Archives par mot-clé : Mobilité

Les passages piétons, plus que de simples marquages au sol ?

Le XXème siècle a consacré la place centrale de la voiture dans nos vies et nos villes, reléguant peu à peu les piétons, au départ prioritaires par rapport aux véhicules, sur les trottoirs. La signalisation routière s’est alors invitée très largement dans les environnements urbains, les tapissant de panneaux directionnels, de carrefours giratoires ou encore de marquages au sol. Les passages piétons se sont multipliés et sont devenus dès lors un élément habituel des milieux urbains, habillant l’asphalte, très majoritairement de bandes zébrées blanches en France, mais parfois jaunes comme en Suisse.

Figure 1 Une rue parisienne avec un passage piéton classique ©Vitpho

Un élément urbain à l’histoire millénaire

Les aménagements ayant pour but d’assurer la sécurité des piétons et leur permettre de traverser les rues sans danger sont apparus bien avant les automobiles, dès l’Antiquité romaine. Les passages étaient à cette époque surélevés, pour éviter aux piétons de marcher sur les pavés de la rue, et permettant de plus de faire ralentir les chars circulant dans ces villes antiques. Certains de ces plus anciens passages piétons du monde sont toujours visibles dans la célèbre ville romaine de Pompéi, figée pour l’éternité par une éruption du Vésuve en 79.

Figure 2 Passage piéton dans la ville romaine de Pompéi (Ier siècle ap.JC) ©Xerti

Ces aménagements disparaissent par la suite pendant tout le Moyen Âge, et ne reviennent dans les villes européennes qu’à partir du XVIIème siècle, notamment à Londres après le Grand incendie de 1666. Les rues parisiennes se dotent de trottoirs à partir du XVIIIème siècle, même si les piétons se déplacent encore de nombreuses années sur toute la chaussée sans distinction. Les passages piétons se répandent au début des années 1930 sous forme de passages cloutés, d’abord à Paris puis en province. Ces passages cloutés, inventés dans la Loire par François Forissier, sont constitués de gros clous plats en acier, plantés entre les pavés de la chaussée. Les premiers passages zébrés tels qu’on les connaît aujourd’hui apparaissent au début des années 1950, et supplantent complétement les passages cloutés, qui ne laissent à la postérité que l’expression « rester dans les clous ».

De simple marquage au sol à élément de décoration urbaine

Alors que les passages piétons blancs classiques sont aujourd’hui devenus omniprésents en milieu urbain, certaines villes rivalisent d’originalité pour égayer les rues et habiller l’asphalte. Ainsi certains passages piétons deviennent de véritables œuvres d’art, à la fois utiles en conservant leur fonction première, mais aussi décoratives, telles des fresques à l’horizontale. La ville de Paimboeuf (Loire-Atlantique) a par exemple des passages piétons en forme de sardines, alors que la ville de Baltimore (États-Unis) a des passages ressemblant à des fermetures éclairs. La ville japonaise d’Osaka a quant à elle décidé de décorer un passage piéton en faisant référence à la célèbre photographie des Beatles traversant un passage piéton à Abbey Road, remplaçant les quatre musiciens par des personnages de la bande-dessinée Snoopy. Le passage piéton d’Abbey Road est d’ailleurs aujourd’hui une attraction touristique à Londres.

Figure 3 Passage piéton “Snoopy sur Abbey Road”, à Osaka, Japon ©Distractify

Des passages piétons comme instruments pour améliorer la sécurité routière

D’autres villes se désintéressent du côté décoratif des passages piétons, et préfèrent s’en servir afin d’appuyer des messages de sécurité routière, et pour inciter les automobilistes à rouler moins vite, notamment près des établissements scolaires. Il existe ainsi des passages piétons avertissant les automobilistes contre les excès de vitesse avec des messages au sol sur les victimes et les peines encourues. Certaines villes, en Inde et en Europe ont fait dessiner des passages piétons donnant l’impression d’être en relief, très efficaces pour faire ralentir les voitures. C’est le cas de la petite ville islandaise de Ísafjörður, qui possède depuis 2017 des passages piétons donnant l’illusion d’être en 3D.

Figure 4 Passage piéton donnant l’illusion d’être en relief, Ísafjörður, Islande ©Gusti

Les passages piétons, nouveaux supports publicitaires 

Nos villes sont de plus en plus envahies par les supports publicitaires, les annonceurs diversifiant les supports publicitaires, et cherchant à se démarquer. Si dans l’espace urbain les murs et panneaux ont longtemps été privilégiés pour vanter les mérites de nouveaux produits, les passages piétons n’y échappent plus désormais, et pas seulement aux Etats-Unis. Dans la ville de Düsseldorf en Allemagne on peut par exemple voir un passage piéton dont une seule bande a été repeinte, ornée du logo de la marque Mr Propre. La marque de restauration Mc Donald’s a quant à elle profité de la couleur jaune des passages piétons en Suisse pour installer un passage piéton en forme de cornet de frites à Zurich.

