Archives par mot-clé : Nature

Habiller la ville en vert

Pour Michel Serres de l’Académie française, le citoyen urbain n’apprend plus ce qu’est la véritable « nature » ; il ne la voit qu’à travers des artefacts publicitaires, « une nature arcadienne du tourisme et du loisir ». L’urbanisation galopante rime alors avec la virtualisation de l’humain. Remettre du naturel dans la ville, ce n’est pas qu’un bienfait pour l’effet de serre, c’est aussi une solution pour améliorer le bien-être quotidien des citoyens d’une collectivité. Une violence est exercée sur l’homme quand ses dimensions corporelles ne peuvent s’émanciper d’un cadre strictement artificiel, quand il est soumis à la pollution de l’air et au tapage publicitaire dans une ville excluante et ségréguée qui mène à la misère et à la solitude. Ainsi, remettre de la « nature en ville », c’est remettre au cœur de la ville un aménagement de bien-être permettant la transition d’une ville construite pour l’« homo economicus » vers une ville de citoyens type  « homo qualitus ». En outre, ces investissements ne sont pas vains, puisque la réhabilitation de la nature en ville renforce l’attractivité de celle-ci et participe à son marketing urbain. 

La nature en ville : un meilleur confort de vie

L’idée de « nature en ville » n’est pas nouvelle. Déjà en 1898, Ebenezer Howard publie Tomorrow dans lequel il propose de redonner à l’homme l’accès à une nature bienfaitrice par une nouvelle organisation urbaine circulaire. La  Garden City ou cité-jardin est une ville de taille moyenne (36 000 habitants) avec en son centre un grand parc et les bâtiments publics. Les industries et les habitations se concentrent dans des faubourgs intégrant jardins et plantations, et apportant à la fois de l’air plus sain et des paysages urbains plus qualitatifs. Dans l’Aisne, la cité des cheminots de Tergnier représente un exemple de l’insertion de la nature dans les constructions :  la grande place laissée dans la ville assurait le confort de vie des cheminots tout en les excentrant des centres urbains pour calmer les mouvements de grève.

TIZOT Jean-Yves , « Ebenezer Howard’s Garden City Idea and the Ideology of Industrialism », Cahiers victoriens et édouardiens, 87 Printemps | 2018 ; mis en ligne le 01 avril 2018, consulté le 03 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cve/3605 ; DOI : 10.4000/cve.3605 
ALLARD G, La cité jardin de Raoul Dautry ; image numérique n°086, archives numériques de la SNCF (Sardo médiathèque SNCF), consulté le 3 décembre 2019 url http://openarchives.sncf.com/archive/num80allart

De la même manière, la cité du Grand Parc à Bordeaux comme de nombreuses autres cités construites à partir des années 1950 fut conçue comme intégrant de vastes zones de végétation, même si la majorité des espaces entre les tours ou les barres est en réalité constituée des voies de circulation et des parcs de stationnement. D’ailleurs, cette végétation s’apparente plutôt à des terrains d’herbe, au mieux avec des arbres. De fait, certaines cités sont restées dans un environnement fade où les espaces sont parfois jonchés de déchets. Cependant, d’autres ont su mieux évoluer comme la cité d’Aspin à Pau où des espaces inutiles ont été convertis en jardins familiaux, une utilité à la fois sociale et alimentaire.

Les jardins collectifs : cultiver la mixité sociale et l’indépendance alimentaire

La création de jardins collectifs fait partie de la même dynamique d’insertion de parties de nature ou de campagne dans la ville. Ces potagers ont un aspect utilitaire (se nourrir) mais représentent également un lieu favorable à la création du lien social, sans oublier qu’ils sont un lieu d’otium et de bien-être. Les atouts du jardinage urbain sont multiples et entrent dans le cadre de la diversité fonctionnelle en insérant une partie de l’agriculture dans les zones urbaines. Les premiers jardins familiaux ou ouvriers remontent au XIXe siècle, en Allemagne d’abord, notamment dans les nouveaux quartiers ouvriers au plus près des industries. En outre, des citadins ont eu la volonté de palier des services publics défaillants comme à Détroit où le jardinage urbain peut devenir une réussite sociale pour renforcer les liens entre les habitants d’un même quartier, pour la fierté personnelle de l’autonomie ou pour détendre les esprits et se détourner du stress urbain. Cela peut aussi relever d’une préoccupation sanitaire et économique en cultivant soi-même des produits de qualité et abordables même pour des portefeuilles défavorisés (une fois le carré de jardin obtenu). 

