Archives par mot-clé : Bordeaux

VIGNE, VIN ET MASCARONS

Fortune locale d’un motif décoratif dans le Bordeaux du XVIIIe siècle

Quand les masques se démasquent, la pierre devient chair ! C’est au détour d’une balade en centre-ville que vous aurez le plus de chance de faire la connaissance des mascarons, ce peuple de pierre assimilé au paysage urbain bordelais. Certains en font des héritiers de l’Antiquité, époque où les visages sculptés abondaient et servaient de décor à la vie quotidienne. D’autres y voient la continuité de l’univers chimérique médiéval, de ses gargouilles et têtes grotesques aux faciès grimaçants. S’il est possible de relier l’étymologie du terme mascaron à l’arabe mascara qui signifie bouffonnerie, c’est en Italie, à la Renaissance, que la notoriété du mascaron dit mascherone commence à s’affirmer. L’apparition discrète de ces motifs décoratifs et symboliques sur la rive gauche de la Garonne au XVIe siècle tranche avec le véritable engouement qui va suivre. Aujourd’hui, Bordeaux est une des villes qui possède le plus de mascarons en France avec environ 3 000 exemplaires recensés.  

Le mascaron, une figure emblématique du Grand Siècle bordelais ?

Les mascarons définis en 1691 par Charles d’Aviler comme « une tête chargée ou ridicule, faites à fantaisie, comme une grimace, qu’on met aux portes » poussent à scruter plus attentivement les façades bordelaises. En effet, ils trouvent leur place tantôt le long d’une corniche, sur un linteau, le fronton d’une entrée ou d’une fenêtre décorant les maisons nobles ou bourgeoises ainsi que les bâtiments publics. Bordeaux est intimement lié à son arrière-pays et aux activités vitivinicoles qui y sont pratiquées. Il n’est donc pas rare de trouver des mascarons se référant au monde du vin.

La culture de la vigne, production d’abord rurale s’imprime dans le paysage urbain en se servant entre autres des mascarons comme marqueurs. Ces motifs décoratifs concourent à forger l’identité viticole et culturelle de Bordeaux tout en apportant une plus-value à la fois symbolique mais aussi matérielle. Ces témoignages du passé contribuent au charme de la ville, ils égayent les avenues tout en offrant encore de nos jours un divertissement aux passants. Au XVIIIe siècle, les visages de pierre se répandent partout. C’est une mode qui tend à s’imposer comme un ingrédient à part entière du classicisme français. Le modèle canonique du mascaron est codifié par l’architecte Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), adapté et enrichi à Bordeaux par son neveu Jacques Gabriel (1667-1742). Même si elles fleurissent en nombre depuis les rues de la vieille ville jusqu’aux quais des Chartrons, ces créatures ont aussi leurs détracteurs. L’architecte François Blondel vers 1750 les réduit à « une multitude de décors dont les hommes sans doctrine surchargent leurs productions ». Le mascaron endosse alors, peut-être malgré lui, un rôle important dans l’éternel débat autour de l’ornement qui a lieu tout au long de l’époque classique. 

Quand la vigne imprime la ville : itinéraire à la frontière entre art et terroir

D’après un mémoire du sculpteur Jacques Verbeckt (1704-1771), les mascarons doivent représenter des « testes de diverses divinités ». En effet, au sein du peuple de pierre se trouve une sur-représentation d’allégories mythologiques à l’image des portraits de Bacchus (fig. 1. Bacchus 56 rue du Mirail). Lorsqu’il s’agit de mascarons en lien avec l’univers vitivinicole, ce sont presque systématiquement des représentations du dieu du vin, de l’ivresse et de la fête qui s’offrent à nous (fig. 2. Deux Bacchus place de la Bourse à l’angle de la rue Saint-Rémi réalisés par Claude Francin). Les références mythologiques donnent leur dimension symbolique aux visages sculptés. Pareillement à n’importe quelle divinité, on prête à Bacchus toute sorte d’apparence physique selon le goût de l’artiste ou de son mécène. Par conséquent, comme le précise l’historien de l’art Jacques Sargos « la signification d’une figure ne se déchiffre qu’en rapport avec les accessoires sculptés sur son cartouche ». Ainsi, la distinction de Bacchus se fait à l’aide de la couronne de pampres de vignes qu’il arbore, parfois parsemée de grappes de raisins et dans certains cas, de cornes d’abondance ainsi que du thyrse qu’il a en main.

