Archives par mot-clé : Fascisme

Fascisme et urbanisme à Gênes

Les villes, « oubliées » du fascisme

L’Italie sort meurtrie de la Première Guerre mondiale, à l’instar des autres puissances belligérantes. Le climat de souffrance économique et sociale favorise l’émergence du mouvement fasciste, mené par un journaliste, Benito Mussolini. Celui-ci lance en 1922 la célèbre « marche sur Rome » qui lui permet de s’emparer du pouvoir par la force et d’installer progressivement un régime dictatorial. Sa politique intérieure et extérieure est parfois décrite comme une politique impériale. En effet, nostalgique de l’Empire romain, il souhaite en redessiner les frontières et redonner aux Italiens leur dignité, après les désillusions des traités de paix au cours desquels l’Italie avait vu lui échapper les terres irrédentes si convoitées. Sur le plan intérieur, Mussolini lance une politique de grands travaux sur l’ensemble du territoire qu’il justifie par des paroles « révisionnistes ».

L’élément paradoxal de cette politique intervient sur les questions urbaines. En effet, Mussolini est fondamentalement opposé au développement urbain qui contredit sa vision dichotomique de l’Italie, qui serait partagée entre Rome d’une part et les campagnes italiennes d’autre part. Ainsi, la propagande fasciste ignore la ville, alors qu’il n’est pas rare d’observer des photographies du Duce, une bêche à la main ou aux commandes d’un tracteur lors d’inaugurations de plaines asséchées. Cette image populiste prône le retour à la terre, dans l’idée que le monde rural serait plus moral. En réalité, cette volonté de donner de l’Italie une image rurale et frugale cache un mouvement d’urbanisation important encore visible aujourd’hui et dont les racines remontent au 19esiècle.

En effet, depuis l’achèvement du processus d’unification politique et territoriale de l’Italie, que l’on nomme « Risorgimento » (1848-1870) et qui s’achève par la prise de Rome le 20 septembre 1870, les villes italiennes ont connu une croissance importante qui s’explique tant par l’urbanisation que par le phénomène d’exode rural. Par ailleurs, le gouvernement lance une politique économique en faveur du développement maritime italien qui favorise l’aménagement des sites portuaires. C’est le cas de Gênes dont les vastes travaux d’agrandissement réalisés grâce aux fonds d’investissements de l’État doivent permettre de moderniser le port. L’objectif consiste à affirmer la ville comme point central du dispositif maritime de la Péninsule, d’autant que Gênes fait partie de ce que l’on appelle le « triangle d’or » de l’Italie, c’est-à-dire des villes les plus industrialisées du pays, avec Milan et Turin. 

Bâtir des villes à l’image du fascisme

Pour Mussolini, il faut faire table rase du passé et créer une ville à l’image du fascisme. Il lui faut pour cela réguler les flux de populations (familles, travailleurs). À ce titre, une loi est promulguée en 1939 pour que les individus ayant un travail régulier et déclaré puissent acheter une résidence dans les centres urbains de plus de 25 000 habitants. Mais pour pouvoir travailler dans une ville qui dépasse les 25 000 habitants, il faut prouver qu’on y possède un logement.

Devenir citadin devient dès lors presque impossible. De plus, cette loi complète celle du 24 décembre 1928 qui offrait la possibilité aux préfets de signer des décrets qui concernant l’exode vers les villes. L’objectif consiste bien à limiter les flux humains vers la ville, d’autant que la propagande fasciste la présente comme un lieu de déviance et de danger. Il s’agit pour le Duce de légitimer sa dictature et de créer une forme de « bonification sociale » par la gestion des flux migratoires. La répartition de la population devient dès lors un enjeu politique. Mais en réalité, la conséquence paradoxale de cet « anti-urbanisme » fasciste est qu’elle entraîne plutôt une exaltation de la ville. En effet, la cité reste la pièce maîtresse des édiles qui désirent préserver l’image de la ville comme lieu de pouvoir alors que Mussolini invoque quant à lui la résurrection de « l’urbs » c’est-à-dire le retour à la grande ville antique où le simple citoyen se démarque du peuple. Il souhaite le retour de la grande Rome rayonnante.

