Archives par mot-clé : Lumière

Lumières sur la ville : L’éclairage public urbain et la lutte contre la pollution lumineuse dans le Parc naturel régional des Landes de Gascogne

Le 14 octobre 2017, le Parc naturel régional des Landes de Gascogne organisait la neuvième édition de l’événement national annuel « le Jour de la Nuit » à Sore, l’occasion de présenter les efforts de la commune en matière d’amélioration de l’éclairage public. Pour autant, cette photographie représentant la mairie de la commune lors de cette soirée met en avant le caractère éblouissant de ce mobilier urbain, la luminosité des bâtiments tranchant avec l’arrière-plan nocturne. Ce contraste témoigne du chantier que constitue la lutte contre la pollution lumineuse, et le rôle de l’éclairage public urbain dans cette lutte, à la fois poison et remède. L’état de cette luminosité à la période de cette prise de vue peut ainsi permettre de constater l’évolution et les progrès réalisés en la matière depuis lors.

De l’éclairage public à la pollution lumineuse

L’éclairage public fait partie intégrante du paysage urbain mais aussi de l’identité urbaine. Discret le jour, ce mobilier se révèle à la nuit tombée, habillant la ville de lumière. Pour autant, il éclipse par là tout autre habillage. Concentrant et focalisant la lumière, il voile autant qu’il dévoile. En effet, la ville est un espace en trois dimensions, qui ne se borne pas à son périmètre communal. Sans limites en hauteur, le ciel qui la surplombe fait partie intégrante de sa composition, constituant une sorte de plafond intangible exprimant également une forme d’habillage, une décoration illustrée par le ciel étoilé. Mais celui-ci tend à disparaître, la luminosité naturelle de la ville cédant le pas à sa luminosité artificielle.

Figure 2 : Les habits de lumière de la ville
Source : Réalisation personnelle

Fleurissant en milieu urbain à partir du XVIIe siècle, l’éclairage public avait comme fonction originelle d’assurer la sécurité et le confort des citadins. Mais la lumière était aussi un synonyme de progrès, de rayonnement et donc de prestige pour la ville. Elle symbolisait le recul des ténèbres, de l’obscurantisme, repoussant l’inconnu au-delà des frontières du visible. La ville devint ainsi le théâtre d’une succession d’innovations incrémentales tendant à perfectionner cet éclairage, des lanternes aux réverbères, du gaz à l’électricité. Ce mobilier urbain est rejoint finalement par d’autres sources lumineuses, des enseignes publicitaires aux dispositifs d’éclairage des boutiques en période nocturne. Mais à partir des années 1970, les astronomes ont commencé à s’inquiéter de l’impact de l’éclairage artificiel, en particulier en milieu urbain, sur la qualité du ciel étoilé, en lien de façon plus globale avec l’essor des préoccupations autour de la protection de l’environnement. En luttant contre la pollution lumineuse, il ne s’agit dès lors plus d’en finir avec la nuit, mais de la sauver.

            La pollution lumineuse désigne l’ensemble des impacts négatifs liés à l’éclairage extérieur public et privé artificiel. Cette luminosité artificielle détériore le ciel étoilé en engendrant un phénomène de halo lumineux, mais là n’est pas sa seule conséquence sur l’environnement. En effet, elle dégrade également la biodiversité et ses habitats, en perturbant le rythme nycthéméral de certaines espèces. Celles qui sont lucifuges modifient leur cycle de vie tandis que d’autres se retrouvent piégées par la lumière, un lampadaire pouvant attirer des insectes à plus de 700 mètres, soit même au-delà de la ville. Mais l’espèce humaine est également affectée, en raison de la lumière bleue émanant des dispositifs d’éclairage, qui entraîne une diminution de la production de la mélatonine, l’hormone du sommeil, et donc nuit à la santé des populations. Enfin, elle induit une forte consommation d’énergie, 40 % de la facture d’électricité des communes étant dédiés à l’éclairage public. Les arguments économiques et écologiques finissent ainsi par se rejoindre, la production d’énergie étant également responsable de la dégradation de l’environnement.

