Archives par mot-clé : Sport

Le stade olympique de Colombes : la création d’un domaine sportif à l’occasion des Jeux Olympiques de Paris en 1924

À l’occasion des Jeux Olympiques de Paris en 1924, le stade Yves-du-Manoir de Colombes, dans les Hauts-de-Seine, fut construit pour accueillir la majorité des épreuves. Il s’agissait par la même occasion pour la France de s’affirmer comme puissance sportive. Ce n’est donc pas un hasard si cent ans plus tard, à l’occasion des Jeux de Paris de 2024, le complexe sportif de Colombes est remobilisé pour accueillir, à nouveau, certaines épreuves. De toute évidence, un tel projet constitue pour la ville nominée un enjeu économique et touristique de taille qui dépasse le simple enjeu sportif. Le stade olympique de Colombes fait figure de prouesse technique au milieu de la cité ouvrière de banlieue parisienne. Il cristallise, par son allure imposante, l’importance que prend le sport moderne dans la sphère publique au XXème siècle. Il convient donc de revenir sur les conditions de construction du stade et de saisir comment la ville s’habille pour marquer son excellence sportive à l’occasion de la « messe olympique ».

Figure 1. Plan d’ensemble des divers sites olympiques, à partir de la page 73 du Rapport officiel des Jeux Olympiques d’été 1924, libre de droit.

Les Jeux de 1924 : « dernière volonté » du Baron Pierre de Coubertin 

En juin 1921, le baron Pierre de Coubertin, père des Jeux Olympiques modernes et président du Comité International Olympique depuis sa création en 1896, appuie la candidature de Paris pour les Jeux Olympiques suivants. Paris n’est pourtant pas le favori à l’époque : le Comité lui préfère les candidatures des villes d’Amsterdam et de Los Angeles, la capitale française ayant déjà accueilli les Jeux en 1900. 

Ces derniers sont considérés par Coubertin comme un échec, « noyés dans l’Exposition universelle ». Le baron propose donc comme « dernière volonté » la nomination de Paris, acceptant le cas échéant de se retirer de son poste présidentiel « en ayant le sentiment d’avoir mené à bien son grand-œuvre ». Le Comité Olympique vote alors la nomination de Paris pour célébrer les VIIIème Jeux, dans un contexte d’après-guerre toujours très marqué, l’Allemagne ne faisant pas partie des 44 nations participantes. Il paraît essentiel pour ses organisateurs de démontrer, par ces Jeux, que la France s’est relevée de la Grande Guerre.

Le choix de Colombes : un compromis apporté par le Racing Club de France

Un problème majeur apparaît bientôt, celui de l’organisation des Jeux et de son déroulement dans les lieux adéquats. Depuis 1900, la popularité des épreuves olympiques fortement a augmenté : on prévoit ainsi près de cinq mille athlètes et environ cent mille spectateurs. Or, la capitale française ne dispose pas d’infrastructures suffisantes. Les rénovations du Parc des Princes ou bien du Stade Pershing paraissent trop onéreuses et le soutien de l’Etat est trop aléatoire, tandis que les interlocuteurs gouvernementaux du comité d’organisation se succèdent. 

C’est en décembre 1921, que le choix se porte sur la cité ouvrière de Colombes, au nord-ouest de Paris. La mairie de la ville et le président du Racing Club de France, Pierre Guillou, s’engagent à rénover le stade du Racing Club de France, propriété du journal Le Matin, pour augmenter sa capacité à soixante mille places contre 50% des bénéfices de la vente de billets. Cet agrandissement est porté par l’architecte et membre du club de rugby du Racing Club de France, Maurice Faure-Dujarric. En l’état, le stade existe depuis 1907 et accueille déjà de nombreux événements sportifs. 

Relier Colombes à Paris et au reste du monde : chemin de fer et radio

Bien que les Jeux de 1924 soient les VIIIème, ils ont constitué un vrai rôle de pionnier dans l’organisation, mais aussi dans la diffusion des épreuves. L’aménagement du stade olympique sur les seize hectares du stade du Matin (fig. 2) est accompagné d’efforts remarquables sur l’accessibilité des sites et sur la qualité des infrastructures. La ville de Colombes est reliée à la gare Saint-Lazare depuis 1854, mais pour l’occasion, une desserte ferroviaire est construite à proximité du parc olympique. 

La couverture médiatique est forte d’innovations : le stade accueil en son sein trois cent seize journalistes étrangers accrédités et cent cinquante-sept journalistes-reporters français. Les épreuves sont, pour la première fois, commentées en direct et retransmises dans l’enceinte du parc olympique. Les commentaires du « parleur inconnu », le journaliste Edmond Dehorter logé dans la nacelle d’un ballon captif, sont aussi diffusés par la T.S.F.            

