Archives par mot-clé : Sport

Le phénomène des playgrounds, un espace urbain devenu terrain de jeu des artistes

« My adidas Pog’Pitch at home for the next generation». Le 9 juin 2021 le footballeur international français Paul Pogba inaugurait dans sa ville de Roissy-en-Brie un terrain à son effigie, son playground. Sur le réseau social Instagram, il publiait ainsi une vidéo promotionnelle de la création de son terrain, légendée par ces mots. De par son aspect esthétique, le terrain du joueur de Manchester United s’inscrit dans cette mode du « playground relooké » (R.Gadegbeku), tendance depuis quelques années. Le terrain de sports autrefois gris et terne devient coloré et donne un nouveau regard sur les infrastructures sportives des espaces urbains. Pour illustrer ce billet, les playgroundssélectionnés proviendront de France et massivement de la région parisienne. Evidemment, le phénomène de transformation de terrains urbains n’est pas spécifique à la capitale française, il est mondial. Cette mode de réhabilitation de terrains vient des Etats-Unis, où la culture du playground est profondément ancrée, notamment dans les grandes villes américaines.

Figure 1 – Photographie du playground de Paul Pogba en juin 2021
https://www.instagram.com/p/CP58Uc5pG-a/?utm_source=ig_embed

Le playground, un objet inscrit dans la ville

La pratique du sport habille la ville. Depuis les années 1970, certaines pratiques sportives s’approprient la ville : la rue est une piste pour la course à pied, les mobiliers urbains remplacent les skateparks. L’espace urbain devient un terrain de jeux pour les sportifs. En complément de ces pratiques sportives « qui détournent les espaces urbains » (Gilles Vieille Marchiset), les aménagements et équipements sportifs sont aussi des inscriptions particulièrement visibles dans le paysage urbain. Le playground ou terrain de jeux fait partie de ces aménagements . Dans le courant des années 1960-1970, les constructions de terrains sportifs se multiplient, et les villes se voient ainsi habillées de ces infrastructures grillagées.

Ces équipements sont aménagés par les pouvoirs publics suivant différentes démarches, en fonction des époques. D’abord voués aux écoles, ces espaces sont réappropriés par les populations urbaines, et évoluent au fil des ans. Ces espaces sportifs ouverts accessibles pour tous deviennent rapidement des lieux essentiels dans la vie urbaine. Aujourd’hui, certains de ses playgrounds urbains ont plutôt mal vieillis. La tendance est alors à la rénovation ou à la création de nouveaux terrains à l’identité marquée. Le bitume gris des terrains se pare ainsi d’œuvres d’art colorées contrastant massivement avec le paysage urbain. Si les premiers terrains urbains avaient une vocation purement sportive, certains récents playgrounds sont quant à eux de véritables objets d’art. Aujourd’hui le playground n’est plus un simple terrain de jeu, il est devenu un espace de la ville où des dynamiques économiques, sociales, artistiques ou encore politique convergent.

Le phénomène de création de playground chez les sportifs 

Le « Playground of possiblities » est le fruit d’un partenariat entre Adidas la célèbre marque à trois bandes, l’atelier Baraka, l’agence DContact et Paul Pogba. Très influencé par la culture américaine, le footballeur a ainsi choisi de construire en collaboration avec son équipementier un terrain dans sa ville Roissy-en-Brie. Le playground du joueur a été conçu dans une démarche qui se veut environnementale. Les matériaux utilisés sont à 62% issus du recyclage (dont des chaussures Adidas recyclées).  Pour ce qui est de l’aspect esthétique, le terrain est une immense représentation de Pogba sous le maillot bleu. Sont présents dans les coins du terrain les logos Adidas, le sponsor principal finançant ce projet. 

