Archives par mot-clé : Mémoire

La ville de Dakar et ses espaces de mémoire

L’avènement au pouvoir du régime libéral de l’Alternance en 2000 jette les bases d’un nouveau dynamisme en matière culturelle et historique. Celles-ci touchent notamment l’espace urbain dakarois qui va se trouver profondément transformé par la construction de monuments et de places tels que le monument de Renaissance africaine ou la place du Souvenir africain.

Le monument de la renaissance africaine 

Le monument de la renaissance africaine

Le 4 avril 2010, à l’occasion de la fête de l’Indépendance du Sénégal, une vingtaine de chefs d’État africains assistent à l’inauguration à Dakar du monument dit de la « renaissance africaine ». Le monument est situé dans le quartier de Ouakam. Dans l’esprit de ses promoteurs, le monument doit symboliser l’Afrique abordant fièrement et résolument son avenir après quatre siècles d’esclavage et un siècle de colonialisme.

Le monument de la renaissance africaine érigé au sommet de la colline des Mamelles est une imposante structure en bronze, haute de 52 mètres et pesant 22 000 tonnes. Le monument est plus haut que la Statue de la Liberté de New-York (46 mètres) ou que le Christ rédempteur de Rio de Janeiro (43 mètres). Traduction symbolique du concept de « renaissance africaine », la sculpture est conçue par le président Wade.

Le monument représente une famille noire s’échappant des entrailles d’un cratère. Avec sa main droite, l’homme au physique herculéen et au torse nu entraîne sa femme vers l’avant. Dans sa main gauche, il exhibe fièrement son enfant qui désigne l’horizon de son index gauche. L’homme et sa femme, qui surgissent du volcan, font face à l’Occident et leur enfant soulevé est comme présenté à la face du monde. Cette esquisse représente aux yeux des concepteurs une Afrique sortant des entrailles de la terre, quittant l’obscurantisme pour aller vers la lumière. L’homme, la femme et leur enfant font face au soleil symbolisant l’ouverture du continent africain au reste du monde. 

Le monument entend se dresser à la fois comme un souvenir des différentes souffrances que l’histoire a imposées aux peuples noirs et un défi que l’Afrique d’aujourd’hui et sa diaspora lancent à leur intégration aux différents progrès du monde contemporain.

Abdoulaye Wade met en perspective l’élan de fraternité humaine se substituant à l’insoutenable commerce triangulaire, à travers trois personnages s’élançant l’un vers l’autre. Cette idée est la source d’inspiration du Monument de la Renaissance africaine (homme, femme, enfant) qui se libère des pesanteurs et entraves, pour s’approprier son destin, construire son avenir, à la conquête du mieux-être, symbole de l’africain.

Le rejet de la symbolisation de la mémoire de l’esclavage et du colonialisme est d’abord lié au sens officiel que l’État a voulu donner à la structure monumentale. Le monument est la mémoire qu’il est censé véhiculer, s’appréhendant alors dans une réflexion plus globale dans les termes d’une philosophie de l’histoire.

Place du souvenir

La place du souvenir.

Dans le long cheminement de son histoire, l’Afrique a produit de grandes figures inscrites dans nos mémoires individuelles et collectives parce qu’ayant contribué par leurs idées, leurs prises de position et leur combat à la réhabilitation du passé africain et la dignité de l’homme noir. Ces Grands Hommes et Femmes de l’Afrique et de la diaspora méritent d’être mieux connus, valorisés et enseignés. En effet, la place du Souvenir a été conçue comme une sorte de rempart contre l’oubli par la jeunesse en particulier, des figures emblématiques de leur histoire.

La place du Souvenir africain est un espace érigé pour immortaliser les grandes figures, les héros de la science et de la culture africaine. Il s’agit de présenter au public africain et du monde entier, une partie de la mémoire de l’Afrique et de la diaspora à travers ses grands hommes et ses grandes femmes. L’un des panthéons dédiés à la résistance accueille les figures de grands résistants de l’esclavage, de la colonisation et des temps modernes alors que l’autre, celui de la culture, est en l’honneur aux grands intellectuels, penseurs, écrivains, artistes…

C’est un lieu de prise de conscience de la réalité panafricaine dans toute sa diversité culturelle, sociale, économique, politique et religieuse, un lieu d’échanges et de communication, de dialogue entre toutes les civilisations qui forment la communauté internationale. Parmi les mémoires honorées, citons entre autre, Léopold Sédar Senghor, Cheik Anta Diop, Aimé Césaire, David Diop, Léon Damas, Jacques Rabemananjara, Edouard Maunique, Barthélémy Boganda etc.

