Archives par mot-clé : Décor

Paris en liesse. Paysages et coulisses d’une ville en réjouissances au XVIIIe siècle

À l’époque moderne, chaque événement heureux de la Couronne faisait l’objet de réjouissances publiques dans les villes du royaume. Paris, en tant que capitale et en raison de sa proximité avec Versailles, devenait alors l’écrin de ces manifestations ordonnées et encadrées par les autorités urbaines et policières. Pendant quelques jours, le paysage urbain était aménagé, transformé, magnifié au rythme urgent des célébrations. 

1725

Au cours du règne de Louis XV, cette transformation laissa de nombreuses archives capables de nous aider à envisager des décors, certes éphémères mais dont l’impact escompté restait nécessairement politique. Ainsi, grâce aux archives du Bureau de la Ville, du Châtelet et, dans une moindre mesure, de la Maison du Roi, l’historien des paysages peut alors restituer la richesse des décors et en interpréter le langage symbolique. 

À l’origine des manifestations de joie publique, la monarchie utilisait – sans pourtant dire le mot – l’idée de « conjouissances », définie comme le partage de la joie du souverain par tous ses sujets. Dans cette perspective, les réjouissances dans Paris étaient alors un moment organisé par le souverain, de concert avec son Parlement, afin que la population puisse à son tour exprimer sa joie autour des représentations de la Couronne. Ce principe de conjouissances explique que Paris devienne temporairement un décor propre à célébrer le monarque et sa famille. Plus que jamais, il était nécessaire de rendre tangible l’Etat au cœur de la ville. 

L’émotion de joie était donc décrétée, et rarement spontanée. Les espaces centraux, à l’instar de la place de Grève, l’île de la Cité, les places royales ou encore les quartiers populeux étaient alors investis par les ouvriers ordinaires de la Ville, sous l’œil avisé du maître général des Bâtiments de la Ville. On peut ainsi de mettre en lumière autant les décors exceptionnels que leurs coulisses, rarement exploités par les historiens des festivités. Si l’affichage des avis, règlements et autres ordonnances de police constituait un premier décor des réjouissances, il permettait à chacun d’envisager l’événement à célébrer. Mais Paris en liesse est aussi, et surtout, une ville en perpétuel chantier. Dresser les décorations du feu d’artifice sur la place de Grève, peindre les bois des buffets et des orchestres, monter les échafaudages, nettoyer, tendre des tapisseries, disposer des illuminations sur le bord des croisées étaient autant de gestes propres à habiller la ville. Ainsi, une attention peut être portée aux matériaux utilisés pour parer les murs et les rues de la capitale, tout autant qu’aux couleurs employées. Tout un paradigme esthétique de la couleur de la joie publique, jouant sur la transparence et les reflets, sera donc questionné. 

Par ailleurs, croire que seules les autorités urbaines habillaient la ville serait oublier un peu vite la dimension globale des réjouissances. Chacun était en effet appelé à illuminer ses fenêtres et à démontrer par là-même sa joie individuelle. De même, animer des transparents de couleurs devant ses croisées, payer un banc ou tirer des pétards et des fusées participaient au paysage urbain de la joie publique. En cela, habiller la ville n’était pas seulement une initiative officielle, venant des autorités, c’était aussi un moyen personnel de prendre part aux conjouissances. Plus que singulier, le paysage des réjouissances était donc un paysage composé, animé selon son rang et sa fortune.

Paris en liesse n’était donc pas seulement un « décor », mais bel et bien un paysage investi et magnifié, dont les installations éphémères et leur mise en valeur énonçaient un consensus autour de la Couronne. Chacun des décors urbains matérialisait l’indicible, à savoir cette culture de l’approbation dont les autorités gouvernementales et urbaines n’eurent de cesse de vouloir pérenniser les gestes et les symboles.