Les sportifs et les sponsors jouent un rôle déterminant pour lancer ce genre de projet, bien aidés par des artistes et des entreprises spécialisées dans la création de ces ouvrages. Les sportifs veulent inscrire une trace dans le temps et dans l’espace urbain : un playground est alors le parfait moyen pour montrer sa réussite et son attachement à ses origines. Les marques, quant à elles, veulent rendre accessible à tous la pratique du sport. A l’aide d’Adidas et Nike les deux géants de l’équipement sportif, Paul Pogba, Kylian M’Bappé, ou encore Rudy Gobert ont ainsi leur terrain dans leur ville respective, participant ainsi à ce phénomène. Inauguré en 2018 par Adidas encore une fois, le playground du quartier de Saint-Denis est lui un hommage à Zinédine Zidane. Vingt ans après, le lien entre le champion du monde français de 1998 et Saint-Denis, ville du Stade de France est toujours indélébile, et s’inscrit maintenant dans l’espace urbain.

La rénovation de playground, entre démarche artistique et promotionnelle 

Si la démarche de créer ou de rénover des playgrounds peut venir de joueurs, elle peut aussi venir d’institution. En prévision des Jeux Olympiques 2024 à Paris, la FFBB (Fédération Française de BasketBall) s’est associée à la mairie de Paris et aux collectivités locales pour mener une campagne de rénovation de playgroundsparisiens. Financée par l’Agence nationale du Sport et la Caisse d’Epargne (partenaire des Jeux de 2024), cette campagne suscite différents enjeux. D’une part, elle a pour but de promouvoir la pratique de la nouvelle discipline olympique du 3×3 en basketball. D’autre part, ces rénovations artistiques permettent « de valoriser le territoire urbain et le sport qui y est représenté » comme le souligne Pierre Rabadan adjoint au sport à la mairie de Paris, et ainsi promouvoir la ville de Paris en elle-même. Le playground du quai de Jemmapes situé en bord de Seine à Paris fait partie de ces terrains sélectionnés pour une rénovation. Vêtu de motifs rouges sur fond noir, le terrain se fait remarquer dans le paysage urbain, contrastant avec les couleurs plus classiques de la ville.

Plus étonnant, la rénovation de playground peut venir de marques éloignées du milieu du sport. TikTok, sponsor mondial officiel de l’Euro 2020, s’est ainsi associé à la ville de Paris pour restaurer le terrain du square Serpollet du 18eme arrondissement de Paris. L’artiste Vincent Bargis M7 fut nommé pour « transformer cet espace en une œuvre d’art ».

Figure 3 Photographie du playground Tik Tok du square Serpollet 
https://newsroom.tiktok.com/fr-fr/le-terrain-de-football-tiktok

Le terrain est alors recouvert de motifs aux couleurs de TikTok. La marque déclare alors avoir « souhaité renouveler son engagement auprès de ses utilisateurs français et de sa communauté locale avec un lieu où se mêlent les arts graphiques et le sport. ». Le playground devient ainsi un outil de communication, de promotion à part entière. La rénovation est bénéfique pour tous les acteurs, que ce soit pour la ville de Paris qui dispose d’un nouvel espace sportif artistique, et pour TikTok qui dispose là d’un superbe outil de promotion en plein cœur de Paris à ciel ouvert, lui permettant de s’inscrire dans une aire géographique loin du virtuel.

La durabilité de ces playgrounds dans l’espace urbain, quelle inscription dans le temps ?

Cette pratique de transformation de playground permet de donner une seconde vie à un objet urbain qui pouvait subir les assauts du temps. Les terrains dont les dalles de béton se fissuraient sont rénovés et rendent la pratique sportive de nouveau idéale. Outre le fait que pratiquer une discipline sportive sur des surfaces très colorées doit être sans doute peu optimal, post- rénovations l’enjeu pour ces terrains est de perdurer dans le temps et dans l’espace urbain, et ainsi éviter le piège de l’abandon du site. Si par le passé certains terrains ont connu des situations d’abandon, ou de non-entretien à défaut de moyens, les terrains rénovés ces derniers années sont suivis. Par exemple, le playground de Duperré dans le quartier de Pigalle change tous les trois ans depuis 2015 grâce à la collaboration entre Nike, la ville parisienne et des artistes locaux. Le terrain niché entre les façades parisiennes a ainsi évolué dans le temps et continue de durer grâce à cette politique de rénovation régulière.