                  Au Danemark, les jardins potagers ont fait partie de l’aménagement de réhabilitation du quartier de Vesterbro à Copenhague, prenant place à l’intérieur de l’ensemble des îlots urbains. En France, le Grand Lyon en compte une quarantaine. Ces jardins sont accompagnés de récupérateurs d’eau de pluie et de composteurs afin de limiter la consommation d’eau et de maîtriser ces déchets. Ils peuvent en outre être agrémentés d’abris de refuges et de nichoirs. Les jardins potagers vont à l’encontre du processus de mondialisation, grâce à la production d’une partie de l’alimentation au plus près de chez soi, sans passer par un échange économique classique. Dans une logique de relative autosuffisance alimentaire, les parterres de fleur du Yorshire sont progressivement remplacés par des légumes. Les jardins permettent également d’instruire la jeunesse sur l’origine de l’alimentation et de les éveiller à cette problématique dans un pays où le surpoids touche les deux tiers des enfants. Les jardins partagés sont ainsi des lieux d’apprentissage des bonnes pratiques dans une optique d’éco-sensibilisation.    

                  A Bordeaux, c’est au début du XXe siècle que s’implantent les premiers jardins partagés. Leur nombre culmine à 33 en 1943, puis décline rapidement après la guerre sous la pression foncière des nouvelles constructions résidentielles et industrielles. Les seuls jardins restants sont souvent déplacés. Il n’en reste que 5 en 1965. Pourtant, les jardins collectifs reprennent de l’ampleur dans une trajectoire de croissance depuis les années 1980 avec la mise en avant de leur rôle dans « le vivre ensemble ». Citons l’exemple en 1987 de la création de la cité du grand Parc, du jardin collectif des mères isolées. Suivent ensuite les quartiers des Aubiers (1993), ou de Baccalan (2001). Un des derniers grands jardins partagés créés par les habitants à Bordeaux est le Jardin des foudres. D’une surface de 700 m2, il possède une vocation potagère avec des parcelles individuelles et collectives à la disposition d’écoles et d’associations. Ce jardin, qui était à l’origine une friche industrielle, est aujourd’hui un lieu vecteur de liens sociaux. En outre, une multitude d’activités y sont organisées : auberges espagnoles, expositions, siestes musicales, concerts, apéritifs, activités intergénérationnelles.  

D’ANDREA Nicolas, TOZZI Pascal ; Jardins collectifs et écoquartiers bordelais : De l’espace cultivé à un habiter durable ? –Presses universitaire de Renne, 2014 ; Revue Norois  consulté le 3 décembre 2019 url https://journals.openedition.org/norois/docannexe/image/5087/img-1.jpg

Vers une trajectoire de verdissement de la ville dans le paradigme de la durabilité

A New York, une trame verte s’est développée sur l’ancienne ligne de métro aérien en fonctionnement de 1930 à 1980. Des plantes et des arbustes avaient déjà repris le pas sur les rails et le gravier des voies ; mais tout cela a été bonifié par la plantation de 210 espèces de plantes provenant de prairies locales. 

                  La réinsertion de la nature en ville se fait en outre par des politiques volontaristes, comme à Barcelone. Dans le quartier de Poblenou, les investisseurs privés doivent céder à la municipalité 30% de leur terre afin qu’elles soient dédiées au verdissement de la ville. Grâce à ce partenariat de faible coût pour la mairie, ce sont 114 000 m2 qui ont été consacrés à la création de zones vertes rassemblant 16 000 espèces différentes soit 10% des terrains disponibles. La présence de l’eau dans la ville peut venir compléter l’effet de bien-être par le naturel. Par exemple, au Pays-Bas, dans le quartier d’Eva Lanxmeer à Culemborg, l’implantation de roseaux a permis la purification des eaux usées avant d’être déversées par les plans d’eau du quartier.

                  Les toitures et les murs des bâtiments offrent en outre une grande superficie qu’il est possible de verdir avec des effets positifs tant sur le plan énergétique avec une isolation de qualité, que sur le plan de la préservation de la biodiversité, sans oublier l’aménité esthétique que ce végétalisme offre. A Londres, l’initiative « Living Roof for Wildlife » vise à assurer la survie des papillons, des bourdons, des insectes plus globalement et des oiseaux, autant d’espèces affectées par la double dynamique de l’étalement urbain et de l’agriculture intensive forte consommatrice en pesticide. A Milan l’architecte Stefano Boeri a réalisé les deux tours du Bosque vertical, terminé en 2014. Citons aussi l’architecte botaniste Patrick Blanc, spécialiste des murs végétalisés, qui a réalisé en 2006 le mur végétal du Quai Branly. 

