Archives par mot-clé : Eclairage

Lumières sur la ville : L’éclairage public urbain et la lutte contre la pollution lumineuse dans le Parc naturel régional des Landes de Gascogne

Le 14 octobre 2017, le Parc naturel régional des Landes de Gascogne organisait la neuvième édition de l’événement national annuel « le Jour de la Nuit » à Sore, l’occasion de présenter les efforts de la commune en matière d’amélioration de l’éclairage public. Pour autant, cette photographie représentant la mairie de la commune lors de cette soirée met en avant le caractère éblouissant de ce mobilier urbain, la luminosité des bâtiments tranchant avec l’arrière-plan nocturne. Ce contraste témoigne du chantier que constitue la lutte contre la pollution lumineuse, et le rôle de l’éclairage public urbain dans cette lutte, à la fois poison et remède. L’état de cette luminosité à la période de cette prise de vue peut ainsi permettre de constater l’évolution et les progrès réalisés en la matière depuis lors.

De l’éclairage public à la pollution lumineuse

L’éclairage public fait partie intégrante du paysage urbain mais aussi de l’identité urbaine. Discret le jour, ce mobilier se révèle à la nuit tombée, habillant la ville de lumière. Pour autant, il éclipse par là tout autre habillage. Concentrant et focalisant la lumière, il voile autant qu’il dévoile. En effet, la ville est un espace en trois dimensions, qui ne se borne pas à son périmètre communal. Sans limites en hauteur, le ciel qui la surplombe fait partie intégrante de sa composition, constituant une sorte de plafond intangible exprimant également une forme d’habillage, une décoration illustrée par le ciel étoilé. Mais celui-ci tend à disparaître, la luminosité naturelle de la ville cédant le pas à sa luminosité artificielle.

Figure 2 : Les habits de lumière de la ville
Source : Réalisation personnelle

Fleurissant en milieu urbain à partir du XVIIe siècle, l’éclairage public avait comme fonction originelle d’assurer la sécurité et le confort des citadins. Mais la lumière était aussi un synonyme de progrès, de rayonnement et donc de prestige pour la ville. Elle symbolisait le recul des ténèbres, de l’obscurantisme, repoussant l’inconnu au-delà des frontières du visible. La ville devint ainsi le théâtre d’une succession d’innovations incrémentales tendant à perfectionner cet éclairage, des lanternes aux réverbères, du gaz à l’électricité. Ce mobilier urbain est rejoint finalement par d’autres sources lumineuses, des enseignes publicitaires aux dispositifs d’éclairage des boutiques en période nocturne. Mais à partir des années 1970, les astronomes ont commencé à s’inquiéter de l’impact de l’éclairage artificiel, en particulier en milieu urbain, sur la qualité du ciel étoilé, en lien de façon plus globale avec l’essor des préoccupations autour de la protection de l’environnement. En luttant contre la pollution lumineuse, il ne s’agit dès lors plus d’en finir avec la nuit, mais de la sauver.

            La pollution lumineuse désigne l’ensemble des impacts négatifs liés à l’éclairage extérieur public et privé artificiel. Cette luminosité artificielle détériore le ciel étoilé en engendrant un phénomène de halo lumineux, mais là n’est pas sa seule conséquence sur l’environnement. En effet, elle dégrade également la biodiversité et ses habitats, en perturbant le rythme nycthéméral de certaines espèces. Celles qui sont lucifuges modifient leur cycle de vie tandis que d’autres se retrouvent piégées par la lumière, un lampadaire pouvant attirer des insectes à plus de 700 mètres, soit même au-delà de la ville. Mais l’espèce humaine est également affectée, en raison de la lumière bleue émanant des dispositifs d’éclairage, qui entraîne une diminution de la production de la mélatonine, l’hormone du sommeil, et donc nuit à la santé des populations. Enfin, elle induit une forte consommation d’énergie, 40 % de la facture d’électricité des communes étant dédiés à l’éclairage public. Les arguments économiques et écologiques finissent ainsi par se rejoindre, la production d’énergie étant également responsable de la dégradation de l’environnement.