Bibliographie indicative :

  • Cyril Trilaire, Pauline Beaucé et Sandrine Dubouilh, Hybridité des espaces de création et pluralité des formes scéniques en France, 1760-1860, Clermont-Ferrand, À paraître (2019). 
  • Pauline Valade, « La couleur des réjouissances monarchiques : d’une histoire matérielle au paradigme esthétique de la joie publique (Paris, XVIIIsiècle) », Dix-Huitième siècle, n° 51 « La couleur des Lumières », dirigé par Aurélia Gaillard et Catherine Lanoë, 2019, p. 31-48.
  • Pauline Valade, « Au miroir des sens : Paris, capitale de l’émotion de joie au service de la monarchie (XVIIIesiècle) », revue Histoire urbaine, n° 54 « Sens et émotion en ville », avril 2019, p. 55-78.
  • Pauline Valade, « Le spectacle contrarié. Mise en scène, performances et réception du spectacle de la joie publique à Paris au XVIIIe siècle », Dix-Huitième siècle, n° 49 « Une société de spectacle » dirigé par Guy Spielmann et Martial Poirson, 2017, p. 219-231. 

L’auteur :

Pauline Valade est agrégée et docteure en Histoire Moderne. Sa thèse, intitulée Réjouissances monarchiques et joie publique à Paris au XVIIIème siècle. Approbation et interrogation du pouvoir politique par l’émotion (1715-1789), sera publiée chez Champ Vallon à la fin de l’année 2020. Elle a publié sur ce sujet plusieurs articles et contributions, en France et à l’étranger. 

Royan post-Seconde Guerre Mondiale : le cas d’un laboratoire urbain entre tradition et modernité

“ On reconstruira un Royan plus grand, plus commode, plus rationnel ; s’y habituer ne sera sûrement pas facile. Il ne faudra pas y rechercher le fantôme de ce qui est à jamais perdu”

Royan, ville stratégique située à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde a souffert de l’Occupation allemande durant la Seconde Guerre Mondiale. En effet, durant l’été 1944, la « poche de Royan » est décrétée par une directive d’Adolf Hitler et un important contingent allemand qui bat en retraite depuis le Sud-Ouest l’a rejointe. La ville est alors bombardée en deux vagues successives par les Alliés entre 4h et 5h du matin le 5 janvier 1945. La ville est rasée à près de 85% et on évalue les victimes à environ 1 000. 

Lors de la Libération, la reconstruction de la ville est primordiale, mais sous quelles conditions ? Royan est méconnaissable : le centre historique n’existe plus, les décombres des bâtis recouvrent toutes les rues, un important déminage de la ville est à prévoir, les habitants sans logement sont contraints de vivre dans des tentes. En bref, la ville est totalement bouleversée. Il ne s’agit plus « d’habiller la ville » mais plutôt de la « revêtir » dans son intégralité (Illustration 1) alors qu’elle n’avait connu jusqu’ici aucun aménagement planifié et ne possédait aucun grand monument architectural.

Etat de la ville de Royan après les bombardements répétés de la Guerre. Source : BOUCHET-ROY Anne-Marie, Guerre et Plage, Tome II: La Libération, Vaux-sur-Mer, Editions Bonne Anse, 2017, pp.314-315.

Cette reconstruction est amorcée après avoir obtenu des créances du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme et est menée par Claude Ferret, principal architecte et urbaniste en chef de la ville.  Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Paris une décennie plus tôt, il est encore novice et inexpérimenté. Pourtant, par son action, Royan a retrouvé un éclat et un prestige inégalables. Dans cette tâche, Claude Ferret est secondé par ses principaux collaborateurs Louis Simon, d’origine parisienne, et André Morisseau, Saintais, ils ont opté en août 1947 pour une refonte totale de la ville. Ce remembrement doit tenir compte de nombreux critères : s’adapter au cadre de la balnéarité de Royan et inclure les nouvelles réflexions d’urbanisme. 

La trame du nouveau Royan s’est cristallisée à travers une grande liberté de choix pour les architectes qui ont pu introduire dans le nouvel aménagement de la ville de nombreux styles. En effet, Royan s’est différencié des villes reconstruites par sa diversité : l’influence des Beaux-Arts dont sont issus les principaux architectes, le style régional saintongeais et le style brésilien par son originalité et sa modernité ont chacun impacté l’évolution de la reconstruction de Royan durant les années cinquante. 