Concernant l’accessibilité et l’utilisation de ces espaces, ces deux critères varient selon les terrains. Certains sont faciles d’accès comme le terrain de Duperré ouvert et gratuit toute la journée. D’autres s’inscrivent dans des temporalités différentes. Le playground rénové par TikTok dans le 18eme arrondissement est quant à lui ouvert à partir du 28 juin 2021 jusqu’aux Jeux Olympiques de 2024, la durée d’accès est ainsi limitée dans le temps.

D’autres playgrounds ont choisi la voie de de la collaboration avec les associations locales. C’est le cas du terrain de Paul Pogba, Adidas s’est entouré de l’association du quartier, leur confiant ainsi la gestion de cet espace urbain. L’association A cœur ouvert a ainsi proposé des diffusions de matches sur écran géant, mais aussi des stages et entraînement de formation au football.

En parallèle de cette volonté de durer dans le temps et de s’inscrire durablement dans l’espace urbain, la mairie de Paris a soutenu une initiative différente autour du playground. Pendant l’été 2014, l’esplanade du Pavillon de l’Arsenal dans le 4eme arrondissement s’est vêtu d’un playground éphémère. 

Figure 5 – Photographie du playground éphémère du Pavillon de l’Arsenal à l’été 2014 
https://www.pavillon-arsenal.com/fr/hors-les-murs/10206-playground.html

L’exposition temporaire a pour but de célébrer la pratique urbaine du sport et ainsi « offrir aux riverains et aux Parisiens un terrain de sport en plein cœur de Paris ». L’idée d’habiller la ville d’un playground dans un espace où il ne devrait pas être, et dont la durabilité est limitée, prend totalement à contre-pied cette dynamique de l’aménagement d’équipements sportifs durables dans l’espace urbain.

Bibliographie indicative :

Vieille Marchiset Gilles, « La construction sociale des espaces sportifs ouverts dans la ville. Enjeux politiques et liens sociaux en question », L’Homme & la Société, 2007/3-4 (n° 165-166), p. 141-159.

URL : https://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe-2007-3-page-141.htm

L’auteur :

MABILLET Etienne est étudiant en seconde année de Master Développement Innovation et Environnement à l’université de Bordeaux Montaigne (2021-2022). Son sujet de mémoire orienté sur les questions de l’innovation dans l’industrie musicale s’intitule « Une histoire du sample dans l’industrie musicale (de 1979 à nos jours) » sous la direction de M. Christophe Bouneau.

Le stade olympique de Colombes : la création d’un domaine sportif à l’occasion des Jeux Olympiques de Paris en 1924

À l’occasion des Jeux Olympiques de Paris en 1924, le stade Yves-du-Manoir de Colombes, dans les Hauts-de-Seine, fut construit pour accueillir la majorité des épreuves. Il s’agissait par la même occasion pour la France de s’affirmer comme puissance sportive. Ce n’est donc pas un hasard si cent ans plus tard, à l’occasion des Jeux de Paris de 2024, le complexe sportif de Colombes est remobilisé pour accueillir, à nouveau, certaines épreuves. De toute évidence, un tel projet constitue pour la ville nominée un enjeu économique et touristique de taille qui dépasse le simple enjeu sportif. Le stade olympique de Colombes fait figure de prouesse technique au milieu de la cité ouvrière de banlieue parisienne. Il cristallise, par son allure imposante, l’importance que prend le sport moderne dans la sphère publique au XXème siècle. Il convient donc de revenir sur les conditions de construction du stade et de saisir comment la ville s’habille pour marquer son excellence sportive à l’occasion de la « messe olympique ».

Figure 1. Plan d’ensemble des divers sites olympiques, à partir de la page 73 du Rapport officiel des Jeux Olympiques d’été 1924, libre de droit.

Les Jeux de 1924 : « dernière volonté » du Baron Pierre de Coubertin 

En juin 1921, le baron Pierre de Coubertin, père des Jeux Olympiques modernes et président du Comité International Olympique depuis sa création en 1896, appuie la candidature de Paris pour les Jeux Olympiques suivants. Paris n’est pourtant pas le favori à l’époque : le Comité lui préfère les candidatures des villes d’Amsterdam et de Los Angeles, la capitale française ayant déjà accueilli les Jeux en 1900. 