L’émergence de la protection de l’environnement nocturne dans la politique du Parc naturel régional des Landes de Gascogne

La réponse à cette problématique peut dès lors s’effectuer au niveau des communes elles-mêmes, responsables de leur éclairage public, comme au sein du Parc naturel régional (PNR) des Landes de Gascogne. Ce territoire, créé en 1970, cherche à proposer depuis maintenant plus de 50 ans une formule politique permettant de trouver un équilibre entre la protection de l’environnement et l’animation territoriale, à travers une Charte, approuvée par les collectivités membres, qui fixe les orientations que se donne le Parc. La dernière en date, approuvée en 2014, ne mentionne cependant pas la protection de l’environnement nocturne parmi ses objectifs. Ce nouveau champ d’investigation écologique a donc été pris en charge récemment par ce PNR. A ce titre, c’est l’année 2015 qui constitue un véritable pivot. En répondant à l’appel à initiatives du ministère de l’Environnement intitulé « Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte » (TEPCV), le Parc naturel régional des Landes de Gascogne redouble d’ambitions en faveur de la mise en œuvre de la transition énergétique sur son territoire. C’est donc par cet angle qu’il initie sa politique de protection de l’environnement nocturne, élaborant alors un programme de 14 mesures dont l’une vise à « Développer des programmes d’éclairage public durable ».

            Pour mener à bien cet objectif, le Parc naturel régional lance une étude en 2019 visant à établir un diagnostic de la pollution lumineuse sur son territoire et à définir des stratégies pour améliorer l’éclairage public. Même si 4000 étoiles peuvent être observées à l’œil nu dans le territoire du Parc, le diagnostic a révélé que toutes les communes sont concernées par le problème de la pollution lumineuse, en lien avec le développement urbain général. Pour autant, de forts contrastes apparaissent sur ce même territoire, les communes les moins urbanisées présentant un ciel de meilleure qualité. Cela permet de mettre en exergue le lien intrinsèque qui unit ville et pollution lumineuse.

Figure 3 : La qualité de la nuit sur le territoire du Parc naturel régional (2020)
Source : Parc naturel régional des Landes de Gascogne

Mais à l’état des lieux doit succéder l’analyse des sources, de diverses natures, de cette pollution lumineuse et la prise en compte des leviers disponibles et utilisables pour améliorer l’éclairage public. C’est d’abord la quantité de lumière émise, la puissance lumineuse quantifiée en lumens (lm), à l’origine de l’éblouissement, qui est à considérer, ainsi que sa température, mesurée en kelvin (K). En effet, c’est la température thermodynamique qui définit la « couleur » de la lumière, la lumière « bleue » correspondant à une partie du spectre visible de haute température. Il est ainsi possible de diminuer la température des ampoules en en choisissant qui ont une température inférieure à 2400 K, palier en dessous duquel elles n’émettent plus de lumière bleue. Mais plus simplement, la localisation des sources de lumière peut également jouer un rôle, selon qu’elles soient concentrées dans un même espace ou bien déconcentrées, conduisant à une fragmentation des habitats et à une irruption de la luminosité dans les milieux naturels. Il s’agit également de changer l’orientation de l’éclairage, afin qu’il n’éclaire que le sol. Une grande partie de la lumière est en effet perdue en raison de la luminosité qui part vers le ciel, inutile pour les citadins et néfaste pour l’environnement nocturne. Enfin, la temporalité de l’éclairage est également à prendre en compte, l’impact n’étant pas le même selon la période d’éclairage. Il est donc possible de proposer des périodes d’extinction de l’éclairage nocturne, avec des heures d’éclairage liées aux besoins réels des habitants. La lutte contre la pollution lumineuse s’inscrit donc à la fois dans une politique d’efficience et de sobriété énergétiques.

Des labels nationaux et internationaux pour la préservation du ciel étoilé

Pour accompagner les communes de son territoire dans cette transition, le Parc naturel régional les encourage depuis 2015 à candidater à un label national : le label « Villes et Villages étoilés ». Créé en 2009 par l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ANPCEN), il vise à récompenser les efforts menés par les communes pour la préservation de la qualité du ciel étoilé, et à les encourager à poursuivre leur démarche. L’amélioration de l’éclairage public fait ainsi partie des critères pouvant aboutir à l’obtention du label. Un concours est organisé chaque année par l’association qui le décerne aux communes, selon un système de notation par étoiles allant de 1 à 5, suivant un gradient croissant de qualité. Suite à la dernière édition de 2021, 12 villes et villages du Parc en sont pourvus.

Figure 4 : La communes du Parc naturel régional des Landes de Gascogne labellisées “Villes et Villages étoilés” (2021). Réalisation personnelle d’après les données de l’ANPCEN

Le label vient ainsi distinguer l’habillage de lumière de ces communes, où la luminosité artificielle cède le pas à la luminosité naturelle. L’obtention du sésame permet également l’affichage d’un panneau spécifique à l’entrée des villes, signalisation témoignant de l’entrée dans un territoire d’exception. A l’instar des « Villes et villages fleuris », il vise à mettre en avant les spécificités de la commune, et donc à en faire un critère de distinction. Les paysages d’entrée de ville, souffrant de la banalisation comme de la standardisation, peuvent ainsi se démarquer par l’apposition d’une image de marque.

