Archives par mot-clé : Guerre

Habiller la ville par le souvenir : la commémoration des animaux combattants

La France métropolitaine compte près de 36 000 communes, soit presque autant de monuments aux morts. Pourtant, aux côtés de ces nombreux soldats « morts pour la patrie », on retrouve bon nombre d’animaux militaires : chiens, chevaux ou encore pigeons voyageurs. Nombreux sont ceux qui ont perdu la vie lors d’opérations à l’occasion des conflits du XXème siècle. A Paris, voilà maintenant deux ans qu’un projet de sépulture voué à ces animaux combattants du siècle dernier a été accepté pour habiller la ville, seule capitale occidentale à ne pas encore disposer d’un tel monument. Outre-Manche par exemple, le Animals in War Memorial, pour ceux qui «n’avaient pas le choix », fut inauguré à Londres en novembre 2004Mais dans d’autres villes, ces statues mémorielles sont davantage liées à l’histoire même de la ville, comme à Honningsvag (Norvège), à Cracovie (Pologne) ou encore à Simon’s Town (Afrique du Sud).

La mémoire de la ville dans la ville

La politique mémorielle concernant les animaux est une question relativement récente, car il faut attendre la fin des années 1980 pour que le fait animalier militaire intègre les réflexions mémorielles, que ce soit à l’occasion des commémorations, ou au travers de travaux historiques, anglo-saxons pour l’écrasante majorité. Le cas du chien Bamse caractérise bien cette dynamique positive sur l’établissement d’une reconnaissance sociale dans l’espace urbain de la participation des animaux à la Seconde Guerre mondiale. En 1984, à titre posthume, Bamse fut le premier à intégrer le Norges Hunde Orden (l’Ordre des Chiens Norvégiens) et cette volonté politique d’intégration de l’animal au folklore militaire ouvre la voie, au début des années 2000, à l’édification d’une statue en son nom. À Montrose (Ecosse), ville portuaire où Bamse est décédé en 1944, une statue fut érigée le 17 octobre 2006 (Fig.2) : le chien, mascotte et combattant à bord du minier norvégien Thorodd, est représenté sur un pied d’estale, dominant le port qu’il a rejoint en juin 1940 après la débâcle de la Norvège. Une plaque vient compléter le portrait du saint-bernard, expliquant ses principaux faits d’armes et son impact sur les soldats qu’il a côtoyés. 

Une statue similaire est également érigée à Honningsvag (Norvège) en 2009 (Fig.1), la ville natale de Bamse et de son maître : Oslo est alors exclue en quelque sorte de cette trajectoire mémorielle puisque si Bamse a été un symbole des soldats libres norvégiens durant le conflit, il n’y a jamais mis les pattes. Ces deux statues ne rendent pas directement hommage à tous les animaux combattants de la Seconde Guerre mondiale, mais bel et bien à un seul, Bamse, à jamais inscrit dans le paysage des villes qui ont marqué son histoire : Montrose et Honningsvag, où les statues de deux Bamse se font face par-delà la mer du Nord, présentent une mémoire commune autour de ce soldat hors du commun.

Le cas londonien : Un monument pour tous les animaux militaires

Le projet d’un monument et d’une commémoration dans l’espace urbain concernant les animaux à usages militaires naît également à la fin des années 1980 à Londres. Cet engouement traduit la vitalité récente des études animales en sciences humaines, et les travaux de Jilly Cooper via Animals in War rendent service à l’édification d’un monument imposant, garant à la fois de la mémoire envers ces animaux mais aussi de la pratique même de l’animal à des fins militaires. Le monument, d’une superficie de 300 mètres ², se situe sur Park Lane, en bordure de Hyde Park, le plus grand parc urbain d’Angleterre et en face du quartier de Mayfair, un quartier réputé pour les boutiques de luxe et les restaurants gastronomiques. Pourtant, si le monument semble occuper l’espace urbain par sa superficie, il est en réalité plus modeste dans sa perception, habillant la ville de manière discrète, malgré la couleur blanche de la pierre qui crée un contraste évident avec la végétation alentour (Fig.3). L’originalité de ce monument se concrétise par sa mobilité, puisque le monument progresse dans l’espace et se distingue par un mouvement au sol des différentes sculptures réalisées par David Backhouse : mules, ânes, chevaux et chiens avancent de part et d’autre du monument, parés de leurs équipements. Leurs visages portent l’immensité de leurs tâches à accomplir, accentuée par le bronze sombre utilisé pour les animaux en mouvement. L’autre partie du monument, à savoir la structure rocheuse blanche, crée une sorte d’arène où l’ensemble des animaux ayant servi de près ou de loin à des opérations militaires sont sculptés sur le support. S’y trouve représenté tout un bestiaire comprenant chevaux, chiens, éléphants, chameaux, rennes, pigeons, mais aussi lamas, chèvres, ou encore bovins. Le message mémoriel est international car il intègre tous les animaux utilisés à des fins militaires, quels que soient les espaces géographiques concernés, sans distinction chronologique.

(Fig.3) Animals In War Memorial, Londres, Octobre 2007, Domaine Public.

A l’extérieur de cette arène, un long texte relate les principaux faits d’armes de ces animaux : transports, transmission de messages, attaque. Le recours aux animaux combattants au cours des différents conflits est décrit et surtout illustrée sur les statues de bronze en mouvement. Toutefois, il convient d’insister sur la discrétion de ce monument : en bordure de route et de l’Hyde Park, il n’est pas très grand et les silhouettes d’animaux sculptés sur la roche nécessitent une certaine proximité pour être bien observées (Fig.3). D’une certaine façon, cette timidité visuelle semble faire écho avec les récits des soldats, qui témoignent de la discrétion des animaux au front, utilisés à leur insu, mais faisant preuve d’abnégation pour réaliser leur devoir. Comme l’édifice en atteste, ils « n’avaient pas le choix ».

