Archives par mot-clé : Énergie renouvelable

L’urbanisme végétalisé, une transition verte en réponse aux enjeux climatiques

L’urbanisme a cru de manière anarchique, parallèlement à l’essor de l’industrialisation au XIXème siècle et la “nature” fut oubliée dans un premier temps.

L’un des premiers à penser la ville autour des espaces végétalisés fut l’urbaniste espagnol Arturo Soria (1844-1920) qui proposa des cités linéaires, favorisant le déplacement et entourées d’espaces végétalisés. De même, si la nature garde un attrait esthétique notamment dans le courant de l’art nouveau, Le Corbusier (1887-1965) dans La Charte d’Athènes de 1933 insistait également sur l’importance des espaces verts en vue d’améliorer la qualité de l’air.

Finalement, les enjeux écologiques n’interviennent véritablement qu’à partir des années 70, avec de nouvelles réflexions urbanistiques. Dès lors, avec le réchauffement climatique, la réintroduction des espaces verts dans l’environnement urbain gagne largement en représentation. 

Luc Schuiten, un théoricien de l’urbanisme vert à l’aube des premières inquiétudes écologiques

Luc Schuiten (1944-…) est un architecte et auteur de bandes-dessinées belge qui, dès les années 1970, alors que les effets néfastes du modernisme commencent à se faire ressentir, réfléchit à l’élaboration d’habitations et de systèmes permettant de créer un écosystème basé sur un échange entre habitat et environnement. Il construit sa propre maison selon ce principe en 1976 et la dote de la première génération de panneaux solaires.

Luc Schuiten utilise des modèles biologiques pour concevoir l’espace urbain et conceptualise l’ « archiborescence », néologisme construit à partir d’architecture et arborescence, qui lui sert à nommer les architectures réalisées à partir du vivant. L’archiborescence s’applique donc autant à des constructions utilisant des structures biologiques, comme une toiture végétalisée, qu’à des structures qui s’en inspirent, comme le courant art nouveau. Dans Archiborescences, il envisage une cartographie végétale de différents lieux, notamment dans la ville de Bruxelles. Sa réflexion architecturale se fonde sur le biomimétisme : il envisage une architecture écosystémique, qui participe tant à la destruction qu’à la régénération de par son utilisation des matériaux et sa réintroduction de la nature dans l’espace urbain  (Michel, 2012).

Figure 1 : Vegetal-city de Luc Schuiten. Source :  http://www.vegetalcity.net/vegetal-city/, consulté le 10/11/2020.

Parmi ses nombreux dessins d’urbanisme vert, Luc Schuiten présente Shanghai, lui donnant des allures de cité arborescente et biomimétique. En 2010, s’y est tenue l’Exposition Universelle où le thème était justement « une ville meilleure, une vie meilleure ». De très nombreux pavillons y ont présenté des architectures écologiques et végétalisées. Parmi les architectes participant à l’Exposition, Vincent Callebaut y a obtenu une notoriété internationale grâce à ses projets présentés dans sept pavillons.

Vincent Callebaut, l’urbanisme végétalisé à la pointe de la technologie

Vincent Callebaut (1977-…) est également un architecte belge, installé à Paris où il fonde son bureau d’études en architecture « Vincent Callebaut Architectures ». Il construit son identité architecturale sur la création de bâtiments écoresponsables qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

Il est le concepteur de la tour Tao Zhu Yin Yuan, à Taipei, finalisée en 2018. Cette tour en double hélice, censée réduire de 50% sa consommation énergétique, est recouverte de plus de 23 000 arbres et arbustes.

Comme Luc Schuiten, Vincent Callebaut est l’auteur d’un concept, l’ « archibiotic », néologisme entre architecture, biotechnologie et technologies de l’information et de la communication qui consiste à croiser les disciplines pour la création de bâtiments verts et écoresponsables, ramener la campagne en ville ou encore, dans son concept de cité navale, respecter les écosystèmes. La mairie de Paris lui commanda une étude à l’occasion de la COP21 de 2015, Paris Smart City 2050. Le concept central de son projet était la solidarité énergétique : il utilisait au travers de ses tours et bâtiments de grande taille tous les moyens que la technologie de pointe offrait grâce aux énergies renouvelables pour produire davantage d’énergie qu’ils n’en consommaient et ainsi redistribuer le surplus aux autres bâtiments. Son idée était de lutter contre la muséification et la gentrification de Paris au travers de conceptions nouvelles. Le projet impliquait une revégétalisation urbaine massive, permettant une production agricole en ville. Selon lui, cette production participerait à la consommation directe de la cité tandis que les espaces verts limiteraient l’effet d’îlot de chaleur urbain, c’est-à-dire la restitution de la chaleur du soleil relâchée pendant la nuit par les pierres et le béton des bâtiments qui l’ont accumulée dans la journée.

