Archives par mot-clé : Murs

Le street art comme acte engagé ou engageant : JR et sa conception de l’art urbain

Dans un milieu urbain classique, fade et hostile, les artistes s’invitent au sein des villes en élaborant des techniques d’affichage afin de donner vie aux quartiers et de donner un sens engagé ou non dans leurs œuvres. La ville constitue un espace de création et de revendication afin de casser la stérilité du visage des murs des villes dans une période que Philippe Gargov, fondateur du blog et de l’agence Pop-up urbain, qualifie « d’uniformisation urbaine ».

Le mouvement appelé le street art est un mouvement artistique et un mode d’expression qui se sert de la rue pour affirmer sa liberté. Pourtant, cette vision de la liberté se heurte au statut juridique du street art qui varie selon les pays, mais qui apparaît comme un art « interdit », ce qui renforce l’aspect libertaire du geste. C’est principalement un art éphémère, vu par un large public qui englobe diverses techniques telles que le graffiti, le pochoir, la mosaïque, le sticker, l’affichage et le collage, la réclame, ainsi que des installations comme le tricot urbain. 

Le street art se développe dans les années 60 aux États-Unis avant de se répandre dans le monde. Il connaît son apogée sur le plan médiatique avec des œuvres comme celles de Banksy, mais aussi plus récemment celles de JR. 

Qui est JR ? 

On lui accole parfois l’étiquette de « French Banksy », bien qu’il en réfute l’expression. JR ne se voit pas comme un street artist, mais comme un artiste « engageant ». Son parcours débute en 2001 lorsqu’il décide de parcourir l’Europe à la découverte de l’art urbain, à partir d’un appareil photo trouvé. Avec son premier affichage en 2004 sur les immeubles de Clichy Montfermeil, Portrait d’une génération, il déclare que c’est « à ce moment-là que j’ai commencé à réaliser l’art engageant, pas engagé, engageant. »

Illustration 1 : Photographie de JR. Source artjuice.net,  https://artjuice.net/wp-content/uploads/2019/01/jr-artiste.jpg

C’est là, où il a grandi, que deux adolescents meurent électrocutés dans un transformateur en voulant échapper à la police en 2005. Alors que de violentes émeutes s’ensuivent, une de ses œuvres placardées sur les murs de la cité apparaît en fond dans les reportages télévisés. Il s’agit de son premier grand projet de collage de 2004 qui incarne dès lors la possible force symbolique du street art dans les combats des sociétés. 

Aujourd’hui, JR est perçu comme un pirate de l’art : il s’écarte du chemin imposé par les galeristes et dépasse le cadre autorisé tout en restant dans le respect des mœurs. Comme il l’explique, « aujourd’hui peut-être qu’on dit que c’est de l’art, à l’époque c’était clairement du vandalisme ! ». 

La Ville comme théâtre d’engagement ? 

JR veut offrir à la ville et à ses lignes verticales tels que les murs et façades un supplément d’âme. Il cherche à provoquer l’interrogation des populations locales sur le sens de l’œuvre et du monde. Comme il l’explique, « c’est l’idée de reprendre la ville, de reprendre les murs. Au milieu de toutes ces publicités, il peut y avoir un autre message qui vient des gens ». Son art se décale de l’idée élitiste de l’accessibilité de l’art, ses œuvres prennent figure n’importe où car « peu importe le contexte, peu importe le quartier que ce soit un bidonville ou le XVIe arrondissement de Paris, il n’y a pas de frontières pour ce projet, il existe partout ». 

A travers la série inaugurale, 28 millimètres – Portrait d’une génération, JR avait pour idée de créer du lien social, de rapprocher les communautés et de rendre l’art accessible et presque incontournable en affichant ses immenses fresques là où l’art fait souvent défaut : il crée un « art infiltrant ». D’ailleurs, lors des actions de collage, les communautés participent au processus artistique si bien que ses œuvres ont des significations différentes en fonction de l’identité du passant. Ainsi, « la ville est un musée à ciel ouvert » : que ce soit à Paris, en Corée ou en Tunisie, on lève les yeux de son téléphone, on s’élève à travers les gravures et on s’émerveille tout en se questionnant. 

