Archives par mot-clé : Énergie renouvelable

Les villes en outre-mer français : gestion des risques et valorisation des atouts : le développement des ÉcoQuartiers

L’enjeu d’aménager une ville d’outre-mer face aux différents handicaps :

Les territoires d’outre-mer doivent faire face aux nouveaux enjeux de la transition énergétique dans un contexte de changement climatique, notamment avec la prise en compte des aléas naturels. Dans ce cadre, la logique des ÉcoQuartiers participe à l’élaboration de villes durables, en soutenant l’idée d’une stratégie spécifique adaptée à ces territoires d’outre-mer. Il s’agit de répondre au mieux aux impératifs de la gestion des aléas climatiques, ainsi qu’aux attentes de la population, en croissance dans les espaces urbains proches des littoraux.  

La convergence de différents facteurs comme la petite taille (sauf pour la Guyane), l’isolement, la dépendance vis-à-vis de l’extérieur et l’absence d’une force industrielle constitue un ensemble de handicaps nuisant fortement à ces territoires en causant plusieurs dysfonctionnements au niveau économique. En effet, les outre-mers souffrent d’une forte dépendance énergétique, comme l’illustre le cas de la Martinique qui a fait le choix dans les années 1930 d’une consommation énergétique fondée sur le pétrole, importé en totalité. Ces importations accroissent la vulnérabilité de ces territoires, soumis à des prix plus élevés qu’en métropole (Selon l’INSEE en 2015 ; 17, 1% pour la Guyane, 17% pour la Guadeloupe, 16,2% pour la Martinique et 10,6% pour la Réunion) et à un risque de rupture de l’approvisionnement.   

Faire des handicaps un atout dans l’objectif d’une autosuffisance énergétique 

Plan de construction

Cependant, avec la mise en avant de la transition énergétique, ces différents handicaps peuvent se transformer en atouts car ils invitent à expérimenter à petite échelle de nouveaux procédés de production d’énergie. De cette manière, les outre-mers sont perçus comme des « laboratoires à ciel ouvert ». En effet, ces îles disposent de nombreuses ressources naturelles et d’un climat favorable à la production d’énergie propre, qui sont exploitées par les « ÉcoQuartiers », tels que « Cœur de ville » à La Possession (Réunion). Ce dernier se situe à proximité du centre historique localisé par la Rue Sarda Garriga, (figure 1) qui contraste elle-même avec l’architecture locale des « cases créoles » et qui s’inscrit dans un projet d’expansion urbaine. En effet, l’éco-quartier répond à la croissance constante de la population. Pour y faire face, l’interconnexion est assurée entre le centre-ville et les quartiers alentours situés sur les hauteurs de la ville. L’éco-quartier « Cœur de ville » répond aussi aux enjeux du développement durable, en favorisant des axes ouverts aux transports collectifs de site propre et en installant des panneaux solaires adaptés aux habitations locales afin de capter un maximum de lumière (figure 2) car la ville connaît un ensoleillement de 1800 kWh/m2/an.

EcoQuartier « Coeur de ville », La Possession (La Réunion)

L’enjeu d’un éco-quartier est ainsi de proposer des solutions innovantes dans un contexte marqué par la problématique du logement : la croissance démographique, entre 2009 et 2018 croît en moyenne de 5100 habitants, soit une augmentation de +0,6% par an. Il s’agit de favoriser des quartiers à basse empreinte carbone et de répondre à la diminution des risques face aux aléas climatiques, en particulier aux cyclones. L’outre-mer répond ainsi pleinement au défi des éco-quartiers lancé en 2009 dans le cadre de la loi Grenelle 2. 

En conclusion, l’aménagement d’une ville en outre-mer doit faire face à un double enjeu : il convient non seulement d’aménager au mieux les villes afin de réduire leur vulnérabilité face à un aléa naturel (chutes de pierres, cyclone, éruption) susceptible de mener lui-même à une vulnérabilité économique que subissent déjà les économies d’outre-mer. Mais il s’agit également de faire opérer le concept de « ville intelligente » en profitant des atouts locaux, comme le climat, et de la taille réduite des éco-quartiers. L’objectif consiste à prévenir le risque par de nouvelles structures innovantes. Par ailleurs, grâce aux éco-quartiers, les outre-mers participent pleinement à la transition énergétique et en s’appuyant au mieux sur les atouts spécifiques des outre-mers. Ils apparaissent dès lors comme des « laboratoires vitrines de la transition énergétique ».

Indications bibliographiques :

  • Roche Sylvain , Bellemare  Laurent  et Ferrari Sylvie , « Rayonner par la technique : des îles d’Outre-mer au cœur de la transition énergétique française ? », Norois, 249 | 2018, 61-73.
  • Gay Jean-Christophe , L’Outre-mer français un espace singulier, Paris, Belin, (2008) 2018. 

L’auteur :

JERONVILLE  Davely est étudiant en Master 2 Histoire des Monde Modernes et Contemporains parcours « Développement Innovation Environnement du XVIème au XXIème siècle » (2019-2020). L’étudiant rédige un mémoire sur l’insertion des régions ultrapériphériques françaises au sein de la construction européenne depuis les années 1970, sous la direction de Christophe Bouneau.  

Habiller la ville de Las Vegas : l’intégration des énergies renouvelables dans l’espace urbain

Boulder Plaza, Las Vegas, Nevada, États-Unis
Source : bulletin local

Plus grande ville de l’État du Nevada, Las Vegas se situe à l’ouest des États-Unis dans le désert du Mojaves. Du fait de sa situation géographique, la ville jouit d’un accès limité aux ressources naturelles en particulier la ressource hydrique.

Dans l’imaginaire collectif, Las Vegas apparaît comme un lieu de divertissement et de démesure. Pourtant, la ville ne se réduit pas à cette dimension. Elle représente aussi un modèle pour le développement de pratiques écologiques et en particulier celui des énergies renouvelables.

Continuer la lecture de Habiller la ville de Las Vegas : l’intégration des énergies renouvelables dans l’espace urbain