Doit-on pour autant considérer que la présence de mascarons représentant Bacchus et de motifs décoratifs en lien avec la vigne et le vin, signalent obligatoirement la demeure d’un négociant en vins ? Si la réponse est parfois sans équivoque (fig. 3. Maison d’un négociant 20 Rue de la Fusterie) où nous pouvons observer la représentation de barriques, d’un tastevin ainsi que des pampres, ce n’est pas une règle établie.  

Fig. 3.  Maison d’un négociant 20 Rue de la Fusterie fin XVIIIe siècle. Crédit : Franck Bourguet

Les marchands et négociants privilégient parfois d’autres motifs comme des allégories de Neptune dieu de la mer, de Mercure dieu du commerce et patron des voyageurs en y ajoutant çà et là des bourses débordant d’écus pour montrer toute l’étendue de leur réussite. 

Néanmoins, l’empreinte du vignoble bordelais en ville reste très importante et des ornements ayant une fonction purement esthétique, sans symbolique particulière mis à part le renvoi au terroir viticole sont présents. En effet, les motifs représentant des grappes de raisins sculptées sur la pierre parsèment de nombreuses façades (fig. 4. 26 Allées de Tourny). Outre le côté esthétique et les renvois à des références mythologiques, la présence de mascarons et de décors en frontispice permet une distinction sociale. L’appel à des architectes et des ouvriers spécialisés est une entreprise onéreuse qui n’est pas accessible à toutes les bourses. Si le mascaron peut évoquer la réussite et la prospérité, il semble qu’on puisse également lui imputer une dimension politique. Celle-ci est incarnée par la présence de rappels au monde vitivinicole sur les chantiers d’envergure décidés par les différents intendants qui se sont succédés. Chacun a voulu à sa manière laisser son empreinte sur la ville par des aménagements urbains. On retrouve alors des mascarons de Bacchus surmontés de grappes de raisins sur la place de la Bourse, commandée par Boucher pour accueillir une statue équestre de Louis XIV, ou sur les allées de Tourny aménagées selon les projets d’un intendant du même nom. Cela démontre, s’il en était encore besoin, la marque très importante de la vigne et du vin sur la ville outrepassant même la fonction simplement culturelle et symbolique pour tendre vers le politique.

De la profusion à la préservation, le peuple de pierre face à sa postérité

Bordeaux regorge d’un riche patrimoine au sein duquel les références à la vigne et au vin, mises en exergue par les travaux de l’historien de l’art Jacques Zacharie, sont nombreuses et les mascarons y figurent en bonne place : « ouvrez les yeux, le vin se voit ».  Ces représentations sont le socle vivant de témoignages du passé arrachés à la pierre et incorporés à la vie quotidienne. Gardons toutefois à l’esprit que les mascarons n’ont d’humain que l’apparence, ils savent aussi mourir. Le calcaire poreux, support tendre souvent plébiscité par les outils du sculpteur, subit de plein fouet les stigmates du temps se posant ainsi en ennemi de la pérennité. Hormis d’anonymes dégradations, certains visages ont été absorbés, dissous par la ville et ses métamorphoses incessantes. Au sortir du XVIIIe siècle, la rigueur néoclassique ostracise peu à peu ce peuple de pierre sous prétexte qu’il ne ne répond pas aux canons artistiques du courant dominant. Malgré une résurrection dans la seconde moitié du XIXe siècle, à la faveur d’une bourgeoisie marchande nostalgique du siècle d’or bordelais, (fig. 5 Château Descas 3 Quai de la Paludate) la « folie du mascaron » fut définitivement emportée, à l’ombre des édifices de béton, par la modernité.  

Bibliographie indicative :

  • DAMESTOY Jean, Mascarons. Bordeaux du XVIe au XVIIIe siècle. Bordeaux, Mollat,1997.
  • FIGEAC-MONTHUS Marguerite, LACHAUD Stéphanie. Ville & Vin en France et en Europe du XVe siècle à nos jours. La Crèche, La Geste, 2021.
  • ROSENBERG Jean-Louis, Mascarons de Bordeaux. Les veilleurs de pierres. Pau, Édition Cairn, 2008.
  • SARGOS Jacques, Bordeaux, Chef-d’œuvre classique. Bordeaux, L’horizon chimérique, 2009.