Le front de mer, le boulevard Aristide-Briand et le Marché couvert: un style architectural mixte 

Le front de mer et la création du boulevard Aristide-Briand, qui lui est perpendiculaire, sont les premières opérations de grande envergure dans la reconstruction de Royan. Pour commencer, le boulevard, conçu en 1946-1947 par Louis Simon, relie le marché couvert à la mer. Il s’inspire de l’architecture  des années 1930 avec un mélange du style classique et de l’école des Beaux-Arts : les règles classiques de symétrie, la hiérarchisation des étages des immeubles, des rues très droites et parallèles dominent le début de la reconstruction. 

De son côté, le front de mer est aménagé entre 1949 et 1964, et se lie au boulevard Aristide-Briand afin d’obtenir une ouverture plus sensible vers l’Océan. Son style a évolué d’un style classique et régional au style architectural brésilien, animé par des couleurs vives et la présence du béton comme matériau phare du nouveau bâti urbain. Ces deux axes sont larges et aérés, s’adaptant finalement à la politique du développement automobile. De plus, ils placent ces nouvelles constructions au centre des intérêts de la ville puisque l’un longe la plage pour souligner sa balnéarité tandis que l’autre prend place depuis la ville pour rejoindre le bord de mer. 

Le marché couvert à l’extrémité du boulevard Aristide-Briand est construit en 1954. Il est l’œuvre des architectes Louis Simon et André Morisseau, mais l’ingénieur René Sarger a contribué à la création d’un marché spécifique et innovant pour le milieu du XX° siècle. Cette collaboration étroite a permis le développement d’une œuvre originale tant dans la forme que dans la structure. Un mince voile de béton de 8 cm est incorporé à l’édifice afin de recouvrir la surface totale de 50 mètres de diamètre. Les innovations techniques permettent à la structure d’acquérir la forme spéciale d’un toit ondulé dont l’interprétation est libre : parachute ou coquillage. L’architecture adoptée pour le marché couvert est la même qu’en Amérique latine, le style brésilien apportant une nouvelle fois son empreinte dans le Royan des années cinquante. (Illustration 2)

Vue aérienne du marché couvert, du boulevard Aristide-Briand et du front de mer à la fin de la décennie 1950. Source : https://www.c-royan.com/arts-culture/architecture/la-ville-au-fil-du-temps/1441-histoire-du-marche-central.htm

L’Église Notre-Dame et l’art sacré

La construction monumentale de l’église Notre-Dame est l’œuvre du parisien Guillaume Gillet et de ses architectes d’opération Bernard Laffaille et René Sarger durant les années 1954-1958. Inscrite dans le mouvement de l’art sacré des années d’après-guerre, la particularité de Notre-Dame réside dans une invention de Bernard Laffaille qui introduit le principe du poteau en forme de V pour l’ossature et le voile mince en forme de selle de cheval en couverture. L’ensemble évoque la proue d’un navire. (Illustration 3)

L’église Notre-Dame en fin de construction, année 1958. Source : https://www.c-royan.com/arts-culture/architecture/reconstruction/1425-eglise-notre-dame.html

Par la technique du béton armé en plaques courbées, la création de cet édifice rompt avec les autres projets de construction des années cinquante, influencés par style brésilien.. en effet, la hauteur de sa nef allongée illustre le côté régional de la réalisation. . 

En dépit de la transformation de la ville et du recul religieux, on retrouve la volonté de préserver le culte d’un édifice religieux encore plus important que celui qui était dressé avant le bombardement de Royan. 

Le Casino Ferret et le Palais des Congrès : l’architecture moderne des années cinquante

Le Casino Ferret et le Palais des Congrès sont emblématiques de la ville de Royan et de la modernité des années cinquante. Pour commencer, la construction du Palais des Congrès s’est déroulée de 1954 à 1957 sous la direction de Claude Ferret qui en a conçu le design et l’architecture, avec l’étroite collaboration d’Adrien Courtois et de Pierre Marmouget. Cette œuvre, conçue comme une simple boîte rectangulaire de 60 mètres sur 32, contient une salle de spectacle convertible de 600 à 1500 personnes, 10 salles de commissions transformables, un grand hall de réception, un restaurant de 500 places et un grand bar. Chaque pièce, chaque matériau est traité de manière autonome, afin d’obtenir des éléments indépendants qui forment pourtant un bloc dont les composantes sont indissociables les unes des autres. La complexité d’un bâti produit à partir de béton, les nombreux points de vues sur l’intérieur et l’extérieur grâce à la transparence du lieu animé par des couleurs vives et chaudes façonnent véritablement l’architecture moderne d’inspiration brésilienne du Royan des années cinquante. 