L’émergence de la protection de l’environnement nocturne dans la politique du Parc naturel régional des Landes de Gascogne

La réponse à cette problématique peut dès lors s’effectuer au niveau des communes elles-mêmes, responsables de leur éclairage public, comme au sein du Parc naturel régional (PNR) des Landes de Gascogne. Ce territoire, créé en 1970, cherche à proposer depuis maintenant plus de 50 ans une formule politique permettant de trouver un équilibre entre la protection de l’environnement et l’animation territoriale, à travers une Charte, approuvée par les collectivités membres, qui fixe les orientations que se donne le Parc. La dernière en date, approuvée en 2014, ne mentionne cependant pas la protection de l’environnement nocturne parmi ses objectifs. Ce nouveau champ d’investigation écologique a donc été pris en charge récemment par ce PNR. A ce titre, c’est l’année 2015 qui constitue un véritable pivot. En répondant à l’appel à initiatives du ministère de l’Environnement intitulé « Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte » (TEPCV), le Parc naturel régional des Landes de Gascogne redouble d’ambitions en faveur de la mise en œuvre de la transition énergétique sur son territoire. C’est donc par cet angle qu’il initie sa politique de protection de l’environnement nocturne, élaborant alors un programme de 14 mesures dont l’une vise à « Développer des programmes d’éclairage public durable ».

            Pour mener à bien cet objectif, le Parc naturel régional lance une étude en 2019 visant à établir un diagnostic de la pollution lumineuse sur son territoire et à définir des stratégies pour améliorer l’éclairage public. Même si 4000 étoiles peuvent être observées à l’œil nu dans le territoire du Parc, le diagnostic a révélé que toutes les communes sont concernées par le problème de la pollution lumineuse, en lien avec le développement urbain général. Pour autant, de forts contrastes apparaissent sur ce même territoire, les communes les moins urbanisées présentant un ciel de meilleure qualité. Cela permet de mettre en exergue le lien intrinsèque qui unit ville et pollution lumineuse.

Figure 3 : La qualité de la nuit sur le territoire du Parc naturel régional (2020)
Source : Parc naturel régional des Landes de Gascogne

Mais à l’état des lieux doit succéder l’analyse des sources, de diverses natures, de cette pollution lumineuse et la prise en compte des leviers disponibles et utilisables pour améliorer l’éclairage public. C’est d’abord la quantité de lumière émise, la puissance lumineuse quantifiée en lumens (lm), à l’origine de l’éblouissement, qui est à considérer, ainsi que sa température, mesurée en kelvin (K). En effet, c’est la température thermodynamique qui définit la « couleur » de la lumière, la lumière « bleue » correspondant à une partie du spectre visible de haute température. Il est ainsi possible de diminuer la température des ampoules en en choisissant qui ont une température inférieure à 2400 K, palier en dessous duquel elles n’émettent plus de lumière bleue. Mais plus simplement, la localisation des sources de lumière peut également jouer un rôle, selon qu’elles soient concentrées dans un même espace ou bien déconcentrées, conduisant à une fragmentation des habitats et à une irruption de la luminosité dans les milieux naturels. Il s’agit également de changer l’orientation de l’éclairage, afin qu’il n’éclaire que le sol. Une grande partie de la lumière est en effet perdue en raison de la luminosité qui part vers le ciel, inutile pour les citadins et néfaste pour l’environnement nocturne. Enfin, la temporalité de l’éclairage est également à prendre en compte, l’impact n’étant pas le même selon la période d’éclairage. Il est donc possible de proposer des périodes d’extinction de l’éclairage nocturne, avec des heures d’éclairage liées aux besoins réels des habitants. La lutte contre la pollution lumineuse s’inscrit donc à la fois dans une politique d’efficience et de sobriété énergétiques.

Des labels nationaux et internationaux pour la préservation du ciel étoilé

Pour accompagner les communes de son territoire dans cette transition, le Parc naturel régional les encourage depuis 2015 à candidater à un label national : le label « Villes et Villages étoilés ». Créé en 2009 par l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ANPCEN), il vise à récompenser les efforts menés par les communes pour la préservation de la qualité du ciel étoilé, et à les encourager à poursuivre leur démarche. L’amélioration de l’éclairage public fait ainsi partie des critères pouvant aboutir à l’obtention du label. Un concours est organisé chaque année par l’association qui le décerne aux communes, selon un système de notation par étoiles allant de 1 à 5, suivant un gradient croissant de qualité. Suite à la dernière édition de 2021, 12 villes et villages du Parc en sont pourvus.

Figure 4 : La communes du Parc naturel régional des Landes de Gascogne labellisées “Villes et Villages étoilés” (2021). Réalisation personnelle d’après les données de l’ANPCEN

Le label vient ainsi distinguer l’habillage de lumière de ces communes, où la luminosité artificielle cède le pas à la luminosité naturelle. L’obtention du sésame permet également l’affichage d’un panneau spécifique à l’entrée des villes, signalisation témoignant de l’entrée dans un territoire d’exception. A l’instar des « Villes et villages fleuris », il vise à mettre en avant les spécificités de la commune, et donc à en faire un critère de distinction. Les paysages d’entrée de ville, souffrant de la banalisation comme de la standardisation, peuvent ainsi se démarquer par l’apposition d’une image de marque.

