Archives par mot-clé : Street-art

Une controverse artistique urbaine : ‘‘Les deux plateaux’’ de Daniel Buren

Colonnes de Buren. Source : http://www.vupasvu.com/agenda/les-colonnes-de-buren-au-palais-royal

Une commande d’Etat

En 1985, le ministre de la Culture Jack Lang passe commande à l’artiste Daniel Buren d’une œuvre pour magnifier les 3000 m2 de la cour d’honneur du Palais-Royal, jusque-là occupée par un parking. Le lieu n’est pas anodin : haut-lieu de culture, il abrite en son sein le ministère de la Culture, mais aussi le théâtre de la Comédie Française.

La commande est osée : à cette époque, Daniel Buren est connu et reconnu par son utilisation de bandes blanches et de couleurs alternées verticalement. Mais il est aussi réputé pour être un provocateur et pour remettre en cause le pouvoir des institutions artistiques, notamment celui des conservateurs ou des commissaires d’exposition. Par cette commande, Jack Lang entend prouver que l’Etat ne craint pas l’art subversif. 

L’œuvre qu’il propose se veut résolument moderne par ses colonnes de hauteurs différents qui créent visuellement un rythme qui contraste avec le classicisme de la colonnade du Palais-Royal. Elle est une invitation au public à investir l’espace, à circuler entre ses colonnes, à s’y asseoir, à les grimper. Mais elle est aussi éminemment classique, à plus d’un titre : ses 260 colonnes rigoureusement alignées évoquent d’abord l’architecture antique. Ensuite, elles sont réalisées avec des matériaux nobles, en adéquation avec la culture du site : du marbre blanc de Carrare et du marbre noir des Pyrénées.

Une réception controversée

Dès janvier 1986, alors que l’œuvre n’est pas encore construite, elle provoque un tollé général dans un climat de campagne électorale. Des pétitions circulent. On reproche à Buren de vouloir défigurer les lieux alors que l’œuvre avait au contraire été pensée in situ par l’artiste.

Grâce à une violente campagne de dénonciation, le journal Le Figaro et des riverains du Palais Royal obtiennent par décision judiciaire, l’arrêt provisoire des travaux. Une douzaine d’articles paraissent entre août 1985 et mai 1986. Comme le rappelle David Cascaro, le journal passe du rôle de tribune publique de dénonciation au rôle de dénonciateur lui-même. L’Académie des Beaux-Arts et quelques personnalités apportent leur légitimité à la cause. Des manifestations sont organisées. L’opinion s’exprime aussi sur les palissades qui entourent le chantier. Le débat se déplace des journaux sur ces planches : slogan, prises de position et graffiti s’étalent à la vue de tous. De son côté, la mobilisation en faveur de l’œuvre de Buren s’organise à l’initiative du magazine Globe, soutenu par plusieurs artistes et intellectuels.

Finalement, le nouveau ministre de la Culture, François Léotard, décide de l’achèvement de l’œuvre en raison du droit moral de l’article. L’installation est terminée le 30 juin 1986 et Daniel Buren obtient un Lion d’or à la biennale de Venise la même année. 

Une œuvre devenue « conformiste » ?

En 2018, le ministère de la Culture organise une exposition destinée à mettre en valeur l’art urbain. Parmi les œuvres choisies se trouve Le Module de Zeer, installé sur sept colonnes d’une des galeries longeant la cour du Palais Royal. Sur les colonnes, les impressions de modules composent des rayures horizontales qui dialoguent avec les colonnes Des deux plateaux qui lui font face. 

Cependant, dans une lettre adressée au Ministère, Daniel Buren fait valoir son droit moral et regrette de ne pas avoir été prévenu de l’installation éphémère. Celle-ci doit finalement être retirée afin de ne pas dénaturer l’œuvre originale, autrefois scandaleuse, désormais conformiste.

