Archives par mot-clé : Hygiénisme

La réhabilitation des anciens bâtiments hospitaliers de la métropole de Bordeaux

La création des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU) en 1959 avec la loi Debré a engendré une profonde restructuration des établissements hospitaliers de France, les regroupant sous la direction d’un même corps administratif. Cependant cette nouvelle loi ne fait qu’accompagner une mutation déjà existante dans le pays qui est le recours aux soins et aux consultations à l’hôpital et non plus exclusivement à domicile ou dans les nombreux dispensaires. L’hôpital devient alors un lieu de soins pour tous et non plus aux indigents et aux désespérés.

Face à l’augmentation de la population de Bordeaux au 19e siècle, l’hôpital Saint-André, vétuste, ne peut plus faire face. Quant aux hospices, autres structures d’accueil des populations, ils souffrent d’une réputation de mouroirs éparpillés aux alentours de la place d’Aquitaine (aujourd’hui place de la Victoire).

Intégrer une grande Faculté de Médecine et de Pharmacie en plein cœur de Bordeaux

Le premier grand changement opéré par la municipalité de Bordeaux consiste à regrouper plusieurs hospices en un même lieu : le nouvel hôpital de Pellegrin, inauguré en 1876. Si l’hospice Saint-Jean, situé aujourd’hui 22 cours de la Marne perpétue sa fonction médicale, l’hospice des Incurables et celui de la Maternité sont choisis pour être le siège de la nouvelle Faculté de Médecine et de Pharmacie qui vise à accueillir les étudiants du quart sud-ouest du pays. Le lieu n’est pas choisi au hasard puisque les étudiants en médecine se forment à l’hôpital Saint-André et sont logés à la Caserne Saint-Raphaël, situés à quelques centaines de mètres. Outre les contraintes budgétaires, ce sont celles du terrain qui posent problèmes : la forme trapézoïdale bordée des rues Bigot au nord (aujourd’hui rue Broca), et des Incurables au sud (aujourd’hui rue Élie Gintrac) et de maisons particulières à l’est ne permet pas une grande liberté de construction à l’architecte Jean-Louis Pascal. Celui-ci doit, en plus s’adapter aux contraintes du ministère de l’Instruction Publique que sont l’obligation de lumière, d’aération et d’espace permettant d’accueillir les enseignements de médecine et de pharmacie ainsi que des laboratoires, une bibliothèque, un musée, un jardin et les logements de fonction du personnel. De nouvelles coupes budgétaires excluent définitivement les enseignements de pharmacie qui se retrouvent transportés à la caserne Saint-Raphaël. Les travaux de la nouvelle Faculté de Médecine débutent en 1880 et son inauguration a lieu le 28 avril 1888 en présence du Président de la République Sadi Carnot. Ce grand édifice de plus de 9000 m² est caractéristique des bâtiments de la fin du 19e siècle qui sont construits selon la théorie hygiéniste : une cour centrale bordée de bâtiments longitudinaux d’au moins un étage, composés de grandes fenêtres pour en augmenter la luminosité.  La Faculté est finalement étendue à partir de 1908 après le rachat des maisons particulières situées à l’est et permet ainsi d’accueillir les enseignements de pharmacie.

Fig 1 : Plan proposé par Jean-Louis PASCAL, architecte de la faculté de Médecine de Bordeaux
Photo de Claude LAROCHE
Source : LAROCHE Claude, « Pro Scientia Urbe et Patria : l’architecture de la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876-1888 et 1902-1922 » In: In Situ [En ligne], 17, 2011. Consulté le 14 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/insitu/1126

Quand un nouveau site impulse la création d’un autre

Les anciens bâtiments hospitaliers de Bordeaux, rénovés selon les normes hygiénistes du 19e siècle, constituent donc des opportunités pour apporter à la ville des établissements éducatifs. La création de la nouvelle faculté de Médecine en 1888 donne d’ailleurs une impulsion à la création d’une école de santé navale, car Bordeaux malgré son statut de ville portuaire, n’en possède pas. Ce projet, porté par le médecin Albert Pitres, aboutit en 1890 et Bordeaux devient le siège de l’École Principale du Service de Santé des Armées (EPSSM), dont les locaux sont finalement installés dans l’ancien hospice des Aliénés situés cours Saint-Jean à côté du petit séminaire (aujourd’hui lycée Gustave Eiffel). Si l’école s’est dotée de nouveaux locaux dès 1893, la cour intérieure est conservée puisque idéale pour les parades militaires. De plus, comme c’est le cas pour les étudiants de la Faculté de Médecine et de Pharmacie, les médecins militaires sont formés à l’hôpital Saint-André.

La Faculté de Médecine et l’école de Santé Navale font partie de ces sites dont les bâtiments ont été détruits puis reconstruits pour satisfaire aux normes hygiénistes en vigueur à ce moment là ainsi que pour pallier à la vétusté des lieux.