Enfin, le Casino Ferret, du nom de son architecte, marque le point final de la Reconstruction de Royan en 1961. S’inspirant de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, il mérite par ses atouts de transparence, de légèreté et par sa spatialité d’être cité comme une œuvre majeure de l’architecture moderne de Royan malgré sa destruction en 1985. Intégré dans la courbe du front de mer entre l’espace balnéaire et le port de la ville, il présente une rotonde centrale mêlant du béton armé et du verre. A l’intérieur et l’extérieur, le décor présente un assemblage géométrique et des couleurs vives, bleues, rouges, jaunes. (Illustration 4)

Le Casino Ferret animé par sa transparence et ses couleurs chaudes. Source : https://www.c-royan.com/sports-loisirs/vie-festive/casinos/1359-le-casino-muncipal-de-ferret.html

Bibliographie indicative :

  • BOUCHET-ROY Anne-Marie, Guerre et Plage, Tome II: La Libération, Vaux-sur-Mer, Editions Bonne Anse, 2017.
  • PREAUT Antoine-Marie, Guide architectural, Royan 1950, Paris, Editions Bonne Anse, 2012.
  • RAGOT Gilles, L’architecture du XXe siècle en Poitou-Charentes, Editions Patrimoine et médias, 2000.
  • RALLION Paul, « La machine à habiter » : Royan une reconstruction 1945-1955, Paris: Thélès, 2003.

L’auteur :

SORINET Dimitri est étudiant en Master 2 en histoire des Mondes Modernes et Contemporains, parcours « Développement, innovation et environnement du XVIe siècle au XXIe siècle » (2019-2020) à l’université Bordeaux-Montaigne. Son mémoire porte sur « l’Estuaire de la Gironde durant la Seconde Guerre mondiale : Enjeux croisés ».

Le Juge et l’Assassin

Film de Bertrand Tavernier, sorti le 10 Mars 1976

En préambule à la présentation de ce billet historique, j’aimerais aborder l’enjeu de l’utilisation du film comme document pour étudier l’Histoire. On peut en effet se poser la question de la pertinence de l’étude d’une œuvre d’art qui offre à voir une reconstruction, une mise en scène d’événements qui peuvent parfois être très éloignés du contexte de réalisation. Un film, étant forcément construit – surtout s’il s’agit d’un film de fiction – ne doit pas être étudié sous le prisme de son exactitude, de sa rigueur de restitution ; ce sont plutôt ses intentions qui doivent être mises en lumière : les aléas des budgets de production peuvent rendre certains détails ridicules, car pas assez rigoureux du point de vue de la restitution – et c’est quelque chose qui apparaît dans le film de Tavernier – mais il serait dommage de ne voir que ces détails et ne pas souligner l’intention du réalisateur pour restituer un contexte historique.

Présentation du document

Le Juge et l’Assassinest un film de Bertrand Tavernier, sorti le 10 mars 1976. C’est le troisième long-métrage du réalisateur, alors âgé de 35 ans. Cinéphile convaincu, il est aussi scénariste de ses propres réalisations, et a auparavant exercé la profession de critique.

Le Juge et l’Assassinraconte l’histoire de Joseph Bouvier (Michel Galabru) qui, dans les années 1890, aime une femme qui ne l’aime pas. Désespéré, il lui tire dessus avant de retourner l’arme contre lui – il s’en sort, mais conserve deux balles dans le crâne. Interné dans un asile, il est finalement remis en liberté. C’est le début de son parcours meurtrier, tuant et violant les jeunes bergers et bergères qu’il croise. Au même moment, à Privas, le juge Rousseau (Philippe Noiret) s’intéresse à cette série de meurtres, et persuadé qu’ils sont l’œuvre du même individu, se met à sa recherche… Le film s’inspire de l’histoire vraie de Joseph Vacher, considéré comme un des premiers tueurs en série français. L’exploitation en salles de ce film a lieu précisément dans un contexte où des faits divers sont souvent portés à l’écran.