Depuis sa première série inaugurale, JR n’a cessé de traverser le monde pour y mettre sa patte artistique, que ce soit à Paris avec JR au Louvre & le secret de la grande pyramide en 2019 afin de symboliser les 30 ans de la pyramide du Louvre (ill. 2), ou encore à la frontière Mexique/Etats-Unis, avec Migrants, picnic across the border en 2017 (ill. 3) dénonçant la démarcation que le mur induit pour les sociétés mexicaines et américaines. Il est également allé au Proche-Orient avec sa série Face to face en 2007 à la frontière Palestine/Israël, à New York, au Brésil ou au Kenya avec Women are Heroes en 2008 et 2011. Dans cette dernière série, JR entend rendre hommage au rôle essentiel des femmes dans nos sociétés. C’est une ode à ces personnes sont souvent cibles de conflits, victimes de guerre, de crimes, de viols ou de fanatismes politiques et religieux. 

Illustration 2 : JR et les 30 ans de la pyramide Du Louvre, La Dépêche, https://images.ladepeche.fr/api/v1/images/view/5c9f8e5ed286c210a87e9be5/large/image.jpg, image AFP.
Illustration 3 : JR et le mur à la frontière américaine-mexicaine avec Kikito en Septembre 2017 à Tecate, Source La Collection Meeschaert, https://collection.meeschaert.com/wp-content/uploads/sites/45/2018/11/JR-800×600.jpg.

Son engagement suscite autant l’admiration que l’indignation. Par exemple, la mairie d’Istanbul déposa une plainte contre lui après l’affichage sur une maison d’une œuvre pour son projet The Wrinkles of the City, avant de renoncer à le poursuivre en raison du soutien populaire. Dans ce projet, il mettait en scène les portraits de personnes âgées ayant vécu les mutations de leur ville. 

Concrètement, la société urbaine dans sa pluralité inspire JR dans la conception de ses œuvres et elle devient un théâtre d’engagement pour celui-ci. Ce théâtre urbain peut permettre de faire évoluer les consciences, les préjugés, les avis ou les discriminations, voire peut-être de faire changer le monde. 

Changer le monde à travers les murs ? 

Si JR ne revendique pas le même niveau que Banksy, graffeur britannique, à travers ses œuvres anticapitalistes, il se dissocie sans amertume de l’économie prospectant l’art. Il explique ainsi : « Pour moi l’important c’est de protéger mes projets pour qu’ils soient indépendants de tout marketing et de toute publicité. Je ne suis pas contre les marques. Mais quand je présente les femmes du monde entier (Woman are Heroes) ce n’est pas pour qu’elles soient sponsorisées par une marque ». 

La série Face to face en 2007 à la frontière israélo-palestinienne est nommée ainsi car elle joint les portraits d’Israéliens et de Palestiniens qui occupent la même fonction (chauffeur de taxi, sportif, religieux, artiste etc.) afin d’insister sur les ressemblances entre les deux communautés plutôt que sur leurs différences. Face to face permet aussi aux spectateurs de se confronter à leurs propres préjugés sur la distinction ou non du Palestinien ou de l’Israélien.

Illustration 4 : JR et le mur de Gaza, Source WordPress, https://instreetart.files.wordpress.com/2012/11/bgfdebfvrgfart.jpg

Dans une approche similaire, JR propose d’humaniser les prisonniers de la prison de Tehachapi en Californie, l’une des plus violentes des États-Unis. Elle est le résultat d’un travail collectif de la part des détenus, des surveillants, d’anciens prisonniers et de membres de l’atelier de JR et permet d’ouvrir le débat sur l’univers carcéral en redonnant une part d’humanité à ce groupe de personnes enfermées pour la plupart depuis plus d’une décennie. 

Illustration 5 : JR et la prison de Tehachapi en Californie, 2019, Source Artistikrezo https://www.artistikrezo.com/wp-content/uploads/2020/09/Tehachapi-Daytime-U.S.A.-2019-%C2%A9-JR.-Courtesy-of-the-artist-Perrotin-.jpg

En 2019, JR rejoint l’École Kourtrajmé fondée Ladj Ly afin d’y créer une section art & image, ayant pour ambition de former une nouvelle génération d’artistes venant de tous horizons afin de « combler les distances physiques, culturelles, spirituelles entre personnes de toutes origines ». Cette école permet également de mettre en lumière des quartiers délaissés pour « montrer comment le désir d’exister dans ces quartiers peut combattre la précarité et créer du beau où l’on ne l’attend plus ». 