Garder les anciens bâtiments pour leurs nouvelles fonctions

En revanche, certains anciens bâtiments hospitaliers n’ont pas eu à subir le même sort et ont conservé tout ou partie des bâtiments déjà existants. C’est le cas de l’ancien hôpital des Enfants situé 168 cours de l’Argonne qui, après sa fermeture en 1992, a conservé sa façade principale et les galeries situées autour du jardin intérieur qui sont transformées en Maison internationale ayant pour but d’accueillir des étudiants du monde entier. La façade opposée a, elle, été détruite pour permettre de désenclaver le site et l’ouvrir sur les rues adjacentes, facilitant ainsi l’accès à la ligne de tramways, alors en construction, qui dessert les universités de Bordeaux. Aujourd’hui, en plus des logements étudiants, certains commerces sont aussi installés dans les bâtiments, profitant ainsi du bon emplacement qu’offrent les lieux, non loin du centre-ville et très bien desservi par les transports en commun.

Fig. 2 : De l’hôpital des enfants… à la maison Internationale.

L’hôpital Xavier Arnozan de Pessac, anciennement sanatorium des Feuillas, est lui aussi doté d’anciens bâtiments hospitaliers ayant une fonction totalement différente. En effet, ce sont des bâtisses construites plus récemment qui assurent l’offre hospitalière, les anciens bâtiments ne répondant plus aux normes de prise en charge actuelles. Au lieu d’être laissées à l’abandon comme c’est aujourd’hui le cas pour le pavillon III (ancien pavillon des enfants), le CHU a décidé de tirer parti des grandes salles et des grandes fenêtres du bâtiment pour y installer le centre de culture et de loisirs du CHU de Bordeaux. De grandes salles de sports y sont donc aménagées ainsi qu’un espace photographique dédié au lieu. Le comité local des œuvres sociales du CHU de Bordeaux y a aussi élu domicile pour permettre la pratique de plusieurs activités artistiques comme la peinture, la couture ou le théâtre.

La réhabilitation des anciens bâtiments hospitaliers connaît une réelle impulsion depuis la construction du site de Pellegrin en 1876. Que ce soit pour devenir établissement d’éducation, à vocation sociale ou bien résidence particulière, ces bâtiments sont la plupart du temps améliorés pour qu’ils puissent durer dans le temps face aux mutations du système de soins français.

Si ces quelques cas concernent des réhabilitations effectuées au 19e et 20e siècles, il est intéressant de s’interroger sur le sort de l’hôpital Saint-André, le plus ancien de Bordeaux avec ses 931 ans de service en 2021. En effet, déclaré vétuste, mouroir, ne pouvant faire face à l’afflux de patients il est menacé de destruction depuis déjà presque cent ans. Même s’il est toujours en activité aujourd’hui, tous les services de chirurgie ont été fermés et des services ont été regroupés pour faire face au manque de personnel. La réhabilitation de ce grand bâtiment dont la plus grande partie entoure un jardin à la française fait débat depuis des décennies. Tantôt projeté comme hôpital de jour ou même comme hôtel, il serait intéressant de savoir ce que la municipalité Bordeaux pourrait faire pour transformer ce site faisant partie intégrante du patrimoine de la ville.

Bibliographie indicative :

  • BATTIN Jacques, « La glorieuse histoire de l’école de Santé navale à Bordeaux de 1890 à sa fermeture en 2011 » In : Histoire des sciences médicales,tome LII, n°4, 2018, pp 489-491.
  • LAROCHE Claude, « Pro Scientia Urbe et Patria : l’architecture de la faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux, 1876-1888 et 1902-1922 » In: In Situ [En ligne], 17, 2011. Consulté le 14 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/insitu/1126
  • RICHARD-BAZIRE Anne, « La faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux par Jean-Louis Pascal (1876-1888 et 1902-1922) » In: Livraisons d’histoire de l’architecture, [en ligne] n°13, 2007, pp. 105-120. Consulté le 14 novembre 2021. URL : https://www.persee.fr/doc/lha_1627-4970_2007_num_13_1_1072

L’auteur :

Après deux années d’études paramédicales dans le supérieur, Claire BORDELAIS s’oriente finalement dans des études supérieures en histoire. Aujourd’hui étudiante en Master 2 Développement Innovation Environnement à l’Université de Bordeaux Montaigne (2021-2022), son sujet de master s’oriente vers la pratique médicale de l’ère post-Pasteur et s’intitule « Accoucher aux hospices civils de Bordeaux dans la première moitié du 20e s : institutions, innovations et prise en charge des nourrissons et des parturientes (1902-1952) » sous la direction de Mme Carole CARRIBON.