géantes, s’agrippant à un bâtiment historique de Venise, afin d’alerter sur la montée des eaux, qui menace la ville un peu plus chaque année, les mains soutenant symboliquement le « Ca’ Sagredo Hotel ». Lors de l’édition suivante, en 2019, il avait également exposé une série de mains géantes liées, au dessus d’un canal de l’Arsenale, pour représenter la construction des ponts, très nombreux dans la cité des doges. Cette fois-ci, le message rendait hommage aux bâtisseurs de la ville de Venise.

            La Biennale, grâce aux œuvres d’artistes internationaux, est un exemple fort de la transformation du paysage urbain par l’art. Son succès et sa renommée internationale ne sont plus à démontrer, et à chaque nouvelle édition, elle propose une nouvelle façon d’habiller la Sérénissime. Cette question d’habillage de la ville par l’art contemporain appelle à évoquer les paquebots de croisière, qui eux aussi modifient le paysage de Venise. En effet, depuis des années, ces immenses navires, trop gros pour le Grand-Canal, font partie du décor vénitien, au grand dam des habitants locaux, qui craignent pour la sécurité de l’écosystème de leur cité. Un mouvement, le Comitato No Grandi Navi, se bat pour bannir ces navires de Venise. Cela s’inscrit dans la lutte contre le tourisme de masse, pour protéger la ville. Cette lutte s’est réaffirmée après le déconfinement, et vise notamment, en plus d’interdire les navires de croisière dans la lagune, à maîtriser les flux touristiques en instaurant des jauges et à réguler les locations saisonnières, ce qui est paradoxal car Venise vit principalement du tourisme. Cependant, la ville voit de plus en plus sa population locale diminuer à cause du tourisme, effectivement beaucoup d’habitants partent vivre à Mestre ou sur le Lido, où la vie est plus calme et moins chère, une façon de montrer que trop de tourisme tue le tourisme.

Paquebot Queen Victoria, un exemple du problème des gros navires à Venise.
Source: photo personnelle de l’auteur, 2017. 

Bibliographie indicative :

L’auteur :

Nathan Esquié est étudiant en deuxième année de Master d’Histoire moderne et contemporaine, à l’Université Bordeaux Montaigne, dans le parcours Développement, Innovation et Environnement. Son mémoire porte sur l’économie du crime organisé à Chicago durant la prohibition à travers le film de gangsters, sous la direction du Pr. Christophe Bouneau.