L’auteur :

BOURGUET Franck est fils de viticulteur, étudiant à l’université Bordeaux Montaigne en Master 2 d’Histoire moderne et contemporaine, parcours Développement, Innovation et Environnement (2021 – 2022). Sous la direction de Stéphanie LACHAUD, il réalise actuellement un mémoire sur « Le Clairacais viticole au XVIIIe siècle ». État des lieux de ses recherches en cours dans le Carnet Hypothèse LIQUOREUX D’AQUITAINE. Développement, patrimoine et réputation des vins blancs doux et liquoreux : « À la recherche des vins blancs doux disparus de Clairac en Agenais ». https://liquoreux.hypotheses.org/354.   

Habiller les villes françaises de leur passé colonial

ABOLITION DE L’ESCLAVAGE DANS LES COLONIES FRANÇAISES / 27 AVRIL 1848 / PEINTURE DE FRANÇOIS AUGUSTE BIARD

L’Europe et la France ont bâti une grande partie de leur puissance sur leur passé colonial, en puisant des ressources à la fois en termes d’hommes, de minerais et de produits agricoles. Ce passé est aujourd’hui vivement controversé et des actions de commémoration viennent rappeler à la mémoire de chacun ce passé construit aux dépends de certains territoires et de certains peuples. Dans ce cadre, plusieurs villes françaises témoignent leur reconnaissance au travers de monuments exposés dans des lieux riches en histoire. 

Les « grandes découvertes » des XVe et XVIe siècles sont faites par les pays européens portés par une économie en pleine expansion, à commencer par le Portugal et l’Espagne, puis par la France, l’Angleterre, la Hollande et la Russie. Tous ces pays sont à la recherche de matières premières comme les épices ou l’or car l’Empire Ottoman contrôle le commerce terrestre vers les Indes. Les Occidentaux cherchent à gagner l’Inde et la Chine soit en longeant l’Afrique (expéditions portugaises), soit en traversant l’Atlantique (Espagnols, puis Anglais et Français), soit en cherchant une voie septentrionale (Hollandais). Les Russes, quant à eux, empruntent les routes sibériennes. Peu à peu, l’Europe s’enrichit et les expéditions se déplacent vers le continent outre-Atlantique tout en s’intensifiant en Afrique. Cette intensification entraîne le développement du trafic d’esclaves. C’est le début du commerce triangulaire entre les produits européens, les denrées nouvelles du continent américain et les esclaves africains. 

On dénombre entre 15 et 20 millions d’esclaves en provenance d’Afrique vers les principaux pays européens. La France, quant à elle, déclare en 1815 cette pratique illégale, même si en pratique, elle n’arrête pas de suite la traite. Finalement, le 27 avril 1848, l’abolition définitive de l’esclavage est promulguée et en 2001, le trafic d’esclaves est caractérisé comme un « crime contre l’Humanité », à l’initiative de Christine Taubira, députée d’origine guyanaise.

Depuis 2006, la France organise une « journée nationale de commémoration des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition ». Tous les 10 mai en métropole – certains départements outre-mer ont choisi d’autres dates – des événements sont organisés pour se remémorer l’histoire du commerce triangulaire qu’exerça la France entre le XVe et le XIXe siècle, ce que retracent dans certaines villes des statues qui commémorent ce passé. 

Fers – Paris

C’est à Paris, le 4 avril 2009, que l’une des premières statues est installée. L’artiste Driss Sans-Arcide, célèbre plasticien surnommé le « Musée Khômbol », inaugure pour la première fois en France une sculpture en mémoire de l’esclavage, intitulée Les bracelets brisés (ou Fers), en hommage au général Thomas Alexandre Dumas (1762-1806) qui devient le premier général afro-antillais de l’armée française. 