Le stade olympique est agrémenté du tout premier village olympique, construit pour les cinq mille athlètes. Composé de baraques en bois sur un terrain boueux, il comporte tout de même son propre réseau électrique et d’eau courante, ainsi que toutes les commodités d’un village réel : poste et télégraphe, bar, restaurant, cabinet médical, etc.

L’agrandissement du stade : « le plus grand terrain sportif existant actuellement en France »

L’aménagement du stade est terminé en deux ans avec un budget de dix millions de francs. Selon la revue Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, le « nouveau » stade constitue à l’époque : « le plus grand terrain sportif existant actuellement en France, et si, en Amérique et surtout en Angleterre, on peut trouver des stades de dimensions plus importantes, aucun d’eux ne l’emporte sur celui-ci par la perfection des aménagements spéciaux à la technique sportive. ». Le stade olympique (fig. 3), temple du sport moderne, se dresse au milieu de la cité ouvrière de Colombes à la place de l’ancien stade de gazon du Racing Club de France. La modernité de sa structure modifie le paysage urbain de Colombes, concurrençant les usines de pneu, de téléphonie et d’aéronautique. 

Figure 3. Stade Olympique de Colombes : vue d’ensemble, prise en avion, dans Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, 44ème année, Tome 85, N°6, Paris, 9 août 1924, p. 125.

Long de 144 mètres, le stade peut accueillir 60 000 spectateurs dont 20000 personnes assises et couvertes. Il accueillit la cérémonie d’ouverture et de fermeture, ainsi que la plupart des épreuves d’athlétisme, de sports d’équipes et d’équitation. 

            Plus qu’un bâtiment, le stade olympique de Colombes devint le symbole des Jeux et ainsi la fierté de la ville ouvrière qui le temps d’un été se retrouva au cœur d’un événement mondial. Ce stade incarna le prestige national sportif alors que la notion de nationalisme se forgeait autour du sport. Pour Paul Dietschy, le stade de Colombes faisait partie de « ces lieux qui ont fait la France contemporaine ». 

Indications bibliographiques :

Sources :

  • « Le Stade Olympique de Colombes, près de Paris », Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, 44ème année, Tome 85, N°6, Paris, 9 août 1924, pp. 125-131, Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6487711r.r#

L’auteur :

MACHADO Clémentine est étudiante à l’Université Bordeaux Montaigne en deuxième année de Master d’histoire des mondes modernes et contemporains (2020-2021). Au sein du parcours Développement, Innovation et Environnement du XVIème au XXIème siècle, elle prépare, sous la direction de M. Christophe Bouneau, un mémoire de master sur l’évolution de l’habit sportif féminin de 1890 à 1939. Son étude lie l’histoire de l’innovation à celles du genre et du sport. 

JEUX OLYMPIQUES ET URBANISME : LE CAS DE BARCELONE ET D’ATHÈNES

Si les premiers Jeux Olympiques de l’époque moderne ont nécessité certains aménagements urbains, la plupart de ces nouvelles installations se sont cantonnées au domaine du sport avec la construction de stades, de terrains, ou de  piscines. Mais à partir des années 1980 deux évolutions viennent renforcer l’impact de cet événement dans les villes-hôtes. Il s’agit d’abord de la mobilisation d’un public de plus en plus nombreux, grâce au développement des moyens de communication et de transport. Il s’agit ensuite de la mise en place par le comité international olympique de normes draconiennes qui impactent ces villes hôtes.

Les Jeux Olympiques attirent un public de plus en plus nombreux. À ce titre  Barcelone et Athènes représentent un très bon exemple des externalités positives ou négatives qui résultent de l’organisation  de ce type d’événement sportif   sur l’urbanisme des municipalités qui l’accueillent. Ces deux métropoles méditerranéennes, bien que possédant toutes deux un passé olympique particulier, sont la parfaite illustration de l’effet des Jeux Olympiques sur l’aménagement urbain.

Construire une ville olympique

Barcelone, tout comme Athènes, est riche d’un passé olympique particulier. La capitale catalane a en effet organisé les olympiades populaires en 1936, en réponse aux Jeux Olympiques de Berlin. Des associations sportives ouvrières boycottant les jeux de Berlin se rendirent à Barcelone. Mais le 19 juillet 1936, les premiers affrontements de la guerre civile espagnole éclatèrent dans les rues de la ville, rendant impossible la tenue de ces olympiades.

Les épreuves sportives devaient se tenir sur le site de Montjuic, où se déroulèrent les jeux olympiques de 1992, (illustration 1).

