Archives par mot-clé : Grands ensembles

Soigner l’imaginaire des grands ensembles par l’histoire

À l’heure où les réflexions et les doutes sur les modèles urbains actuels s’accumulent, il semble pertinent de s’intéresser aux représentations de la ville, c’est-à-dire à notre manière de comprendre, d’analyser et de modeler le phénomène urbain. La question des grands ensembles a longtemps cristallisé un foisonnement de représentations médiatiques, ces images ayant pu participer à la dépréciation du regard que l’on porte, encore aujourd’hui, sur ces derniers. Il s’agit donc de nuancer ces stéréotypes en retraçant les grandes lignes d’un objet d’étude marginal, mais pourtant emblématique de l’histoire urbaine française.

Écrire et filmer les grands ensembles

Photographie de Jean-Luc Godard et Marina Vlady, lors du tournage du film Deux ou trois choses que je sais d’elle (1967). Source :
 https://twitter.com/lecinema_/status/930504491706867713

Depuis 1960, les grands ensembles ont fait l’objet de plusieurs représentations médiatiques qui, d’une manière générale, ont participé à leur rejet. En 1967, dans un film intitulé Deux ou trois choses que je sais d’elle, Jean-Luc Godard dresse le portrait d’une mère de famille habitant un grand ensemble de la région parisienne et s’adonnant à la prostitution occasionnelle. Cinq ans plus tard, le film Elle court, elle court la banlieue, réalisé par Girard Pires, dépeint le quotidien morose d’un couple de banlieusards de la région parisienne. Le film à succès décrit le grand ensemble comme un territoire singulièrement domestique et féminin : lorsque les hommes apparaissent à l’image, c’est pour quitter le grand ensemble. Aussi ce dernier est-il montré comme un territoire « hors la ville », exerçant une rupture avec celle-ci : on le rejoint en train, en hélicoptère ou en voiture, mais jamais à pied. Enfin, dès 1985, les références cinématographiques mettent l’accent sur leur dégradation : l’humidité, les graffitis et les ordures jonchant le sol sont montrés à l’écran et lèvent le voile sur l’idée d’une possible démolition.

 Ces références cinématographiques ne sont pas isolées. À la même époque, dans la presse écrite, les grands ensembles sont visités par certains journalistes qui n’hésitent pas à assortir à ces logements des maux pathogènes. Dans un ouvrage intitulé Regards et témoignages sur Sarcelles, Claude Mezrahi s’attache à décrire les symptômes de la « sarcellite », une maladie qui toucherait en premier lieu les habitantes des grands ensembles rongées par l’ennui.

Quelle histoire du grand ensemble ?

La construction d’un savoir historique sur les grands ensembles permet de nuancer la représentation dominante de grands ensembles synonymes d’une banlieue pauvre et délabrée. Aussi l’édification des grands ensembles s’inscrit-elle, du moins dans un premier temps, dans un projet de société novateur. Après la Seconde Guerre mondiale, cinq millions de sinistrés campent dans des ruines, des baraquements provisoires et des logements réquisitionnés. Dans ce contexte, Eugène Claudius-Petit, ministre de la Reconstruction dès 1947, envisage la mise en place d’un service public de l’habitat. Des logements provisoires s’apparentant à de nouveaux quartiers, essentiellement composés de barres et de tours (les plus hautes affichent vingt étages, soit soixante mètres de haut) sont édifiés à la périphérie des villes. Initialement envisagés pour une trentaine d’années, ces constructions éphémères doivent permettre de résorber la crise du logement. Dans le même temps, les grands ensembles contribuent à la disparition des taudis d’avant-guerre, situés aux abords immédiats des grandes villes.

Les croyances dans les capacités de régénération urbaine des grands ensembles sont réelles et transparaissent dans les articles de presse de l’époque. Le 9 avril 1956, le journal Le Figaro imagine l’avenir de la cité du Briez (Lorraine) en ces termes : « Ce sera une ville radieuse, une ville verte, sans banlieue et de conception tout à fait opposée à ce que l’on appelle la ville tentaculaire, celle qui pousse sans ordre au hasard de lotissements plus ou moins défectueux, transformant les routes en rues interminables, monotones, dangereuses pour les enfants et fort coûteuses malgré les apparences ».

« Construire vite et pas cher » fut donc le leitmotiv conduisant à l’édification massive des grands ensembles entre 1955 et 1975. Dans le même temps, les constructions s’insèrent dans une recherche novatrice et urbanistique de la « qualité de vie ». Des normes strictes imposent l’installation d’un vide ordures et d’un chauffage central dans tous les appartements ; d’autres réglementent les superficies minimales et instaurent des durées d’ensoleillement minimum, fixées à « 2 heures par jour, et au moins 100 jours par an » pour chaque façade d’appartement. En 1975, 75% des logements disposent ainsi d’une installation sanitaire ordinaire complète, W.-C. intérieurs compris.