Figure 5 : Le label « Villes et Villages étoilés » de la commune de Sore (Landes)
Source : Louis Voisin, 4 novembre 2021

Améliorer l’éclairage public dans les villes ne constitue cependant qu’un point de départ pour le Parc naturel régional. En effet, à partir de 2018, il s’est lancé dans une procédure pour candidater au label « Réserve Internationale de Ciel Étoilé » (RICE). Créé et décerné par l’International Dark-Sky Association, il récompense des territoires ayant mis en place une politique de lutte contre la pollution lumineuse et où la qualité de la nuit est exceptionnelle. Il s’agit donc d’une labellisation de plus grande échelle, à la fois car elle concerne l’ensemble d’un territoire et plus seulement une commune, mais également parce qu’elle engendre une reconnaissance mondiale. Ce label valoriserait et encouragerait ainsi les actions des communes en leur donnant une dimension et une portée internationales.

Figure 6 : Le projet de Réserve Internationale de Ciel Étoilé (RICE) dans le Parc naturel régional des Landes de Gascogne (2020)
Source : Bureau d’études RESTAURELANuit – Nicolas Bessolaz

Mais pour obtenir une labellisation aussi prestigieuse, les communes du territoire du Parc doivent mettre en œuvre une politique ambitieuse d’amélioration de leur éclairage public. C’est dans cette optique que des élus du PNR se sont rendus à la fin de l’année 2020 dans la métropole bordelaise, afin de découvrir les dispositifs qui y sont mis en œuvre pour lutter contre la pollution lumineuse. De grandes aires urbaines peuvent ainsi également partager leur expérience dans ce domaine, et inspirer des communes plus modestes, montrant que cette dynamique ne concerne pas que les villes les moins urbanisées.            La lutte contre la pollution lumineuse n’est cependant pas exempte de controverses, notamment en raison des questions que laisse planer l’extinction de l’éclairage public sur la sécurité. L’aménagement urbain est le fruit d’un compromis entre des injonctions parfois contradictoires, mais également le résultat des discussions et des échanges sur ces sujets de société. Instrument de protection de l’environnement d’échelle infra-régionale, le Parc naturel régional des Landes de Gascogne peut alors accompagner les communes de son territoire, qu’elles soient des villes ou des villages, afin de les aider à trouver un équilibre dans leur habillage d’ombres et de lumières.

Bibliographie indicative :

  • BOURGEOIS Nicolas, CHARLIER Bruno, « « Half the park is after dark » – Les parcs et réserves de ciel étoilé : nouveaux concepts et outils de patrimonialisation de la nature », L’Espace géographique, n° 42, 2013/3, pp. 200-212.
  • BOVET-PAVY Agnès, Lumières sur la ville – Une histoire de l’éclairage public urbain, Strasbourg : Arte Éditions, 2018.
  • CHALLEAT Samuel, Sauver la nuit – Comment l’obscurité disparaît, ce que sa disparition fait au vivant, et comment la reconquérir, Paris : Premier Parallèle, 2019.
  • DELEUIL Jean-Michel (dir.), Éclairer la ville autrement – Innovations et expérimentations en éclairage public, Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009.
  • MILIAN Johan, « Du ciel étoilé à l’environnement nocturne, l’émergence d’un nouveau front de protection de la nature », CADORET Anne, LASLAZ Lionel (dir.), MILIAN Johan, Atlas des espaces protégés en France – Des territoires en partage ?, Paris : Muséum national d’Histoire naturelle, 2020, pp. 96-97.
  • MOSSER Sophie, « Éclairage et sécurité en ville : l’état des savoirs », Déviance et Société, n° 31,  2007/1, pp. 77-100.
  • Voir aussi le site du Parc naturel régional des Landes de Gascogne : https://www.parc-landes-de-gascogne.fr/.

L’auteur :

VOISIN Louis est étudiant en deuxième année du Master Histoire des Mondes Modernes et Contemporains (HMMC), au sein du parcours Développement, Innovation, Environnement (DIE) (2021-2022). Il réalise un mémoire de recherche intitulé « La trajectoire et le rôle du Parc naturel régional des Landes de Gascogne dans les politiques de protection de l’environnement depuis la fin des années 1960 », sous la direction de Christophe Bouneau. Il cherche ainsi à analyser la manière dont ce Parc a progressivement intégré les questions environnementales dans ses actions, s’appuyant sur son ancrage local pour mener une politique de proximité sur son territoire avec ses habitants.