FDIAS Nilson, « Conheça Paris Smart City 2050 », Viver fora dor sistema, 2020, https://viverforadosistema.org.br/conheca-paris-smart-city-2050/, consulté le 10/11/2020

Vincent Callebaud compare la radicalité de son projet au changement urbain de Paris à celle du baron Haussmann au XIXèmesiècle. Si sa réflexion sur les problèmes engendrés par une ville-musée à répondre aux enjeux contemporains et aux besoins de ses habitants est parfaitement entendable, la comparaison reste hasardeuse sur bien des aspects. Hormis la levée de fonds nécessaire à un projet d’une telle envergure, la situation socio-politique de Paris en 2015 n’a pas grand-chose avoir avec ce que le baron Haussmann a pu faire sous Napoléon III et ce, sans compter les forces de réactance que peuvent représenter la population et les spéculateurs qui maintiennent volontairement des loyers hauts à Paris. Il est toutefois probable que le Paris de 2050 imaginé par Vincent Callebaut ne devienne pas stricto-sensu le Paris que nous connaîtrons en 2050, à moins qu’il ne soit utilisé comme fil rouge par les pouvoirs publics qui l’ont commandité dans leur ligne directrice pour l’inclusion de leurs projets à venir. C’est d’ailleurs ce que présente le site Paris Futur (http://parisfutur.com/projets/paris-2050/) qui permet de découvrir de nombreux projets écoresponsables présentés par des fiches descriptives, localisables sur une carte de Paris dans un code couleur indiquant l’état d’avancement de ces projets.

Paris n’était toute fois pas dénuée d’innovations vertes avant le projet visionnaire de Vincent Callebaut. Elle avait déjà fait appel à Patrick Blanc pour plusieurs projets ponctuels.

Patrick Blanc, un botaniste créateur d’une nouvelle structure paysagiste

Patrick Blanc (1953-…), est biologiste, botaniste, chercheur au CNRS et le premier à créer un mur végétal en 1986, qu’il fait breveter en 1988.

Le système qu’il met au point pour maintenir les plantes à la verticale comprend une structure supportant une surface en feutre composite où les plantes peuvent prendre racine et être irriguées par un système d’arrosage. Il a à ce jour réalisé plusieurs dizaines de projets à travers le monde dont la façade du musée du Quai Branly en 2006 qui lui a offert une visibilité internationale.

Son projet a depuis inspiré de nombreux architectes et compagnies, comme l’entreprise lyonnaise Canevafloor (2000-2014), qui s’est spécialisée dans la dépollution de l’air par leurs surfaces végétales,  ou l’agence singapourienne WOHA Architects (1994-…), dont les objectifs affirmés sont de préparer et protéger de l’impact du changement climatique.  Phua Hong Wei, architecte associé à l’agence WOHA, a réalisé en 2016 l’Oasia Hotel, un gratte-ciel aux façades végétalisées, offrant de larges ouvertures pour des jardins intérieurs.

Figure 4 « Luciano Pia 25 Verde », Divisare, https://divisare.com/projects/283279-Luciano-Pia-25-Verde, consulté le 10/11/2020.

Que ce soit sur les toits, sur les murs ou en terrasses, les innovations dans les bâtiments végétalisés abondent et rencontrent un succès certain, tant pour la réduction de l’effet d’îlot de chaleur urbain, que pour la réduction des nuisances sonores, des effets du vent, ou simplement le contact avec la nature. En Italie, l’architecte Luciano Pia a conçu un immeuble, 25 Verde situé à Turin, constitué d’une place boisée entourée de 64 appartements dont les balcons, terrasses, jardins sont également végétalisés. A Milan, l’architecte Stefano Boeri a imaginé une tour végétalisée, le Bosco Verticale, bâtiment primé précurseur des fameuses forêts verticales de Chine. Dans les projets parisiens, devrait sortir de terre en 2022 le projet Mille Arbres, Porte Maillot, un îlot urbain végétalisé conçu comme un quartier contenant une forêt urbaine. Une idée récurrente dans les interviews d’architectes de ces projets est d’offrir le meilleur des deux mondes entre ville et campagne.