Sites des Jeux Olympiques de 1992
MIGUEL SEGUI Llinas, Barcelone ou le poids des grands événements et des Jeux Olympiques de 1992 dans la modernisation d’une métropole, Société de Géographie de Lille, 1993

Quant à Athènes, la ville organise en 2004 les seconds Jeux de son histoire après ceux de 1896, les premiers Jeux de l’ère moderne. Tout comme Barcelone, la ville  souhaite réutiliser certaines infrastructures présentes lors des événements précédents. C’est le  cas de l’arrivée du marathon qui est jugée sur la piste du stade de 1896 et non sur celui de 2004 où se sont déroulées les autres épreuves d’athlétisme (illustration 2).

Arrivée sur le stade de 1986, de Stefano Baldini vainqueur du marathon des JO de 2004
www.marathon-info.com

Pour accueillir un événement d’une telle ampleur, les municipalités de Barcelone et d’Athènes ne sont  pas seulement contentées de réutiliser les infrastructures déjà présentes, mais ont  bien créé tout un nouveau complexe urbain à destination des JO. En effet, pour permettre d’accueillir le public  dans les meilleures conditions, la mairie de Barcelone a entrepris une série de travaux de modernisation de ses réseaux de communication, comprenant la réalisation d’un périphérique reliant les différents sites olympiques ainsi que le percement de plusieurs tunnels (illustration 1), tandis que l’aéroport est agrandi et le réseau ferroviaire modernisé.

Pour Athènes, le problème est double car la dispersion des sites olympiques obligea la municipalité à entreprendre de nombreux travaux dans un contexte urbain complexe du fait de la préservation nécessaire de son patrimoine urbain, si bien que les fouilles archéologiques ralentirent les constructions (illustration 3). Dans une ville déjà très étendue et sujette à la pollution atmosphérique, l’augmentation de la circulation durant les Jeux aurait rendu l’air difficilement respirable c’est pourquoi deux nouvelles lignes de métro furent  créées, ainsi qu’un réseau de tramway. 

Plan des sites olympiques des Jeux Olympiques de 2004
Athens social atlas

Héritages olympiques et urbanisme

Les cas de Barcelone et d’Athènes illustrent l’impact que les Jeux olympiques peuvent avoir sur les villes organisatrices.

Pour Barcelone, le bilan est globalement  positif. Les JO ont permis à la municipalité d’entreprendre une politique de grands travaux pour moderniser la ville et  la rendre plus attrayante pour le tourisme, une des principales activités économique de la ville. Ainsi la création de plusieurs kilomètres de plage a permis à Barcelone de devenir l’une des principales destinations touristiques  européennes. Par ailleurs les installations sportives ont été réutilisées de nombreuses fois depuis 1992 : l’USA Perpignan, du fait de sa proximité géographique, a joué plusieurs matchs de rugby dans son enceinte ; en 2003 et 2013, les championnats du monde de natation se sont déroulés sur le site de Montjuic, ainsi que les championnats d’Europe d’athlétisme en 2010 (illustration 4).

Site olympique de Montjuic
Services municipaux de Barcelone

Au regard de la réussite de Barcelone, la reconversion des sites olympiques d’Athènes apparaît comme  un échec. La plupart d’entre eux sont désormais à l’abandon et n’ont jamais été réutilisés (image 5). L’absence de vision à long terme n’a pas permis à la municipalité de mener à bien la reconversion post jeux olympiques, certains analystes affirmant même que le coût élevé de ces jeux a aggravé l’impact de la crise économique en Grèce.

Piscine des jeux olympiques de 2004 à l’abandon
Reuters / Yannis Behrakis

Bibliographie indicative :

  • DEFFNER Alexis et MALOUTAS Thomas, « Urbanisation et patrimoine culturel : Athènes face aux jeux olympiques de 2004 », Revue de géographie de Lyon, 2002, p 104-109.
  • MIGUEL SEGUI Linas, « Barcelone ou le poids des grands événements et des Jeux Olympiques de 1992 dans la modernisation d’une métropole », Hommes et  terres du nord, 1993, n°77, p. 353-358.
  • MORICE Louise, « Athènes 2004, le village olympique : reflet des problèmes sociaux et urbains de la Grèce d’aujourd’hui », Architecture aménagement de l’espace, 2015, disponible sur Hal : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01284524 (consulté le 5 novembre 2019), 

L’auteur :

THOMAS Félix est étudiant en deuxième année de master d’Histoire contemporaine à l’université Bordeaux-Montaigne (2019-2020), le sujet de son mémoire porte sur la trajectoire de l’économie du dopage dans l’athlétisme depuis 1984, sous la direction de Christophe Bouneau.