Des acteurs urbains qui habillent la ville

La modestie de ces monuments en l’honneur des animaux combattants peut s’expliquer par la faiblesse des moyens financiers mis en œuvre pour l’élaboration des ouvrages. En effet, si le discours politique est présenté comme entreprenant et ouvert, la question financière ne manque pas de créer des divergences sur l’utilité sociale et urbaine d’un tel monument. A Paris, en 2018 par exemple, un quiproquo sur les financements entre la ville de Paris et l’Etat a failli coûté l’autorisation d’ériger une statue commémorative, célébrant les animaux combattants de la Première Guerre mondiale : « Une nouvelle fois, la Ville de Paris se défausse sur l’État quand il s’agit des animaux » note l’association Paris Animaux Zoopolis à l’initiative du projet. Cette dernière n’a toutefois pas baissé les bras et a permis de faire passer son projet (Fig.4), accepté à l’approche du centenaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, preuve de la force du contexte historique et social sur cette question mémorielle.

(Fig.4) Membres de l’association Paris Animaux Zoopolis en manifestation pour l’édification d’un monument aux animaux de la Grande Guerre, Paris, Septembre 2018, Céline Carez, Le Parisien.

A Londres, le Animals In War Memorial est en grande partie financé par des dons, avec un large travail de sensibilisation de la part des historiens spécialistes de la question, Jilly Cooper en tête : près d’1,5 million € sont récoltés sur plusieurs années, permettant la construction du monument et son inauguration en novembre 2004. Pour l’historien et ceux travaillant sur les rapports hommes-animaux et la perception des animaux dans la société, l’acteur urbain fait alors preuve d’un réel investissement à la fois économique mais aussi social : il reconnaît le fait animalier dans la sphère militaire et en comprend les enjeux mémoriaux, tout en habillant la ville d’un souvenir qui s’inscrit dans l’air du temps. Nul doute que la proximité du monument avec le quartier de Mayfair a facilité la campagne de dons, la population résidente étant plutôt aisée, voire fortunée. Le monument semble répondre à une demande sociale, urbaine et historique.

Ces monuments voués aux animaux combattants remplissent la fonction mémorielle première que l’on attribue à ce genre d’édification. Mais son caractère original, à savoir l’objet animal, décore et habille la ville de façon peut-être plus poignante et remarquable, témoignage d’une demande sociale et d’une traduction dans l’espace urbain de la question animale dans nos sociétés. Les animaux civils ne sont pourtant pas en reste : au Japon, la statue d’Hachiko à la gare de Shibuya, chien qui a attendu le retour de son maître décédé pendant près de 9 ans à cette même gare, fait l’identité même de ce quartier de Tokyo. 

Indications bibliographiques :

  • BARATAY Eric, Bêtes des tranchées, des vécus oubliés, Paris, CNRS, 2013.
  • COOPER Jilly, Animals in war, Londres, Corgi, 1984
  • ORR Andrew et WHITSON Angus, Sea Dog Bamse, Edinburgh, Birlinn Ltd, 2009.

L’auteur :

BUR Alexandre est étudiant en Master 2 parcours Développement, Innovation et environnement à l’université Bordeaux Montaigne (2020-2021). Sous la direction de Christophe Bouneau, son mémoire porte sur « La trajectoire d’innovation dans l’utilisation des animaux combattants au cours du second conflit mondial : un enjeu de la guerre industrielle ? »

La place des monuments aux morts de la Première Guerre mondiale dans l’espace public

La Première Guerre mondiale : un traumatisme sans précédent

Devenus un élément constitutif de la majorité des communes françaises, les monuments aux morts font désormais partie intégrante des espaces publics français. Lieux de recueil, ils ont un rôle commémoratif et culturel particulièrement important. Malgré leur diversité de forme, ce sont plus précisément les cénotaphes (c’est-à-dire des monuments, statues ou stèles n’abritant pas de corps) érigés suite la Première Guerre mondiale frappent par leur nombre et leur portée sur les villes françaises. Ils cristallisent les sacrifices humains et la profonde douleur d’une nation face à la brutalité de la Grande Guerre. 

            En effet, le premier conflit mondial, de 1914 à 1918, a durablement marqué les esprits par sa violence et l’échelle de ses affrontements. Ce sont ainsi près de 10 millions de soldats et plusieurs millions de civils qui ont péri aux cours de ces quatre années. A cela se sont ajoutés près de 21 millions de blessés et d’infirmes, renforçant le sentiment d’horreur et le traumatisme qu’a inspiré cet événement à la population mondiale, et plus fortement encore, à la population européenne.

 La France est l’un des pays les plus profondément atteints : une grande partie des affrontements s’est déroulée sur son sol, entraînant d’importantes destructions et, en raison de l’occupation d’une partie de son territoire (nord-est) des populations se sont déplacées vers la région parisienne, s’éloignant ainsi des affrontements. Plus encore, c’est le nombre d’hommes mobilisés (environ 8 400 000) mais surtout le nombre de morts (1,4 millions) et de blessés (plus de 3 millions), alors que la France compte à l’époque moins de 40 millions d’habitants, qui a constitué un traumatisme pour l’ensemble des familles et de la société française. 