Le Light painting : illuminer la ville le temps d’une projection

Figure 1: Philippe Echaroux projette ses visages d’indiens dans le jardin du Quai Branly Source: France télévision  https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/street-art/les-indiens-de-philippe-echaroux-projetes-sur-les-arbres-du-musee-du-quai-branly_4135177.html

Le street art est un mouvement artistique contemporain ainsi qu’un mode d’expression visant à sublimer l’espace urbain d’une manière éphémère. Au regard du light painting, c’est un art qui s’inspire d’innovations pour créer, revendiquer et surprendre les populations.

            Utilisé par Man Ray en 1937 ou Picasso et Gjon Mili en 1949, le light painting est une technique de photographie consistant à déplacer une source lumineuse lors d’une longue exposition. En modelant la lumière dans un état temporel éphémère, le light painting vise à illuminer l’espace urbain le temps d’une projection. Cette technique particulièrement moderne est très utilisée par l’artiste marseillais Philippe Echaroux.

Figure 2 : Light Painting Pablo Picasso Source : https://www.journal-du-design.fr/art/light-drawings-de-pablo-picasso-27863/

Qui est Philippe Echaroux ?

Philippe Echaroux a un parcours assez atypique puisqu’il n’a reçu aucune formation en photographie. En 2008, lors d’un séjour sportif dans les Landes alors qu’il a 18 ans, il se découvre une passion pour les appareils photo. La même année, il est Lauréat du Concours International de la Photographie Dior et du Concours National FNAC.  Par la suite, il s’occupe de l’image d’Adidas en 2010 et de Samsung en 2013.

            Durant cette période, il gagne en notoriété en éclairant les nuits marseillaises à travers des œuvres lumineuses. L’une des projections les plus importantes de sa carrière est sûrement celle du portrait de Zinedine Zidane sur la Corniche à Marseille, puisqu’elle lui permet d’avoir une grande visibilité à travers les journaux nationaux. 

Figure 3 : Projection du portrait de Zinedine Zidane Source:  madeinmarseille https://madeinmarseille.net/874-marseille-photographe-street-art-philippe-echaroux/

En 2014, alors qu’il commence à être reconnu dans le monde du street art, Philippe Echaroux invente le concept de street art 2.0 à travers son exposition “Painting with lights” basée sur la technique du light painting : il utilise la technologie moderne au service du street art. “En fait, ma peinture, mon médium, c’est la lumière”, affirme-t-il ainsi. 

Un artiste engagé 

Depuis ces dix dernières années, Philippe Echaroux milite pour un street art qui ne laisse aucune trace derrière lui.  Ainsi, il affiche ses œuvres au mur à l’aide de Patafix ou projette des images qui disparaissent une fois le projecteur éteint. C’est une façon pour lui de ne pas dégrader l’espace urbain tout en attirant beaucoup plus l’attention des passants avec le caractère éphémère et singulier de ses œuvres. Cet artiste très engagé définit le street art comme « L’art le plus social, qui touche Monsieur Tout-le-Monde. ».  En effet, à travers son projet Dans la mémoire du Monde, il projette des visages d’Indiens Surui sur des arbres à New York ou encore à Paris. Ce projet a pour objectif de mettre la lumière sur le combat de ce peuple autochtone du Brésil contre la déforestation.  C’est un projet de grande ampleur avec une volonté de sensibiliser sur l’urgence écologique de l’Amazonie, mis en péril par l’avidité de l’homme. “En Amazonie, j’ai photographié les visages de membres de la tribu Surui pour ensuite les projeter sur les arbres de la forêt primaire. Il m’a fallu deux années pour monter ce projet qui me tenait particulièrement à cœur. Sur place, la réalisation a duré sept jours, tout compris. C’est cela le 2.0, la capacité à faire aussi rapidement quelque chose de cette envergure. » 

Figure 4 : Visage d’indien de Philippe Echaroux projeté à New-York , Source France télévision : https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/street-art/les-indiens-de-philippe-echaroux-projetes-sur-les-arbres-du-musee-du-quai-branly_4135177.html

Ces représentations de la tribu Surui dans les arbres cherchent à dégager une idée : “Quand tu abats un arbre, c’est comme si tu abattais un homme.”  Le fait de les projeter dans des villes permet de sensibiliser un maximum de personnes. Ainsi, les villes deviennent des espaces de sensibilisation et d’information pour la population.

Des lumières pour changer la société

En octobre 2017, Philippe Echaroux présente un nouveau projet dans la ville de Los Angeles : AfterTheDream. L’objectif : sensibiliser les jeunes générations au respect de l’environnement en projetant des portraits d’habitants sur des déchets récoltés dans la ville.  Ce projet est d’une assez grande ampleur puisqu’il a en parallèle ouvert un site internet où l’on peut y publier nos propres œuvres d’art grâce aux déchets récoltés. Il a choisi de faire ce projet à Los Angeles car c’est la ville des stars, c’est une ville qui fait rêver. Ainsi, il est plus facile de faire passer son message et de sensibiliser. “Quand on dit qu’on va à Los Angeles, on pense directement au soleil, à la plage, ça vend du rêve alors qu’il y a des déchets partout. Je voulais jouer sur les clichés.”