Le film se déroule dans les années 1890 en Ardèche, dans la toute petite préfecture de Privas, qui comptait 7 843 habitants en 1896. Bien que certaines scènes soit tournées dans la ville même, l’atmosphère de certaines scènes évoquent surtout le cadre du village. Le point central du contexte historique est indéniablement l’affaire Dreyfus et l’arrivée à maturation d’un nouvel antisémitisme ; c’est perceptible en de nombreuses occasions à travers les dialogues, mais également à travers l’habillage urbain. Cet habillage urbain restitue même le contexte politique qui entoure l’avènement de ce nouvel antisémitisme, que ça soit avec le rôle du clergé, ou l’expression du sentiment national.

L’expression du sentiment national

Ces extraits montrent une fanfare en ville : à cette occasion des drapeaux français ont été placés aux fenêtres, ainsi que des banderoles aux couleurs bleu-blanc-rouge – il s’agit donc d’un habillage urbain ponctuel. Ce que cette présence de drapeaux tricolores nous révèle, c’est l’importance du sentiment national – et c’est quelque chose d’assez neuf.

Le xixesiècle est le théâtre de la construction des États-nations et des identités nationales européennes, et le cas français ne fait pas exception. Son identité oscille entre deux courants : le premier est défendu par le clergé et les royalistes, ces derniers voulant assigner une identité catholique à la France, en prenant comme point de départ de cette identité le baptême de Clovis, puis en expliquant que la France est « la fille aînée de l’Église ». Le second est défendu par les républicains, pour qui l’identité française doit être associée à la Révolution de 1789 et à ses idéaux. C’est à ce titre que la date du 14 Juillet devient celle de la fête nationale en 1880. L’affrontement de ces deux visions permet d’affirmer qu’il existe un consensus autour de l’existence d’une identité française – il reste pour chaque camp à la définir, à lui conférer des attributs.

Le sentiment national devient ainsi plus fort au cours du xixesiècle, exalté par certains écrivains – comme Victor Hugo dans Les Misérables– même si ce sont surtout des événements qui viennent le renforcer et le constater. Ainsi, la défaite de 1870 face aux Prussiens marque le premier volet des affrontements contemporains entre Français et Allemands : l’humiliation ressentie, la rancœur développée, ont servi de ciment à une identité française désireuse de vengeance jusqu’à la Première Guerre mondiale. On pourrait évoquer également la crise boulangiste de la fin des années 1880, qui illustre l’instrumentalisation de ce sentiment national à des fins politiques.

Une société toujours marquée par le rôle du clergé

Ces extraits montrent le début de la scène où une soupe populaire est servie par une congrégation de religieuses – le tableau au tout début de la scène, la banderole « Bouillon de la Miséricorde » et la présence de religieuses servant pain et soupe nous l’indiquent subtilement. La ville est ainsi habillée par ces tables, ces banderoles, ces représentations d’une pratique sociale dans laquelle le clergé joue le premier rôle.

En effet, l’immense majorité des Français est catholique – le dernier recensement datant de 1872 estime ce chiffre à 98,3% de la population – et la religion catholique n’est pas engagée au xixsiècle dans une phase de déclin. Au contraire, de nombreuses dynamiques sont perceptibles : augmentation du nombre de prêtres, de membres de congrégations et de paroisses, renouveau des pèlerinages…

Revenons sur le cas des congrégations, puisque c’est le sujet de l’extrait vidéo : les religieuses sont très nombreuses au xixesiècle – environ 127 000 en 1880 – et assurent les fonctions délaissées par l’Etat comme l’assistance aux « exclus », l’enseignement… Elles sont ainsi une figure sociale incontournable qui habitent le quotidien d’une large partie de la population et qui, aux grès de leurs actions, « habillent la ville » comme c’est le cas dans cet extrait.

L’antisémitisme et l’affaire Dreyfus : une réaction aux politiques de laïcisation

L’affaire Dreyfus peut être considérée comme le point culminant du contexte antisémite de la deuxième moitié du xixesiècle. Ces deux images l’illustrent par le biais d’un habillage urbain là encore de courte durée – restant sans doute quelques jours – mais qui se répète, donnant un sentiment de contagion.