Bibliographie indicative :

  • Cascaro David, « Les ‘‘colonnes’’ de Buren, une crise politico-artistique », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n°59, juillet-septembre 1998, pp. 120-128

La guerre des post-it

En juin 2011, une employée d’Ubisoft, rue Armand-Carrel à Montreuil, afficha sur la fenêtre de son bureau un « Invader » réalisé grâce à des post-it. Cet acte initialement anodin et à portée décorative, déclencha en réalité un phénomène estival. En effet, les employés de bureau des immeubles ayant une vue directe sur sa fenêtre, en particulier ceux du siège de la banque BNP Paribas, décidèrent de répondre à l’appel. Ainsi, le département informatique de la banque dessina à son tour un canon, inspiré du jeu Space Invaders, qui permet dans ledit à jeu de se défendre contre les envahisseurs de l’espace. Cette riposte fut perçue comme une déclaration de guerre chez Ubisoft qui répondit à la provocation par un Mario recouvrant toute une fenêtre.

Ubisoft contre BNP Paribas. Source: https://www.gamoover.net/Forums/index.php? 

Tour à (ou par) tour, semaine après semaine, personnages et objets de licence vidéoludiques, cinématographiques et de bande-dessinées apparurent sur les façades. Ainsi s’affrontèrent des représentations de Mario, de Link, du jeu Pong, de Megaman, d’un X-Wing, d’Obélix, des Lapins Crétinsou encore de Puzzle Bubble. Contagieuse, ce que l’on surnomma « la post-it war » se répandit dans l’ensemble du quartier de la Défense, à l’image de l’œuvre de l’artiste Invader : le paysage urbain se trouva envahi.  

Les post-it occupèrent les vitres des immeubles de la Société Générale, de Merck et de GDF-Suez qui arbora fièrement sur six étages un Tintin en cosmonaute évoquant l’album Tintin, on a marché sur la Lune. Le front s’étendit sur toute l’Ile-de-France notamment à Issy-les-Moulineaux, rue Camille-Desmoulins du côté d’Eurosport, de France 24, de Coca-Cola et de Vidal. 

Cette guerre fut aussi logistique et témoigna de la capacité de ravitaillement des services de fournitures des entreprises concernées. La taille croissante et la complexification des constructions amenèrent certains à battre en retraite. Ainsi, un salarié de France 24 révéla sur Twitter les causes de la défaite de son entreprise :  la pénurie de post-it couleurs. 

La bataille des géants. Source : http://www.postitwar.com/post/9664038140/post-it-image-of-asterix-et-obélix-paris-la

            Si à première vue, cette activité peut sembler fastidieuse, elle contribua en réalité à souder les équipes qui y consacraient leurs temps de pause et d’after work. Cette guerre s’étendit aussi en province, à Lyon et à Bordeaux, où un Megaman apparut au quai de Bacalan. L’affrontement avait la vertu d’offrir un temps de décompression et de fédérer les employés qui travaillaient ensemble sans véritablement se connaître. Pour la plupart, les employeurs acceptèrent la situation, même si certains rechignèrent comme chez Renault où les fauteurs de troubles furent jetés à la poubelle. L’armistice fut signé à l’occasion de pique-niques, où se rencontrèrent les belligérants. 

            Pour conclure cet été de prouesse artistique, la Société Générale riposta au Tintin de la GDF-Suez en installant en l’espace d’1h30 9 000 post-it sur six étages pour représenter un Obélix portant le fier Astérix sur le bouclier gaulois. 

Bibliographie indicative

  • TOMBLAINE Philippe, Jeux vidéo ! Une histoire du 10ème art, Montélimar, Les moutons électriques, 2015
  • BESSON Anne, « Les Envahisseurs De L’espace Sont Parmi Nous : Vers Une Esthétique Quotidienne Du Pixel. », ReS Futurae 5, 04 May 2015. Disponible sur OpenEdition : https://journals.openedition.org/resf/634
  • WOOD Alix, Urban Street Art, New York, Gareth Stevens Publishing, Print. Wood, Alix. But Is It Art?, 2015.