Figure 5 : Philippe Echaroux AfterTheDream Los Angeles  Source : madeinmarseille https://madeinmarseille.net/31040-philippe-echaroux-after-dream-photo/

L’utilisation de projections de lumières dans les villes permet parfois de contraster avec le côté fade et sombre de l’environnement urbain. A travers ses œuvres lumineuses, Philippe Echaroux sensibilise et interroge les passants autour d’enjeux majeurs de notre société. En ce sens, il participe même à la Biennale de la Havane en 2015. C’est un symbole de réussite pour Philippe Echaroux puisque la Biennale est l’une des plus importantes manifestations artistiques contemporaines. 

Figure 6 : Projection de Philippe Echaroux à la  Biennale de la Havane Source : https://anotherwhiskyformisterbukowski.com/2015/06/05/painting-with-lights-la-havane/

 Ainsi, la ville, sous le feu des projecteurs, devient l’espace d’un instant porteur de messages engagés et environnementaux. 

Bibliographie indicative :

L’auteur :

PRUDHOMME Mehdi est étudiant en Master 2 Développement, Innovation et Environnement à l’université Bordeaux Montaigne (2020-2021), sous la direction du Pr. Bouneau. Son sujet porte sur le rôle multiforme de l’innovation dans l’économie du rap en France depuis 1980.

La personnification des lanternes, des caricatures révolutionnaires aux « portraits de candélabre » de Marville et peintures impressionnistes.

Notre culture a banalisé le lampadaire public, objet technique du quotidien urbain, et son rôle dans la société. La lanterne ainsi banalisée devient invisible : l’oubli s’attache à tout objet technique, comme l’ont montré Sophie Poirot-Delpech et Xavier Guchet, le signe du succès d’une innovation et de sa diffusion dans la société étant que l’objet lui-même se fait oublier et devient une boîte noire dont l’existence se réduit à ses fonctions utilitaires. 

Dans le cadre du séminaire « Habiller la ville », il s’agit redonner de l’épaisseur à l’artefact d’éclairage, en faisant dialoguer ses couches techniques et symboliques, afin de comprendre son sens humain et la construction d’un objet de mémoire collective.

Trois cas d’étude seront abordés lors de cette communication.

A la fin de ces mêmes années 1780, la lanterne publique devient code visuel et sémantique révolutionnaire, et un véritable leitmotiv technique de l’iconographie populaire. Si l’expression « les aristocrates à la lanterne » nous est connue, comment ce mobilier urbain, a priori trivial,  a-t-il gagné un si grand potentiel symbolique ? Nous explorerons les recueils de gravures et caricatures de la Collection Hennin  et Collection de Vinck  (Bibliothèque Nationale de France) dans lesquelles nous avons identifié la présence de la métaphore politique pour cinquante-six productions, entre jeux visuels, anthropomorphisme et zoomorphisme.

La deuxième étude portera sur la série des 90 tirages de « portraits de candélabres » réalisés par Charles Marville (1858-1870). Le photographe est sollicité par la municipalité parisienne pour dresser un inventaire visuel des principaux types de candélabres  – les dits « réverbères » – distribués dans les différents quartiers de la capitale. Ces tirages seront réunis sous la forme d’un album présenté à l’Exposition Universelle de 1878 puis envoyé à Melbourne en Australie pour son exposition internationale de 1880. Nous montrerons en quoi ces personnifications de lampadaires s’opposent radicalement à l’esthétique de la lampe d’Haussmann et à la pensée globale d’une « Forêt de lampadaires », un des thèmes majeurs de son urbanisme.

Le troisième cas d’étude, le tableau avant-gardiste Paris, Temps de Pluie (1877) de Gustave Caillebotte, présenté à la troisième Exposition impressionniste, entre en résonance avec le précédent. Tous les deux sont en effet une représentation diurne du lampadaire, soit un objet technique dans l’inaction, bien loin des scènes électriques magnifiées des peintures du Paris romantique de la Belle Epoque.

Dans les trois cas d’étude, l’émergence de la nouvelle technique  – de la lanterne du XVIIIe s. au gaz – est intrinsèquement accompagnée de discours, d´images et de mythes qui structurent son imaginaire. A travers ce corpus varié, nous proposons ainsi une biographie d’objet pour appréhender cet imaginaire, en s’affranchissant de la distinction objet/sujet afin de traiter le lampadaire comme acteur et interroger ses modes d’existence dans la construction de la culture visuelle du Paris du XVIIIe et XIXe siècle et de la modernité.

