Archives par mot-clé : Esclavage

Habiller les villes françaises de leur passé colonial

ABOLITION DE L’ESCLAVAGE DANS LES COLONIES FRANÇAISES / 27 AVRIL 1848 / PEINTURE DE FRANÇOIS AUGUSTE BIARD

L’Europe et la France ont bâti une grande partie de leur puissance sur leur passé colonial, en puisant des ressources à la fois en termes d’hommes, de minerais et de produits agricoles. Ce passé est aujourd’hui vivement controversé et des actions de commémoration viennent rappeler à la mémoire de chacun ce passé construit aux dépends de certains territoires et de certains peuples. Dans ce cadre, plusieurs villes françaises témoignent leur reconnaissance au travers de monuments exposés dans des lieux riches en histoire. 

Les « grandes découvertes » des XVe et XVIe siècles sont faites par les pays européens portés par une économie en pleine expansion, à commencer par le Portugal et l’Espagne, puis par la France, l’Angleterre, la Hollande et la Russie. Tous ces pays sont à la recherche de matières premières comme les épices ou l’or car l’Empire Ottoman contrôle le commerce terrestre vers les Indes. Les Occidentaux cherchent à gagner l’Inde et la Chine soit en longeant l’Afrique (expéditions portugaises), soit en traversant l’Atlantique (Espagnols, puis Anglais et Français), soit en cherchant une voie septentrionale (Hollandais). Les Russes, quant à eux, empruntent les routes sibériennes. Peu à peu, l’Europe s’enrichit et les expéditions se déplacent vers le continent outre-Atlantique tout en s’intensifiant en Afrique. Cette intensification entraîne le développement du trafic d’esclaves. C’est le début du commerce triangulaire entre les produits européens, les denrées nouvelles du continent américain et les esclaves africains. 

On dénombre entre 15 et 20 millions d’esclaves en provenance d’Afrique vers les principaux pays européens. La France, quant à elle, déclare en 1815 cette pratique illégale, même si en pratique, elle n’arrête pas de suite la traite. Finalement, le 27 avril 1848, l’abolition définitive de l’esclavage est promulguée et en 2001, le trafic d’esclaves est caractérisé comme un « crime contre l’Humanité », à l’initiative de Christine Taubira, députée d’origine guyanaise.

Depuis 2006, la France organise une « journée nationale de commémoration des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition ». Tous les 10 mai en métropole – certains départements outre-mer ont choisi d’autres dates – des événements sont organisés pour se remémorer l’histoire du commerce triangulaire qu’exerça la France entre le XVe et le XIXe siècle, ce que retracent dans certaines villes des statues qui commémorent ce passé. 

Fers – Paris

C’est à Paris, le 4 avril 2009, que l’une des premières statues est installée. L’artiste Driss Sans-Arcide, célèbre plasticien surnommé le « Musée Khômbol », inaugure pour la première fois en France une sculpture en mémoire de l’esclavage, intitulée Les bracelets brisés (ou Fers), en hommage au général Thomas Alexandre Dumas (1762-1806) qui devient le premier général afro-antillais de l’armée française. 

FER / BRACELETS BRISÉS / PARIS LA DOUCE / CAROLINE HAUER

Celle-ci représente deux bracelets symbolisant chacun un moment de la vie du général : le premier, ouvert avec la chaîne ancrée au sol, représente son statut d’esclave lorsqu’il était enfant ; le second, fermé, voit les maillons de la chaîne se diriger vers le ciel, ce qui représente l’élévation sociale que connaît Alexandre Dumas en devenant Général d’armée sous Napoléon Ier

La sculpture est inaugurée le 4 avril 2009, sous le patronage de l’UNESCO et avec la présence du président américain Barack Obama. Elle mesure environ 4 mètres de hauteur et pèse près de 5 tonnes. C’est une œuvre majestueuse trônant sur la place du général Catroux, non loin du parc Monceau. Il existe deux autres œuvres honorant la mémoire des Dumas sur cette place, celle de Gustave Doré érigée en 1883 et celle de René de Saint-Marceaux datant de 1906. 

Modeste Testas – Bordeaux

Statue de Modeste Testas (1765-1870) achetee par deux freres bordelais au XVIIIe puis affranchie, Bordeaux *** Local Caption *** Bordeaux Gironde Modeste Testas architecture bourse maritime esclave espace vert femme sculpture sud-ouest urbanisme ville

L’implication de la ville de Bordeaux dans la traite d’esclaves est mise en scène au travers de la statue de Modeste Testas, inaugurée le 10 mai 2019 et façonnée dans une fonderie mérignacaise par Woodly Caymitte dit Filipo, jeune artiste tahitien.

Elle se situe quai Louis XVIII, devant la Bourse Maritime. L’emplacement est d’autant plus symbolique que ce bâtiment joua un rôle non négligeable lors des arrivées d’esclaves au port de Bordeaux. En effet, la ville a fortement participé au commerce triangulaire ce qui a contribué à l’enrichissement de cette région viticole. 

La femme représentée par cette statue s’appelle Marthe Adélaïde Modeste Testas née Al Pouessi, du nom de son propriétaire bordelais. Née en Afrique Orientale en 1765, elle passe sa vie à Saint Domingue dans une plantation sucrière. Comme elle, près de 150.000 esclaves entre le XVIIe et le XIXe siècle passent par Bordeaux avant de rejoindre les colonies.