Ces derniers sont considérés par Coubertin comme un échec, « noyés dans l’Exposition universelle ». Le baron propose donc comme « dernière volonté » la nomination de Paris, acceptant le cas échéant de se retirer de son poste présidentiel « en ayant le sentiment d’avoir mené à bien son grand-œuvre ». Le Comité Olympique vote alors la nomination de Paris pour célébrer les VIIIème Jeux, dans un contexte d’après-guerre toujours très marqué, l’Allemagne ne faisant pas partie des 44 nations participantes. Il paraît essentiel pour ses organisateurs de démontrer, par ces Jeux, que la France s’est relevée de la Grande Guerre.

Le choix de Colombes : un compromis apporté par le Racing Club de France

Un problème majeur apparaît bientôt, celui de l’organisation des Jeux et de son déroulement dans les lieux adéquats. Depuis 1900, la popularité des épreuves olympiques fortement a augmenté : on prévoit ainsi près de cinq mille athlètes et environ cent mille spectateurs. Or, la capitale française ne dispose pas d’infrastructures suffisantes. Les rénovations du Parc des Princes ou bien du Stade Pershing paraissent trop onéreuses et le soutien de l’Etat est trop aléatoire, tandis que les interlocuteurs gouvernementaux du comité d’organisation se succèdent. 

C’est en décembre 1921, que le choix se porte sur la cité ouvrière de Colombes, au nord-ouest de Paris. La mairie de la ville et le président du Racing Club de France, Pierre Guillou, s’engagent à rénover le stade du Racing Club de France, propriété du journal Le Matin, pour augmenter sa capacité à soixante mille places contre 50% des bénéfices de la vente de billets. Cet agrandissement est porté par l’architecte et membre du club de rugby du Racing Club de France, Maurice Faure-Dujarric. En l’état, le stade existe depuis 1907 et accueille déjà de nombreux événements sportifs. 

Relier Colombes à Paris et au reste du monde : chemin de fer et radio

Bien que les Jeux de 1924 soient les VIIIème, ils ont constitué un vrai rôle de pionnier dans l’organisation, mais aussi dans la diffusion des épreuves. L’aménagement du stade olympique sur les seize hectares du stade du Matin (fig. 2) est accompagné d’efforts remarquables sur l’accessibilité des sites et sur la qualité des infrastructures. La ville de Colombes est reliée à la gare Saint-Lazare depuis 1854, mais pour l’occasion, une desserte ferroviaire est construite à proximité du parc olympique. 

La couverture médiatique est forte d’innovations : le stade accueil en son sein trois cent seize journalistes étrangers accrédités et cent cinquante-sept journalistes-reporters français. Les épreuves sont, pour la première fois, commentées en direct et retransmises dans l’enceinte du parc olympique. Les commentaires du « parleur inconnu », le journaliste Edmond Dehorter logé dans la nacelle d’un ballon captif, sont aussi diffusés par la T.S.F.            

Le stade olympique est agrémenté du tout premier village olympique, construit pour les cinq mille athlètes. Composé de baraques en bois sur un terrain boueux, il comporte tout de même son propre réseau électrique et d’eau courante, ainsi que toutes les commodités d’un village réel : poste et télégraphe, bar, restaurant, cabinet médical, etc.

L’agrandissement du stade : « le plus grand terrain sportif existant actuellement en France »

L’aménagement du stade est terminé en deux ans avec un budget de dix millions de francs. Selon la revue Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, le « nouveau » stade constitue à l’époque : « le plus grand terrain sportif existant actuellement en France, et si, en Amérique et surtout en Angleterre, on peut trouver des stades de dimensions plus importantes, aucun d’eux ne l’emporte sur celui-ci par la perfection des aménagements spéciaux à la technique sportive. ». Le stade olympique (fig. 3), temple du sport moderne, se dresse au milieu de la cité ouvrière de Colombes à la place de l’ancien stade de gazon du Racing Club de France. La modernité de sa structure modifie le paysage urbain de Colombes, concurrençant les usines de pneu, de téléphonie et d’aéronautique. 