FER / BRACELETS BRISÉS / PARIS LA DOUCE / CAROLINE HAUER

Celle-ci représente deux bracelets symbolisant chacun un moment de la vie du général : le premier, ouvert avec la chaîne ancrée au sol, représente son statut d’esclave lorsqu’il était enfant ; le second, fermé, voit les maillons de la chaîne se diriger vers le ciel, ce qui représente l’élévation sociale que connaît Alexandre Dumas en devenant Général d’armée sous Napoléon Ier

La sculpture est inaugurée le 4 avril 2009, sous le patronage de l’UNESCO et avec la présence du président américain Barack Obama. Elle mesure environ 4 mètres de hauteur et pèse près de 5 tonnes. C’est une œuvre majestueuse trônant sur la place du général Catroux, non loin du parc Monceau. Il existe deux autres œuvres honorant la mémoire des Dumas sur cette place, celle de Gustave Doré érigée en 1883 et celle de René de Saint-Marceaux datant de 1906. 

Modeste Testas – Bordeaux

Statue de Modeste Testas (1765-1870) achetee par deux freres bordelais au XVIIIe puis affranchie, Bordeaux *** Local Caption *** Bordeaux Gironde Modeste Testas architecture bourse maritime esclave espace vert femme sculpture sud-ouest urbanisme ville

L’implication de la ville de Bordeaux dans la traite d’esclaves est mise en scène au travers de la statue de Modeste Testas, inaugurée le 10 mai 2019 et façonnée dans une fonderie mérignacaise par Woodly Caymitte dit Filipo, jeune artiste tahitien.

Elle se situe quai Louis XVIII, devant la Bourse Maritime. L’emplacement est d’autant plus symbolique que ce bâtiment joua un rôle non négligeable lors des arrivées d’esclaves au port de Bordeaux. En effet, la ville a fortement participé au commerce triangulaire ce qui a contribué à l’enrichissement de cette région viticole. 

La femme représentée par cette statue s’appelle Marthe Adélaïde Modeste Testas née Al Pouessi, du nom de son propriétaire bordelais. Née en Afrique Orientale en 1765, elle passe sa vie à Saint Domingue dans une plantation sucrière. Comme elle, près de 150.000 esclaves entre le XVIIe et le XIXe siècle passent par Bordeaux avant de rejoindre les colonies.

BUSTE DE TOUSSAINT LOUVERTURE / PARC DES BERGES / SITE DE LA MAIRIE DE BORDEAUX

Une autre statue commémorant le passé esclavagiste de la ville habille les quais de Bordeaux. Il s’agit du buste de Toussaint Louverture, donné par Haïti et inauguré en 2005 dans le parc des berges de la Bastide, rive droite. Cet homme connaît un parcours hors du commun : esclave, affranchi, puis général dans l’armée française en 1791, il devient par la suite un symbole pour les mouvements d’émancipation des colonies françaises. Il est emprisonné au début du XXe siècle, après avoir joué un rôle déterminant dans la révolution haïtienne, entre 1791 et 1802. Cependant, son histoire est contestée puisqu’il semble que lui-même ait possédé des esclaves après avoir été affranchi.

Les Marrons de la Liberté – Guyane

LES MARRONS DE LA LIBERTÉ / ACADEMIE DE GUYANE / LOBIE COGNAC / MEMOIRE ESCLAVAGE DE BORDEAUX

Outre la France métropolitaine, les DOM et TOM témoignent d’une activité maritime importante, mémoire du colonialisme et de l’esclavagisme. 

La Guyane célèbre l’abolition de l’esclavage tous les 10 juin, en mémoire de la date de la signature de l’arrêté qui promulgue l’abolition de l’esclavage. En 2008, les Marrons de la liberté sont inaugurés sur le rond-point Adélaïde Tablon à Rémire-Montjoly, du nom d’une femme incarnant la lutte pour la liberté et l’égalité des peuples. En effet, à la suite d’une révolution en 1890, elle est faite prisonnière, et décide de se rendre à Cayenne pour son procès, nue en refusant les vêtements proposés par le gouverneur. 

La statue nommée Fiiman en bushi-tongo, signifie « Homme Libre » dans la langue des Bushinengues, descendants d’esclaves africains déportés au Suriname, pays frontalier de la Guyane. Elle représente un couple dans une tenue d’abattis, autrement dit d’esclaves, plus précisément d’éleveur de bétail et de cultivateur. On y aperçoit un homme les bras en l’air comme un signe de victoire brisant ses chaînes et une femme, un pagne autour de la taille, libérant un oiseau, symbole de liberté. Cette œuvre de l’artiste guyanais Lobie Cognac mesure plus de 5 mètres de hauteur. 