DIAGNE Ndiaga –Des tours “vertes” pour purifier l’air en Chine-Siècle digital 2017 image numérique, consulté le 3 décembre 2019 https://siecledigital.fr/2017/02/17/tours-vertes-purifier-lair-chine/

La végétalisation des bâtiments ou la création d’oasis de fraîcheur dans la ville permet de jouer favorablement sur la température de la ville l’été quand la climatisation accentue au contraire la chaleur. La Charte de l’arbre à Lyon, lancée dès 2011, a notamment pour objectif d’atténuer ce micro-climat urbain car l’écart de température est parfois spectaculaire quand un immeuble dispose d’une toiture de couleur foncée. Des politiques volontaristes portent aussi cette végétalisation des toits et des façades comme à Berlin qui finance à hauteur de 60% le verdissement des toits de ses immeubles. Ces toitures végétales réduisent considérablement les effets d’îlot de chaleur car la végétation crée un rafraîchissement naturel par l’évapotranspiration.

                  En conclusion le verdissement de la ville porte une pluralité d’avantages avec une aménité esthétique, un soulagement de l’effet des îlots de chaleur, des lieux de reproduction pour les espèces ou un vecteur de lien social. Il convient que les environnements urbains qualitatifs ne soient pas qu’à la portée des quartiers gentrifiés mais doivent se faire dans une optique égalitaire et ne pas s’ajouter comme un facteur d’exclusion supplémentaire. De fait, l’interface entre la nature et le construit artificiel doit s’atténuer. La structure naturelle du territoire peut mener à des stratégies d’intégration du bâti dans son espace naturel. Il s’agit dans la ville post-moderne de passer d’une interface d’opposition ou de ségrégation, à espace mixte alliant le construit et le naturel. 

Bibliographie indicative :

  • BLANC Patrick, Le Mur Végétal, de la nature à la ville, Neuilly sur Seine, Michel Lafont, 2011                                                                                                             CHARLOT Antoine, La nature au cœur de la ville, Paris, Victoires éditions, 2014 (en ligne :https://www.cairn.info/revue-vraiment-durable-2014-1-page-191.htm)          
  •  MATHIS Charles- François, PEPY Emilie-Anne, La ville végétale: une histoire de la nature en milieu urbain (France, XVIIè-XXIè siècle), Cézérieu, Champ Vallon, 2017
  • PAQUOT Thierry, Repenser l’urbanisme, Gollion, Infolio, 2017.

L’auteur :

FRANCOUT Alexis est étudiant en deuxième année de master d’Histoire contemporaine à l’université Bordeaux-Montaigne (2019-2020)sous la direction de M. Christophe Bouneau. Le sujet de son mémoire Prolonger l’histoire de l’humanité par l’application territoriale d’un paradigme nouveau : la décroissance porte sur l’étude d’une trajectoire alternative de développement dans ses aspects théoriques et concrets dans une perspective d’approche par le territoire.

Les smarts cities : Gardens by the bay à Singapour

­

Qu’est-ce qu’une « smart city » ?

Le concept anglo-saxon de « smart city » a été conçu pour faire face à la concentration croissante des personnes dans les métropoles. En effet, aujourd’hui 50 % de la population mondiale vit dans des villes, alors que celles-ci n’occupent que 2 % du territoire tout en produisant 80 % des gaz à effet de serre. Il s’agit donc de préserver et d’optimiser les ressources ainsi que l’organisation des villes. Il existe donc un enjeu sociétal, environnemental et politique à la mise en place de smart cities. Dans ce cadre, les mégalopoles asiatiques telles que Hong-Kong et Singapour sont pionnières. 

La smart cityutilise les technologies avancées pour optimiser les coûts et l’organisation urbaine, tout en améliorant le bien-être de ses habitants. Cette ville intelligenteutilise à cette fin différents capteurs de collecte de données électroniques pour fournir en temps réel des informations permettant de gérer efficacement les ressources et les actifs. Les données collectées auprès des citoyens sont traitées et analysées pour surveiller et gérer les systèmes de circulation et de transport, les centrales électriques, les réseaux d’approvisionnement en eau, la gestion des déchets, les systèmes d’information, les écoles, les bibliothèques ou encore les hôpitaux. Autrement dit, la gestion intelligente de la ville englobe tout à la fois l’économie, la mobilité et l’environnement. Ainsi, la ville intelligente est celle qui se construit autour des besoins de ses habitants tout en préservant les ressources. Ceux-ci ne sont plus considérés comme des consommateurs de services mais comme des partenaires et des parties prenantes de son développement grâce à la démocratisation des moyens d’information permettant plus de participation.

Continuer la lecture de Les smarts cities : Gardens by the bay à Singapour