Figure 3. Stade Olympique de Colombes : vue d’ensemble, prise en avion, dans Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, 44ème année, Tome 85, N°6, Paris, 9 août 1924, p. 125.

Long de 144 mètres, le stade peut accueillir 60 000 spectateurs dont 20000 personnes assises et couvertes. Il accueillit la cérémonie d’ouverture et de fermeture, ainsi que la plupart des épreuves d’athlétisme, de sports d’équipes et d’équitation. 

            Plus qu’un bâtiment, le stade olympique de Colombes devint le symbole des Jeux et ainsi la fierté de la ville ouvrière qui le temps d’un été se retrouva au cœur d’un événement mondial. Ce stade incarna le prestige national sportif alors que la notion de nationalisme se forgeait autour du sport. Pour Paul Dietschy, le stade de Colombes faisait partie de « ces lieux qui ont fait la France contemporaine ». 

Indications bibliographiques :

Sources :

  • « Le Stade Olympique de Colombes, près de Paris », Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, 44ème année, Tome 85, N°6, Paris, 9 août 1924, pp. 125-131, Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6487711r.r#

L’auteur :

MACHADO Clémentine est étudiante à l’Université Bordeaux Montaigne en deuxième année de Master d’histoire des mondes modernes et contemporains (2020-2021). Au sein du parcours Développement, Innovation et Environnement du XVIème au XXIème siècle, elle prépare, sous la direction de M. Christophe Bouneau, un mémoire de master sur l’évolution de l’habit sportif féminin de 1890 à 1939. Son étude lie l’histoire de l’innovation à celles du genre et du sport. 

JEUX OLYMPIQUES ET URBANISME : LE CAS DE BARCELONE ET D’ATHÈNES

Si les premiers Jeux Olympiques de l’époque moderne ont nécessité certains aménagements urbains, la plupart de ces nouvelles installations se sont cantonnées au domaine du sport avec la construction de stades, de terrains, ou de  piscines. Mais à partir des années 1980 deux évolutions viennent renforcer l’impact de cet événement dans les villes-hôtes. Il s’agit d’abord de la mobilisation d’un public de plus en plus nombreux, grâce au développement des moyens de communication et de transport. Il s’agit ensuite de la mise en place par le comité international olympique de normes draconiennes qui impactent ces villes hôtes.

Les Jeux Olympiques attirent un public de plus en plus nombreux. À ce titre  Barcelone et Athènes représentent un très bon exemple des externalités positives ou négatives qui résultent de l’organisation  de ce type d’événement sportif   sur l’urbanisme des municipalités qui l’accueillent. Ces deux métropoles méditerranéennes, bien que possédant toutes deux un passé olympique particulier, sont la parfaite illustration de l’effet des Jeux Olympiques sur l’aménagement urbain.

Construire une ville olympique

Barcelone, tout comme Athènes, est riche d’un passé olympique particulier. La capitale catalane a en effet organisé les olympiades populaires en 1936, en réponse aux Jeux Olympiques de Berlin. Des associations sportives ouvrières boycottant les jeux de Berlin se rendirent à Barcelone. Mais le 19 juillet 1936, les premiers affrontements de la guerre civile espagnole éclatèrent dans les rues de la ville, rendant impossible la tenue de ces olympiades.

Les épreuves sportives devaient se tenir sur le site de Montjuic, où se déroulèrent les jeux olympiques de 1992, (illustration 1).

Sites des Jeux Olympiques de 1992
MIGUEL SEGUI Llinas, Barcelone ou le poids des grands événements et des Jeux Olympiques de 1992 dans la modernisation d’une métropole, Société de Géographie de Lille, 1993

Quant à Athènes, la ville organise en 2004 les seconds Jeux de son histoire après ceux de 1896, les premiers Jeux de l’ère moderne. Tout comme Barcelone, la ville  souhaite réutiliser certaines infrastructures présentes lors des événements précédents. C’est le  cas de l’arrivée du marathon qui est jugée sur la piste du stade de 1896 et non sur celui de 2004 où se sont déroulées les autres épreuves d’athlétisme (illustration 2).