On surnomme aussi cette statue « Les Marrons de la Liberté » pour évoquer le marronnage, c’est-à-dire le fait pour un Guyanais de s’échapper d’une plantation pour rejoindre la forêt et ainsi fonder de petites communautés de personnes libres, composées d’ex-esclaves. Le plus souvent, ces marrons se réfugiaient autour de la rivière qui fait aujourd’hui office de frontière entre le Suriname et la Guyane, le Maroni. 

En somme, les monuments en mémoire de l’esclavage sont de plus en plus présents dans les villes portuaires métropolitaines et dans les anciens comptoirs, devenus départements. Cependant, l’histoire resurgit et fait entrevoir les personnages historiques français ayant joué un rôle dans l’esclavagisme, à l’image de Colbert, auteur du Code Noir, trônant devant l’assemblée nationale, et dont la question de son déboulonnage est récurrente. 

Depuis le 26 septembre 2020, une nouvelle statue a fait son apparition dans la capitale. Il s’agit d’une statue déjà présente aux Abymes en Guadeloupe depuis 1999, qui se trouve désormais dans le 17ème arrondissement parisien dans le jardin du même nom, « la Mulâtresse Solitude ». Née Rosalie, elle transforme son prénom et devient Solitude lorsqu’elle décide d’intégrer les rebelles de la résistance. Lors du rétablissement de l’esclavage par Napoléon en 1802, elle est engagée au sein de la lutte guadeloupéenne. Elle subit un sort tragique car elle est pendue le lendemain de son accouchement. 

Bibliographie indicative :

  • DUBY Georges, « Atlas historique Duby », Larousse, 2016, p. 152-157 & 178-179
  • HAUER Caroline, « Paris : Fers brisés, hommage au général Thomas Alexandre Dumas, une œuvre signée Musée Khômbol alias Driss Sans-Arcidet – XVIIème », Paris La Douce, 15/08/2019
  • LE MAO Caroline (dir), AUGERON Mickaël, BONIN Hubert, CAUDRON Olivier « Mémoire noire – Histoire de l’esclavage : Bordeaux, La Rochelle, Rochefort, Bayonne », Bordeaux, Mollat, 311 pages, 08/10/2020
  • THESEE Françoise, FOUCHARD Jean, « Les Marrons de la liberté », Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 61, n°222, 1er trimestre 1974. pp. 178-181
  • VENAYRE Sylvain, « abolition de l’esclavage dans les colonies françaises », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2021 ; http://www.universalis-edu.com.ezproxy.u-bordeaux-montaigne.fr/encyclopedie/abolition-de-l-esclavage-dans-les-colonies-francaises/

L’auteur :

TOUCHARD Maxime est étudiant en Master 2 Développement, Innovation et Environnement à l’université Bordeaux Montaigne (2021-2022). Son sujet de master porte sur les « Trajectoires d’innovation dans l’équipement du golf depuis le milieu du XVIII° siècle » sous la direction du Pr. Christophe Bouneau. 

Skateboard et aménagement urbain : le cas de Bordeaux

Figure 1 : Projet de rénovation du skate-park des Chartrons pour 2022 (Mairie de Bordeaux)

Le skate-park des Chartrons, inauguré en 2007, est le principal lieu où les skateurs bordelais  pratiquent leur passion. Devenant vétustes et même parfois dangereuses, ces installations feront l’objet d’importants travaux de rénovation à la fin de l’année 2021, pour un coût estimé à un million d’euros. L’illustration ci-dessus représente le nouveau skate-park qui devrait voir le jour en 2022. L’ouverture d’un autre skate-park, situé place de la République, est également prévue pour 2022. Ces différents projets sont intégrés à la politique d’aménagement urbain et ont été conçus par la Mairie en consultation avec les associations de skateurs. Ils attestent ainsi de l’importance prise ces dernières années par le skate dans le paysage de la capitale girondine. Si aujourd’hui les pouvoirs publics et les skateurs bordelais travaillent en concertation, cela n’a pas toujours été aussi évident. La relation entre Bordeaux et le skate a longtemps été tumultueuse, ce que l’on retrouve aussi à l’échelle nationale. 