Indications bibliographiques :

  • Hollis Clayson, Illuminated Paris: Essays on Art and Lighting in the Belle Époque, Chicago: The University of Chicago Press, 2019, 320 p
  • Benjamin Bothereau, « Illuminated Publics and Visual Culture: Commercial and Revolutionary Representations of Street Lights in Eighteenth Century Paris », [à paraître dans Technology & Culture, Johns Hopkins University Press, special issue of SHOT Congress 2016, novembre 2020]
  • Wolfgang Schivelbusch, Disenchanted Night: The Industrialization of Light in the Nineteenth Century., University of California Press, 1988

L’auteur :

Benjamin BOTHEREAU est docteur en histoire « Sciences, techniques, savoirs : histoire et société » (2018), diplômé de l’EHESS après un cursus au Centre Alexandre Koyré. Sa thèse, codirigée par Liliane Hilaire Pérez (EHESS) et Antoni Roca-Rosell (Chaire Unesco Technology&Culture-UPC Barcelona) A la lanterne ! Modes d’existence d’un objet banal, entre imaginaire technique et politique, Paris, Barcelone, 18e siècle  porte sur une biographie d’un objet technique – la lanterne publique – dans le cadre d’une histoire transnationale de l’éclairage urbain, et a reçu une mention spéciale au Prix Paris Sorbonne Lettres (PSL) 2019 en Humanités. Il est également ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale de Lyon (2011) et a travaillé comme ingénieur consultant pour l’éclairage public de Paris et Barcelone. Il est actuellement postdoc au Centre de Recherches Historiques CRH (équipe GRHEN) sur le projet ANR FluidGov.

Affiches en pierre et lumière : L’architecture lumineuse pendant l’entre-deux-guerres

Pendant l’entre-deux-guerres, des innovations techniques dans le domaine de l’éclairage permettent de concevoir des bâtiments dont l’apparence nocturne est saisissante. En 1926, Joachim Teichmüller (1866-1938), professeur à l’École Technique de Karlsruhe et directeur de l’Institut Technique de l’Éclairage nomme cette nouvelle fusion entre architecture et lumière électrique “Lichtarchitektur” (architecture lumineuse ou architecture de lumière). Des architectes de grand renom, comme Michel Roux-Spitz, Charles Siclis, Maurice Gridaine, Albert Laprade ou Robert Mallet-Stevens vont explorer le large éventail de possibilités offertes par la lumière artificielle. 

L’architecture lumineuse vise avant tout l’utilisateur potentiel du bâtiment. Cette préoccupation avec l’utilisateur commence dans la rue, où la lumière artificielle l’attire et le conduit habilement vers l’intérieur. L’éclairage judicieux de la façade sert à susciter son intérêt et l’encourage à entrer. Une fois à l’intérieur, l’emprise de la lumière sur l’utilisateur continue, cette fois-ci au service d’autres besoins. L’architecture lumineuse est donc un système ingénieux, dans lequel l’extérieur et l’intérieur interagissent en fonction d’un but précis, souvent commercial, mais pas nécessairement. Maints architectes tentent justement de libérer l’architecture lumineuse de ses connotations commerciales et le redirigent vers des fins plus humanistes. 

Cette contribution se concentre sur les façades de l’architecture lumineuse et sur leur façon d’interagir avec la ville. Trouver le point de départ est une difficulté fréquemment formulée par les architectes de l’entre-deux-guerres, précisant que la façade fonctionne ‘comme une affiche publicitaire’. La façade illuminée est donc non seulement conçue comme affiche, mais elle se comporte aussi en tant que telle dans la ville. Par conséquent, les architectes sont amenés à concevoir des façades suivant les règles de l’affiche publicitaire en ce qui concerne la composition, la typographie et le sens de la lecture. Ils apprennent comment hiérarchiser l’information et comment éviter la surcharge des façades. Tout aussi importantes sont les questions de lisibilité et visibilité, non seulement pour les piétons, mais aussi pour ceux qui circulent à une certaine vitesse en voiture. La question se pose alors de comprendre comment les architectes ont acquis les connaissances requises dans ce domaine. Dans ce qui suit, un exemple d’architecture lumineuse sera comparée avec une affiche publicitaire, ce qui démontrera que tous deux sont gouvernés par les même principes. 