Figure 5 : Le label « Villes et Villages étoilés » de la commune de Sore (Landes)
Source : Louis Voisin, 4 novembre 2021

Améliorer l’éclairage public dans les villes ne constitue cependant qu’un point de départ pour le Parc naturel régional. En effet, à partir de 2018, il s’est lancé dans une procédure pour candidater au label « Réserve Internationale de Ciel Étoilé » (RICE). Créé et décerné par l’International Dark-Sky Association, il récompense des territoires ayant mis en place une politique de lutte contre la pollution lumineuse et où la qualité de la nuit est exceptionnelle. Il s’agit donc d’une labellisation de plus grande échelle, à la fois car elle concerne l’ensemble d’un territoire et plus seulement une commune, mais également parce qu’elle engendre une reconnaissance mondiale. Ce label valoriserait et encouragerait ainsi les actions des communes en leur donnant une dimension et une portée internationales.

Figure 6 : Le projet de Réserve Internationale de Ciel Étoilé (RICE) dans le Parc naturel régional des Landes de Gascogne (2020)
Source : Bureau d’études RESTAURELANuit – Nicolas Bessolaz

Mais pour obtenir une labellisation aussi prestigieuse, les communes du territoire du Parc doivent mettre en œuvre une politique ambitieuse d’amélioration de leur éclairage public. C’est dans cette optique que des élus du PNR se sont rendus à la fin de l’année 2020 dans la métropole bordelaise, afin de découvrir les dispositifs qui y sont mis en œuvre pour lutter contre la pollution lumineuse. De grandes aires urbaines peuvent ainsi également partager leur expérience dans ce domaine, et inspirer des communes plus modestes, montrant que cette dynamique ne concerne pas que les villes les moins urbanisées.            La lutte contre la pollution lumineuse n’est cependant pas exempte de controverses, notamment en raison des questions que laisse planer l’extinction de l’éclairage public sur la sécurité. L’aménagement urbain est le fruit d’un compromis entre des injonctions parfois contradictoires, mais également le résultat des discussions et des échanges sur ces sujets de société. Instrument de protection de l’environnement d’échelle infra-régionale, le Parc naturel régional des Landes de Gascogne peut alors accompagner les communes de son territoire, qu’elles soient des villes ou des villages, afin de les aider à trouver un équilibre dans leur habillage d’ombres et de lumières.

Bibliographie indicative :

  • BOURGEOIS Nicolas, CHARLIER Bruno, « « Half the park is after dark » – Les parcs et réserves de ciel étoilé : nouveaux concepts et outils de patrimonialisation de la nature », L’Espace géographique, n° 42, 2013/3, pp. 200-212.
  • BOVET-PAVY Agnès, Lumières sur la ville – Une histoire de l’éclairage public urbain, Strasbourg : Arte Éditions, 2018.
  • CHALLEAT Samuel, Sauver la nuit – Comment l’obscurité disparaît, ce que sa disparition fait au vivant, et comment la reconquérir, Paris : Premier Parallèle, 2019.
  • DELEUIL Jean-Michel (dir.), Éclairer la ville autrement – Innovations et expérimentations en éclairage public, Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009.
  • MILIAN Johan, « Du ciel étoilé à l’environnement nocturne, l’émergence d’un nouveau front de protection de la nature », CADORET Anne, LASLAZ Lionel (dir.), MILIAN Johan, Atlas des espaces protégés en France – Des territoires en partage ?, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 2020, pp. 96-97.
  • MOSSER Sophie, « Éclairage et sécurité en ville : l’état des savoirs », Déviance et Société, n° 31,  2007/1, pp. 77-100.
  • Voir aussi le site du Parc naturel régional des Landes de Gascogne : https://www.parc-landes-de-gascogne.fr/.

L’auteur :

VOISIN Louis est étudiant en deuxième année du Master Histoire des Mondes Modernes et Contemporains (HMMC), au sein du parcours Développement, Innovation, Environnement (DIE) (2021-2022). Il réalise un mémoire de recherche intitulé « La trajectoire et le rôle du Parc naturel régional des Landes de Gascogne dans les politiques de protection de l’environnement depuis la fin des années 1960 », sous la direction de Christophe Bouneau. Il cherche ainsi à analyser la manière dont ce Parc a progressivement intégré les questions environnementales dans ses actions, s’appuyant sur son ancrage local pour mener une politique de proximité sur son territoire avec ses habitants.

La personnification des lanternes, des caricatures révolutionnaires aux « portraits de candélabre » de Marville et peintures impressionnistes.