Une pratique longtemps associée à la rébellion et à l’illégalité

Le skateboard est un objet constitué d’une planche en bois, sous laquelle sont fixés deux trucks, maintenant les quatre roues. Dans l’usage courant, le mot « skate » est plus souvent utilisé pour désigner le skateboard. Il définit également l’activité en elle-même, forme d’expression à la fois artistique, culturelle et sportive. Le skate, sous la forme que nous lui connaissons aujourd’hui, a vu le jour en Californie (États-Unis) dans les années 1950, où il s’inscrit dans la continuité de « l’esprit glisse » des surfeurs des plages de la côte ouest américaine. Le skate naît également dans le sillage des valeurs contestataires de la Beat Generation, reposant sur la liberté, la marginalité, la transgression des normes, la primauté des sensations ou encore la recherche de l’adrénaline. De ce fait, le skate a longtemps souffert d’une image sulfureuse, assimilé à des courants de pensée anarchistes.

Le skate s’exporte en France dans les années 1960. À la fin des années 1970, le nombre de pratiquants est estimé à 1,2 million. Si l’engouement est fort chez une partie de la population, en particulier les jeunes adolescents masculins issus de classes moyennes et aisées, le skate ne fait cependant pas l’unanimité. En effet, des conflits d’usage se multiplient entre les skateurs et les riverains des centres-villes, car les skateurs représentent une importante nuisance sonore. Le bruit produit par les roulements et les claquements de la planche au sol, répétitifs et incessants, sont difficilement supportables pour les riverains. De surcroît, les skateurs sont également pointés du doigt pour la dangerosité de leur pratique qui peut occasionner des accidents corporels et les dégradations de matériels urbains. De ce fait, le skate révulse un grand nombre de non pratiquants et vient contrarier l’ordre établi dans l’espace public. Des mesures coercitives sont alors prises par les pouvoirs publics et le skate est interdit dans la plupart des centres-villes par des arrêtés. C’est notamment le cas à Bordeaux dont la municipalité devient l’une des plus répressives de France. En contre-partie, les pouvoirs publics construisent des équipements destinés à accueillir les skateurs afin de les éloigner des centres-villes. En 1991, sur 446 équipements construits par le ministère de la Jeunesse et des Sports, 11 % concernaient le skate. L’objectif de l’ouverture de ces skate-parks est de faire disparaître le skate de l’espace public. Toutefois, ce but apparaît inatteignable puisque la rue conserve ses irréductibles…

Ainsi, en raison de son caractère rebelle voire nihiliste, et des nombreux interdits municipaux, le skate souffre d’une mauvaise réputation et reste longtemps associé à la délinquance puisque sa pratique est illégale dans les centres-villes. Les skateurs se retrouvent souvent catalogués comme une  «  pathologie urbaine », au même titre que les mendiants, les SDF ou les toxicomanes. Pourtant, le skate comporte bien des aspects positifs pour la ville et ses habitants. 

Le skate apporte un regard neuf sur le fait urbain 

La pratique du skate se divise principalement en deux façons : d’une part dans des sites spécialement conçus pour accueillir les skateurs, les skate-parks, et d’autre part, la pratique en ville, appelée le « street », dans laquelle c’est la ville en elle-même qui devient le terrain de jeu. C’est cette dimension du skate qui est la plus intéressante à étudier au niveau de son impact sur le fait urbain. 

Le skate bouleverse les normes d’usage de la ville. Le regard créatif du skateur voit au-delà des fonctions utilitaires ou architecturales de la ville. Il parvient à donner vie à pléthore de micro-espaces publics, invisibles par le commun des citoyens. Par exemple, des mobiliers urbains tels qu’une rampe, un escalier, une poubelle ou un banc, perçus comme des obstacles à éviter par les piétons ordinaires, se révèlent dans l’imaginaire du skateur comme des objets à partir desquels il peut exécuter des figures. Il redéfinit les objets qui composent l’environnement urbain en détournant les mobiliers urbains de leur fonction principale pour en faire des usages multiples, ludiques et créatifs. Dès lors, il crée une deuxième ville, la ville « skatable », superposée à la première, dans laquelle il est comme dans son jardin. Le skateur entretient donc un rapport original à la ville.

En outre, le skate peut s’avérer une plus-value pour la ville par bien d’autres aspects. Les skateurs proposent du spectacle gratuit aux passants. Ils participent à la cohésion sociale en créant des espaces animés et vivants. Ils permettent de valoriser des espaces sous-utilisés. Ils rendent des lieux plus sûrs, en rendant davantage visibles des espaces où les marginaux prospéraient. Somme toute, les skateurs renouvellent les manières de pratiquer la rue et réinventent la culture urbaine.