Construire la mémoire française de la Grande guerre : le développement des monuments aux morts dans l’immédiat après-guerre

Il convient dès lors d’ériger des monuments à la mémoire des « morts pour la France » afin de leur rendre hommage et de rendre éternellement visible et présent leur sacrifice. C’est ainsi que le 10 mai 1920, une circulaire instaure la création d’une commission dans chaque département qui favorise l’exécution artistique des monuments. Le gouvernement encourage et aide financièrement les communes en vue de créer des mémoriels dans toutes les villes et villages de France. Les années 20 voient la multiplication de créations de monuments commémoratifs dans les communes françaises et ce sont près de 35 000 monuments (pour 36 000 communes de nos jours) qui sont ainsi produits entre 1920 et 1925.

 Ces derniers sont placés dans des lieux accessibles et facilitant les rassemblements lors de commémorations (notamment le 11 novembre ou plus tard le 8 mai) ou d’évènements nationaux importants (14 juillet par exemple). Ils représentent un point de repère sûr dans l’espace public des communes dans lesquelles ils sont érigés et présentent, en fonction du budget alloué par chaque commune, une grande diversité visuelle et symbolique. 

Les formes les plus classiques sont les représentations de poilus, d’allégories féminines représentant la nation (ou) la victoire, voire la paix. Le coq symbole de la France, le casque Adrian, symbole spécifique de cette guerre, ou encore les croix de guerre et lauriers sont particulièrement utilisés par les artistes. La majorité de ces monuments apparaît comme un hommage rendu aux sacrifices mais peuvent aussi incarner des notions variées comme la glorification de la victoire, revêtant un important aspect militaire, l’expression de la douleur des populations, voire plus rarement l’expression d’un sentiment de ressentiment envers l’Allemagne. 

Monument aux enfants de Verdun morts pour la France, Verdun, Meuse, 1928
Source : https://verdun-meuse.fr 

Le cas particulier du monument de Gentioux

Au milieu de cette production, parfois réalisée en série, il existe aussi des monuments profondément pacifistes. Ils apparaissent comme extrêmement rares au milieu des exaltations de la victoire de la France ou des sacrifiés pour la patrie. C’est le cas du monument de Gentioux (département de la Creuse) qui apparaît comme la parfaite représentation de ce mouvement en faveur de la paix, particulièrement important après la Der des Ders et le développement du pacifisme européen. Monsieur Duburg, conseiller municipal, propose en 1922 la création d’un monument particulier, s’éloignant des productions conventionnelles. Il comprend le nom des 58 soldats tués au cours de la guerre et inclut une sculpture en fonte réalisé par Jules Pollacchi. 

Si la forme d’obélisque fait partie des formes classiques de monuments commémoratifs, il est choisi d’y ajouter une phrase particulièrement marquante pointée par un enfant. Le conseiller précise son choix :

« Plutôt qu’un Poilu, j’ai voulu traduire un cri du cœur. J’ai donc dessiné un orphelin, en tenue d’écolier, montrant du doigt cette inscription gravée dans la pierre et qui était alors sur toutes les lèvres : « Maudite soit la guerre ! » »

« Maudite soit la guerre », c’est ainsi qu’est exprimée l’absurdité de la guerre, qui loin d’être glorifiée n’est perçue que comme une boucherie inutile. Cette inscription est d’autant plus marquante qu’on utilise un orphelin à la place d’une représentation plus guerrière. Elle montre ainsi, dans toute sa violence, les conséquences directes du conflit. La France compte plus de 986 000 orphelins en 1919, faisant de cette statue un puissant hommage aux familles brisées par la guerre. 

Ce monument a particulièrement soulevé les débats puisqu’il n’est reconnu initialement que par les élus locaux. Il faut attendre 1985 pour que le préfet et sa commission le reconnaissent officiellement. Son caractère antimilitariste a en effet irrité les autorités, notamment militaires, et les soldats défilants avaient ordre de détourner la tête en passant devant lui. Aujourd’hui encore, il est perçu comme un symbole de paix dans la région et apparaît comme un important lieu de rassemblement chaque 11 novembre. Il est la preuve même de la forte symbolique encore vivace que représentent ces monuments du passé.

Ainsi les monuments aux morts de la Première Guerre mondiale font véritablement partie intégrante de l’identité des communes françaises. Lieu géographique important au sein d’une ville du fait de sa place souvent symbolique, ce sont des lieux de tourisme et de recueillements importants. Ils revêtent ainsi une importante dimension culturelle et mémorielle, symbole d’événements majeurs de l’Histoire de France qu’il convient de ne jamais oublier.

Indications bibliographiques :

  • BECKER Annette, Les Monuments aux morts : patrimoine et mémoires de la grande guerre, Paris, Ed. Errance, 1988
  • DAVID Franck, Comprendre le monument aux morts, Talmont-Saint-Hilaire, Codex Éditions, 2013,
  • PASTEAU Philippe, « Honorer les morts », Inflexions, 2017/2 (N° 35), p. 123-128

L’auteur :

DIZAC-VOILLEQUE Hugo est actuellement étudiant en deuxième année de master histoire recherche à l’Université Bordeaux-Montaigne (2020-2021). Il suit le parcours Développement Innovation Environnement. Son sujet de recherche porte sur la trajectoire de l’innovation de l’uniforme, de l’armement et de l’équipement de l’infanterie française de 1914 à 1918, sous la direction de Christophe BOUNEAU.

La sécurisation des Blockhaus de la plage de Tarnos

Pour Christelle Neveux diplômée des Beaux-Arts du Mans et titulaire d’une maîtrise d’Arts Plastiques dont le sujet  de mémoire publié en 2000 est : « Le Mur de l’Atlantique : vers une valorisation patrimoniale ? »  les fortifications du Mur de l’Atlantique représentent un « patrimoine déconsidéré ».