L’auteur :

LÉTANG Rémy est étudiant en master 2, Histoire des Mondes Modernes et Contemporains parcours « Développement Innovation Environnement » sous la direction de M. Christophe Bouneau. Ses travaux portent sur « La place de l’industrie vidéoludique en France des années 1980 à nos jours ». Conférencier à l’Université Bordeaux Montaigne pour le label Montaigne in Game, il est également doubleur de voix et chroniqueur chez Radio Campus Bordeaux 88.1 tous les mardis soir dans l’émission « Suite 881 ».

Lorsque le pixel envahit l’urbain : INVADERS

Depuis leur émergence dans les années 1970, les jeux vidéo ont suscité de nombreux débats. Considéré depuis 2006 par le ministère de la Culture comme le dixième art, ils n’hésitent pas à s’inspirer d’autres formes artistiques pour s’exprimer et s’épanouir. Ainsi dans les années 1980 et 1990, l’éditeur français Infogrames utilisa la notoriété internationale de plusieurs bandes-dessinées pour se constituer un panel de jeux allant d’Astérix à Tintin en passant par North & South. Plus récemment, le studio Quantic Dream s’est inspiré du cinéma pour dessiner des productions vidéoludiques à l’âme hautement narrative dont l’interactivité est limité. 

Le pixel, l’unité de base pour compter le nombre de points d’une image numérique a donné naissance au pixel art. Invisible ou oublié suite à l’évolution des résolutions d’images, améliorant le rendu et de l’émergence de la 3D, l’utilisation du pixel est réhabilitée par la révolution des jeux indépendants depuis une dizaine d’années. En parallèle, on le retrouve également dans le paysage urbain, sous des formes artistiques et créatives empreintes de cette pâte graphique issue du monde de la programmation informatique. C’est le cas notamment des œuvres de street-artdu Français, Franck Slama, connu sous le nom de « Invader » et qui propose depuis 1998 une réappropriation du bâti ou encore du détournement des post-it à des fins figuratives. 

Binary Self Project , 2005. 
Source : https://www.space-invaders.com 

Franck Slama se définit comme un « AVNI », autrement dit un Artiste Vivant Non Identifié. Œuvrant la nuit, en toute discrétion, et outrepassant les barrières juridiques, il « envahit » Paris à partir de 1998 sous son pseudonyme Invader afin de « libérer l’Art de ses carcans que sont les musées et les institutions. […] Libérer les Space Invadersde leurs écrans de jeux vidéo pour les amener dans notre propre réalité ». 

Formé à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, l’artiste utilise le carreau de faïence comme matériau et le bâtiment comme support. Son œuvre est compulsive : 3 926 Invaders ont ainsi été installés  dans 77 villes du monde entier, avec une nette prédominance de  l’Europe et de la France où elle est présente aussi bien dans les métropoles que sur le littoral atlantique (notamment au Cap Ferret depuis janvier 2018) et méditerranéen. 

Source : https://www.space-invaders.com/world/paris/

 Ces véritables « envahisseurs d’espace » sont généralement installés en hauteur et sont parfois l’objet de controverse de la part de leurs riverains. Comme le reconnaît l’artiste, dans 99% des cas les Invaders sont installés sans autorisation. Le dernier 1% correspond à des commandes de musées, d’institutions et d’organismes.  

Malheureusement, au fil de sa performance, l’artiste est confronté à la destruction de son œuvre, en particulier par le biais des vols. En effet, la technique utilisée induit une destruction des pièces par émiettement infligeant au bâti des altérations. Pour y remédier, des fans de l’artiste s’efforcent à leur compte de « réactiver » les mosaïques en remplaçant les carreaux manquants.