Bordeaux, la ville du skate ?  

Bordeaux possède certaines similarités avec la Californie, berceau du skate. La ville est proche de l’océan, marquée par la culture du surf et elle est même jumelée avec Los Angeles depuis 1964. En 2012, le journal Sud-Ouest publie l’article : « Bordeaux, nouvelle place forte du skate en Europe ». Toujours en 2012, une exposition « Bordeaux : Cité-Skate » a été installée place Pey-Berland et la marque de skate « Magenta Skate » a installé ses bureaux dans la capitale girondine.

Cependant, la municipalité de Bordeaux développe historiquement une politique résolument répressive face aux skateurs. De fortes amendes sont distribuées à ceux qui s’aventurent à faire du skate dans les quartiers où sa pratique est prohibée. Dans les années 1990 et 2000, la seule stratégie soutenue par la Mairie s’est résumée à construire des skate-parks. Néanmoins, ces dernières années, la Ville tente d’adapter son discours. Elle s’impose progressivement comme un modèle dans sa gestion du skate urbain.

Elle a ainsi créé en 2017 la plateforme « Skate(s) zen » afin de faciliter le dialogue entre riverains et pratiquants sur les sites sujets à tensions tels que la Place Pey Berland, le parvis des Droits de l’Homme ou le Square des commandos de France. Cette expérimentation a permis de faire émerger des solutions. En effet, l’usage du skate est désormais régulé et encadré sur les grandes places du centre-ville. Sa pratique y est autorisée à certaines heures exclusivement, les mercredis et les samedis de 11h à 20h. Des enquêtes ont montré que des horaires aménagés étaient bien plus efficaces que la prohibition totale de l’usage du skate.

Figure 2 : Localisation des places bénéficiant d’horaires aménagés pour la pratique du skate en centre-ville (Google Maps)

Au-delà des horaires aménagés, un travail de médiation a été mis en place. Celle-ci permet l’intégration du skateboard au développement de la ville. La logique suivie consiste à inclure le skate de manière quasi-invisible, de faire du skate-urbanisme, par exemple, en imaginant des aménagements « skatables », en amont de la réalisation des projets d’urbanisme.

Par ailleurs, un partenariat a vu le jour entre les skateurs et le centre d’architecture Arc en rêve. Il a notamment donné lieu à l’exposition « Land skating anywhere », entre juin et octobre 2017. Cet événement célèbre la pratique du skateboard et ses relations avec l’architecture et la ville de Bordeaux. De plus, la saison culturelle 2019, avec pour thème « Liberté », a consacré une partie de sa thématique à la pratique du skate.

Ainsi, grâce à cette collaboration entre la mairie et les skateurs bordelais, représentés notamment par le skateur professionnel local Léo Valls, Bordeaux est passée de la ville la plus stricte de France en matière d’interdiction à l’une des municipalités les plus innovantes en matière d’aménagement urbains dédiés aux skateurs.

Figure 3 : Skateur place Pey Berland (Sud-Ouest, Fabien Cottereau)

Bibliographie indicative :

L’auteur : 

Victor NOGUES-SZALKOWSKI est un étudiant en master 2 Développement, innovation, environnement (DIE, 2021-22). Son sujet de mémoire porte sur « Le rôle des choix technologiques dans les vicissitudes internationales du complexe nucléaire français depuis les années 1980 », sous la direction de M. Christophe Bouneau.

Du Stade Alfred Dugat au Stade du Lac : Le rôle du stade de football dans l’étalement urbain

Le Parc des Sports en 1924
Source: http://latribunedelescure.fr/inauguration-du-parc-des-sports-1924/

Le premier grand stade de football à Bordeaux s’érige en 1924 (Fig.1) sur l’emplacement actuel du Stade Chaban-Delmas, construit sur le domaine Lescure. Il fut partiellement détruit et remplacé en 1938 par le Stade Municipal, bâti pour accueillir des rencontres lors de la coupe du monde 1938, la première organisée en France. 

Continuer la lecture de Du Stade Alfred Dugat au Stade du Lac : Le rôle du stade de football dans l’étalement urbain