Contexte d’élaboration du document 

LADEPECHE.fr, « Quand les blockhaus essayaient de se fondre dans le paysage », 17/05/2015

Le paysage de la plage de Tarnos porte des vestiges de l’histoire de la ville. En marchant sur la plage du Métro jusqu’à la plage de la Digue à Tarnos, on peut observer des constructions en béton armé, laissées à l’abandon sur le sable et sur la dune. Parfois recouverts de tags, ces édifices sont parfaitement intégrés à leur environnement.

Contexte de construction 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne nazie occupe une grande partie du territoire français. Ainsi, tout le littoral français (le Mur de l’Atlantique et le Mur de la Méditerranée) est fortifié à travers la construction de blockhaus. C’est dans ce contexte que la ville de Tarnos est occupée dès l’année 1940. 

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la construction du Mur de l’Atlantique en France n’a pas débuté dès l’Armistice. En effet, l’Allemagne a, au départ, une attitude offensive envers cette façade et prévoit des assauts vers la Grande-Bretagne et une occupation de l’espace maritime. Cependant, face à l’extrême résistance de la Royal Air Force, l’Allemagne abandonne ses projets à l’ouest et se tourne vers l’URSS de Staline. De plus, l’entrée en guerre des Etats-Unis à partir de l’année 1941 oblige l’Allemagne à consolider ses positions à l’ouest en cas de débarquement allié : c’est alors une guerre sur deux fronts qui se met en place. En effet, c’est à partir de 1942 qu’Hitler ordonne la fortification du littoral atlantique pour se prémunir d’éventuels assauts alliés. Des Pyrénées à la mer du Nord, ce sont 8 000 bunkers qui sont construits en deux ans le long de 4 000 km de plages. Cet immense chantier est mené par l’ingénieur Fritz Todt. Ces édifices se sont fortement dégradés au cours du temps, ils n’ont jamais été restaurés et sont exposés aux conditions océaniques parfois peu clémentes.

Les blockhaus après la guerre 

Au lendemain de la Guerre, les blockhaus sont pillés, notamment par des ferrailleurs. Entre les années 1950 et 1970, la population tente d’oublier l’épisode douloureux de la Seconde Guerre mondiale. Les blockhaus sont donc laissés à l’abandon ou dissimulés, recouverts par des monticules de terre et de gravats. C’est ainsi que leur conservation s’est détériorée et qu’ils se sont progressivement transformés en lieux de squat et de dépotoirs. Ce n’est que quelques décennies plus tard que l’on leur porta un regain d’intérêt. 

Après la guerre, les blockhaus sont également utilisés pour des opérations, des essais militaires et des entraînements tels que le déminage. Aujourd’hui, ils ne sont plus utilisés et demeurent pour la plupart à l’abandon. Cependant, certains ont été vendus par l’armée à des particuliers ou à des collectivités et ont été rénovés. La dune de la plage de Tarnos est fortement marquée par ce passé guerrier puisque c’est encore à cet endroit que se déroulent les opérations militaires du régiment de Bayonne, le 1er RPIMA (régiment de parachutiste et d’infanterie de marine).

L’adaptation de ces édifices à leur nouvel environnement 

Comme nous pouvons le voir sur cette photographie prise au champ de tir à Tarnos, les blockhaus s’intègrent au paysage lunaire de la dune. Ils sont recouverts de végétation et la faune endémique en a fait son lieu de vie. C’est aussi un moyen d’expression artistique puisque la ville fait intervenir des grapheurs pour les décorer. 

Photofraphie issue du journal de Tarnos, Tarnos Contact, n°188, octobre 2019, p.16

C’est aussi un lieu où les jeunes aiment se retrouver. Il est possible de monter sur les blockhaus et d’admirer l’océan et les montagnes en prenant un peu de hauteur. C’est par ailleurs un lieu où passent beaucoup de cyclistes, de coureurs ou encore de marcheurs. 

Cependant, ces constructions militaires ne font pas l’unanimité. Bien qu’ils témoignent des événements historiques du siècle précédent et du Génie militaire de l’armée allemande, certains critiquent leur présence pour diverses raisons, et notamment car ce sont des édifices anciens et constituant un danger permanent, lié à leur détérioration, pour les personnes qui les approchent. 

L’enjeu de la sécurisation des blockhaus 

Les blockhaus ne sont pas sans danger. En effet, ces bâtiments ont environ 80 ans ,n’ont pas toujours été restaurés depuis leur construction et sont exposés aux conditions climatiques océaniques. Ils ont été construits en béton armé – béton agrémenté de grandes barres de métal pour rendre l’édifice plus résistant – si bien qu’aujourd’hui, dans la plupart des cas, les blockhaus sont fortement détériorés et les morceaux de ferrailles à ciel ouvert, ce qui représente un risque important pour les usagers. De plus, des morceaux de béton sont décollés des édifices et menacent en permanence de s’effondrer. Sur la photographie, nous pouvons aussi voir un trou béant. En résumé, les dangers de cette zone sont multiples et il faut y remédier rapidement pour pouvoir tirer profit de cet endroit chargé d’histoire.

Dès lors, conjointement, le Conservatoire du littoral, la commune de Tarnos et l’Office National des Forêts (ONF) ont décidé de restaurer ce site historique pour le sécuriser d’une part, et d’autre part pour l’inclure dans le plan d’aménagement de la ville à long terme. La zone des blockhaus, c’est-à-dire la dune, est classée en périmètre Natura 2000, ce qui implique que les travaux doivent respecter des critères précis pour préserver cet environnement fragile avec une faune et une flore fragile. La ville annonce que les travaux devraient durer dix mois. 

Par ailleurs, certaines villes optent pour la destruction de ces édifices historiques. En effet, la commune voisine de Tarnos, Ondres, a estimé en 2014 que les blockhaus présents sur la plage accéléraient l’érosion de la dune. 