A travers ses œuvres, JR induit des messages de paix au sein des conflits, réconcilie le passé avec le présent et renverse les convenances pour mieux les dénoncer. Ainsi, par l’intermédiaire de son travail, la ville apparaît comme un espace de mutations, de transformations de messages qui révèlent les enjeux de l’époque. La ville est une peau que les sociétés artistiques essaient d’apprivoiser afin d’y étaler leurs idées et de questionner le monde dans lequel elles habitent. Définitivement, « l’art est un outil pour questionner le monde » et JR l’applique avec audace et talent. En 2011, il reçoit ainsi le prix de la fondation TED à Long Beach se voyant offrir une dotation accompagnée d’une demande, « un vœu pour changer le monde ».

Bibliographie indicative :

  • ESCORNE Marie, « Quand les artistes font, défont, refont le mur », Hermès La Revue, 2012/2 (n°63), p.181-189. 
  • GONON Anne, « La ville a-t-elle définitivement dompté les artistes urbains? », Nectart, 2015/1 (N°1), p.128-136. 
  • SORDINO Marie-Christine, « Street art, de l’illicite au licite ? Du délit à l’art ? Une redéfinition des frontières… », Revue de Science criminelle et de droit pénal comparé, 2019/3 (N°3), p.599-612. 
  • « JR : « Tout ce que je fais est politique » », GQ, Septembre 2019, https://www.gqmagazine.fr/pop-culture/article/jr-tout-ce-que-je-fais-est-politique

L’auteur :

DELAHAYE Nicolas : Étudiant en Master 2 Développement, Innovation et Environnement à l’université Bordeaux Montaigne (2020-2021), son sujet de master d’histoire tend à montrer comment le simple habit qu’est le maillot de football doit être considéré comme un outil important dans le social et l’économie. Il cherche également à relier le social et l’économie pour montrer comment le domaine économique s’est servi du social pour s’émanciper tout en dénaturant ce dernier au cours du temps. Si le billet n’a pas de rapport avec son master, il lui permet d’aborder une de ses passions puisqu’il suit depuis quelques années sur les réseaux sociaux le travail de l’artiste JR.  

L’AFFICHAGE SAUVAGE FÉMINISTE, UN MOYEN D’INFORMER ET DE MANIFESTER. LE COLLECTIF « COLLAGES FÉMINISTES ».

Le terme « affichage sauvage » désigne la pose d’affiches en dehors des espaces prévus à cet effet par le gouvernement. Il est, par définition, illégal, et a souvent pour but une dénonciation politique ou une revendication. Il peut aussi être utilisé à des fins de marketing de rue par certaines marques et, pour éviter une mauvaise image, se revendiquera alors comme « affichage libre ». De la pose d’affiches sur différents supports aux graffitis sur murs et sols, l’affichage sauvage peut prendre diverses formes. 

            Depuis 2019, le collectif Collages Féministes s’est emparé de ce moyen d’expression pour protester et informer, recouvrant ainsi des surfaces dans de nombreuses villes. 

Un contexte politique et social sous tension

Au cours de ces dernières années, de nombreux scandales dénonçant les diverses violences faites aux femmes ont éclaté dans le monde. Cette lutte connaît un tournant en octobre 2017, à l’occasion de « l’affaire Harvey Weinstein ». Les accusations de harcèlements sexuels et de viols commis par le producteur de cinéma américain sont révélées au public, et cela marque le point de départ d’un scandale international. Progressivement, de nombreuses femmes y ajoutent leur témoignage et dénoncent l’implications d’autres personnalités du cinéma occidental, ayant participé aux agressions sexuelles ou bien en ayant connaissance. 

