Archives par mot-clé : Berlin

Habiller la ville afin de la dévoiler ?

Christo et Jeanne-Claude, deux artistes pour un même projet

Christo Vladimirov Javacheff et Jeanne-Claude Denat de Guillebon sont nés le 13 juin 1935, le premier en Bulgarie à Gabrovo, la seconde au Maroc à Casablanca. 

Photographie du couple. Source : Site internet de France Inter

Christo réalise entre 1953 et 1956 des études aux Beaux-Arts de Sofia et après s’être essayé quelques fois en tant que jeune diplômé d’art, il décide de rejoindre un des noyaux emblématiques du domaine artistique, la ville de Paris en 1958. Cette même année, Jeanne-Claude, présente aussi à Paris, découvre son travail et leur collaboration artistique prend vie. L’année 1958 marque ainsi le début de l’ère artistique de « Christo et Jeanne-Claude ». C’est en 1959 que leur idylle est officialisée après la séparation de Jeanne-Claude avec son premier mari. 

Leurs œuvres se caractérisent par plusieurs aspects. Pour commencer, ils pratiquent l’empaquetage car ils « voilent pour dévoiler ». En outre, leurs œuvres prennent vie dans l’espace public. Et enfin, elles se caractérisent par leur caractère éphémère. Après avoir signé toutes leurs œuvres du nom unique de Christo, ils décident en 1994 d’ajouter le prénom de Jeanne-Claude afin de bien figurer que l’ensemble de leurs œuvres est le fruit d’une co-création, d’une collaboration artistique. 

On leur doit de nombreuses réalisations comme la Wrapped Coast en Australie, recouvrant 92 000 m2 de la côte australienne en 1968 et 1969. En 1983, ce sont onze îles de Floride qui sont entourées de tissu flottant rose. On pense aussi à The Floating Piersen, en Italie qui permit aux visiteurs de marcher sur l’eau pendant deux ans grâce au tissu flottant ou plus récemment en 2016 à cette œuvre sur la Tamise à Londres comprenant 7 506 barils empilés sur une plate-forme flottante. 

Du Rideau de fer à l’Arc de Triomphe en passant par le Reichstag : œuvrer au cœur de l’espace public

Trois œuvres sont emblématiques de l’œuvre artistique du couple Christo et Jeanne-Claude.

Le Rideau de fer. Source : Google Images

La première à occuper l’espace public fut celle du Rideau de fer en 1962. Elle prit place rue Visconti à Paris pendant huit heures. Elle regroupe des dizaines de barils empilés visant à représenter dans Paris la sensation de ce Rideau de fer coupant en deux une ville au lendemain de la construction du Mur de Berlin (13 août 1961). Cette œuvre, bien qu’artistique, laisse transparaître un message politique, que l’on retrouve dans nombre de leurs autres réalisations. En effet, Christo et Jeanne-Claude relèvent à chaque fois divers défis, qu’ils soient politiques, techniques, esthétiques ou financiers. Dans le cas du Rideau de fer, les défis politiques, techniques et esthétiques furent ceux où l’accent a été mis.

Le Reichstag de Berlin recouvert 1971-95. Source : Site internet Le Monde

Ensuite, l’œuvre majeure de leur carrière fut celle de l’Empaquetage du Reichstag de Berlin entre le 24 juin et le 7 juillet 1995. Elle fut un immense succès populaire puisqu’elle a été vue par 5 millions de personnes. Le couple avait cette idée d’empaqueter le Reichstag de Berlin depuis 1971, mais la réalisation de leur œuvre se situe entre la chute du Mur de Berlin la nuit du 9 au 10 novembre 1989, la réunification de l’Allemagne en 1990 et l’inauguration de la rénovation du bâtiment du Parlement allemand en 1999. Ce Reichstag fut créé en 1894 par Otto Von Bismarck avant d’être victime d’un incendie le 27 février 1933, au lendemain de l’arrivée au pouvoir d’Hitler. Il fut aussi divisé en deux durant toute la période du Mur de Berlin. L’œuvre Empaquetage du Reichstag releva différents défis et pour commencer un défi politique, et ce, dès la demande d’accord pour sa réalisation, comme le rappelle Nicolas Patin :

« Le 25 février 1994, la question fut débattue au Bundestag, à Bonn. Christo assistait à la séance, depuis les balcons des spectateurs, et chacun était bien conscient que ce débat inédit – le Parlement discutait d’art ! – faisait déjà partie de l’œuvre en elle-même. » 

Par cette interprétation de l’œuvre de Christo et Jeanne-Claude, leurs mots résonnent davantage, puisque selon eux, « L’œuvre d’art, ce n’est pas le projet, mais le processus »Ils montrent d’autant plus d’intérêt aux défis menant à la réalisation de l’œuvre qu’à la réalisation finale en tant que telle. Une fois arrivés au premier jour où l’œuvre est exposée, le défi selon eux est abouti. 