Notre culture a banalisé le lampadaire public, objet technique du quotidien urbain, et son rôle dans la société. La lanterne ainsi banalisée devient invisible : l’oubli s’attache à tout objet technique, comme l’ont montré Sophie Poirot-Delpech et Xavier Guchet, le signe du succès d’une innovation et de sa diffusion dans la société étant que l’objet lui-même se fait oublier et devient une boîte noire dont l’existence se réduit à ses fonctions utilitaires. 

Dans le cadre du séminaire « Habiller la ville », il s’agit redonner de l’épaisseur à l’artefact d’éclairage, en faisant dialoguer ses couches techniques et symboliques, afin de comprendre son sens humain et la construction d’un objet de mémoire collective.

Trois cas d’étude seront abordés lors de cette communication.

A la fin de ces mêmes années 1780, la lanterne publique devient code visuel et sémantique révolutionnaire, et un véritable leitmotiv technique de l’iconographie populaire. Si l’expression « les aristocrates à la lanterne » nous est connue, comment ce mobilier urbain, a priori trivial,  a-t-il gagné un si grand potentiel symbolique ? Nous explorerons les recueils de gravures et caricatures de la Collection Hennin  et Collection de Vinck  (Bibliothèque Nationale de France) dans lesquelles nous avons identifié la présence de la métaphore politique pour cinquante-six productions, entre jeux visuels, anthropomorphisme et zoomorphisme.

La deuxième étude portera sur la série des 90 tirages de « portraits de candélabres » réalisés par Charles Marville (1858-1870). Le photographe est sollicité par la municipalité parisienne pour dresser un inventaire visuel des principaux types de candélabres  – les dits « réverbères » – distribués dans les différents quartiers de la capitale. Ces tirages seront réunis sous la forme d’un album présenté à l’Exposition Universelle de 1878 puis envoyé à Melbourne en Australie pour son exposition internationale de 1880. Nous montrerons en quoi ces personnifications de lampadaires s’opposent radicalement à l’esthétique de la lampe d’Haussmann et à la pensée globale d’une « Forêt de lampadaires », un des thèmes majeurs de son urbanisme.

Le troisième cas d’étude, le tableau avant-gardiste Paris, Temps de Pluie (1877) de Gustave Caillebotte, présenté à la troisième Exposition impressionniste, entre en résonance avec le précédent. Tous les deux sont en effet une représentation diurne du lampadaire, soit un objet technique dans l’inaction, bien loin des scènes électriques magnifiées des peintures du Paris romantique de la Belle Epoque.

Dans les trois cas d’étude, l’émergence de la nouvelle technique  – de la lanterne du XVIIIe s. au gaz – est intrinsèquement accompagnée de discours, d´images et de mythes qui structurent son imaginaire. A travers ce corpus varié, nous proposons ainsi une biographie d’objet pour appréhender cet imaginaire, en s’affranchissant de la distinction objet/sujet afin de traiter le lampadaire comme acteur et interroger ses modes d’existence dans la construction de la culture visuelle du Paris du XVIIIe et XIXe siècle et de la modernité.

Indications bibliographiques :

  • Hollis Clayson, Illuminated Paris: Essays on Art and Lighting in the Belle Époque, Chicago: The University of Chicago Press, 2019, 320 p
  • Benjamin Bothereau, « Illuminated Publics and Visual Culture: Commercial and Revolutionary Representations of Street Lights in Eighteenth Century Paris », [à paraître dans Technology & Culture, Johns Hopkins University Press, special issue of SHOT Congress 2016, novembre 2020]
  • Wolfgang Schivelbusch, Disenchanted Night: The Industrialization of Light in the Nineteenth Century., University of California Press, 1988

L’auteur :

Benjamin BOTHEREAU est docteur en histoire « Sciences, techniques, savoirs : histoire et société » (2018), diplômé de l’EHESS après un cursus au Centre Alexandre Koyré. Sa thèse, codirigée par Liliane Hilaire Pérez (EHESS) et Antoni Roca-Rosell (Chaire Unesco Technology&Culture-UPC Barcelona) A la lanterne ! Modes d’existence d’un objet banal, entre imaginaire technique et politique, Paris, Barcelone, 18e siècle  porte sur une biographie d’un objet technique – la lanterne publique – dans le cadre d’une histoire transnationale de l’éclairage urbain, et a reçu une mention spéciale au Prix Paris Sorbonne Lettres (PSL) 2019 en Humanités. Il est également ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale de Lyon (2011) et a travaillé comme ingénieur consultant pour l’éclairage public de Paris et Barcelone. Il est actuellement postdoc au Centre de Recherches Historiques CRH (équipe GRHEN) sur le projet ANR FluidGov.