            L’ampleur de ce mouvement encourage les femmes victimes de violences sexuelles dans le monde entier à dénoncer à leur tour leurs agresseurs et donne une nouvelle visibilité au mouvement #MeToo, né en 2007, sur les réseaux sociaux tels que Twitter. En France, #BalanceTonPorc et #NousToutes deviennent dans la foulée d’autres hashtag de libération de la parole des femmes.

            Mais alors que de plus en plus de victimes franchissent le pas, ces femmes constatent que le système judiciaire ne les soutient pas suffisamment et que bon nombre de plaintes restent sans suite. Ainsi, en 2017, sur 14 268 plaintes pour viols enregistrées en France, seulement 1266 ont abouti à une condamnation.

Collages Féministes Toulouse. 2019Source : https://www.instagram.com/p/B2q6u70I73L/

Le mouvement des collages féministes en France

Depuis septembre 2019, des affiches féministes dénonçant principalement les féminicides et les  viols peuvent être observées dans la plupart des grandes villes françaises. À l’origine de cette nouvelle mouvance, Marguerite Stern, membre du groupe de défense des droits des femmes Femen. Le 30 août 2019, quelques jours avant le Grenelle des violences conjugales tenu le 3 septembre, elle lance l’idée et le collectif, qui vient de se former à Paris, poste sa première photo sur le réseau social Instagram. Rapidement, d’autres collectifs se forment en province, comme à Toulouse, Marseille, Lyon, Rennes, Strasbourg ou La Rochelle, auxquels sont rattachés des comptes Instagram respectifs pour relayer les affiches posées et étendre la portée de leur message : les femmes n’ont plus confiance dans le système judiciaire français et ont décidé de prendre les choses en mains et d’imposer des changements.

Collages Féministes Toulouse. 2019. Source : https://www.instagram.com/p/B4FqGeHIzrS/

Des dénonciations générales mais également ciblées

Les affiches posées par le collectif Collages Féministes ont pour but de soutenir les victimes, d’informer les passants, mais également de dénoncer le système judiciaire et politique français. Pour cela, nous pouvons les diviser en deux catégories.

Collages Féminicides Paris. 2020. Source : https://www.instagram.com/p/CBh0CLgi6v8/?

Il y a d’abord celles arborant des informations et des problèmes généraux qui peuvent s’appliquer aux femmes victimes de violences sexistes, tels que des chiffres ou statistiques ; des définitions de termes comme « consentement » et « harcèlement » ; des demandes de reconnaissance pénale du féminicide. Figurent également dans cette catégorie des dénonciations générales telles que l’inaction du président Macron ou bien la romancisation du féminicide par les médias qui le qualifient souvent de « drame passionnel » et leur rappelant ainsi que « on ne tue pas par amour ».

Collages Féministes Toulouse. 2019. Source : https://www.instagram.com/p/B4uXbk0I832/

            Il y a ensuite les affiches concernant des agressions ou événements précis. C’est le cas par exemple pour l’impunité du réalisateur, producteur et scénariste français Roman Polanski, reconnu coupable de viol sur mineure en 1977 aux États-Unis mais dont la France refuse l’extradition. Il est ainsi récompensé au travers de son film J’accuse au cours de la 45e cérémonie des Césars en 2020 notamment dans la catégorie « meilleur réalisateur ». Les réponses sont immédiates sur les réseaux sociaux et dans les rues, pour dénoncer le manque d’action et donc la complicité des Césars dans l’impunité de Polanski qui peut continuer à vivre sa vie sans aucune sanction et échappe à la justice américaine depuis 1978.

Collages Féminicides Paris. 2020. Source : https://www.instagram.com/p/B9INokJi0dW/

Figurent également dans cette catégorie des affiches exposant les dates, âges, ou noms de femmes victimes de meurtre ou viol.

Collages Féministes Toulouse. 2019. Source : https://www.instagram.com/p/B2eU0ckoPh8/

Indications bibliographiques :

L’auteur :

DION Tiffaine est étudiante en seconde année de Master Développement Innovation et Environnement (2020-2021) à l’université Bordeaux Montaigne. Son mémoire, sous la direction de Corinne Marache, porte sur  « L’évolution des mouvements végétariens et végétaliens en France des années 1970 à nos jours. Une évolution indissociable du contexte socio-économique. ».