Archives par mot-clé : Enseigne

Habiller la ville, signalétique et emblème : la carotte de tabac

La carotte de tabac, son origine 

La carotte de tabac est, aujourd’hui, le symbole commun à tout débit de tabac situé sur le territoire français. En effet, si l’obligation, pour les buralistes, d’exposer cette signalétique date de 1906 ; cette carotte, elle, trouve son origine plus en amont dans le temps. 

Rappelons alors que le tabac, cette plante entrée petit à petit dans l’habitude de consommation des Français, est vendue, au XVIe siècle, sous forme de feuilles ficelées les unes aux autres. Pour les consommer (qu’il s’agisse de les fumer ou de les mastiquer), il fallait les rapper, leur donnant alors une apparence s’approchant d’une carotte. 

Ill. 1 : Carotte de tabac. Source : Musée de Nouvelle-Calédonie

C’est sous Louis XIV et son célèbre ministre Colbert que la vente du tabac devint monopole royal, puis monopole d’État, une spécificité française en Europe. Cette vente reste encore aujourd’hui très encadrée, contrairement aux pays voisins et notamment l’Allemagne, qui autorise la vente aussi bien dans des superettes que dans des distributeurs automatisés.

La systématisation d’un symbole

À partir du moment où la carotte de tabac devint l’emblème des bureaux de tabac en 1906, il fallut l’exposer en dehors du bureau, visible et reconnaissable. Ainsi, elle se normalise et se standardise pour créer un repère visuel commun. Au même titre que d’autres symboles urbains (croix verte des pharmacies, poteau du barbier), cette carotte vise à créer dans un espace défini, un repère reconnaissable et identifiable. Obligation et monopole d’État (via les Douanes) rendent ce mobilier urbain uniquement lié à une sorte de commerce, la vente de tabac. 

A ce titre, sont définies des formes, tailles et couleurs qui garantissent l’unité et la standardisation de cette signalétique, même si plusieurs évolutions sont apparues au cours du temps. Par exemple, la carotte, à l’origine, marron, est devenue rouge ; de même si le mot « tabac » n’était pas visible dans les premiers temps, son inscription sur la carotte est aujourd’hui obligatoire.  

Ill. 2 : Carotte de buraliste, fin 19e siècle. Source : Musée de Normandie
Ill. 3 : Carotte de tabac avec éclairage néon. Source : Le monde du tabac

Enfin, la carotte connaît sa dernière modification (arrêté du 13 février 2020) bien plus récemment, avec une obligation d’éclairage. Elle entre alors dans le cadre d’un mobilier urbain nocturne et plus seulement diurne. Par ailleurs, comme la carotte en elle-même ne suffit pas toujours, elle peut, outre sa forme losange et sa couleur rouge, être adaptée aux couleurs bleues, blanc et rouge.

Ill. 4 : Nouvelle carotte de tabac tricolore. Source : Le monde du tabac

Enfin, si un modèle unique d’enseigne n’existe pas en tant que tel, un choix restreint de carotte est approuvé. Ce catalogue doit correspondre aux modèles et marques déposés auprès de l’INPI (Institut National de la Propriété Intellectuelle) et/ou par l’organisation professionnelle représentant les buralistes. Ce symbole, véritable repère pour les consommateurs, comme pour les non-consommateurs du tabac, est aujourd’hui définitivement ancré dans l’espace urbain puisqu’il existe environ 24 000 bureaux/débits de tabac. Plus encore, il fait partie d’un imaginaire commun, spécifiquement français. 

Les Reflets, Franck Scurti, mobilier urbain et représentation artistique 

Franck Scurti est un artiste lyonnais né en 1965. Plasticien de formation, il reprend les codes des enseignes communes à la ville et les déforme, les édite et les interprète à sa manière. En 2013, dans le cadre des Pléiades, auxquelles participe la gare de Toulouse-Matabiau, Franck Scurti reprend les symboles de la carotte de tabac, mais aussi de l’opticien ou encore de la pharmacie.  

Cette création garde, dans les grandes lignes, le symbolisme de ces enseignes, en particulier celle de la carotte de tabac : le rouge, le losange, ici déformé telle une flaque d’eau, le mot « tabac », et l’éclairage. Mais, l’artiste en a délibérément rendu les contours abstraits. Il s’agit justement de détourner une forme de rigidité, de standard, et de transformer, ici, un objet du quotidien. 

Ill. 5 : “Les Reflets”, à la gare de Toulouse-Matabiau. Source : Les Abattoirs – Musée – Frac Occitanie Toulouse

“Incorporer des symboles commerciaux dans le code visuel d’un édifice qui n’en comporte pas a priori est aussi une façon onirique de commenter l’environnement commercial et notre usage de l’espace urbain. Un “Reflet” vu de loin, par exemple de la route, s’intègre à l’échelle de la rue et aux codes commerciaux. {…} Les enseignes peuvent être montrées groupées dans un même espace ou alors être disséminées sur plusieurs lieux, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur, sur les murs d’un musée ou sur ceux de la ville”. Franck Scurti. 

La carotte de tabac devient alors le centre d’une attraction artistique, ce qui renforce l’intérêt de cette création. La refonte du symbolisme de la carotte permet aussi au public (piéton, automobiliste, et autre usager de la ville) de se questionner sur ce mobilier du quotidien. 

L’artiste met face-à-face une réalité urbaine, mais aussi un imaginaire collectif de ce qu’est la ville et ses symboles. 

Bibliographie indicative :

L’auteur :

BOULLIN Luc est étudiant en seconde année de Master Développement Innovation et Environnement (2021-2022) à l’université Bordeaux Montaigne. Son mémoire, sous la direction du Pr. Christophe BOUNEAU, porte sur « Le Greenwashing dans les élections de la métropole bordelaise (2014-2020).