Bibliographie indicative :

  • DESQUESNES, Rémy, Le mur de l’Atlantique en France, Rennes, Editions Ouest-France, 2015
  • NEVEUX, Christelle, Le mur de l’Atlantique : vers une valorisation patrimoniale ?, Paris, L’Harmattan, Collection : Patrimoines et Sociétés, 2003

L’auteur :

Mosnier Adrian est actuellement en deuxième année de master recherche intitulé : Développement Innovation et Environnement sous la direction de Monsieur le Professeur Christophe Bouneau (2019-2020).  Son sujet de recherche est le suivant : « Les médias européens et les campagnes électorales européennes depuis 1979 : le cas d’Euronews ». Le sujet de son billet de recherche présenté dans le cadre du cours dispensé par Madame C. Le Mao est : « La sécurisation des blockhaus de la plage de Tarnos ». 

Royan post-Seconde Guerre Mondiale : le cas d’un laboratoire urbain entre tradition et modernité

“ On reconstruira un Royan plus grand, plus commode, plus rationnel ; s’y habituer ne sera sûrement pas facile. Il ne faudra pas y rechercher le fantôme de ce qui est à jamais perdu”

Royan, ville stratégique située à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde a souffert de l’Occupation allemande durant la Seconde Guerre Mondiale. En effet, durant l’été 1944, la « poche de Royan » est décrétée par une directive d’Adolf Hitler et un important contingent allemand qui bat en retraite depuis le Sud-Ouest l’a rejointe. La ville est alors bombardée en deux vagues successives par les Alliés entre 4h et 5h du matin le 5 janvier 1945. La ville est rasée à près de 85% et on évalue les victimes à environ 1 000. 

Lors de la Libération, la reconstruction de la ville est primordiale, mais sous quelles conditions ? Royan est méconnaissable : le centre historique n’existe plus, les décombres des bâtis recouvrent toutes les rues, un important déminage de la ville est à prévoir, les habitants sans logement sont contraints de vivre dans des tentes. En bref, la ville est totalement bouleversée. Il ne s’agit plus « d’habiller la ville » mais plutôt de la « revêtir » dans son intégralité (Illustration 1) alors qu’elle n’avait connu jusqu’ici aucun aménagement planifié et ne possédait aucun grand monument architectural.

Etat de la ville de Royan après les bombardements répétés de la Guerre. Source : BOUCHET-ROY Anne-Marie, Guerre et Plage, Tome II: La Libération, Vaux-sur-Mer, Editions Bonne Anse, 2017, pp.314-315.

Cette reconstruction est amorcée après avoir obtenu des créances du ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme et est menée par Claude Ferret, principal architecte et urbaniste en chef de la ville.  Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Paris une décennie plus tôt, il est encore novice et inexpérimenté. Pourtant, par son action, Royan a retrouvé un éclat et un prestige inégalables. Dans cette tâche, Claude Ferret est secondé par ses principaux collaborateurs Louis Simon, d’origine parisienne, et André Morisseau, Saintais, ils ont opté en août 1947 pour une refonte totale de la ville. Ce remembrement doit tenir compte de nombreux critères : s’adapter au cadre de la balnéarité de Royan et inclure les nouvelles réflexions d’urbanisme. 

La trame du nouveau Royan s’est cristallisée à travers une grande liberté de choix pour les architectes qui ont pu introduire dans le nouvel aménagement de la ville de nombreux styles. En effet, Royan s’est différencié des villes reconstruites par sa diversité : l’influence des Beaux-Arts dont sont issus les principaux architectes, le style régional saintongeais et le style brésilien par son originalité et sa modernité ont chacun impacté l’évolution de la reconstruction de Royan durant les années cinquante. 

Le front de mer, le boulevard Aristide-Briand et le Marché couvert: un style architectural mixte 

Le front de mer et la création du boulevard Aristide-Briand, qui lui est perpendiculaire, sont les premières opérations de grande envergure dans la reconstruction de Royan. Pour commencer, le boulevard, conçu en 1946-1947 par Louis Simon, relie le marché couvert à la mer. Il s’inspire de l’architecture  des années 1930 avec un mélange du style classique et de l’école des Beaux-Arts : les règles classiques de symétrie, la hiérarchisation des étages des immeubles, des rues très droites et parallèles dominent le début de la reconstruction. 

De son côté, le front de mer est aménagé entre 1949 et 1964, et se lie au boulevard Aristide-Briand afin d’obtenir une ouverture plus sensible vers l’Océan. Son style a évolué d’un style classique et régional au style architectural brésilien, animé par des couleurs vives et la présence du béton comme matériau phare du nouveau bâti urbain. Ces deux axes sont larges et aérés, s’adaptant finalement à la politique du développement automobile. De plus, ils placent ces nouvelles constructions au centre des intérêts de la ville puisque l’un longe la plage pour souligner sa balnéarité tandis que l’autre prend place depuis la ville pour rejoindre le bord de mer. 