Les premières enquêtes sociologiques témoignent par ailleurs de l’enthousiasme initial des premiers habitants. Le sociologue Henri Coing parle de « griserie » pour qualifier cette courte, mais intense période de découverte d’un monde nouveau, où les privations de l’après-guerre ne semblent plus qu’un mauvais souvenir. Et, contre toute attente, les premières désillusions sont relatives aux nombreuses interdictions rythmant la vie quotidienne des habitants. Il leur est par exemple interdit d’aller sur la pelouse, ou encore de rester un peu trop longtemps dans les parties communes. Le rôle du gardien, résidant dans la loge de l’immeuble et connaissant chaque famille, est primordial dans l’apprentissage de cette nouvelle vie collective.

Force est de constater que l’histoire des grands ensembles s’inscrit dans un temps court. Ainsi les premiers doutes apparaissent-ils très tôt, c’est-à-dire au moment même où les principaux programmes sont en train d’être réalisés. Dans la région parisienne, le manque d’activité sociale et culturelle lié à ce type d’urbanisme est décrié par les sociologues ; les durées de transport entre le domicile et le lieu de travail, ne cessant de s’allonger, sont également dénoncées. Il n’est pas rare que les habitants combinent plusieurs modes de transport, pour des temps de trajet s’élevant souvent à deux, trois heures de transport par jour. Dans un article, l’historienne Annie Fourcaut revient sur la réalisation tardive des équipements collectifs qui auraient dû accompagner de telles édifications. Cette absence s’explique avant tout par les singularités historiques du financement du logement social : dans le circuit HLM, depuis la loi Siegried de 1894, n’était financée que l’habitation. Bref, la plupart des sociétés HLM sont en réalité incapables d’implanter des écoles, des commerces et des relais de transport à proximité des grands ensembles, cette absence contribuant à un sentiment de relégation spatiale croissant chez ses habitants.

Photographie des grands ensembles de la Grande Borne, à Grigny, réalisés par Emile Aillaud. Source :
http://gottogotoheaven.over-blog.com/2014/11/archi-l-echec-d-emile-aillaud-ou-quand-la-rondeur-ne-paye-pas.html

En dépit du lieu commun qui semble aujourd’hui apposé au grand ensemble, la forme architecturale dominante est donc rapidement repensée. L’architecte Emile Aillaud expérimente par exemple un « urbanisme paysager » afin de casser la monotonie des toursProposant un compromis entre la maison individuelle et l’habitat collectif, l’architecte réalise la cité de l’Abreuvoir à Bobigny. Celle-ci consiste en plusieurs tours variées, formées de petites unités de deux ou trois étages et disposées en étoile. Construite entre 1967 et 1971, la ville de la Grande Borne est pensée comme une succession de tableaux, l’inscription du portrait de Rimbaud devant faire foi. À Palaiseau, banlieue du Sud de Paris, l’architecte-urbaniste Jean-Maur Lyonnet pense et conçoit des ensembles à taille humaine, redonnant la faveur à la couleur et à l’ornement.

Conclusion : de la politique du logement à celle de la ville ?

Le 21 mars 1973, la circulaire Guichard porte un coup d’arrêt définitif à la réalisation des grands ensembles et marque le début de la mise en œuvre de la politique de la ville. Lors de la campagne électorale de 1974, la réhabilitation des grands ensembles est envisagée en profondeur. Le candidat Valéry Giscard d’Estaing entend ainsi promouvoir une forme de développement urbain qui aille, selon son expression, « à l’opposé du processus des grands ensembles » . Le ton est donné : l’heure est désormais à la promotion des villes moyennes ainsi qu’à l’habitat pavillonnaire.

De manière un peu paradoxale, c’est en faisant la part belle à l’idée d’une éventuelle démolition que les grands ensembles deviennent un sujet à part entière. Chacun commence à les étudier, à les condamner, et parfois, à leur rendre hommage. L’idée d’une politique de la ville était née.

Bibliographie indicative :

  • CANTEUX Camille, Filmer les grands ensembles. Villes rêvées, villes introuvables : une histoire des représentations individuelles des grands ensembles, milieu des années 1930 – début des années 1980, Paris, Créaphis Éditions, 2014
  • FOURCAUT Annie, « Les grands ensembles, symboles de la crise urbaine ? », in DUANMU Mei et TERTRAIS Hugues (dir), Temps croisés, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 2010.
  • TELLIER Thibault, Le temps des HLM. 1945-1975, Paris, Autrement, 2010.

L’auteur :

HOSTEIN Anne : Actuellement en deuxième année de master recherche parcours « Développement Innovation et Environnement » à l’université Bordeaux Montaigne (2019-2020), elle réalise un mémoire sous la direction de M. Nicolas Champ. Son sujet porte sur le retour au foyer et la réinsertion des anciens combattants dans la société girondine. Il s’agit d’évaluer l’empreinte de la Première Guerre mondiale dans la sphère intime et publique, là où le conflit continue longtemps d’agir sur les comportements, les représentations et les mentalités de ceux qui l’ont vécu.