Or, cette valorisation de Rome entraîne dans son sillon celui d’autres villes italiennes telles que Gênes. Celles-ci connaissent également une politique de grands travaux entraînant la disparition de bâtiments anciens. C’est le cas en particulier de ceux rappelant un héritage peu glorieux de l’histoire italienne, à l’instar des bâtisses médiévales. Ainsi, les centres historiques de grandes villes comme Gênes, Palerme, Ferrare, Trieste, ou Naples sont modifiés, tandis que la monumentalité s’impose sur les espaces insalubres et provoque une réorganisation politique et sociale. Comme Mussolini souhaite donner une image très glorieuse de l’Italie, on rase des quartiers dans de nombreuses villes, pour y construire de nouveaux bâtiments. L’exemple le plus célèbre se trouve à Rome que le Duce souhaite équiper d’un complexe sportif (le Foro Italico). Ce complexe intervient dans le cadre d’une candidature aux Jeux Olympiques d’été de 1940. Le style gigantesque doit rappeler l’ancien Empire romain. Le chemin vers le complexe passe devant un obélisque de 36 mètres de haut et de 300 tonnes (le Monolithe Mussolini), construit avec du marbre de Carrare. C’est le plus grand monolithe taillé du 20esiècle. De plus, le stade, qui peut  accueillir 100 000 personnes, est entouré de 60 statues monumentales, tandis que des inscriptions célèbrent Mussolini. On peut lire par exemple : « DVCE,  LA NOSTRA GIOVINEZZA A VOI DEDICHIAMO » (Duce, nous vous donnons notre jeunesse). Enfin, sur le pont qui marque l’entrée du chemin vers le complexe, le Ponte Duca d’Aosta(200 m de long sur 30 m de large) se trouvent des bas-reliefs qui représentent des scènes de la Première Guerre mondiale.

En parallèle, Gênes connaît une importante croissance démographique qui oblige le régime fasciste à construire des logements. Or, les plans de construction ne s’insèrent pas toujours dans les lignes urbanistiques légales si bien que de nos jours, les legs de cette période entraînent encore des problèmes de gestion des agrégats urbains rendant difficile leur réhabilitation. En réalité, on cherche à construire rapidement sans regarder les normes sur la construction et la salubrité. Ainsi, en dépit des mesures fascistes contre le développement urbain, la ville de Gênes s’agrandit, notamment en direction du site portuaire, qui est agrandi et doté d’arsenaux pour mener à bien la politique navale de Mussolini. L’importance du port est confirmée par les voiesde communication comme la voie ferrée et l’avenue monumentale dirigées vers le terminal du port. Ce bâtiment, par son architecture massive et sa rangée de colonnades, se rapproche de la vision fasciste. 

La ville de Gênes : le terminal du port 

Ainsi, l’évolution de l’urbanisme sous la dictature fasciste touche l’ensemble des grandes cités italiennes. La ville doit devenir un outil de propagande. La vision fasciste sur l’espace urbain se concentre autour de trois zones spécifiques qui sont la zone de commandement, la zone de résidence et la zone de production. La monumentalité s’impose sur les espaces insalubres et provoque une réorganisation politique et sociale. Cette architecture est conçue comme une mise en scène où l’objectif est de dé-densifier et de favoriser une distribution spatiale en faveur des édifices de la « grandeur mussolinienne ». L’architecture est ainsi la vitrine de la nouvelle Italie impériale.

Bibliographie indicative :

  • BERSTEIN Serge, MILZA Pierre, « Le Fascisme italien ( 1919-1945)», Histoire, Paris, 1980.
  • BERSTIEN Serge, MILZA Pierre, « L’Italie Contemporaine : Du Risorgimento à la chute du fascisme », Armand Colin, Paris, 1995.
  • VALLAT, Colette, « Villes neuves de l’Italie fasciste : usage et limites d’un outil de propagande », Histoire urbaine, 2001/2 (n° 4), p. 161-182.

L’auteur : 

GINESTIE Mathieu est étudiant en histoire contemporaine à l’Université Bordeaux-Montaigne. Mon mémoire de master s’intitule : « Les trajectoires d’innovation de la marine italienne (1870-1940) sous la direction du Professeur Christophe Bouneau.