Le marché couvert à l’extrémité du boulevard Aristide-Briand est construit en 1954. Il est l’œuvre des architectes Louis Simon et André Morisseau, mais l’ingénieur René Sarger a contribué à la création d’un marché spécifique et innovant pour le milieu du XX° siècle. Cette collaboration étroite a permis le développement d’une œuvre originale tant dans la forme que dans la structure. Un mince voile de béton de 8 cm est incorporé à l’édifice afin de recouvrir la surface totale de 50 mètres de diamètre. Les innovations techniques permettent à la structure d’acquérir la forme spéciale d’un toit ondulé dont l’interprétation est libre : parachute ou coquillage. L’architecture adoptée pour le marché couvert est la même qu’en Amérique latine, le style brésilien apportant une nouvelle fois son empreinte dans le Royan des années cinquante. (Illustration 2)

Vue aérienne du marché couvert, du boulevard Aristide-Briand et du front de mer à la fin de la décennie 1950. Source : https://www.c-royan.com/arts-culture/architecture/la-ville-au-fil-du-temps/1441-histoire-du-marche-central.htm

L’Église Notre-Dame et l’art sacré

La construction monumentale de l’église Notre-Dame est l’œuvre du parisien Guillaume Gillet et de ses architectes d’opération Bernard Laffaille et René Sarger durant les années 1954-1958. Inscrite dans le mouvement de l’art sacré des années d’après-guerre, la particularité de Notre-Dame réside dans une invention de Bernard Laffaille qui introduit le principe du poteau en forme de V pour l’ossature et le voile mince en forme de selle de cheval en couverture. L’ensemble évoque la proue d’un navire. (Illustration 3)

L’église Notre-Dame en fin de construction, année 1958. Source : https://www.c-royan.com/arts-culture/architecture/reconstruction/1425-eglise-notre-dame.html

Par la technique du béton armé en plaques courbées, la création de cet édifice rompt avec les autres projets de construction des années cinquante, influencés par style brésilien.. en effet, la hauteur de sa nef allongée illustre le côté régional de la réalisation. . 

En dépit de la transformation de la ville et du recul religieux, on retrouve la volonté de préserver le culte d’un édifice religieux encore plus important que celui qui était dressé avant le bombardement de Royan. 

Le Casino Ferret et le Palais des Congrès : l’architecture moderne des années cinquante

Le Casino Ferret et le Palais des Congrès sont emblématiques de la ville de Royan et de la modernité des années cinquante. Pour commencer, la construction du Palais des Congrès s’est déroulée de 1954 à 1957 sous la direction de Claude Ferret qui en a conçu le design et l’architecture, avec l’étroite collaboration d’Adrien Courtois et de Pierre Marmouget. Cette œuvre, conçue comme une simple boîte rectangulaire de 60 mètres sur 32, contient une salle de spectacle convertible de 600 à 1500 personnes, 10 salles de commissions transformables, un grand hall de réception, un restaurant de 500 places et un grand bar. Chaque pièce, chaque matériau est traité de manière autonome, afin d’obtenir des éléments indépendants qui forment pourtant un bloc dont les composantes sont indissociables les unes des autres. La complexité d’un bâti produit à partir de béton, les nombreux points de vues sur l’intérieur et l’extérieur grâce à la transparence du lieu animé par des couleurs vives et chaudes façonnent véritablement l’architecture moderne d’inspiration brésilienne du Royan des années cinquante. 

Enfin, le Casino Ferret, du nom de son architecte, marque le point final de la Reconstruction de Royan en 1961. S’inspirant de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, il mérite par ses atouts de transparence, de légèreté et par sa spatialité d’être cité comme une œuvre majeure de l’architecture moderne de Royan malgré sa destruction en 1985. Intégré dans la courbe du front de mer entre l’espace balnéaire et le port de la ville, il présente une rotonde centrale mêlant du béton armé et du verre. A l’intérieur et l’extérieur, le décor présente un assemblage géométrique et des couleurs vives, bleues, rouges, jaunes. (Illustration 4)

Le Casino Ferret animé par sa transparence et ses couleurs chaudes. Source : https://www.c-royan.com/sports-loisirs/vie-festive/casinos/1359-le-casino-muncipal-de-ferret.html

Bibliographie indicative :

  • BOUCHET-ROY Anne-Marie, Guerre et Plage, Tome II: La Libération, Vaux-sur-Mer, Editions Bonne Anse, 2017.
  • PREAUT Antoine-Marie, Guide architectural, Royan 1950, Paris, Editions Bonne Anse, 2012.
  • RAGOT Gilles, L’architecture du XXe siècle en Poitou-Charentes, Editions Patrimoine et médias, 2000.
  • RALLION Paul, “La machine à habiter” : Royan une reconstruction 1945-1955, Paris: Thélès, 2003.

L’auteur :

SORINET Dimitri est étudiant en Master 2 en histoire des Mondes Modernes et Contemporains, parcours « Développement, innovation et environnement du XVIe siècle au XXIe siècle » (2019-2020) à l’université Bordeaux-Montaigne. Son mémoire porte sur « l’Estuaire de la Gironde durant la Seconde Guerre mondiale : Enjeux croisés ».

Le front des murs: La Première Guerre mondiale dans l’espace urbain pragois

Pendant la Première Guerre mondiale, Prague demeura une ville de l’arrière mais ses habitants participèrent à l’effort de guerre de l’Autriche-Hongrie dont elle faisait alors partie. Epargnée par les combats, elle ne souffrit pas de dégâts matériels directs. La guerre transforma néanmoins l’aspect visuel de l’espace urbain.

Dès les premières semaines du conflit, de nombreuses annonces officielles firent leur apparition sur les murs de la ville et  aux différents coins de rue. Les affiches appelant à la mobilisation des réservistes généraient des attroupements où se mêlaient les curieux et les hommes concernés. Elles constituaient un point de rassemblement mais aussi un lieu d’échange de rumeurs, ou de points de vue sur le conflit naissant. Dans un contexte de grande incertitude où l’information était changeante et soumise à la censure, les communications officielles affichées étaient très suivies et commentées. Plusieurs autres annonces vinrent ensuite consacrer les nouvelles normes régissant l’espace urbain : réquisition de chevaux, restrictions du trafic, de l’éclairage public, nouvelles règles concernant les denrées alimentaires, ou encore horaires de fermeture des établissements nocturnes. Toutes ces régulations instituaient un nouveau mode de vie urbain en temps de guerre. 