Mosaïque de mosaïques. Source : https://www.space-invaders.com  

Transcendant les générations au rythme des « vagues » (en référence au jeu vidéo dont l’auteur s’inspire) Invader n’hésite pas à revenir dans des villes déjà marquées de son sceau. Cependant, il n’emploie aucune méthodologie de travail particulière. A ce titre, Hong Kong a connu l’année dernière sa septième vague, c’est-à-dire le septième passage de l’artiste dans la mégalopole chinoise qui accumule alors 132 Invaders. Pour Paris, la vague est « permanente » puisque l’artiste laisse rarement passer une semaine sans coller de nouvelles pièces. 

Au-delà de la variété d’extraterrestres et de pièces empruntant à divers univers culturels, l’une de ses œuvres les plus remarquables est l’Invaderdit « Space2 », collé dans le module européen de l’International Space Station, qui traversa la stratosphère en mars 2015. Employant la mise en abyme, l’extra-terrestre virtuel fut renvoyé dans son espace natal, quarante années après son invasion à la suite de laquelle il s’est imposé comme une des représentations visuelles les plus symboliques et représentatives du jeu vidéo. 

Bibliographie : 

  • TOMBLAINE Philippe, Jeux vidéo ! Une histoire du 10ème art, Les moutons électriques, Montélimar, 2015
  • BESSON Anne, « Les Envahisseurs De L’espace Sont Parmi Nous : Vers Une Esthétique Quotidienne Du Pixel. », ReS Futurae 5, 04 May 2015. Disponible sur OpenEdition : https://journals.openedition.org/resf/634
  • KUO, M.-H. et al., Pixel2Brick:constructing brick sculptures from Pixel Art , Computer Graphics Forum, 2015, pp. 339–348. Disponible sur internet : https://purehost.bath.ac.uk/ws/portalfiles/portal/153552040/pixel2brick_pg2015.pdf
  • WOOD Alix, Urban Street Art, Gareth Stevens Publishing, Print. Wood, Alix. But Is It Art?, New York, 2015.

L’auteur : 

Rémy Létang est étudiant en master 2, Histoire des Mondes Modernes et Contemporains parcours « Développement Innovation Environnement » sous la direction de M. Christophe Bouneau. Ses travaux portent sur « La place de l’industrie vidéoludique en France des années 1980 à nos jours ». Conférencier à l’Université Bordeaux Montaigne pour le label Montaigne in Game, il est également doubleur de voix et chroniqueur chez Radio Campus Bordeaux 88.1 tous les mardis soir dans l’émission « Suite 881 ». 

Lorsque la ville devient l’art de la révolution. Le street-art en Amérique Latine : entre mémoire et devoir

Le street-art appartient à la catégorie des « illustrations urbaines » qui existent depuis l’Antiquité et contribue à l’expression du peuple et à son émancipation : dénonciation, hommage, résistance… Se servir de la rue et la ville comme source de communication est synonyme de liberté.

Il fait son apparition à Philadelphie, aux États-Unis à la fin des années 60, avant de se répandre, dans chaque pays et dans chaque ville. Dans ce cadre, l’Amérique latine constitue une terre promise et propice à cet art. Cet aspect est encore renforcé de nos jours par l’existence d’un devoir de mémoire et la perpétuation des luttes sociales et politiques.

Dans cette histoire globale, le cas chilien se distingue dans la mesure où le mouvement street-art tire son origine d’un mouvement un peu plus ancien que celui de Philadelphie : le muralisme mexicain dans les années 1910. Ce mouvement découle de peintures, à la gloire de la révolution et des classes sociales qui lui sont associées (prolétaires, paysans), réalisées dans des lieux publics lors de la Révolution mexicaine. Il s’agissait alors de diffuser un message politique et social au plus grand nombre. 

Un exemple de muralisme mexicain
Continuer la lecture de Lorsque la ville devient l’art de la révolution. Le street-art en Amérique Latine : entre mémoire et devoir