Figure 5 LAGRANGE Catherine, « Les Cités végétales de Luc Schuite, Le Point », 2010, https://www.lepoint.fr/culture/les-cites-vegetales-de-luc-schuiten-25-05-2010-458777_3.php, consulté le 10/11/2020. Et Pinterest, Les arbres de Singapour, https://www.pinterest.fr/pin/185843922105597319/, consulté le 10/11/2020

Si Paris est encore très loin de ressembler à la ville verdoyante imaginée par Vincent Callebaut, de telles villes ne sont pas pour autant des utopies. Singapour est qualifiée de ville-jardin et c’est bien ce qu’elle est en train de devenir. Certains de ses designs ne sont pas sans rappeler les cités végétales de Luc Schuiten. Contrairement à Paris, Singapour a entamé sa transition verte il y a des décennies. Avec des projets comme les Mille Arbres et l’objectif de devenir une Smart City telle qu’imaginée par Vincent Callebaut, peut être que l’horizon 2050 est possible pour changer Paris en cité-jardin et voir ce modèle rayonner sur de nombreuses métropoles urbaines malgré quelques incidents de parcours comme en Chine où certaines tours d’habitations végétalisées, par un manque d’entretien efficace, se sont retrouvées infestées de moustiques au point d’être déclarées insalubres, comme l’a présenté Franceinfo le 23 septembre 2020. 

Bibliographie indicative :

  • AVALLE Antoine, Luc Schuiten, utopie ou architecture alternative ?, 2014, Mémoire de Master, https://antoineavalle.files.wordpress.com/2016/01/avalle-antoine-mc3a9moire-luc-schuiten-utopie-ou-architecture-alternative.pdf, consulté le 24/10/2020.
  • CALLEBAUD Vincent, Paris Smart City 2050, Michel Lafon, 2015.LOFTI Mehdi, WEBER Christiane et alii, « Évolution de la place du végétal dans la ville, de l’espace vert a la trame verte », VertigO, 2012, http://journals.openedition.org/vertigo/12670, consulté le 22/10/2020.
  • MICHEL Aurélie, « La ville-Paysage du XXIe siècle : une symbiose de l’architecture et de la nature », Raison Publique, 2012, Presses universitaires de Rennes, Rennes.
  • MATHIS Charles François, PEPY Emilie-Anne, La ville végétale. Une histoire de la nature en milieu urbain (France, XIIIe-XXIe s),  Champ Vallon, 2017.

L’auteur :

LO PRESTI Flavien est étudiant en Master de recherche en histoire à l’université Bordeaux Montaigne (2020-2021). Ses recherches, dirigées par le Pr. Bouneau, portent sur l’histoire des prothèses myoélectriques. Il a présenté ses travaux lors d’une conférence, en collaboration avec la Chaire RESET, au Bordeaux Geek Festival 2020 (https://www.canal-u.tv/video/reset/protheses_et_humains_augmentes.58179).

Les villes en outre-mer français : gestion des risques et valorisation des atouts : le développement des ÉcoQuartiers

L’enjeu d’aménager une ville d’outre-mer face aux différents handicaps :

Les territoires d’outre-mer doivent faire face aux nouveaux enjeux de la transition énergétique dans un contexte de changement climatique, notamment avec la prise en compte des aléas naturels. Dans ce cadre, la logique des ÉcoQuartiers participe à l’élaboration de villes durables, en soutenant l’idée d’une stratégie spécifique adaptée à ces territoires d’outre-mer. Il s’agit de répondre au mieux aux impératifs de la gestion des aléas climatiques, ainsi qu’aux attentes de la population, en croissance dans les espaces urbains proches des littoraux.  

La convergence de différents facteurs comme la petite taille (sauf pour la Guyane), l’isolement, la dépendance vis-à-vis de l’extérieur et l’absence d’une force industrielle constitue un ensemble de handicaps nuisant fortement à ces territoires en causant plusieurs dysfonctionnements au niveau économique. En effet, les outre-mers souffrent d’une forte dépendance énergétique, comme l’illustre le cas de la Martinique qui a fait le choix dans les années 1930 d’une consommation énergétique fondée sur le pétrole, importé en totalité. Ces importations accroissent la vulnérabilité de ces territoires, soumis à des prix plus élevés qu’en métropole (Selon l’INSEE en 2015 ; 17, 1% pour la Guyane, 17% pour la Guadeloupe, 16,2% pour la Martinique et 10,6% pour la Réunion) et à un risque de rupture de l’approvisionnement.   