Affiche mobilisation générale, 31 juillet 1914
Source : Bildarchiv Austria,Österreichische Nationalbibliothek – Bibliothèque nationale autrichienne

Les affiches invitaient aussi les Pragois à prendre une part active à l’effort de guerre austro-hongrois. Incontournables, elles rappelaient au passant le conflit en l’appelant à souscrire aux emprunts de guerre, à participer aux collectes de Noël pour les soldats au front, ou à donner pour les orphelins et veuves de guerre. Les volontaires postés à travers la ville lors des grandes journées de collecte pour les diverses œuvres caritatives constituaient une autre présence visible de l’effort de guerre à Prague. Au cours de leurs trajets quotidiens, les citadins étaient donc confrontés au soutien attendu de la part des civils. Les bâtiments publics et privés se devaient d’être pavoisés de drapeaux lors des fêtes patriotiques et célébrations de victoires. Ces drapeaux mettaient en scène dans l’espace urbain les différentes échelles de loyauté (pas nécessairement contradictoires) de la population : drapeaux noir et or aux couleurs impériales ; drapeaux blanc et rouge aux couleurs de la Bohême et de la nation tchèque. 

Affiche bilingue (tchèque – allemand) pour les collectes de Noël municipales pour les soldats (1916)
Source : Bildarchiv Austria,Österreichische Nationalbibliothek – Bibliothèque nationale autrichienne
Appel du fonds pour les veuves et les orphelins (1916)
Source : Bildarchiv Austria,Österreichische Nationalbibliothek – Bibliothèque nationale autrichienne

Cette atmosphère de mobilisation patriotique, imposée par le haut, donnait également lieu à des réappropriations par les citadins. Certains citoyens considéraient de leur devoir de dénoncer à la police toute contravention à l’esprit du temps de guerre. Ces dénonciations ne visaient pas toujours le comportement d’un individu précis (lors de l’absence d’un drapeau) mais pouvaient se rapporter à l’espace public de manière générale, la ville elle-même devant refléter la participation au conflit. La police pragoise reçut par exemple des plaintes sur la présence de panneaux en anglais, français ou russe visibles dans les rues de la ville. A l’inverse, certaines affiches étaient arrachées ou accompagnées de graffiti critiques à l’encontre de la guerre.

Bibliographie indicative

  • ROBERT, Jean-Louis, WINTER, Jay (dir.), Capital cities at war: Paris, London, Berlin 1914-1919: Volume 2, A Cultural History,Cambridge, Cambridge University Press, 2007
  • MORELON, Claire, « Staging the war effort in public space: Prague during the First World War » in BRÄUNCHE, Ernst Otto, SANDER-FAES, Stephan dir. Städte im Krieg: Erlebnis, Inszenierung und Erinnerung des Ersten Weltkriegs, Ostfildern : Thorbecke, 2016, pp. 93-107

L’auteur

Claire Morelon est post-doctorante à l’Université de Padoue (Italie). Sa thèse portait sur la ville de Prague pendant la Première Guerre mondiale. Elle s’intéresse aux interactions entre guerre et cultures sensorielles et a récemment  publié “Sounds of Loss: Church Bells, Place, and Time in the Habsburg Empire during the First World War”, Past and Present, no 244 (August 2019), 195-234.

Habiller la ville : l’affiche en guerre à Londres (1939-1942)

À l’aube de la Seconde Guerre mondiale, l’affiche apparaît comme un excellent moyen de communication, tant pour le gouvernement que pour les civils. Utilisée à des fins politiques ou de propagande, comme publicités ou support d’informations, elle habille les murs, les boutiques, les théâtres, les cinémas, voire les bus.

Contexte 

Le 3 septembre 1939, le Royaume-Uni entre en guerre contre l’Allemagne suite à l’invasion de la Pologne par l’armée allemande. Durant un an, les armées anglaises et françaises s’agglutinent le long de la ligne dit Maginot durant ce qu’on appelle la « Drôle de Guerre ». Après l’invasion des Pays-Bas, de la Belgique et enfin de la France en mai 1940, Hitler met en place une opération du nom de SeeLöwe (« le lion de mer ») afin d’envahir le Royaume-Uni, dernier obstacle à son hégémonie occidentale. Pour préparer cette invasion, Hitler a besoin d’un contrôle absolu des airs. Commence alors une campagne intensive de bombardement des infrastructures aériennes anglaises (postes de radios, aérodromes, usines, etc.). Dans la nuit du 24 août 1940, malgré la formelle interdiction de bombarder des civils, Londres est bombardée et le lendemain une expédition de représailles est lancée sur Berlin.

Comme Churchill la veille, le Führer est fou de rage. Bien que l’opération soit un désastre en soi (seuls 1/3 des bombardiers anglais reviennent de ce bombardement), elle est symboliquement forte : l’Allemagne est attaquée et sa capitale, bombardée. 
Le Blitz (« éclair ») débute alors. Il consiste en un bombardement intensif des villes du sud-ouest anglais et surtout de Londres, plus grande ville du Royaume-Uni, siège de la monarchie et du gouvernement. Cette campagne est traumatisante pour les populations et c’est à ce moment précis que l’affiche prend une importance digne d’intérêt.

L’affiche apparaît alors comme un moyen de communication praticulièrement utile pour communiquer avec la population. Elles sont souvent produites par le gouvernement et ses différents ministères. Ministères de la Santé, de l’Armée, de la R.A.F, de l’Information et même de l’Agriculture, tout est mis en œuvre pour soutenir les Londoniens et faire tourner la machine à propagande. En parallèle, paraissent des affiches d’anonymes, de citoyens et même des affiches publicitaires se servant du Blitz avec dérision pour promouvoir leur entreprise.