Ce sont les 15 km de corde et 100 000 m2 de tissus en polypropylène recouvert d’aluminium nécessaires à sa réalisation qui résument le mieux les défis techniques et esthétiques de l’Empaquetage du Reichstag, même si la réalisation de l’échafaudage pour protéger l’édifice n’est pas en reste. Quant au défi financier, il provient du financement lui-même puisque, à l’instar de la majorité de leurs œuvres, il procède essentiellement de leurs propres fonds.

Enfin, la troisième œuvre et la plus récente est édifiée à titre posthume, l’Empaquetage de l’Arc de Triomphe. Pensée par eux, mais réalisée sans eux, elle a pris place dans l’environnement parisien entre le 18 septembre et le 3 octobre 2021. Cette œuvre représente 3000 mètres de corde et 25 000 m2 de tissus. Christo et Jeanne-Claude habillent encore la ville après leur passage. Le couple avait déjà œuvré dans Paris en 1985 en empaquetant le pont Neuf afin de dénoncer la politique d’architecture royale d’embellissement de la ville de Paris sous la monarchie absolue du XVIe siècle sous Henri III. 

Une œuvre urbaine à impact visuel : le rôle de l’œuvre éphémère

En partant du principe que ce qui est temporaire est précieux, chacune de leurs interventions dans l’espace public ne durait que deux semaines tout au plus. Il s’agissait d’un moment festif, parce que ponctuel : « le temps court de la fête » rend l’œuvre spéciale et inédite. Ce qui reste de l’œuvre éphémère, au-delà des souvenirs dans la mémoire collective, ce sont des morceaux de la toile offerts aux visiteurs, tandis que la photographie conserve l’instant sur le temps long. 

Considérant que ce qui nous entoure finit par perdre notre attention, que nous voyons sans regarder et encore moins observer, ces œuvres, qui peuvent à première vue paraître étranges, font passer des messages importants. Ils appellent ce procédé : l’« Opération de dévoilement par le recouvrement »Autrement dit, il s’agit d’habiller la ville pour mieux la regarder !

On peut se demander quelle résonnance une œuvre d’une telle ampleur, en 2021, peut avoir dans l’opinion publique vis-à-vis de l’écologie. En effet, lors de son dévoilement sur l’Arc de Triomphe, de nombreuses réactions dans la presse et dans l’espace public au sujet de l’impact environnemental du tissu ont jailli. Cette œuvre fut aussi critiquée pour la représentation de la société de consommation car elle est constituée d’un tissu créé spécialement pour une œuvre éphémère. En effet, bien que le tissu de l’œuvre ait trouvé une solution pour une seconde vie dans l’usine allemande qui l’a produit, sa production même a un impact écologique. Enfin, les réactions sur les réseaux sociaux sont divergentes. Pour certains, il s’agit d’art absurde, masquant la beauté originale du monument. Pour d’autres, le message diffusé par les artistes est entendu car ils constatent que cette œuvre éphémère permet de poser à nouveau le regard sur le monument.

Quelques avis divergents sur Twitter avec dans la barre de recherche « Arc de Triomphe » et « Christo » au sujet de la perception de l’œuvre dans l’opinion publique.

Bibliographie indicative :

L’auteur :

ROMARY Pauline est étudiante en seconde année de Master Développement Innovation et Environnement (2021-2022) à l’université Bordeaux Montaigne. Son mémoire, sous la codirection de Corinne Marache et de Charles-François Mathis, porte sur « Les pratiques écologiques dans la métropole Bordelaise des années 1980 aux élections municipales de 2020 : la question de la Nature en ville ».

De la guerre totale dans l’environnement urbain : Berlin et son travail de mémoire

Berlin est une ville très riche culturellement, en particulier si l’on songe aux Street Arts qui la parsèment, à son architecture. C’est aussi un phare de l’électro : certains de ses nightclubs sont célèbres en Europe et le pays est reconnu pour son apport dans ce style de musique.

Mais c’est aussi une ville qui a engagé un énorme travail de mémoire, lié à son lourd passé historique. Le nombre de ses musées, de très grande qualité, en est un indice, mais c’est sur la rue que nous allons porter notre regard en nous appuyant sur un article de Viveberlin, un guide touristique collaboratif qui veut promouvoir d’une manière plus personnelle la ville.