Le Président Wade définit sa trouvaille en ces termes : « La Place du Souvenir africain est plus qu’une simple place des martyrs, mais celle des figurations symboliques de ce qui fait l’ineffaçable mémoire des peuples noirs et de leur long cheminement depuis leur grandeur rompue par la succession des plus grandes calamités de l’histoire : esclavage, colonisation, dictature, exploitation postcoloniale ».

La Place du Souvenir a aussi, entre autres missions principales, l’organisation d’activités scientifiques et culturelles parmi lesquelles des cycles de conférences, des expositions, des manifestations artistiques, dont l’objectif est de créer un cadre de rencontres et d’échanges autour du panafricanisme et de la renaissance africaine mais aussi promouvoir le dialogue fécond des civilisations et des cultures. Elle est le point de convergence de tous les rendez-vous socioculturels et culturels majeurs.

Bibliographie indicative :

  • Diop M.-C., Le Sénégal sous Abdoulaye Wade. Le Sopi à l’épreuve du pouvoir, Paris, Karthala, 2013.
  • Dramé, P., « La monumentalisation du passé colonial et esclavagiste au Sénégal : Controverse et rejet de la renaissance africaine », Journal of the Canadian Historical Association / Revue de la Société historique du Canada, 22, 2011. Disponible surhttps://doi.org/10.7202/1008983ar consulté le 19 novembre 2019.
  • Wade A., Un destin pour l’Afrique, Paris, Karthala, 1989.

L’auteur :

BARRY Thierno est titulaire d’un master en histoire des relations internationales et stratégiques à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, et actuellement en Master 2 Développement, Innovation et Environnement à l’université Bordeaux-Montaigne (2019-2020). Son sujet de mémoire porte sur la coopération française au Sénégal face au défi chinois de 1971 à 2012 sous la direction du Pr. Alexandre Fernandez

Lorsque la ville devient l’art de la révolution. Le street-art en Amérique Latine : entre mémoire et devoir

Le street-art appartient à la catégorie des « illustrations urbaines » qui existent depuis l’Antiquité et contribue à l’expression du peuple et à son émancipation : dénonciation, hommage, résistance… Se servir de la rue et la ville comme source de communication est synonyme de liberté.

Il fait son apparition à Philadelphie, aux États-Unis à la fin des années 60, avant de se répandre, dans chaque pays et dans chaque ville. Dans ce cadre, l’Amérique latine constitue une terre promise et propice à cet art. Cet aspect est encore renforcé de nos jours par l’existence d’un devoir de mémoire et la perpétuation des luttes sociales et politiques.

Dans cette histoire globale, le cas chilien se distingue dans la mesure où le mouvement street-art tire son origine d’un mouvement un peu plus ancien que celui de Philadelphie : le muralisme mexicain dans les années 1910. Ce mouvement découle de peintures, à la gloire de la révolution et des classes sociales qui lui sont associées (prolétaires, paysans), réalisées dans des lieux publics lors de la Révolution mexicaine. Il s’agissait alors de diffuser un message politique et social au plus grand nombre. 

Un exemple de muralisme mexicain
Continuer la lecture de Lorsque la ville devient l’art de la révolution. Le street-art en Amérique Latine : entre mémoire et devoir

De la guerre totale dans l’environnement urbain : Berlin et son travail de mémoire

Berlin est une ville très riche culturellement, en particulier si l’on songe aux Street Arts qui la parsèment, à son architecture. C’est aussi un phare de l’électro : certains de ses nightclubs sont célèbres en Europe et le pays est reconnu pour son apport dans ce style de musique.

Mais c’est aussi une ville qui a engagé un énorme travail de mémoire, lié à son lourd passé historique. Le nombre de ses musées, de très grande qualité, en est un indice, mais c’est sur la rue que nous allons porter notre regard en nous appuyant sur un article de Viveberlin, un guide touristique collaboratif qui veut promouvoir d’une manière plus personnelle la ville.