Continuer la lecture de Habiller la ville : l’affiche en guerre à Londres (1939-1942)

De la guerre totale dans l’environnement urbain : Berlin et son travail de mémoire

Berlin est une ville très riche culturellement, en particulier si l’on songe aux Street Arts qui la parsèment, à son architecture. C’est aussi un phare de l’électro : certains de ses nightclubs sont célèbres en Europe et le pays est reconnu pour son apport dans ce style de musique.

Mais c’est aussi une ville qui a engagé un énorme travail de mémoire, lié à son lourd passé historique. Le nombre de ses musées, de très grande qualité, en est un indice, mais c’est sur la rue que nous allons porter notre regard en nous appuyant sur un article de Viveberlin, un guide touristique collaboratif qui veut promouvoir d’une manière plus personnelle la ville.

Cet article, datant de 2012, s’intitule « The Scars of the war » et présente les traces persistantes de la 2ndeGuerre mondiale sur les édifices du centre-ville. Cet article peut être lu à l’adresse :https://viveberlin.wordpress.com/2012/08/06/the-scars-of-the-war


La modernisation de l’armement via l’innovation de l’automatisme à l’origine de nouvelles balafres urbaines

La ville a fait le choix de conserver les cicatrices de la bataille de Berlin dans son centre, ce qui permet de démontrer deux choses :

 

  • Pour commencer, l’artillerie n’est plus la seule à causer de gros dommages sur les immeubles, certaines armes portatives pouvant elles aussi arracher désormais des pans entiers de mur. Par ailleurs, si l’argument concernant l’antériorité des pratiques de combats urbains peut être avancé, il est vite mis à mal par le fait que des fusils à verrou (un type de fusil dont la culasse dispose d’un levier d’armement à actionner manuellement en suivant un mouvement longitudinale) ne peuvent causer des dommages semblables à une telle échelle. 
  • Ensuite, le développement des armes automatiques, en atteignant une taille drastiquement réduite, a causé une radicale hausse de la violence des combats urbains, dont la bataille de Berlin fut un traumatisme. Par conséquent, on peut subodorer la volonté de garder cette mémoire, littéralement gravée dans la roche, par la conservation des impacts de balles sur les bâtiments.

Voici la liste des principales armes automatiques utilisées à la bataille de Berlin, ainsi que leur fonctionnement :

Figure 1 : Aperçu des armes de la Bataille de Berlin responsables des sévices urbains. (source : créée par l’auteur à partir de photos disponibles sur Google image)

 On constate que les travaux du docteur Richard J. Gatling, qui voulait donner une grande puissance de feu à une seule personne, ont grandement porté leurs fruits. Complétés par ceux de sir Hiram Maxim et John M. Browning – les inventeurs des systèmes automatisés de recul et d’emprunt des gaz -, ils ont conduit à une conséquence désastreuse : n’importe qui pouvait causer un grand nombre de morts.

Or la Seconde Guerre mondiale peut être interprétée comme l’aboutissement d’un processus de nation en armes, dont la distinction du front et de l’arrière s’efface. Le Volkssturm , c’est-à-dire l’enrôlement des civils allemands dans le conflit en les dotant d’armes rassemblées à la hâte, souvent en piteux état ou obsolètes, en est la forme la plus extrême. 

Berlin comme exemple du basculement de la guerre moderne

L’Allemagne a une grande tradition militaire et manufacturière. Par conséquent, préserver dans le paysage urbain les conséquences des débordements de cette tradition peut être interprété comme un rappel à l’ordre. C’est pourquoi Berlin et d’autres villes se sont engagées dans cette voie avec le projet Stolpersteine qui s’inscrit à la fois dans le paysage et dans la façon de vivre la ville. 

En effet, ce projet est constitué de pavés dorés disposés au sol, sur lesquels on peut légèrement trébucher. L’objectif consiste à amener le promeneur à s’y arrêter pour y prêter attention. Ces pavés arborent sur leur surface le nom des familles ayant vécu dans les rues où ils sont disposés, et ayant été persécutées par le IIIeReich.

Figure 2 : Stolpersteine de Berlin (source : creative commons issu d’une photo prise par un amateur et mise sur : wikipédiahttps://commons.wikimedia.org/wiki/File:Berlin_paul-lincke-ufer-41_stolperstein_20050208_p1000301.jpg)

La production industrielle d’armes ayant un potentiel létal jusque-là jamais atteint a permis de ravager des villes. Dresde et Berlin sont presque des villes martyrs, dans la mesure où elles ont payé les exactions perpétrées par les troupes allemandes en Europe de l’Est. Par la suite, la reconstruction a effacé la plupart des sévices, mais la décision politique de garder visibles les dégâts est un moyen de s’adresser à tous, d’être un vecteur de sensibilisation. C’est de surcroît une mise en valeur du passé originale.

 Bibliographie indicative :

  • COCHET François, Armes en guerre, XIX-XXIe siècles : mythes, symboles, réalités., CNRS édition, Paris, 2011.
  • MCNAB Chris, Armes à feu, encyclopédie visuelle, Éditions de L’imprévu, 2015.
  • PEGLER Martin, The Vickers-Maxim Machine Gun, Oxford Osprey Publishing, 2013.
  • ROTTMAN Gordon L., Browning.30 caliber Machine Guns, Oxford Osprey Publishing, 2014.

L’auteur :            

Vincent Huet est étudiant en Histoire Contemporaine à l’Université Bordeaux-Montaigne où il réalise des recherches sur le développement de la mitrailleuse sous l’intitulé « Trajectoire d’innovation et compétition internationale dans le développement de la mitrailleuse du milieu xixesiècle à 1914 ». Ses travaux sont sous la direction du professeur Christophe Bouneau, dans le parcours de Master « Développement, Innovation et Environnement ».