Werner Mantz a réalisé une série de photos du Haus der Kölnischen Zeitung, montrant le pavillon de jour comme de nuit. La photographie en question montre une vue frontale puissante du bâtiment. Remarquable, tout d’abord, est cette approche frontale prononcée, qui souligne la symétrie du bâtiment, assez rare dans l’architecture lumineuse. En effet, la plupart des bâtiments de ce type étaient asymétriques : conçus pour attirer les gens, ils étaient adaptés aux directions de déplacement dominantes des piétons et des voitures dans la ville. Par exemple, si dans une rue, la plupart des gens arrivaient par la gauche, une tour d’éclairage serait placée sur le côté droit du bâtiment pour signaler son existence. Si l’architecture lumineuse est symétrique, cela signifie généralement qu’il y a un espace ouvert devant le bâtiment avec un flux multidirectionnel de piétons et de véhicules. 

Afin d’apprécier ce qui rend l’image nocturne si exceptionnelle, il est nécessaire d’observer d’abord l’image diurne. Sur cette photographie, la signature de Mantz est reconnaissable dans façon dont il intensifie la présence du bâtiment en le montrant sous un soleil de plomb par temps nuageux. La lumière provient d’en haut à droite, tandis que les ombres sont placées principalement sur le côté gauche. Cela est particulièrement visible sur la partie centrale triangulaire en saillie du bâtiment (entre les balcons), qui ressemble fortement à la proue d’un paquebot. La surface du volume triangulaire recevant la lumière directe du soleil est presque blanche, tandis que celle à l’ombre est gris foncé. Le contraste net entre les deux surfaces crée un axe vertical prononcé sur la photographie et lui donne un effet presque tridimensionnel. Il est vrai que dans l’art, les vues frontales sont des moyens éprouvés pour souligner la monumentalité et pour ajouter un sens de profondeur aux images, comme en témoigne une affiche représentant le paquebot transatlantique Le Normandie (1935), de l’affichiste majeur de l’entre-deux-guerres Cassandre (1901-1968). Ce dernier a choisi une vue frontale comparable pour représenter le célèbre paquebot, afin de souligner sa monumentalité grandiose. De manière similaire, Cassandre crée un sentiment de profondeur dans son affiche en positionnant la source de lumière vers la droite et en divisant la proue noire monolithique en une surface gris foncé et une surface grise plus claire. Dans les deux cas, l’axe central forme une flèche, poussant l’œil vers le haut, où se trouvent les informations essentielles : le drapeau français dans le cas du paquebot et l’enseigne lumineuse formant les mots Kölnischen Zeitung pour le pavillon. 

A. M. Cassandre, “Normandie”, 1935, © DR

Dans la vue de nuit de Mantz, un mouvement ascendant similaire est obtenu de manière très différente : ici, le contraste résulte de l’action de la lumière artificielle, qui crée une opposition entre les baies vitrées et les parties opaques du bâtiment. De grandes fenêtres en verre à la partie supérieure du pavillon attirent immédiatement l’attention. Reflétant discrètement les nuages ​​le jour, les fenêtres étant la nuit fortement éclairées de l’intérieur, deviennent de véritables accroche-regards. Néanmoins, le jeu de lumière (naturelle) sur la partie centrale du bâtiment est totalement absent dans la vue de nuit. Pourtant, en raison de la forme triangulaire de la partie centrale, les fenêtres supérieures semblent former une flèche, poussant l’œil vers le haut, vers l’enseigne lumineuse. Cette impulsion verticale est quelque peu atténuée par l’horizontalité des balcons éclairés, qui équilibre la dynamique du bâtiment, caractéristique essentielle de l’architecture du mouvement moderne. Libéré de toutes superfluités, le bâtiment ressemble presque à un modèle architectural, une impression renforcée par la présence de petits arbres taillés dans des formes géométriques, comme s’il s’agissait d’une maquette.

Bibliographie indicative :

  • NEUMANN Dietrich, Luminous Buildings / Architecture of the Night, Stuttgart, Hatje-Cantz Verlag, 2006.
  • LE GALLIC Stéphanie, Lumières publicitaires. Paris, Londres, New York, Paris, Ed. du CTHS, 2019.
  • HOMMELEN Ruth, “Images construites. L’architecture lumineuse vue par les architectes, les éclairagistes et les photographes (1926-1939)”, in : MONIN Eric, SIMONNOT Nathalie, L’Architecture lumineuse au XXe siècle / Luminous Architecture in the 20th century, Snoeck, Ghent / Courtray, 2012, pp. 76-85.
  • HOMMELEN Ruth, “Building with Artificial Light. Capturing the City and its Architecture at Night in the 1920s and 1930s”, in: Journal of Architecture, issue 7 (Special Issue ‘Building with Light’, Part 2), vol. 21 (2016), pp. 1062-1099. 