Faire des handicaps un atout dans l’objectif d’une autosuffisance énergétique 

Plan de construction

Cependant, avec la mise en avant de la transition énergétique, ces différents handicaps peuvent se transformer en atouts car ils invitent à expérimenter à petite échelle de nouveaux procédés de production d’énergie. De cette manière, les outre-mers sont perçus comme des « laboratoires à ciel ouvert ». En effet, ces îles disposent de nombreuses ressources naturelles et d’un climat favorable à la production d’énergie propre, qui sont exploitées par les « ÉcoQuartiers », tels que « Cœur de ville » à La Possession (Réunion). Ce dernier se situe à proximité du centre historique localisé par la Rue Sarda Garriga, (figure 1) qui contraste elle-même avec l’architecture locale des « cases créoles » et qui s’inscrit dans un projet d’expansion urbaine. En effet, l’éco-quartier répond à la croissance constante de la population. Pour y faire face, l’interconnexion est assurée entre le centre-ville et les quartiers alentours situés sur les hauteurs de la ville. L’éco-quartier « Cœur de ville » répond aussi aux enjeux du développement durable, en favorisant des axes ouverts aux transports collectifs de site propre et en installant des panneaux solaires adaptés aux habitations locales afin de capter un maximum de lumière (figure 2) car la ville connaît un ensoleillement de 1800 kWh/m2/an.

EcoQuartier “Coeur de ville”, La Possession (La Réunion)

L’enjeu d’un éco-quartier est ainsi de proposer des solutions innovantes dans un contexte marqué par la problématique du logement : la croissance démographique, entre 2009 et 2018 croît en moyenne de 5100 habitants, soit une augmentation de +0,6% par an. Il s’agit de favoriser des quartiers à basse empreinte carbone et de répondre à la diminution des risques face aux aléas climatiques, en particulier aux cyclones. L’outre-mer répond ainsi pleinement au défi des éco-quartiers lancé en 2009 dans le cadre de la loi Grenelle 2. 

En conclusion, l’aménagement d’une ville en outre-mer doit faire face à un double enjeu : il convient non seulement d’aménager au mieux les villes afin de réduire leur vulnérabilité face à un aléa naturel (chutes de pierres, cyclone, éruption) susceptible de mener lui-même à une vulnérabilité économique que subissent déjà les économies d’outre-mer. Mais il s’agit également de faire opérer le concept de « ville intelligente » en profitant des atouts locaux, comme le climat, et de la taille réduite des éco-quartiers. L’objectif consiste à prévenir le risque par de nouvelles structures innovantes. Par ailleurs, grâce aux éco-quartiers, les outre-mers participent pleinement à la transition énergétique et en s’appuyant au mieux sur les atouts spécifiques des outre-mers. Ils apparaissent dès lors comme des « laboratoires vitrines de la transition énergétique ».

Indications bibliographiques :

  • Roche Sylvain , Bellemare  Laurent  et Ferrari Sylvie , « Rayonner par la technique : des îles d’Outre-mer au cœur de la transition énergétique française ? », Norois, 249 | 2018, 61-73.
  • Gay Jean-Christophe , L’Outre-mer français un espace singulier, Paris, Belin, (2008) 2018. 

L’auteur :

JERONVILLE  Davely est étudiant en Master 2 Histoire des Monde Modernes et Contemporains parcours « Développement Innovation Environnement du XVIème au XXIème siècle » (2019-2020). L’étudiant rédige un mémoire sur l’insertion des régions ultrapériphériques françaises au sein de la construction européenne depuis les années 1970, sous la direction de Christophe Bouneau.  

Habiller la ville de Las Vegas : l’intégration des énergies renouvelables dans l’espace urbain

Boulder Plaza, Las Vegas, Nevada, États-Unis
Source : bulletin local

Plus grande ville de l’État du Nevada, Las Vegas se situe à l’ouest des États-Unis dans le désert du Mojaves. Du fait de sa situation géographique, la ville jouit d’un accès limité aux ressources naturelles en particulier la ressource hydrique.

Dans l’imaginaire collectif, Las Vegas apparaît comme un lieu de divertissement et de démesure. Pourtant, la ville ne se réduit pas à cette dimension. Elle représente aussi un modèle pour le développement de pratiques écologiques et en particulier celui des énergies renouvelables.

Continuer la lecture de Habiller la ville de Las Vegas : l’intégration des énergies renouvelables dans l’espace urbain