Cet article, datant de 2012, s’intitule « The Scars of the war » et présente les traces persistantes de la 2ndeGuerre mondiale sur les édifices du centre-ville. Cet article peut être lu à l’adresse :https://viveberlin.wordpress.com/2012/08/06/the-scars-of-the-war


La modernisation de l’armement via l’innovation de l’automatisme à l’origine de nouvelles balafres urbaines

La ville a fait le choix de conserver les cicatrices de la bataille de Berlin dans son centre, ce qui permet de démontrer deux choses :

 

  • Pour commencer, l’artillerie n’est plus la seule à causer de gros dommages sur les immeubles, certaines armes portatives pouvant elles aussi arracher désormais des pans entiers de mur. Par ailleurs, si l’argument concernant l’antériorité des pratiques de combats urbains peut être avancé, il est vite mis à mal par le fait que des fusils à verrou (un type de fusil dont la culasse dispose d’un levier d’armement à actionner manuellement en suivant un mouvement longitudinale) ne peuvent causer des dommages semblables à une telle échelle. 
  • Ensuite, le développement des armes automatiques, en atteignant une taille drastiquement réduite, a causé une radicale hausse de la violence des combats urbains, dont la bataille de Berlin fut un traumatisme. Par conséquent, on peut subodorer la volonté de garder cette mémoire, littéralement gravée dans la roche, par la conservation des impacts de balles sur les bâtiments.

Voici la liste des principales armes automatiques utilisées à la bataille de Berlin, ainsi que leur fonctionnement :

Figure 1 : Aperçu des armes de la Bataille de Berlin responsables des sévices urbains. (source : créée par l’auteur à partir de photos disponibles sur Google image)

 On constate que les travaux du docteur Richard J. Gatling, qui voulait donner une grande puissance de feu à une seule personne, ont grandement porté leurs fruits. Complétés par ceux de sir Hiram Maxim et John M. Browning – les inventeurs des systèmes automatisés de recul et d’emprunt des gaz -, ils ont conduit à une conséquence désastreuse : n’importe qui pouvait causer un grand nombre de morts.

Or la Seconde Guerre mondiale peut être interprétée comme l’aboutissement d’un processus de nation en armes, dont la distinction du front et de l’arrière s’efface. Le Volkssturm , c’est-à-dire l’enrôlement des civils allemands dans le conflit en les dotant d’armes rassemblées à la hâte, souvent en piteux état ou obsolètes, en est la forme la plus extrême. 

Berlin comme exemple du basculement de la guerre moderne

L’Allemagne a une grande tradition militaire et manufacturière. Par conséquent, préserver dans le paysage urbain les conséquences des débordements de cette tradition peut être interprété comme un rappel à l’ordre. C’est pourquoi Berlin et d’autres villes se sont engagées dans cette voie avec le projet Stolpersteine qui s’inscrit à la fois dans le paysage et dans la façon de vivre la ville. 

En effet, ce projet est constitué de pavés dorés disposés au sol, sur lesquels on peut légèrement trébucher. L’objectif consiste à amener le promeneur à s’y arrêter pour y prêter attention. Ces pavés arborent sur leur surface le nom des familles ayant vécu dans les rues où ils sont disposés, et ayant été persécutées par le IIIeReich.

Figure 2 : Stolpersteine de Berlin (source : creative commons issu d’une photo prise par un amateur et mise sur : wikipédiahttps://commons.wikimedia.org/wiki/File:Berlin_paul-lincke-ufer-41_stolperstein_20050208_p1000301.jpg)

La production industrielle d’armes ayant un potentiel létal jusque-là jamais atteint a permis de ravager des villes. Dresde et Berlin sont presque des villes martyrs, dans la mesure où elles ont payé les exactions perpétrées par les troupes allemandes en Europe de l’Est. Par la suite, la reconstruction a effacé la plupart des sévices, mais la décision politique de garder visibles les dégâts est un moyen de s’adresser à tous, d’être un vecteur de sensibilisation. C’est de surcroît une mise en valeur du passé originale.

 Bibliographie indicative :

  • COCHET François, Armes en guerre, XIX-XXIe siècles : mythes, symboles, réalités., CNRS édition, Paris, 2011.
  • MCNAB Chris, Armes à feu, encyclopédie visuelle, Éditions de L’imprévu, 2015.
  • PEGLER Martin, The Vickers-Maxim Machine Gun, Oxford Osprey Publishing, 2013.
  • ROTTMAN Gordon L., Browning.30 caliber Machine Guns, Oxford Osprey Publishing, 2014.

L’auteur :            

Vincent Huet est étudiant en Histoire Contemporaine à l’Université Bordeaux-Montaigne où il réalise des recherches sur le développement de la mitrailleuse sous l’intitulé « Trajectoire d’innovation et compétition internationale dans le développement de la mitrailleuse du milieu xixesiècle à 1914 ». Ses travaux sont sous la direction du professeur Christophe Bouneau, dans le parcours de Master « Développement, Innovation et Environnement ».