Cet article, datant de 2012, s’intitule « The Scars of the war » et présente les traces persistantes de la 2ndeGuerre mondiale sur les édifices du centre-ville. Cet article peut être lu à l’adresse :https://viveberlin.wordpress.com/2012/08/06/the-scars-of-the-war


La modernisation de l’armement via l’innovation de l’automatisme à l’origine de nouvelles balafres urbaines

La ville a fait le choix de conserver les cicatrices de la bataille de Berlin dans son centre, ce qui permet de démontrer deux choses :

 

  • Pour commencer, l’artillerie n’est plus la seule à causer de gros dommages sur les immeubles, certaines armes portatives pouvant elles aussi arracher désormais des pans entiers de mur. Par ailleurs, si l’argument concernant l’antériorité des pratiques de combats urbains peut être avancé, il est vite mis à mal par le fait que des fusils à verrou (un type de fusil dont la culasse dispose d’un levier d’armement à actionner manuellement en suivant un mouvement longitudinale) ne peuvent causer des dommages semblables à une telle échelle. 
  • Ensuite, le développement des armes automatiques, en atteignant une taille drastiquement réduite, a causé une radicale hausse de la violence des combats urbains, dont la bataille de Berlin fut un traumatisme. Par conséquent, on peut subodorer la volonté de garder cette mémoire, littéralement gravée dans la roche, par la conservation des impacts de balles sur les bâtiments.

Voici la liste des principales armes automatiques utilisées à la bataille de Berlin, ainsi que leur fonctionnement :

Figure 1 : Aperçu des armes de la Bataille de Berlin responsables des sévices urbains. (source : créée par l’auteur à partir de photos disponibles sur Google image)

 On constate que les travaux du docteur Richard J. Gatling, qui voulait donner une grande puissance de feu à une seule personne, ont grandement porté leurs fruits. Complétés par ceux de sir Hiram Maxim et John M. Browning – les inventeurs des systèmes automatisés de recul et d’emprunt des gaz -, ils ont conduit à une conséquence désastreuse : n’importe qui pouvait causer un grand nombre de morts.

Or la Seconde Guerre mondiale peut être interprétée comme l’aboutissement d’un processus de nation en armes, dont la distinction du front et de l’arrière s’efface. Le Volkssturm , c’est-à-dire l’enrôlement des civils allemands dans le conflit en les dotant d’armes rassemblées à la hâte, souvent en piteux état ou obsolètes, en est la forme la plus extrême. 

Berlin comme exemple du basculement de la guerre moderne

L’Allemagne a une grande tradition militaire et manufacturière. Par conséquent, préserver dans le paysage urbain les conséquences des débordements de cette tradition peut être interprété comme un rappel à l’ordre. C’est pourquoi Berlin et d’autres villes se sont engagées dans cette voie avec le projet Stolpersteine qui s’inscrit à la fois dans le paysage et dans la façon de vivre la ville. 

En effet, ce projet est constitué de pavés dorés disposés au sol, sur lesquels on peut légèrement trébucher. L’objectif consiste à amener le promeneur à s’y arrêter pour y prêter attention. Ces pavés arborent sur leur surface le nom des familles ayant vécu dans les rues où ils sont disposés, et ayant été persécutées par le IIIeReich.

Figure 2 : Stolpersteine de Berlin (source : creative commons issu d’une photo prise par un amateur et mise sur : wikipédiahttps://commons.wikimedia.org/wiki/File:Berlin_paul-lincke-ufer-41_stolperstein_20050208_p1000301.jpg)

La production industrielle d’armes ayant un potentiel létal jusque-là jamais atteint a permis de ravager des villes. Dresde et Berlin sont presque des villes martyrs, dans la mesure où elles ont payé les exactions perpétrées par les troupes allemandes en Europe de l’Est. Par la suite, la reconstruction a effacé la plupart des sévices, mais la décision politique de garder visibles les dégâts est un moyen de s’adresser à tous, d’être un vecteur de sensibilisation. C’est de surcroît une mise en valeur du passé originale.

 Bibliographie indicative :

  • COCHET François, Armes en guerre, XIX-XXIe siècles : mythes, symboles, réalités., CNRS édition, Paris, 2011.
  • MCNAB Chris, Armes à feu, encyclopédie visuelle, Éditions de L’imprévu, 2015.
  • PEGLER Martin, The Vickers-Maxim Machine Gun, Oxford Osprey Publishing, 2013.
  • ROTTMAN Gordon L., Browning.30 caliber Machine Guns, Oxford Osprey Publishing, 2014.

L’auteur :            

Vincent Huet est étudiant en Histoire Contemporaine à l’Université Bordeaux-Montaigne où il réalise des recherches sur le développement de la mitrailleuse sous l’intitulé « Trajectoire d’innovation et compétition internationale dans le développement de la mitrailleuse du milieu xixesiècle à 1914 ». Ses travaux sont sous la direction du professeur Christophe Bouneau, dans le parcours de Master « Développement, Innovation et Environnement ».