Arrivée sur le stade de 1986, de Stefano Baldini vainqueur du marathon des JO de 2004
www.marathon-info.com

Pour accueillir un événement d’une telle ampleur, les municipalités de Barcelone et d’Athènes ne sont  pas seulement contentées de réutiliser les infrastructures déjà présentes, mais ont  bien créé tout un nouveau complexe urbain à destination des JO. En effet, pour permettre d’accueillir le public  dans les meilleures conditions, la mairie de Barcelone a entrepris une série de travaux de modernisation de ses réseaux de communication, comprenant la réalisation d’un périphérique reliant les différents sites olympiques ainsi que le percement de plusieurs tunnels (illustration 1), tandis que l’aéroport est agrandi et le réseau ferroviaire modernisé.

Pour Athènes, le problème est double car la dispersion des sites olympiques obligea la municipalité à entreprendre de nombreux travaux dans un contexte urbain complexe du fait de la préservation nécessaire de son patrimoine urbain, si bien que les fouilles archéologiques ralentirent les constructions (illustration 3). Dans une ville déjà très étendue et sujette à la pollution atmosphérique, l’augmentation de la circulation durant les Jeux aurait rendu l’air difficilement respirable c’est pourquoi deux nouvelles lignes de métro furent  créées, ainsi qu’un réseau de tramway. 

Plan des sites olympiques des Jeux Olympiques de 2004
Athens social atlas

Héritages olympiques et urbanisme

Les cas de Barcelone et d’Athènes illustrent l’impact que les Jeux olympiques peuvent avoir sur les villes organisatrices.

Pour Barcelone, le bilan est globalement  positif. Les JO ont permis à la municipalité d’entreprendre une politique de grands travaux pour moderniser la ville et  la rendre plus attrayante pour le tourisme, une des principales activités économique de la ville. Ainsi la création de plusieurs kilomètres de plage a permis à Barcelone de devenir l’une des principales destinations touristiques  européennes. Par ailleurs les installations sportives ont été réutilisées de nombreuses fois depuis 1992 : l’USA Perpignan, du fait de sa proximité géographique, a joué plusieurs matchs de rugby dans son enceinte ; en 2003 et 2013, les championnats du monde de natation se sont déroulés sur le site de Montjuic, ainsi que les championnats d’Europe d’athlétisme en 2010 (illustration 4).

Site olympique de Montjuic
Services municipaux de Barcelone

Au regard de la réussite de Barcelone, la reconversion des sites olympiques d’Athènes apparaît comme  un échec. La plupart d’entre eux sont désormais à l’abandon et n’ont jamais été réutilisés (image 5). L’absence de vision à long terme n’a pas permis à la municipalité de mener à bien la reconversion post jeux olympiques, certains analystes affirmant même que le coût élevé de ces jeux a aggravé l’impact de la crise économique en Grèce.

Piscine des jeux olympiques de 2004 à l’abandon
Reuters / Yannis Behrakis

Bibliographie indicative :

  • DEFFNER Alexis et MALOUTAS Thomas, « Urbanisation et patrimoine culturel : Athènes face aux jeux olympiques de 2004 », Revue de géographie de Lyon, 2002, p 104-109.
  • MIGUEL SEGUI Linas, « Barcelone ou le poids des grands événements et des Jeux Olympiques de 1992 dans la modernisation d’une métropole », Hommes et  terres du nord, 1993, n°77, p. 353-358.
  • MORICE Louise, « Athènes 2004, le village olympique : reflet des problèmes sociaux et urbains de la Grèce d’aujourd’hui », Architecture aménagement de l’espace, 2015, disponible sur Hal : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01284524 (consulté le 5 novembre 2019), 

L’auteur :

THOMAS Félix est étudiant en deuxième année de master d’Histoire contemporaine à l’université Bordeaux-Montaigne (2019-2020), le sujet de son mémoire porte sur la trajectoire de l’économie du dopage dans l’athlétisme depuis 1984, sous la direction de Christophe Bouneau.