L’auteur :

HOMMELEN Ruth est historienne de l’art, de l’architecture et de la photographie ; elle a fait ses études à université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Actuellement, elle est doctorante à la KU Leuven et chargée de cours à l’école supérieure d’art LUCA et à Sint Lucas Anvers. Sa thèse porte sur l’architecture lumineuse pendant l’entre-deux-guerres (The Nightside of Modernity. Light Architecture and Metropolitan Culture during the Interwar Period), sujet auquel elle a déjà consacré plusieurs publications.

Le Merveilleux de Noël : une mise en scène électrique (1920-1930)

Contexte :

 

Dans L’Illustration du  19 décembre 1931, on pouvait lire ces quelques lignes : 

Et c’est ainsi que nous pouvons admirer cette année un déjeuner de Gargantua, une vision de la jungle digne de Kipling, l’arrivée du Père Noël, une campagne de pêche dans les régions arctiques, et, pour que rien ne manque à ces parades, l’une d’elles nous fait entendre un véritable orchestre. Et l’on peut voir se profiler sur le ciel noir les auteurs de cette tonitruante sérénade qu’interrompt soudain, aux éclats de rire des petits et des grands, un potée d’eau lancée d’une mansarde.

Ce spectacle urbain était devenu depuis le milieu des années 1920 une tradition annuelle, multi-générationnelle, attirant la foule à la nuit tombée. Il engendra également une émulation entre les grands magasins parisiens qui cherchèrent chacun le dispositif le plus impressionnant afin de bâtir leur réputation, ou du moins leur image de marque. Cigognes apportant des jouets, Hercule ou Gulliver, furent quelques-uns de ces tableaux lumineux qui marquèrent le plus les esprits. La presse témoigne de cet engouement, dont le principal promoteur fut Fernand Jacopozzi, reconnu pour ses talents par l’octroi du titre de commandeur de la légion d’honneur en 1932. Surnommé « le Magicien de la Lumière », il s’était déjà fait remarqué à diverses reprises et est représentatif d’une génération de jeunes électriciens-publicitaires qui contribuèrent à « spectaculariser » la rue par un usage original de l’électricité. 

Étude de l’œuvre :

Dans un contexte où l’expression « architecture of the night », forgée en 1930 par l’architecte américain Raymond Hood, commençait à se diffuser, une nouvelle réflexion sur lelien entre architecture et électricité émergea en Europe, encouragée par le développement de la publicité lumineuse durant ces années. En 1927 déjà, Walter Kurt Behrendt avait évoqué les possibilités offertes par la lumière électrique en architecture et avait remarqué que son exploitation n’en était encore qu’à ses débuts. Jusque-là, seule la publicité lumineuse avait réussi à utiliser effectivement cette nouvelle liberté. Pour illustrer ses observations, il utilisait un des immeubles des Luckardt brothersà Berlin et y traitait la publicité comme un nouveau problème formel. De même, l’architecte Hugo Häring fut l’un des premiers à définir le potentiel architectural de la publicité lumineuse, dès 1927. Il prédisait notamment que dans un proche avenir, l’apparence nocturne des édifices serait plus importante que le visage diurne : « Advertising is about to replace the architecture ». Il saluait ainsi la destruction de l’architecture à travers l’avènement de la publicité lumineuse. 

            Les décorations de Noël des grands magasins s’inscrivaient architecturalement dans ce vaste mouvement, tout en s’en démarquant : alors que l’électricité commençait à se banaliser, entre leurs mains, elle prolongea encore quelques années son caractère magique et merveilleux, d’autant que Noël constituait la période la plus propice pour la célébration de ce merveilleux. Ces dispositifs nous sont bien connus aujourd’hui, tant par la presse de vulgarisation comme La Nature, concentrée sur les mécanismes d’animation, que par la presse généraliste comme L’Illustration, sensible aux mutations éphémères du paysage urbain, ou par la presse spécialisée, comme L’Affiche. Cette variété des points de vue témoigne de la curiosité suscitée par ces dispositifs dont les enjeux dépassent la simple question esthétique : les sommes engagées par les magasins pour surprendre leur public nous donnent un indice des enjeux financiers induits par l’attraction des acheteurs potentiels. Cette circulation médiatique, entretenue par des schémas et des descriptions, contribua également à la renommée des grands magasins. 

Bibliographie indicative

  • Cabantous Alain, Walter François, Noël, une si longue histoire…, Paris, Payot, 2016
  • Neumann Dietrich, Architecture of the Night. The illuminated building, Munich, Prestel, 2002.
  • Sabatés Fabien, Jacopozzi, le Magicien de la lumière, Frédéric Douin éditions, 2017.