Figure 5 Passage piéton publicitaire à Zurich, Suisse ©Distractify

Des passages piétons comme support pour des messages politiques

Les passages piétons permettent aujourd’hui non seulement de transmettre des messages publicitaires, mais aussi de soutenir des causes, et de faire passer des messages politiques. Ainsi en Amérique du Nord ou en Europe de grandes villes installent des passages piétons arc-en-ciel. Plus original, en juillet 2021 la ville de Bergerac, en Dordogne, a installé le premier passage piéton européen de France, à côté du rond-point de l’Europe. Ce passage piéton est aux couleurs bleues de L’Union européenne, avec les étoiles jaunes du drapeau, et permet de promouvoir la construction européenne.

Figure 6 Passage piéton aux couleurs du drapeau européen, Bergerac ©Alexis Cécilia-Joseph

Au-delà de leur fonction primaire de marquage au sol permettant de traverser la rue, les passages piétons ont acquis de nouveaux usages. De nombreuses villes tout autour du monde ont décidé de les utiliser de manières diverses, pour faire passer des messages en faveur de la sécurité routière ou de causes politiques, mais aussi pour créer des publicités originales, ou encore pour décorer les rues, dans l’espoir d’en faire de petits points d’attraction touristique, à l’image du célèbre passage piéton londonien d’Abbey Road. Les passages piétons ne sont ainsi plus seulement des marquages au sol parmi les autres, ils sont devenus des éléments urbains permettant d’habiller la ville.

Bibliographie indicative :

L’auteur :

Roman CLEMENCEAU est un étudiant en master d’histoire contemporaine, parcours Développement, innovation en environnement du XVIème au XXIème siècle (2021-2022). Ses recherches, encadrées par le Pr. Christophe Bouneau, portent sur l’histoire du mont Everest et la trajectoire de conquête du toit du monde, du début des années 1920 jusqu’à nos jours.

Équiper sans encombrer : le mobilier publicitaire à Shanghai dans la première moitié du XXème siècle

Entre les « guerres de l’opium » (1839-42) et la fondation de la République Populaire de Chine (1949), Shanghai s’affirme comme un grand centre urbain, industriel et commercial. Comme la plupart des métropoles contemporaines, Shanghai est confrontée au problème nouveau de gestion du trafic. Les difficultés de circulation y sont accentuées par la variété des modes de transports (brouettes, pousse-pousse, tramway, autobus, automobiles) et par la trame particulièrement dense des rues, résultant du développement organique de la ville depuis le XIIIème siècle. La fragmentation politique héritée des traités, qui ont fait de Shanghai un « port ouvert » divisé en territoires autonomes (deux concessions étrangères coexistent avec des territoires chinois) condamne aussi toute planification de grande ampleur à l’échelle de la ville. 

1.      Embouteillage un jour de pluie aux abords du champ de courses (Thibet Road), Shanghai, vers 1940. Source inconnue : https://madspace.org/Photos/?ID=34358

C’est dans ce contexte de croissance urbaine et d’intensification du trafic sous contrainte que la publicité se développe dans les rues de Shanghai. Au sortir de la Première Guerre mondiale, Shanghai s’affirme comme la capitale de l’industrie publicitaire en Chine. La publicité entretient des liens forts mais contradictoires avec la mobilité urbaine. Non seulement les déplacements massifs de citadins augmentent la visibilité des annonces, mais les publicitaires s’impliquent directement dans l’aménagement des espaces urbains. Les dispositifs variés qu’ils imaginent pour meubler la ville sous couvert d’améliorer le quotidien des citadins ne sont pas toujours bien reçus. Pour les autorités municipales, les projets de mobilier publicitaire ne font souvent que compliquer les problèmes de trafic. Néanmoins, les intérêts privés et ceux de la municipalité ne s’opposent pas toujours et convergent même parfois. L’habillage de la ville est une affaire collective qui fait l’objet de négociations entre publicitaires et administrations. Derrière leurs intérêts propres, les différents acteurs prétendent tous agir au nom de l’intérêt général et de l’utilité publique.