L’affaire commence ainsi : le capitaine Alfred Dreyfus est arrêté le 15 octobre 1894, pour avoir livrer des documents officiels à l’Allemagne. Il est condamné à la déportation à vie en décembre. Mais en mars 1896, de fausses pièces d’accusation sont découvertes. Le 13 janvier 1898, l’affaire prend des proportions publiques considérables lorsque É. Zola publie sa lettre ouverte « J’accuse…! » dans le journal L’ Aurore. La société française se retrouve alors fortement divisée entre les dreyfusards et les anti-dreyfusards ; une division dont profite un nouvel antisémitisme pour devenir encore plus virulent.

Avant de détailler ce nouvel antisémitisme, un état des lieux de la culture politique des années 1890 s’impose. La IIIeRépublique n’est neuve que depuis vingt ans, mais les républicains ne sont arrivés au pouvoir que progressivement – en 1876 à la Chambre des députés, puis en janvier 1879 au Sénat et à la Présidence de la République avec Jules Grévy. Les années 1880 sont alors marquées par une série de lois visant à laïciser les institutions, ce qui entraîne des tensions venant des milieux cléricaux et royalistes. Le complot juif est un des arguments avancés pour expliquer ces changements. Il se construit sur différents éléments qui émaillent ces années 1880 :

  • La période de grave récession économique que connaît l’Europe, et les nombreux bouleversements qui en découlent.
  • Les nouvelles d’actualité : le krach de la banque catholique l’Union Générale en 1882, le scandale de Panama en 1892…
  • La parution en 1886 de La France juive d’Edouard Drumont qui réalise des ventes exceptionnelles – plus de 100 000 exemplaires vendus la première année. Ce livre est à la fois un point de départ et un relais de ce nouvel antisémitisme : relais car il fait état d’une haine du juif qui existe avant sa parution, mais point de départ puisqu’il « l’officialise » par sa publication et son succès.

Cependant, cet antisémitisme reste encore discret, et ne prend la pleine mesure de sa violence qu’au moment où éclate l’affaire Dreyfus. En effet, si le clergé et les républicains s’opposent sur le rôle que doit jouer la religion catholique auprès de l’État, les autorités ecclésiastiques veulent néanmoins, au début des années 1890, sortir des conflits : le toast d’Alger du cardinal Lavigerie en 1890, et l’encyclique « Au milieux des sollicitudes » de Léon XIII en 1892 symbolisent cet « Esprit Nouveau » qui prêche le ralliement aux institutions républicaines – des efforts balayés avec l’affaire Dreyfus.

Avec l’affaire Dreyfus, ce nouvel antisémitisme s’expose dans toute sa virulence, et dépasse la seule dimension religieuse – l’anti-judaïsme, la haine du peuple déicide – pour devenir plus complexe en incorporant trois nouveaux éléments :

  • Un antisémitisme nourri par une rancœur du capitalisme : les juifs possèdent les capitaux, ils exploitent les gens…
  • Un antisémitisme nourri par un sentiment national : le juif est un ennemi de l’intérieur, un corps étranger à la nation…
  • Un antisémitisme nourri par un discours raciste : le juif à des caractéristiques physiques et morales qui en font un être inférieur…

L’affaire Dreyfus, parce que son acteur central est juif, fait éclater ce nouvel antisémitisme. Il prend la forme d’un « antisémitisme de plume » avec des journaux comme La Croixou La Libre Parole, ou une forme militante avec les diverses ligues.

Bibliographie indicative : 

  • BAUBEROT Jean, Histoire de la laïcité en France, Paris, PUF, 2010 (réed.)
  • BOUDON Jacques-Olivier, Religion et politique en France depuis 1789, Paris, Colin 2007
  • DUCLERT Vincent, « Dreyfus (Affaire) », Encyclopædia Universalis[en ligne]. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/dreyfus-affaire/ 

L’auteur

BRUNI Enzo est étudiant en seconde année de Master recherche en histoire contemporaine, et réalise un mémoire sur les faits divers et leurs adaptations par le cinéma français depuis 1960 jusqu’à nos jours, sous la direction de Christophe Bouneau.