BUSTE DE TOUSSAINT LOUVERTURE / PARC DES BERGES / SITE DE LA MAIRIE DE BORDEAUX

Une autre statue commémorant le passé esclavagiste de la ville habille les quais de Bordeaux. Il s’agit du buste de Toussaint Louverture, donné par Haïti et inauguré en 2005 dans le parc des berges de la Bastide, rive droite. Cet homme connaît un parcours hors du commun : esclave, affranchi, puis général dans l’armée française en 1791, il devient par la suite un symbole pour les mouvements d’émancipation des colonies françaises. Il est emprisonné au début du XXe siècle, après avoir joué un rôle déterminant dans la révolution haïtienne, entre 1791 et 1802. Cependant, son histoire est contestée puisqu’il semble que lui-même ait possédé des esclaves après avoir été affranchi.

Les Marrons de la Liberté – Guyane

LES MARRONS DE LA LIBERTÉ / ACADEMIE DE GUYANE / LOBIE COGNAC / MEMOIRE ESCLAVAGE DE BORDEAUX

Outre la France métropolitaine, les DOM et TOM témoignent d’une activité maritime importante, mémoire du colonialisme et de l’esclavagisme. 

La Guyane célèbre l’abolition de l’esclavage tous les 10 juin, en mémoire de la date de la signature de l’arrêté qui promulgue l’abolition de l’esclavage. En 2008, les Marrons de la liberté sont inaugurés sur le rond-point Adélaïde Tablon à Rémire-Montjoly, du nom d’une femme incarnant la lutte pour la liberté et l’égalité des peuples. En effet, à la suite d’une révolution en 1890, elle est faite prisonnière, et décide de se rendre à Cayenne pour son procès, nue en refusant les vêtements proposés par le gouverneur. 

La statue nommée Fiiman en bushi-tongo, signifie « Homme Libre » dans la langue des Bushinengues, descendants d’esclaves africains déportés au Suriname, pays frontalier de la Guyane. Elle représente un couple dans une tenue d’abattis, autrement dit d’esclaves, plus précisément d’éleveur de bétail et de cultivateur. On y aperçoit un homme les bras en l’air comme un signe de victoire brisant ses chaînes et une femme, un pagne autour de la taille, libérant un oiseau, symbole de liberté. Cette œuvre de l’artiste guyanais Lobie Cognac mesure plus de 5 mètres de hauteur. 

On surnomme aussi cette statue « Les Marrons de la Liberté » pour évoquer le marronnage, c’est-à-dire le fait pour un Guyanais de s’échapper d’une plantation pour rejoindre la forêt et ainsi fonder de petites communautés de personnes libres, composées d’ex-esclaves. Le plus souvent, ces marrons se réfugiaient autour de la rivière qui fait aujourd’hui office de frontière entre le Suriname et la Guyane, le Maroni. 

En somme, les monuments en mémoire de l’esclavage sont de plus en plus présents dans les villes portuaires métropolitaines et dans les anciens comptoirs, devenus départements. Cependant, l’histoire resurgit et fait entrevoir les personnages historiques français ayant joué un rôle dans l’esclavagisme, à l’image de Colbert, auteur du Code Noir, trônant devant l’assemblée nationale, et dont la question de son déboulonnage est récurrente. 

Depuis le 26 septembre 2020, une nouvelle statue a fait son apparition dans la capitale. Il s’agit d’une statue déjà présente aux Abymes en Guadeloupe depuis 1999, qui se trouve désormais dans le 17ème arrondissement parisien dans le jardin du même nom, « la Mulâtresse Solitude ». Née Rosalie, elle transforme son prénom et devient Solitude lorsqu’elle décide d’intégrer les rebelles de la résistance. Lors du rétablissement de l’esclavage par Napoléon en 1802, elle est engagée au sein de la lutte guadeloupéenne. Elle subit un sort tragique car elle est pendue le lendemain de son accouchement. 

Bibliographie indicative :

  • DUBY Georges, « Atlas historique Duby », Larousse, 2016, p. 152-157 & 178-179
  • HAUER Caroline, « Paris : Fers brisés, hommage au général Thomas Alexandre Dumas, une œuvre signée Musée Khômbol alias Driss Sans-Arcidet – XVIIème », Paris La Douce, 15/08/2019
  • LE MAO Caroline (dir), AUGERON Mickaël, BONIN Hubert, CAUDRON Olivier « Mémoire noire – Histoire de l’esclavage : Bordeaux, La Rochelle, Rochefort, Bayonne », Bordeaux, Mollat, 311 pages, 08/10/2020
  • THESEE Françoise, FOUCHARD Jean, « Les Marrons de la liberté », Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 61, n°222, 1er trimestre 1974. pp. 178-181
  • VENAYRE Sylvain, « abolition de l’esclavage dans les colonies françaises », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2021 ; http://www.universalis-edu.com.ezproxy.u-bordeaux-montaigne.fr/encyclopedie/abolition-de-l-esclavage-dans-les-colonies-francaises/

L’auteur :

TOUCHARD Maxime est étudiant en Master 2 Développement, Innovation et Environnement à l’université Bordeaux Montaigne (2021-2022). Son sujet de master porte sur les « Trajectoires d’innovation dans l’équipement du golf depuis le milieu du XVIII° siècle » sous la direction du Pr. Christophe Bouneau.