Dans les territoires chinois, la construction de mobilier urbain aux frais de sociétés privées permet à la municipalité de réaliser des économies appréciables et de percevoir des taxes sur la publicité. Si le mobilier purement ornemental (kiosques) et les cabines téléphoniques peinent à trouver place sur les trottoirs encombrés de la Concession internationale, les dispositifs combinés qui contribuent à la sécurité des rues (poteaux indicateurs, arrêts de transports) sont autorisés à titre d’essai. Les années 1920 marquent une phase d’expérimentation intense au cours de laquelle les propositions sont foisonnantes. Les promoteurs divers (agences de publicité, sociétés immobilières, cabinets d’architecte) sont bien informés des projets concurrents et révisent leur copie en tenant compte des échecs antérieurs. Mais la plupart des installations s’avère dangereuse à l’usage ou trop coûteuse à entretenir. Les colonnes éclairées et les horloges électriques sont toutes retirées au terme d’expériences infructueuses. Avec la dépression économique des années 1930 puis la guerre sino-japonaise à partir de 1937, les administrations deviennent plus frileuses et se ferment à toute nouvelle proposition. 

Appuyée sur des sources variées et inédites (archives, croquis, photographies), cette recherche redonne toute leur place à ces publicités mobilières qui ont peu retenu l’attention des historiens de la Chine. Parce qu’elles sont souvent restées à l’état de projet (qu’elles n’aient jamais vu le jour ou n’aient pas dépassé le stade de l’expérimentation), ces structures demeurent difficiles à documenter. Mais c’est justement leur virtualité qui les rend passionnantes à étudier. Sous les habits imaginaires dont les publicitaires entendent la revêtir, c’est la ville réalisable, possible ou souhaitable, qui se révèle en négatif. 

Projet de colonne publicitaire éclairée aux arrêts de transport. Compagnie française de Réclames Lumineuses, vers 1928. Archives municipales de Shanghai, Q5-3-3114.

L’étude du mobilier urbain à Shanghai – une ville chinoise en situation transcoloniale – éclaire aussi les processus transnationaux de transfert et d’adaptation. Les publicitaires locaux s’inspirent du mobilier édifié dans les villes européennes ou américaines. Mais ces modèles ne sont pas directement transplantables dans les rues étroites et encombrées des concessions. Outre les problèmes de trafic, la fragmentation politique et l’absence de coordination entre les différents territoires a certainement été un frein à l’habillage uniforme de la ville. Trois exemples suffisent à l’illustrer. En 1921, les kiosques de la Presse Orientale sont édifiés dans la Concession française mais pas dans la Concession internationale. En 1928, les colonnes éclairées que la Compagnie française de Réclames Lumineuses propose d’ériger aux arrêts de transports sont autorisées uniquement dans la Concession française (et probablement la ville chinoise), même si le projet n’aboutit nulle part. En 1932, les horloges de la société Eastern China Advertising sont installées dans la Concession française et les quartiers chinois, mais restent au seuil de la Concession internationale. Au final, la Concession française est souvent pionnière et la plus encline à expérimenter. Établie plus tard, la municipalité chinoise prend elle-même en charge la construction de mobilier (kiosques, horloges) qu’elle concède ensuite aux publicitaires. Seule la Concession internationale reste fermée à ces innovations. La densité du trafic dans le district central et la méfiance de la police constituent le principal obstacle. Difficile, dans ces conditions, d’habiller Shanghai à la mode occidentale. 

Bibliographie indicative :

  • Armand, Cécile. « “Placing the history of advertising”: une histoire spatiale de la publicité à Shanghai (1905-1949) ». Thèse de doctorat d’histoire, ENS de Lyon, 2017. Accessible en ligne : https://purl.stanford.edu/vr090fm8620  
  • Cochran, Sherman, éd. Inventing Nanjing Road: Commercial Culture in Shanghai, 1900-1945. Ithaca, NY: Cornell University Press, 2002
  • Hahn, H. Hazel. Scenes of Parisian Modernity: Culture and Consumption in the Nineteenth Century. New York: Palgrave Macmillan, 2009.
  • Ren, Guang Yu, et Edward Denison. Building Shanghai: The Story of China’s Gateway. Chichester: John Wiley, 2005.

Ressources numériques :

« MADspace | MADS ». Consulté le 16 septembre 2020. https://madspace.org/

L’auteur

Ancienne l’élève de l’ENS de Lyon (2006), agrégée d’histoire (2009) et docteure en histoire (2017), Cécile Armand est l’auteure d’une thèse sur la naissance de la publicité en Chine, qui s’accompagne d’une plateforme numérique appuyant son approche d’histoire spatiale (MADSpace). Chercheuse postdoctorante dans le projet « Elites, Networks and Power in modern China » (Aix-Marseille Université), soutenu par l’European Research Council (ERC), ses recherches actuelles portent sur « l’américanisation » de la société chinoise, la construction du marché et la naissance de la presse à l’époque républicaine (1912-1949). Elle anime aussi une revue en ligne de recension des thèses françaises en sciences humaines et sociales : Lisons des thèses